3 décembre 2016 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Les prisonniers palestiniens en Israël décident de recourir à la grève de la faim

samedi 6 juin 2015 - 08h:05

Ahmad Melhem

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Umm Mohamed originaire d’Arraba, une ville palestinienne à proximité de Jénine en Cisjordanie du nord, pleure et prie en même temps pour son fils Sheikh Khader Adnan, depuis longtemps détenu dans une prison israélienne.

JPEG - 109.7 ko
Le 12 juin à Jérusalem, des protestataires tiennent des portraits de leurs proches emprisonnés, pendant une démonstration de solidarité avec les prisonniers palestiniens incarcérés en Israël - Photo : Reuters/Ammar Awad

Adnan, âgé de 37 ans, a été kidnappé pour la 10ème fois le 8 juillet 2014. Il est depuis le 5 mai en grève de la faim, pour protester contre la décision des autorités pénitentiaires israéliennes de renouveler pour la troisième fois de suite sa détention administrative.

Israël avait intialement placé Adnan en détention administrative pour une période de six mois. À la fin de cette période, sa détention a été renouvelée pour une nouvelle période de six mois (plus tard ramenée à quatre mois), suivie d’une troisième période de quatre mois.

Umm Mohamed, âgée de 75 ans, souffre de diabète et d’hypertension, et elle a récemment séjourné 25 jours à l’hôpital pour une infection intestinale. « J’ai été malade et clouée au lit pendant quatre mois. Je suis les nouvelles de Khader à la télévision. Depuis qu’il a annoncé sa grève de la faim, j’ai prié jour et nuit pour qu’il survive à cette situation difficile et qu’il la surmonte victorieusement. Je me sens impuissante. Il n’y a rien que je puisse faire si ce n’est prier pour lui, » dit-elle à Al-Monitor.

« Si Dieu le veut, il sera libéré sain et sauf et il me reverra avant que je ne disparaisse. Il s’inquiétait de ma santé avant qu’il ait été arrêté. Je reçois des nouvelles de lui avec un coeur lourd. Il a baptisé ainsi sa grève de la faim : "Je sacrifie ma vie pour toi, ma mère." Je lui ai alors dit : « Mon fils, tu es ma vie et tout pour moi. » Umm Mohamed raconte cela avec des larmes qui coulent sur ses joues.

Les forces israéliennes d’occupation usent depuis longtemps de la détention administrative pour arrêter des Palestiniens sans accusation, sur la seule base d’une information tenue secrète et non communiquée aux détenus et à leurs avocats. Dans la plupart des cas, l’ordre de détention administrative des prisonniers est renouvelé plusieurs fois.

Adnan a mené une première fois une grève de la faim pendant 66 jours à la fin 2011, devenant un exemple pour les autres détenus. Il est un des dirigeants du Jihad islamique en Cisjordanie et l’un des défenseurs les plus actifs des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes. En décembre 2011, il a mené une grève de la faim de 66 jours, qui a abouti à sa libération le 17 avril 2012. Son exemple a incité d’autres prisonniers en détention administrative à suivre le mouvement, tel que Hana Shalabi, qui a été expulsée à Gaza, et Bilal Diab, Thaer Halahleh, Tarek Qaadan et Jafar Ezzedine, qui tous sont affiliés au mouvement du Jihad islamique.

Randa Moussa, l’épouse d’Adnan, a idéclaré à Al-Monitor : « Nous ne savons rien de précis sur son état de santé, puiqu’il est en isolement cellulaire et refuse tous les examens médicaux, laissant les autorités de la prison dans le flou, ne sachant qulle décision prendre. »

Et d’ajouter : « Mon époux est actuellement en isolement cellulaire dans la prison de Hadarim. Il refuse de prendre des médicaments ou des compléments vitaminés, de subir des examens médicaux ou de consommer du sel. Il boycotte également les cours israéliennes et refuse d’y être représenté par son propre avocat ou par tout autre avocat, même affilié à une organisation de défense des droits de l’homme. »

Moussa a poursuivi : « Selon les avocats, Israël n’a accusé mon mari d’aucun crime, mais il a renouvelé sa détention pour la 10ème fois. [Mon époux] tient absolument à poursuivre sa grève de la faim jusqu’à la victoire ou le martyre. Il veut briser la politique de détention administrative et il ne cédera pas sur ses exigences. »

Issa Karake, le Ministre palestinien pour les questions des prisonniers, a dit à Al-Monitor : « La situation s’échauffe dans les rangs des prisonniers et nous avons été informés qu’un certain nombre d’entre eux se joindront à Adnan dans sa grève de la faim. » Il a déclaré aussi qu’Israël prépare des cellules d’isolement cellulaire, au cas où d’autres prisonniers se montrent enclins à manifester leur solidarité avec Adnan. Le 17 mai, Mohamed Al-Akrah a été le premier prisonnier à se lancer dans une grève de la faim illimitée, en solidarité avec Adnan.

Karake a fait savoir aussi que les prisonniers avaient prévu une grève de la faim collective il y a de cela un mois, mais que ce mouvement a été remis à plus tard. Mais Karake a également expliqué que les prisonniers en détention administrative prévoyaient de suivre différentes grèves en appui à Adnan et pour protester contre la politique israélienne de la détention administrative.

Selon lui, le nombre de prisonniers en détention administrative a grimpé depuis mi-juin 2014, passant de 186 jusqu’à plus de 500 prisonniers à la mi-mai 2015. Depuis 2000, le nombre total de détenus administratifs palestiniens est de plus de 22 000.

Karake insiste sur le fait que le cas des détenus est un point de droit discuté au niveau international et évoqué dans les conférences internationales. Il déclare : « Nous travaillons maintenant à tirer bénéfice de l’adhésion de la Palestine à la Cour Pénale Internationale, un des moyens stratégiques les plus importants pour dénoncer Israël et mettre en lumière ses infractions concernant les droits des prisonniers. »

Basé sur des statistiques qu’Al-Monitor a obtenues auprès du Club des Prisonniers Palestiniens, les forces israéliennes utilisent la détention administrative depuis l’occupation de la Cisjordanie en 1967 - qui a abouti à premier Intifada en 1987, quand les détenus administratifs étaient plus de 20 000. Pendant le Seconde Intifada (2000-2007), Israël a délivré approximativement 18 000 ordres de détention administrative.

Le nombre total d’ordres de détention administrative en 2014 a été de 1140. La plus longue grève de la faim, suivie par le prisonnier Ayman Atbish, a duré 122 jours tandis que la grève de la faim de 18 jours d’Ahmad Abu Ras a été la plus courte.

Selon l’information en provenance du Club des Prisonniers Palestiniens, les autorités pénitentiaires israéliennes ont placé Adnan en isolement dès que celui-ci a entamé sa grève de la faim, interdisant toute visite de sa famille et inspectant à plusieurs reprises sa cellule dans une volonté de harcélèment.

Les prisonniers en grève de la faim sont transportés devant le tribunal ou à l’hôpital en autobus équipés de sièges métalliques. Ils sont menottés, n’ont pas le droit de se laver, et les gardiens de prison mangent délibérément devant eux ou disposent de la nourriture sous leurs yeux afin de les mettre sous pression et les amener à briser leur grève.

Un rapport médical de la Croix-Rouge indique que la pression sur l’Autorité Palestinienne (AP) augmente au fur et à mesure qu’’Adnan poursuit sa grève de la faim et que sa santé se détériore. Déshydraté, il perd la capacité de se tenir debout et sa vue s’affaiblit. L’AP avait exigé que la question soit soumise à la Cour Pénale Internationale. Toute complication ou problème de santé qu’Adnan aurait à souffrir pourraient aboutir à une nouvelle escalade de protestations parmi les détenus palestiniens.

JPEG - 9.6 ko

* Ahmed Melhem est journaliste et photographe, basé à Ramallah. Il travaille également pour Al-Watan News

Du même auteur :

- Echec de l’OLP dans la crise de Yarmouk - 13 mai 2015
- Les partis arabes appellent à l’unité en vue des élections israéliennes - 29 décembre 2014
- La révolte de la jeunesse à Jérusalem conduira-t-elle à un soulèvement ? - 7 novembre 2014
- La vente des produits israéliens en Cisjordanie chute de 50% en raison du boycott - 4 septembre 2014
- Pendant que la guerre sévit à Gaza, les affrontements s’intensifient en Cisjordanie - 18 juillet 2014

Lire également :

- Sauvons Khader Adnan, en grève de la faim depuis le 17 décembre - 10 février 2012
- Khader Adnan, à nouveau en grève de la faim dans une prison israélienne - 24 mai 2015
- Victoire partielle du gréviste de la faim Khader Adnan - 25 février 2012
- Un appel de Khader Adnan : faire du 17 avril une journée d’action internationale en faveur des prisonniers - 22 février 2012
- Khader Adnan devrait être libéré le 17 avril, mais il n’y a pas confirmation qu’il ait cessé sa grève de la faim - 21 février 2012
- Sauver la vie de Khader Adnan, c’est sauver nos âmes - 21 février 2012
- Khader Adnan : le Bobby Sand de Cisjordanie - 20 février 2012
- Mourir de faim pour être libre - 18 février 2012
- La santé de Khader Adnan s’est gravement détériorée - 17 février 2012
- Khader Adnan : ultime appel devant la Cour suprême israélienne - 16 février 2012
- Il faut sauver le prisonnier Sheikh Khader Adnan, en grève de la faim depuis le 17 décembre - 15 février 2012
- Israël condamne Khader Adnan à mort - 13 février 2012
- Sauvons Khader Adnan, en grève de la faim depuis le 17 décembre - 10 février 2012

2 juin 2015 – AL-Monitor – Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.al-monitor.com/pulse/ori...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.