DERNIERE MISE A JOUR : jeudi 25 août 2016 - 07h:12

Gaza et le boycott des produits israéliens

lundi 29 septembre 2014 - 21h:53

Asmaa al-Ghoul

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Dans un magasin très fréquenté et vendant des fruits dans la ville de Gaza, il est difficile de faire la différence entre les fruits venus d’Israël et ceux de Gaza. Nous avons dû d’abord demander, « De quelle ville viennent ces mangues ? » Ce à quoi le propriétaire a répondu, « Les mangues sont d’Acre. »

JPEG - 318.8 ko
Juillet 2010 - Un supermarché dans Gaza, dans une période où le passage de produits de consommation courante par les tunnels de Rafah était à son plus haut niveau - Photo : Reuters/Mohammed Salem

Nous avons demandé alors, « Et les dates ? » « D’Israël, de nos terres occupées, » a-t-il répondu. « Les pêches ? » avons_nous encore demandé. Le propriétaire de magasin a répondu, « Toute ceci est d’Israël - les mangues, les dates, les bananes, le persil, les pêches, la courge, les tomates et les oranges, mais c’est issu de nos terres à nous là-bas. Nos clients aiment ces types de fruits, même s’ils ont un substitut produit dans Gaza. »

La différence est évidente. Les mangues de Gaza sont grandes et vertes et celles d’Israël petites et jaunes.

Dans les supermarchés, il est facile de repérer les produits Israéliens. Ils sont restés empilés sur les rayons durant les 51 jours de la guerre. Les gens boycottent spontanément les produits Israéliens et pas simplement une minorité par choix délibéré.

Anwar Abu Al-Kass, propriétaire d’un supermarché populaire à Gaza, a indiqué à Al-Moniteur : « Pendant la guerre, nous avons noté que les clients boycottaient les produits israéliens et un certain nombre de militants sont entrés et ont placé sur ces produits des autocollants appelant au boycott. En effet, nous avons cessé de vendre les produits Israéliens tels que des chocolats et les détergents et nous les avons remplacés avec des produits européens et turcs. »

« Il y a encore certaines marchandises essentielles qui sont indispensables aux Gazaouis tel que des laitages, » a ajouté Kass, notant que dans les jours qui ont suivi la guerre, les gens du pays se sont progressivement remis à acheter des produits israéliens.

Le directeur d’un centre commercial à Gaza, connu sous le nom d’Abu Yazin, a expliqué, « En un mot, je ne peux pas boycotter les produits israéliens dans nos magasins. Les clients sont ceux qui devraient boycotter, pas nous. »

Pendant la guerre, beaucoup de groupes de jeunes ont réclamé le boycott des produits israéliens et ont distribué des autocollants de boycott dans les magasins et les sociétés d’importation.

La blogueuse Farah Baker a dit avoir participé à la « campagne de 16%, » qui est le pourcentage donné à l’armée israélienne sur le prix des produits israéliens vendus. Elle a dit à Al-Moniteur : « Pendant la campagne, j’ai dit que l’occupation nous donne du poison pour pain et du sang pour eau, » notant que l’argent servant à payer la nourriture et l’eau sert à acheter des armes.

« Lorsque j’allais dans les magasins pendant la guerre, c’était la première fois que j’entendais les gens dirent des choses comme ’C’est un produit Israélien ? Je veux un équivalent local, je ne veux pas de yaourt Israélien.’ »

Raed Fattouh, coordonnateur des approvisionnements pour Gaza, a indiqué à Al-Moniteur, « Environ 30 à 50 camions chargés avec des fruits et légumes entrent dans Gaza chaque jour. Cependant, d’autres produits israéliens représentent 50 à 60% des importations de Gaza. »

Fattouh a expliqué que pendant la guerre, 100 à 200 camions entraient habituellement dans Gaza chaque jour, chargés avec des marchandises essentielles telles que des fruits et des laitages, en plus de l’aide fournie à la Bande de Gaza. Il a également noté que les passages frontaliers pour le commerce étaient restés ouverts pendant toute la guerre à l’exception de deux jours.

Un habitant du quartier a dit à Al-Moniteur tout en quittant un magasin : « Mon épouse n’a rien à faire avec la politique, mais elle insiste maintenant pour boycotter les produits israéliens en raison de la guerre. Elle maintient sa position et elle a même cessé de préparer les pizzas que nous aimons parce que le fromage principalement utilisé dans la recette est israélien. »

L’Accord de Paris de 1994 stipule que les produits alimentaires, agricoles et industriels sont libres d’entrer dans les territoires palestiniens tandis qu’il y a des restrictions à l’entrée des marchandises palestiniennes sur le marché israélien.

Une source officielle du Ministère de l’Économie nationale, qui a refusé de donner son nom, a décrit à Al-Moniteur les obstacles empêchant les Palestiniens d’appeler officiellement au boycott. « Il est difficile qu’un quelconque gouvernement palestinien prenne la décision d’empêcher l’importation des produits israéliens à cause de l’intérêt des négociants locaux. Une telle décision pourrait également mener à la famine, » dit-il.

« Les laitages n’ont aucun substitut ici, puisque les quantités venant de Cisjordanie ne suffisent pas aux besoins de la Bande de Gaza, » a-t-il ajouté, notant que les bombardements par les Israéliens avaient causé la destruction des usines et des terres agricoles, avant que ceux-ci n’inondent le marché avec leurs propres produits.

La même source a souligné que la seule solution est d’encourager d’autres importations directes pour remplacer les importations israéliennes. Selon lui, « Les négociants trouveront cela risqué et devront supporter des coûts élevés, en plus du fait que l’occupant essayera d’empêcher de telles importations. »

Pendant une entrevue avec l’Al-Moniteur, Amjad Al-Shawa, le responsable du réseau d’organisations non gouvernementales et membre de la campagne Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), a indiqué : « Notre vision du boycott est totale. Quand la Bande de Gaza recevait l’aide pendant la guerre, nous avons annoncé qu’aucun produit ne devrait être israélien, et nos exigences ont été satisfaites. »

Shawa a souligné que le boycott est non seulement une question de comportement mais aussi une question de principe, notant l’importance que ce boycott soit stratégique et non temporaire, puisque l’occupation cherche à faire en sorte que ses produits fassent partie de la culture de la société à Gaza.

« Pendant la guerre, l’occupant a bombardé près de 500 usines dans le but d’inonder sans concurrence ses propres produits sur le marché. Naturellement, certains produits israéliens sont indispensables puisqu’il n’y a aucun substitut pour eux, comme le shekel en l’absence de n’importe quelle monnaie nationale, » dit-il.

Au sujet des solutions possibles, Shawa a déclaré, « Le rôle de l’administration nationale est d’améliorer la qualité des produits nationaux, tout en levant complètement le siège de la Bande de Gaza, en rendant accessibles les marchés arabes et internationaux, en développant les communications entre Gaza et la Cisjordanie, et en conclusion, en ne sous-estimant jamais le rôle du citoyen dans le boycott. »

Pendant un séminaire organisé le 15 septembre par l’Institut Palestinien pour la Communication et le Développement et suivi par Al-Moniteur, Haidar Eid, un des responsables dans la campagne nationale de boycott, a indiqué, « Pendant la guerre, il y a eu beaucoup de réussites pour le boycott universitaire et culturel qui a commencé en 2004. »

« Pour la première fois dans l’histoire de la lutte, nous sommes témoins d’un nombre significatif de célébrités de la musique et du cinéma sympathisant avec les Palestiniens et accusant Israël de génocide dans Gaza. Un de ces derniers était l’acteur espagnol de premier plan Javier Bardem, » dit-il. « C’est notre moment sud-africain, comme l’a dit mon ami Omar Barghouti, qui est à tête de la campagne nationale de boycott. »

Mais par manque d’alternatives pour les produits israéliens, la campagne de boycott pourrait avoir du mal à se développer à Gaza, en dépit des appuis locaux.

* Asma al-Ghoul est journaliste et écrivain, du camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

De la même auteure :

- Les plus démunis de Gaza attendent toujours l’aide alimentaire et humanitaire - 18 septembre 2014
- Les pêcheurs de Gaza accusent Israël de ne pas respecter les termes du cessez-le-feu - 14 septembre 2014
- Hantés par la guerre, les habitants de Gaza veulent reconstruire - 5 septembre 2014
- Israël était prêt à rayer Gaza de la carte - 3 septembre 2014
- Les habitants de Gaza retournent à leurs maisons détruites - 18 août 2014
- Que l’on ne me parle plus jamais de paix - 6 août 2014
- À Gaza, la vie ne tient qu’à un fil ... - 31 juillet 2014
- À Shajaiya, les civils en fuite sont également des cibles - 24 juillet 2014
- Les factions armées de Gaza se coordonnent pour répliquer aux attaques israéliennes - 9 juillet 2014
- Face à l’offensive israélienne, la résistance ne restera pas inactive - 4 juillet 201
- La FIFA surveillera les violations israéliennes contre le football palestinien - 25 juin 2013
- Les malades atteints du SIDA dans la bande de Gaza, face à l’isolement et l’humiliation - 20 mai 2014
- Les ruines de l’aéroport de Gaza, vestiges d’une triste histoire - 12 février 2014
- Gaza : l’UNRWA en difficulté alors que la pauvreté augmente - 11 février 2014
- Le renseignement israélien fait du chantage sur les malades palestiniens pour en faire des mouchards - 10 février 2014
- La lutte des ex-détenus palestiniens pour vivre hors de prison - 7 février 2014
- A Gaza, le café est un rituel de chagrin et de créativité - 24 janvier 2014
- Gaza : la réaction des Palestiniens face à la violente répression en Egypte - 24 août 2013

19 septembre 2014 - Al-Monitor - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.al-monitor.com/pulse/ori...
Traduction : Info-Palestine.eu - Naguib


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.