DERNIERE MISE A JOUR : mercredi 24 août 2016 - 07h:43

Vous êtes ici : Accueil > Dossiers > Palestine > Analyses

Face à l’offensive israélienne, la résistance ne restera pas inactive

vendredi 4 juillet 2014 - 17h:09

Asmaa al-Ghoul

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Les tensions étaient élevées dans la bande de Gaza après l’annonce le 30 juin par le gouvernement israélien, de la découverte des corps des trois jeunes colons disparus.

JPEG - 56.6 ko
Gaza, 29 octobre 2010 - Les partisans du Djihad islamique palestinien marquent le 23e anniversaire de la création du mouvement du Jihad islamique, et l’assassinat de Fathi Shiqaqi, le fondateur de leur mouvement - Photo : demotix.com

À l’aube du 1er juillet, l’aviation israélienne a lancé plus de 20 sorties, bombardant 36 cibles dont des sites de la résistance et des terres agricoles dans le sud, le centre et le nord de la bande de Gaza, blessant quatre civils.

Parmi les blessés se trouvait Ataya al-Shaer, qui travaille comme gardien à l’ouest de Khan Yunis dans d’ex-colonies abandonnées par Israël en 2005. Il a déclaré à Al-Monitor : « Il y avait des avions et des navires de guerre qui bombardaient la zone dans tous les sens. Je suis allé à l’extérieur de la salle des gardes avec deux autres collègues, et nous nous sommes éloignés vers une zone agricole vide. Nous sommes revenus après une demi-heure, et c’est alors que la pièce a été bombardée. Les colonnes et les murs sont tombés sur nous, et nous avons perdu connaissance. » "

Shaer a des contusions sur tout le corps, comme son collègue Suleiman Zourob qui a également raconté son expérience : « Nous avons passé plus d’une heure sous les décombres, jusqu’à ce que le bombardement ait cessé, et des gens habitant à proximité sont venus pour nous sortir de sous les ruines. Nous avons pensé que nous allions mourir, mais Dieu nous a sauvés », a déclaré Zourob.

De plus, ce 1er Juillet, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé comment son gouvernement avait l’intention d’agir contre le Hamas, qu’il a accusé de l’enlèvement [des trois jeunes colons]. Netanyahu a expliqué : « [La première tâche du gouvernement est] d’atteindre les assassins et tous ceux qui ont participé à l’enlèvement. ... [La deuxième tâche consiste à] frapper vigoureusement les membres et les infrastructures du Hamas en Judée-Samarie [Cisjordanie], ... [et la troisième tâche consiste à] agir contre le Hamas dans la bande de Gaza. Il a ajouté : « Si besoin est, nous allons étendre la campagne. »

Après un certain nombre de frappes aériennes par les troupes d’occupation, des roquettes ont été tirées depuis Gaza sur les zones israéliennes adjacentes. Le porte-parole du Jihad islamique, Daoud Shihab, a dit à Al-Monitor : « Jusqu’à présent, le Jihad islamique n’a pas répondu. Nous faisons des évaluations appropriées des circonstances sur le terrain, et nous agissons en fonction de ces évaluations et des tactiques dictées par les conditions de la résistance. » Il a ajouté : « Nous n’avons pas nécessairement à débattre de toutes nos options maintenant. Lorsque le moment sera venu, tout le monde verra le bien connu Djihad islamique répondre au moment et à l’endroit adéquats ».

En ce qui concerne les missiles lancés contre Israël, Shihab a déclaré : « Les Palestiniens ne cherchent pas l’escalade et le lancement de roquettes a été fait sans coordination entre les factions. Mais [ces roquettes] sont une réponse naturelle aux violations commises par Israël, qui ne respecte pas la trêve. » Shihab dit qu’Israël joue avec le feu, lequel se retournera et finalement ira exploser au visage de Netanyahu et de son gouvernement à cause de la pression exercée de tous les côtés sur le peuple palestinien.

L’approche du Hamas concernant une possible escalade en ce moment, semble être similaire à celle du Jihad islamique. Le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, a déclaré que le Hamas n’était à ce stade pas intéressé par une confrontation, mais il a ajouté : « Si une telle confrontation nous est imposée, le monde va découvrir la fragilité de notre ennemi. » Abu Zuhri a averti Israël que s’il continue à faire monter la tension, il ne mettra pas trop longtemps à l’épreuve la patience du Hamas. « Nous croyons que les menaces de mort à l’encontre des dirigeants du Hamas sont des menaces creuses et cela ne fait peur ni à nos dirigeants ni au peuple palestinien. Nous insistons sur l’état de préparation de la résistance à tout moment », dit-il encore.

Interrogé par Al-Monitor pour savoir pourquoi le Hamas ne se préoccupe pas d’une confrontation, Abu Zuhri a répondu : « C’est une question sur laquelle le mouvement doit prendre une décision. Nous n’en sommes pas à l’origine. L’occupation attaque la bande de Gaza, et nous sommes en situation ​​d’auto-défense contre les frappes aériennes de cet ennemi brutal ».

Une source de sécurité dans la bande de Gaza a déclaré à Al-Monitor que jusqu’à présent, il n’y a pas eu de mises en garde pour des préparatifs sur le terrain dans l’éventualité d’une nouvelle guerre contre Gaza. La même source a ajouté que les dirigeants politiques du Hamas, en s’abstenant d’apparitions publiques et en évitant leurs lieux habituels de présence, respectent une mesure de précaution élémentaire. Abu Zuhri, cependant, a affirmé : « Je travaille toujours dans mon bureau, et cela vaut pour le reste des dirigeants du Hamas. Aucun d’entre nous n’a disparu. »

Une autre source du Hamas a déclaré à Al-Monitor, « [Nous ne sommes] pas intéressé à faire la guerre, et pour l’instant nous exerçons le maximum de retenue. Le Hamas pense qu’Israël lance des raids pour plaire à la rue israélienne en colère après l’assassinat des trois colons. » La même source d’informations a poursuivi : « Si Israël lance une agression sur la bande de Gaza, il sera étonné de voir les capacités du Hamas. Le mouvement a acquis plus d’expérience depuis les deux guerres précédentes, car il a beaucoup développé ses armes qui incluent des éléments plus sophistiquées que les roquettes M-75. Le Hamas n’a jamais cessé d’amener des armes [vers Gaza] l’an dernier, même après la fermeture des tunnels qui étaient considérés comme la principale source d’aide militaire ».

« Même si le Hamas a souffert d’une crise financière, ce n’est pas et ne sera jamais le cas de son aile militaire qui a échappé à toutes les crises financières et n’a jamais cessé de verser leurs salaires à ses membres, » a-t-il encore dit.

L’analyste politique Talal Okal croit qu’une guerre est imminente : « Il y aura une guerre, comme les fois précédentes. Et son objectif ne sera pas de supprimer le Hamas, mais de mettre en place [de nouveaux] rapports de force ». Okal a déclaré aussi que les factions à Gaza ne sont pas encore impliquées dans la préparation d’une guerre et pensent simplement endurer les bombardements actuels. Mais Israël se garde d’une escalade qui embarrasserait les factions armées et les forcerait à répliquer. Okal estime, par exemple, que l’assassinat d’un dirigeant du Hamas ou du Jihad islamique déclencherait une riposte.

Okal a également souligné que dans les guerres précédentes, il avait été facile pour le Hamas de conclure des alliances arabes et internationales. Mais aujourd’hui, le mouvement est exclu des calculs régionaux et internationaux, et donc sa position dans le cas d’une guerre serait différente. « La nouvelle guerre va augmenter l’attachement du Hamas à la réconciliation [palestinien], à laquelle le président Mahmoud Abbas ne renoncera pas, surtout après que le Hamas, dans la prochaine guerre, aura joué un rôle héroïque. Le président [Abbas] serait confronté à un Hamas renforcé. Mais cela ne signifie pas que le Hamas prendra à nouveau la charge de la bande de Gaza », dit encore Okal.

Yasser Abu Hein, rédacteur en chef de l’agence de nouvelles Safa, est en désaccord avec Okal. « Il n’y aura pas de guerre parce que Israël sait que Gaza peut lui infliger des souffrances. Israël ne veut pas ouvrir un front avec le Hamas, mais veut garder la situation telle qu’elle est : ni guerre, ni paix », a-t-il déclaré à Al-Monitor. « Le gouvernement d’Israël n’a pas été en mesure de s’entendre sur une décision concernant l’opération d’Hébron, et encore moins sur une opération de grande envergure dans la bande de Gaza. Dans tous les cas, la résistance dispose de moyens limités pour faire face aux violations d’Israël ».

Abu Hein a également noté la réticence des habitants de Gaza à entrer dans une nouvelle guerre. Il conclut : « La situation vécue dans la bande est frustrante, et les gens sont sous une forte pression qui empêche le Hamas de se lancer dans une nouvelle confrontation. »

JPEG - 5.3 ko

* Asma al-Ghoul est journaliste et écrivain, du camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

De la même auteure :

- La FIFA surveillera les violations israéliennes contre le football palestinien - 25 juin 2013
- Les malades atteints du SIDA dans la bande de Gaza, face à l’isolement et l’humiliation - 20 mai 2014
- Les ruines de l’aéroport de Gaza, vestiges d’une triste histoire - 12 février 2014
- Gaza : l’UNRWA en difficulté alors que la pauvreté augmente - 11 février 2014
- Le renseignement israélien fait du chantage sur les malades palestiniens pour en faire des mouchards - 10 février 2014
- La lutte des ex-détenus palestiniens pour vivre hors de prison - 7 février 2014
- A Gaza, le café est un rituel de chagrin et de créativité - 24 janvier 2014
- Gaza : la réaction des Palestiniens face à la violente répression en Egypte - 24 août 2013
- L’Aïd apporte sa joie aux enfants assiégés de Gaza - 19 octobre 2013
- Récolte des olives en dépit des menaces sur les frontières de Gaza - 30 octobre 2013
- Tamarod à Gaza - 10 novembre 2013
- Récoltes des olives en dépit des menaces israéliennes sur les frontières de Gaza - 30 octobre 2013
- L’Aïd apporte sa joie aux enfants assiégés de Gaza - 19 octobre 2013
- Gaza : la réaction des Palestiniens face à la violente répression en Égypte - 24 août 2013

2 juillet 2014 - Al Monitor - Vous pouvez consultez cet article à :
http://www.al-monitor.com/pulse/ori...
Traduction : Info-Palestine.eu - Al-Mukhtar


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.