8 août 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Il faut sauver la vie de Khader Adnan, en grève de la faim depuis 50 jours dans les prisons israéliennes

mardi 23 juin 2015 - 18h:42

Ali Abunimah

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Les Palestiniens réclament une intervention internationale urgente pour sauver la vie de Khader Adnan qui est en grève de la faim totale depuis presque 50 jours, pour protester contre sa détention sans charges ni procès par Israël.

JPEG - 32.8 ko
Khader Adnan - Photo : Associated Press

La semaine dernière, la famille d’Adnan a envoyé une lettre à la responsable de la politique étrangère de l’Union Européenn, Federica Mogherini, lui demandant de faire pression sur Israël pour sa libération.

En attendant, au moins trois Palestiniens emprisonnés par Israël ont entamé une grève de la faim illimitée.

Le Centre Palestinien pour les Droits De L’homme (PCHR) a également invité « la communauté internationale à faire pression sur les forces israéliennes [d’occupation] pour la libération immédiate d’Adnan, qui est sous le régime de la détention administrative, sans charges ni procès. »

Mais les appels précédents envoyés à Mogherini au nom des prisonniers Palestiniens, incluant les signatures de douzaines de membres du Parlement Européen, n’ont pas suffit pour que l’UE pro-israélienne rompe son silence complice.

« Après la détérioration de son état de santé, Adnan a été récemment transféré à l’hôpital d’Assaf Harofeh en Israël, tout en étant menotté à son lit toute la journée, » a indiqué le PCHR.

On rapporte que Adnan, qui a perdu beaucoup de poids, souffre de sérieux symptômes supplémentaires, selon le PCHR, citant l’avocat de l’organisation des Prisonniers Palestiniens qui a récemment rendu visite au prisonnier.

« Plus [les Israéliens] me torturent, plus fort et plus déterminé je suis, » aurait déclaré Adnan à l’avocat.

Adnan « aime la vie »

Plus tôt ce mois-ci, Budour Youssef Hassan a rendu visite à la famille d’Adnan dans leur maison du village d’Arrabeh, près de Jénine, et a rapporté pour The Electronic Intifada combien « le parcours était dur » pour son épouse Randa, ses enfants en bas âge et ses parents plus âgé, en raison des persécutions par Israël.

Le père d’Adnan, Adnan Mousa, a dit à The Electronic Intifada que tandis que la famille avait reçu des messages de solidarité de partout dans le monde, l’Autorité Palestinienne n’avait strictement rien fait pour soutenir son fils.

Il a également réaffirmé l’amour de son fils pour la vie et la liberté. « Khader n’est pas un nihiliste, » a dit Adnan Mousa. « Il ne fait pas cela parce qu’il veut mourir ou parce qu’il veut se faire souffrir. Au contraire, il en passe par là parce qu’il aime la vie et croit que c’est la seule manière d’obtenir sa liberté. »

Aucune charge ou procès

Adnan, un boulanger de profession et militant pour la cause des prisonniers, a été kidnappé dans sa maison par les forces israéliennes d’occupation le 8 juillet dernier. Il a été condamné à six mois en prison sans accusations ni procès - et incarcéré en « détention administrative. » Quand les Israéliens ont renouvelé la détention le 7 mai, Adnan a commencé une grève de la faim totale, n’acceptant plus que de l’eau.

Adnan, qui est affilié à l’organisation politique du Jihad islamique, est devenu internationalement connu en 2012 quand il s’est lancé dans une grève de la faim qui a duré 66 jours, forçant Israël à le libérer d’une détention administrative qui avait commencé en décembre 2011.

En 2012, Amnesty International a publié un rapport détaillant les abus de droits de l’homme liés à la détention administrative, qui, selon l’organisation, sert à Israël à empêcher « les activités légitimes et pacifiques des militants dans les Territoires Palestiniens occupés. »

Amnesty a réclamé « la libération immédiate et sans conditions » des prisonniers incarcérés dans le cadre de cette politique.

Il y a actuellement plus de 500 Palestiniens en détention administrative, selon le PCHR.

Les grèves de la faim s’étendent à d’autres prisons

Au moins trois prisonniers de plus ont récemment entamé une grève de la faim, selon le PCHR. Ce sont :

- Ayman Al-Sharabati, de Jérusalem, condamné à l’emprisonnement à perpétuité, qui a commencé une grève de la faim il y a environ deux semaines en protestation contre son isolement cellulaire prolongé. Les médias palestiniens locaux ont indiqué ce dimanche - citant les l’organisation des Prisonniers Palestiniens - qu’Al-Sharabati avait suspendu sa grève après 21 jours, les autorités pénitentiaires ayant accepté de le sortir de l’isolement cellulaire ;

- Muhammad Nasser Allan, un détenu administratif qui a commencé sa grève de la faim au cours des derniers jours en la protestation contre le renouvellement de sa détention ;

- Shireen Issawi, qui est en détention depuis plus d’une année, a commencé une grève de la faim la semaine dernière pour protester contre son isolement cellulaire. Les rapports dans les médias locaux ce dimanche, indiquent qu’elle a suspendu sa grève après que les autorités pénitentiaires israéliennes aient promis de la sortir de l’isolement cellulaire et de permettre à sa famille de lui rendre visite.

Shireen Issawi, une avocate, est la soeur de Samer Issawi, lui-même un ancien gréviste de la faim. Celui-ci avait été libéré en décembre 2013 après 17 mois de détention administrative. Le mois dernier, Israël lui a réimposé une peine de prison de 30 ans, violant ainsi les termes de l’accord de 2011 sur l’échange de prisonnier qui lui avait permis d’être libéré.

Solidarité

À Belfast en Irlande, ce week-end, environ 20 jeunes du Mairéad Farrell Republican Youth Committee ont suivi une grève de la faim de 24 heures et tenu un camp de protestation à l’extérieur d’une base militaire britannique, en solidarité avec Adnan.

Les grèves de la faim ont joué un rôle fondamental dans la lutte des républicains irlandais au début des années 1980, quand Bobby Sand et neuf autres prisonniers se sont laissé mourir de faim plutôt que de se soumettre aux conditions imposées par leurs geôliers britanniques.

JPEG - 5.1 ko

* Ali Abunimah est l’auteur de The Battle for Justice in Palestine. Il a contribué à The Goldstone Report : The Legacy of the Landmark Investigation of the Gaza Conflict. Il est le cofondateur de la publication en ligne The Electronic Intifada et consultant politique auprès de Al-Shabaka, The Palestinian Policy Network.

Du même auteur :

- Les mensonges de la firme Orange pour justifier sa complicité dans les crimes de guerre d’Israël - 17 juin 2015
- Comment Orange a collaboré au massacre dans Gaza - 11 avril 2015
- Khalida Jarrar, députée palestinienne, kidnappée et incarcérée par l’armée d’occupation - 7 avril 2015
- Un « Patriot Act » à la française ? - 16 janvier 2015
- Les dirigeants sionistes font leur beurre de l’instabilité, de la violence et du racisme - 6 janvier 2015
- Panique au Cinemed 2014 pour cause de collaboration avec l’apartheid - 31 octobre 2014
- La reconnaissance de la Palestine par la Suède ? Un pétard mouillé... - 11 octobre 2014

Sur le même thème :

- 48e jour de grève de la faim : allons-nous laisser mourir Khader Adnan ? - 22 juin 2015
- Khader Adnan : « Plus ils me torturent, plus fort et déterminé je suis ! » - 18 juin 2015
- Résistance non-populaire : Khader Adnan dans une seconde grève de la faim depuis le 6 mai - 14 juin 2015
- Khader Adnan : un combat pour la liberté - 10 juin 2015
- 850 000 Palestiniens ont été emprisonnés en Israël depuis 1967 - 7 juin 2015
- Les prisonniers palestiniens en Israël décident de recourir à la grève de la faim - 6 juin 2015
- Sauvons Khader Adnan, en grève de la faim depuis le 17 décembre - 10 février 2012
- Khader Adnan, à nouveau en grève de la faim dans une prison israélienne - 24 mai 2015
- Victoire partielle du gréviste de la faim Khader Adnan - 25 février 2012
- Un appel de Khader Adnan : faire du 17 avril une journée d’action internationale en faveur des prisonniers - 22 février 2012
- Khader Adnan devrait être libéré le 17 avril, mais il n’y a pas confirmation qu’il ait cessé sa grève de la faim - 21 février 2012
- Sauver la vie de Khader Adnan, c’est sauver nos âmes - 21 février 2012
- Khader Adnan : le Bobby Sand de Cisjordanie - 20 février 2012
- Mourir de faim pour être libre - 18 février 2012
- La santé de Khader Adnan s’est gravement détériorée - 17 février 2012
- Khader Adnan : ultime appel devant la Cour suprême israélienne - 16 février 2012
- Il faut sauver le prisonnier Sheikh Khader Adnan, en grève de la faim depuis le 17 décembre - 15 février 2012

a r21 juin 2015 - The Electronic Intifada - Vous pouvez consulter cet article à :
https://electronicintifada.net/blog...
Traduction : Info-palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.