DERNIERE MISE A JOUR : lundi 30 mai 2016 - 07h:06

Vous êtes ici : Accueil > Dossiers > Palestine > Analyses

Que pensent les Gazaouis de la guerre, du Jihad, du Hamas, de l’Égypte, de l’avenir ?

jeudi 7 août 2014 - 07h:21

Mohammed Omer

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Des Gazaouis donnent leurs points de vue sur la résistance armée, le Hamas, Mahmoud Abbas, le rôle de l’Égypte... ainsi que sur l’avenir.

JPEG - 103.5 ko
Une femme palestinienne porte son enfant au milieu des décombres à Gaza, le 1er août 2014 - Photo : MEE/Mohammed Asad

Dans un rare moment de calme, des habitants de la bande de Gaza ont été interrogés par MEE sur la dernière guerre d’Israël contre la bande de Gaza et la réponse palestinienne. Voici quelques-unes de leurs réponses, toutes très réfléchies.

Nashaat Al Wehidi, 47 ans, auteur :

« Aujourd’hui, il y a un consensus national sur la résistance, alors que Israël attaque en permanence. Je me réfère à un groupe de factions militaires palestiniennes qui ont apporté l’espoir et la force morale aux Palestiniens sous occupation, et aux Arabes de même. La résistance palestinienne a la capacité de lutter contre l’occupant israélien et contre son ’armée qui n’a jamais été vaincue,’ l’une des forces militaires les plus stratégiques et les plus puissantes dans le monde.

« Les Palestiniens ont l’espoir que le leadership politique palestinienne dirigée par Abu Mazen [Mahmoud Abbas] revienne à la même étape réunissant islamisme et nationalisme, afin de conduire le projet national pour mettre fin à l’occupation israélienne de la Palestine, imposer la libération des prisonniers et le retour des réfugiés palestiniens.

« J’ai une fille de 7 ans, elle a déjà vécu trois guerres avec Israël, qui ont tué près de 5000 Palestiniens. Lorsque nous parlons de guerre, nous incluons l’impact physique, psychologique et émotionnel sur les enfants palestiniens dès le premier instant où ils sont nés. Beaucoup d’enfants dans le monde ne peuvent pas imaginer cela.

« En ce qui concerne l’Égypte, nous, Palestiniens, sommes dans l’attente d’un dirigeant égyptien pouvant jouer un rôle longtemps absent de la scène arabe, depuis l’époque de Mustafa Hafed - l’Égyptien qui a été tué en Palestine par un engin explosif israélien, et dont le nom est encore honoré avec une école qui porte son nom dans la bande de Gaza. Abdelaziz a été tué en Palestine aux mains des forces d’occupation israéliennes. Nous nous souvenons aussi d’Ahmed Abdelaziz qui a été assassiné en même temps que d’autres officiers et soldats égyptiens dans le Sinaï aux mains des forces israéliennes forces qui les avaient faits prisonniers, désarmés, puis leur avaient attaché les mains derrière le dos puis exécutés, tous, sauf un ou deux - leur faisant creuser les fosses communes avant de les exécuter. Les ordres supérieurs d’Israël étaient de ne faire aucun prisonnier. Les Égyptiens doivent se rappeler ces faits, et nous, en tant que Palestiniens, avons besoin que l’Égypte agisse avec nous pour la réunification arabe. La relation entre l’Égypte et la Palestine n’est pas simple. Nos deux nations ont à la fois les relations humaines et historiques. L’Égypte est considérée, pour tous les Arabes, comme le cœur et le pouls qui combinent les espoirs et les douleurs de toutes les nations arabes.

« Quand je parle de ma fille Areej, je dois mentionner la défaite en Juin 1967. Je suis né à cette époque, qui était difficile pour les mouvements islamiques et nationaux. Depuis, j’ai vécu plusieurs guerres jusqu’à celle d’aujourd’hui, .. 2014.

« Malgré notre douleur et les armes lourdes israéliennes qui nous mettent en pièces, j’insiste sur le fait que les personnes âgées meurent et que les jeunes n’oublient jamais. »

Hekmat Abu Zakary, 32 ans, administrateur public :

« Le Hamas est un groupe de la résistance palestinienne qui défend les terres palestiniennes qu’Israël occupe. Je suis en désaccord avec lui idéologiquement et avec certaines de ses politiques. Ma prise de distance avec leur idéologie remonte à la période où ils étaient en concurrence pour la gouvernance de Gaza, avec des confrontations militaires avec le Fatah et les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne dirigées par Abu Mazen. Cela a fait que le Hamas a perdu en popularité, parce qu’il voulait mettre en œuvre ses principes et ses convictions avec le peuple palestinien. Cependant, en tant que mouvement de résistance légitime, je les respecte, en particulier pour leur résistance à Israël, qui poursuit depuis tant d’années ses massacres contre les Palestiniens.

« C’est comme pour le Jihad islamique. C’est un mouvement qui a toujours su éviter les disputes politiques, gagnant ainsi le respect de nombreuses personnes. Il s’est mis à l’écart du travail politique et est uniquement axé sur la résistance à l’occupation israélienne. Cela fait qu’ils sont très respectés au sein de la population palestinienne, même si certains Palestiniens peuvent les voir comme une extension du régime iranien en Palestine. Mais ce n’est pas un problème pour moi.

« Les fondements de la résistance palestinienne, c’est de défendre les droits des Palestiniens, et je respecte cela, aussi longtemps que le pistolet est dirigé vers l’occupant israélien et que son but est de résister à l’occupation pour la liberté des Palestiniens.

« Je crois que l’Égypte, en tant que pays voisin, restera le défenseur de la bande de Gaza. Parce que la relation géographique et humaine entre nous fait que l’Égypte est toujours présente, même si elle est absente de la scène en raison d’un système politique qui rend les choses difficiles. Mais il n’y a pas d’alternative à l’Égypte, elle doit revenir sur scène.

« En ce qui concerne Mahmoud Abbas, il est toujours président de la Palestine, peu importe combien nous sommes en accord ou en désaccord avec lui. Il met en œuvre une politique qu’il considère comme un service rendu au peuple palestinien et à ses aspirations, tandis que les mouvements islamiques peuvent avoir des opinions différentes. Mais je pense qu’un vaste secteur de la population palestinienne le soutient, en dépit de ses erreurs ».

Abdelmajeed Abu Nasser, 22 ans, étudiant :

« Je crois que le Hamas est un mouvement qui défend les droits des Palestiniens. Je le vois comme une armée potentielle de défense et je le respecte hautement. Le Jihad islamique est aussi une extension du Hamas, agissant pour un objectif : libérer la Palestine de l’occupation. Je respecte le Jihad islamique aussi parce qu’il ne s’implique pas dans la politique palestinienne, mais place tous ses efforts dans la lutte contre le projet sioniste en Palestine.

« Je vois Mahmoud Abbas comme le président palestinien légitime et je le respecte pour avoir porté la cause de la Palestine sur la scène internationale. Maintenant Abbas se tient aux côtés de son peuple dans la bande de Gaza, après avoir compris qu’Israël avait peu à lui offrir en réelles négociations.

« Quant à l’Égypte, avec [le président égyptien Abdul-Fattah] al-Sisi en charge, le gouvernement du Caire se trouve en Israël de A à Z, approuvant le blocus israélien de la bande de Gaza et la fermeture du passage de Rafah pour les malades et les blessés coincés à l’intérieur du territoire assiégé. À l’époque de [l’ancien président égyptien Mohamed] Morsi, les choses étaient plus faciles pour nous. Pendant la guerre israélienne de 2012 contre Gaza, Morsi a envoyé son premier ministre suivre de près la situation. Je regrette le temps de Morsi, quand nous avons sentis un peu de liberté et d’attention venant de nos voisins. »

Hassan Nakhala, 23 ans, universitaire :

« Le Hamas est un mouvement de résistance qui se bat pour la libération de la Palestine, du Jourdain à la mer Méditerranée. Il essaie de résister à l’occupation par tous les moyens disponibles. Nous avons vu le Hamas se développer au fil des ans. Toute personne qui résiste à l’occupation, je la respecte beaucoup. Le Hamas nous donne la fierté d’avoir capturer des soldats israéliens pour les échanger contre nos prisonniers palestiniens. Israël n’est pourtant pas disposé à les libérer.

« Jihad islamique est aussi un mouvement de résistance avec des objectifs pour libérer la Palestine, par l’adoption du projet islamique. Je ne sais pas pourquoi ils ont des réserves quand il s’agit de se joindre à un gouvernement, mais je sais que dans la précédente guerre de 2012, le Jihad islamique a joué un rôle dans les combats, et maintenant il a un rôle essentiel dans la médiation entre l’Égypte et le Hamas.

« En ce qui concerne Abbas, il est le président de la Palestine, mais il est censé se tenir aux côtés de son peuple. Il devrait arrêter la coordination de sécurité avec Israël. La résistance conduite par le Hamas à Gaza est plus puisante en raison de leur volonté de lutter contre les collaborateurs. En Cisjordanie, les forces de sécurité du président Abbas ne permettent pas aux gens de résister à l’occupation.

« Pendant la période de Morsi, l’Égypte a joué un rôle différent dans la guerre 2012 contre la bande de Gaza, mais maintenant nous sommes toujours en état de siège et même les fournitures médicales ne passent plus. Dans la première agression, à l’époque de Moubarak, la guerre avait été annoncé du Caire, mais Moubarak avait promis qu’il ne permettrait pas que les Palestiniens meurent de faim. Mais maintenant, au cours de cette guerre israélienne, nos tunnels de survie ont été fermés et l’approvisionnement en eau et en électricité est gravement diminué. L’Égypte ne joue plus son rôle de médiateur. Je vois que l’ Égypte est un parti qui impose le siège israélien. Nous espérons que l’Égypte, comme nous la connaissons, retourne à son ancien rôle, en contribuant à un honorable accord de cessez-le pour les factions palestiniennes. »

Ibtissam Al-Khalili, 48 ans, femme au foyer :

« Le Hamas :.... Je pense qu’ils sont bons. Qu’Allah les bénisse pour le travail qu’ils font. Ce sont eux qui vont nous sauver du siège imposé par Israël. Nous avons seulement Allah, puis ensuite le Hamas. Je les ai toujours respectés pour le travail qu’ils font, ils nous ont toujours aidés, de façon charitable. Ils aident beaucoup de femmes et d’enfants orphelins alors que le reste du monde leur a tourné le dos. »

« Le Jihad islamique :... Qu’Allah les protège pour nous défendre avec leurs roquettes, lorsque nous sommes attaqués chaque jour par Israël. Ils vont nous sauver et nous rendre la vie. Nous vivons maintenant dans l’ombre de leur résistance. Avant on nous tuaient sans raison, et aujourd’hui, nous sommes encore tués, mais au moins nous avons la résistance. Plus Israël nous frappe, moins nous avons de gens vers qui se tourner. Sauf eux. Les frontières sont fermées et nos frères arabes nous ont oubliés.

« Je ne suis pas satisfaite avec l’Égypte, Sisi est censé être musulman, mais il regarde les corps de nos enfants déchiquetés par les armes d’Israël et nos maisons démolies dessus de nos têtes. Le gouvernement égyptien soutient Israël et non les Palestiniens. Sisi n’a pas vu le petit enfant de Gaza dont le cerveau s’est répandu sur sa tête ? Il aurait dû agir plus humainement. Sisi ne peut dans le même temps prôner un cessez-le-feu et aider l’oppresseur israélien.

« Abbas ne fait que regarder, comme le reste du monde. Abbas et Sisi ne se comportent pas de façon honnête. Ils se sont vendus à Israël et aux États-Unis. Je me souviens toujours de ces deux-là dans mes prières et je demande à Allah de les punir. Abbas nous traite... comme un pays qui a besoin de charité, nous envoyant des médicaments comme si nous étions un pays pauvre d’Afrique, et non sa propre nation palestinienne. »

Othman Swaliem, 38 ans, chauffeur de taxi :

« Je n’ai jamais aimé le Hamas, parce que je suis en désaccord avec leur approche pour la fin du conflit, mais je crains que nous ne pouvons pas obtenir nos droits par d’autres méthodes. Israël a fait échouer Abbas dans les négociations et a renforcé le Hamas en faisant que les gens comme moi les considèrent comme la seule option pour changer une triste réalité. Le siège est en train de tuer les gens comme moi qui ont besoin de nourrir 8 enfants. Maintenant, les combattants du Hamas sacrifient leur vie et gagnent notre respect pour tenter une nouvelle approche - qui est la lutte armée - pour imposer la fin du siège israélien et l’ouverture des frontières vers la liberté.

« Le Jihad islamique a toujours été un bon combattant sur ​​le terrain. Je n’ai jamais eu de problèmes avec eux. Ils sont moins radicaux que le Hamas, mais leur relation avec l’Égypte devrait ouvrir des portes pour le Hamas en Égypte, après avoir été maltraité par Sisi après que le président Morsi ait été renversé.

Quant à Abbas, je voudrais qu’il accorde plus d’attention à des gens comme nous qui sommes perdus après 7 années de siège et des divisions entre factions palestiniennes. Je comprends qu’il a fait de son mieux avec Israël, offrant ainsi de nombreux compromis. Mais, mon conseil pour lui, c’est qu’il démantèle l’Autorité palestinienne et le monde dira : « Nous en avons fini et c’est l’occupant, Israël, qui doit assumer la responsabilité de fournir des services. Si vous gardez un animal dans un zoo, vous êtes obligé de prendre soin de lui. Vous ne pouvez pas le laisser mourir de faim.

« Quand il est question de l’Égypte, je ne peux m’empêcher de voir l’image de Sisi. Il a fait tant de dégâts pour nous, nous amenant à un point d’étranglement, tout cela parce que certains d’entre nous soutenaient et applaudissaient Morsi. Personnellement, je suis puni, parce que, avant que Sisi ait ordonné la fermeture du passage de Rafah, j’ai fait deux ou trois voyages depuis la ville de Gaza à Rafah pour ramener des visiteurs internationaux arrivant avec de l’argent à dépenser ici, et permettant de voir aussi de nouveaux visages, amenant des sourires au milieu de toute cette dépression. Rien de tout cela n’existe plus aujourd’hui. L’Égypte assume la responsabilité. Je ne peux pas dire que je suis en colère contre eux, mais je reste silencieux, malheureux. Alors que la révolution avait mis fin à l’ère de la tyrannie en Égypte, celle-ci a depuis été rétablie et s’étend maintenant jusqu’à nous car Israël et le régime égyptien travaillent main dans la main. Je souhaite que nous puissions retrouver l’ancienne Égypte que nous avions adorée. »

JPEG - 2.7 ko

* Mohammed Omer est un journaliste palestino-néerlandais renommé, basé à Gaza.

Du même auteur :

- Quand un refuge devient une cible - 2 août 2014
- En cette fin de Ramadan, les Israéliens se livrent à leur sport favori : tuer ! - 30 juillet 2014
- Gaza, pulvérisée, est devenue méconnaissable - 27 juillet 2014
- L’unique réseau cellulaire pourrait être interrompu à Gaza - 25 juillet 2014
- Israël commet un carnage dans le quartier de Shejaiya à Gaza - 21 juillet 2014
- La résistance palestinienne a renforcé la capacité de ses armes - 18 juillet 2014
- Chaque crime israélien renforce le soutien populaire au Hamas - 12 juillet 2014
- Fin de la trêve et invasion israélienne dans Gaza - 18 juillet 2014
- Gaza sévèrement touché par une pénurie de nourriture et d’eau conjuguée à un envol des prix - 14 juillet 2014
- Chaque crime israélien renforce le soutien populaire au Hamas - 12 juillet 2014

3 août 2014 - Middle East Eye - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.middleeasteye.net/news/w...
Traduction : Info-Palestine.eu - Naguib


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.