DERNIERE MISE A JOUR : jeudi 25 août 2016 - 07h:12

Vous êtes ici : Accueil > Dossiers > Palestine > Analyses

La résistance palestinienne a renforcé la capacité de ses armes

vendredi 18 juillet 2014 - 08h:02

Mohammed Omer

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Un expert dans les affaires du Hamas affirme que son usage des tunnels afin de lancer des incursions, sa capacité à repousser les raids des commandos israéliens et son utilisation de puissantes roquettes fabriquées à Gaza, sont les signes d’une maturité militaire sans cesse croissante.

JPEG - 55.3 ko
Un combattant des Brigades Izz al-Din al-Qassam - Photo : AFP

La force représentée par le Hamas est basée sur le potentiel militaire du mouvement, c’est-à-dire sa capacité à user de la force contre l’ennemi. À la fois des ingénieurs et des combattants de la branche armée du Hamas, les Brigades Izz al-Din al-Qassam, ont trouvé la mort au cours des années de sorte que le groupe puisse construire ce que cette capacité militaire est devenue aujourd’hui.

Cela a été un processus douloureux d’essais et d’erreurs, disent les analystes. Lorsque le Hamas a été créé en 1987, il ne pensait pas faire plus que se servir de l’emblématique fusil israélien Uzi. Maintenant, il dispose de missiles M-75 qui, avec une portée d’environ 80 km, peuvent aller jusqu’à Tel-Aviv.

La capacité du Hamas à repousser deux débarquements des forces spéciales israéliennes par la mer et disposant d’une couverture aérienne la dernière semaine, n’est pas passé inaperçue à l’échelle internationale. Le Hamas a également immobilisé des chars israéliens et lancé des incursions par des tunnels, soulevant des questions quant à la capacité que l’aile militaire a pu développer depuis l’attaque israélienne de 2008-2009.

« Les guerres de 2008-9 et 2012 ont été instructives pour le Hamas. Maintenant, nous voyons l’introduction de nouvelles roquettes », a déclaré Ibrahim Al-Madhoun, un expert dans les affaires du Hamas. « Sa capacité militaire s’est améliorée en qualité et en quantité. »

Madhoun explique que le progrès a été tiré d’expériences douloureuses dans l’opération israélienne de 2008-2009. Par exemple, les Brigades al-Qassam ont introduit de nouveaux missiles capables de frapper des tanks à une plus grande distance, comme l’ogive russe Tandem, qui peut pénétrer jusqu’à 9 cms de blindage de char. Ce n’est pas comme en 2008, où les missiles P7 et RPG-7 échouaient à obtenir ce résultat à plus courte distance.

Bien qu’il n’y ait aucune information sur le nombre d’exemplaires du modèle russe Tandem dont dispose la résistance, Madhoun dit qu’il y a encore d’autres armes que le Hamas réserve comme une « surprise » en cas d’invasions terrestres dans la bande de Gaza.

« Les tunnels entre les villes sont un autre facteur qui permet au Hamas des tactiques défensives et qui lui donne la capacité de surprendre Israël », a-t-il ajouté. L’armée israélienne a déclaré jeudi qu’elle avait riposté à une incursion par le Hamas dans une zone fortifiée près de la colonie juive de Sufa - mais les Brigades al-Qassam ont déclaré de leur côté qu’elles avaient réussi leur « mission » au cours du raid souterrain.

Cerveau militaire

Ahmed Jabari, commandant en chef des Brigades Qassam qui a été assassiné dans un raid aérien israélien en novembre 2012, est largement considéré comme le responsable de la planification d’une capacité nationale de fabrication de missiles, développée au mépris d’un blocus israélo-égyptien sur la bande. En l’honneur de Jabari, le Hamas a lancé deux nouveaux modèles de missiles : les J80 et J160.

Le groupe a également connu des améliorations dans la formation et la spécialisation dans les différentes divisions, y compris les explosifs, l’ingénierie, le lancement de fusées, les tireurs d’élite, la défense navale et aérienne et les unités de production d’armes, selon les analystes.

Depuis 1987, année où le Hamas est apparu, la variété et la gamme des armes dont dispose le groupe - deux secrets bien gardés - n’ont cessé de s’améliorer.

La fabrication d’armes par l’aile armée du Hamas est un processus évolutif qui, selon Al-Madhoun, a été en progrès constant, grâce au temps passé et à la détermination du commandement militaire.

En comparaison avec 2008 et 2012, lorsque selon les experts à Gaza, Israël aurait pris le Hamas par surprise, la réponse du Hamas dans le conflit actuel suggère qu’il est plus conscient de ses forces et de ses faiblesses.

Les modes de tirs de roquettes à partir de Gaza semblent cohérents au cours des 10 derniers jours de la guerre, et selon certaines estimations, le Hamas est toujours bien en dessous des 20% de ses capacités en armes, dit Madhoun.

En effet, toujours selon Madhoun, d’autres divisions n’ont toujours pas utilisé leur pleine capacité militaire, ce qui laisse supposer des capacités correspondant à des mois de tirs de roquettes.

« Il y a aussi plus de ressources humaines ni utilisées ni épuisées », dit-il, indiquant que la réponse à ce jour s’est concentrée sur les attaques avec des fusées, et ce nombre de fusées est « ni en augmentation, ni en diminution ».

« Je crois que - en général - la résistance de Gaza n’est pas encore en mouvement à pleine vitesse », dit-il à MEE.

Au cours des 10 derniers jours, les frappes d’Israël ont assassiné 230 Palestiniens et blessé 1700 autres, la grande majorité d’entre eux étant des civils, principalement des enfants et des femmes selon les Nations Unies.

Un commandant de l’aile navale des Brigades al-Qassam, le commandant Mohammed Shaban a été tué, mais Madhoun dit que Shaban n’était pas un responsable, mais un opérationnel et que quelques centaines de combattants restent dans l’unité de marine. Dans le passé, des membres d’al-Qassam ont été tués, soit alors qu’ils allaient lancer des roquettes, soit sur le chemin du retour.

Les plans israéliens pour une invasion terrestre dans les prochains jours ont suscité des déclarations provocatrices des Brigades al-Qassam, qui ont dit que ce serait pour elles « la meilleure option pour libérer nos prisonniers palestiniens ».

En 2003, les dirigeants du Hamas ont estimé le nombre de soldats dans les rangs des Brigades à environ 20 000. Toutefois, certains observateurs estiment que ce chiffre est plus proche de 40 000.

Une raison à cela est que, après que le Hamas ait remporté les élections dans la bande de Gaza en 2006, les limites dans le recrutement militaire ont été étendues par le gouvernement dirigé par le Hamas. Le groupe est également en liens étroits avec d’autres factions qui ont chacune quelques milliers de combattants.

En dépit de ses technologies de surveillance, Israël n’a qu’une petite idée de la taille exacte de l’arsenal de roquettes al-Qassam. « Cet arsenal est produit en grande partie localement - mais oui, le Hamas a également bénéficié du chaos en Libye, qui lui a permis d’importer des missiles ».

Un analyste du groupe de consultance Jane Intelligence basé à Londres a déclaré à Reuters cette semaine que dans cette offensive, les Brigades ont dévoilé de nouvelles fusées et nouveaux lanceurs qu’elles ont elles-mêmes fabriquées, et les combattants sont donc moins dépendants des armes de contrebande.

Alors que l’Iran a toujours été considérée comme le principal mécène de la capacité militaire des Brigades al-Qassam, Madhoun dit que leur relation s’était dégradée ces derniers temps après que le Hamas n’ait pas suivi Téhéran dans sa volonté de soutenir le président Bachar al-Assad en Syrie.

Un autre signe de l’amélioration des capacités militaires du Hamas est sa maîtrise technologie dans l’usage de drones. Lundi, l’armée israélienne a annoncé qu’elle avait abattu un drone baptisé Ababeel par le Hamas, qui l’a présenté comme son premier véhicule aérien sans pilote et porteur de bombes.

Attention à l’invasion

Selon Madhoun, l’utilisation du Kornet, missile guidé russe anti-char guidé et utilisé à quatre reprises par le Hamas et le Djihad islamique a fait réfléchir Israël à deux fois avant de lancer une invasion terrestre qui conduirait à de nombreuses victimes parmi les troupes israéliennes.

Il ajoute que ce serait une erreur de sous-estimer la capacité du Hamas à faire face aux troupes israéliennes.

« Une tactique utile pour le Hamas est la capture des soldats israéliens et il s’est avéré plus que capable de le faire », a-t-il ajouté.

S’il lance une invasion terrestre, Israël est susceptible d’être confronté non seulement à une force militaire renouvelée du Hamas et à ses techniques de combat, mais aussi à un grand nombre de tués et à une forte critique internationale à cause de sa tactique de « la terre brûlée », a encore déclaré Madhoun.

JPEG - 2.7 ko

* Mohammed Omer est un journaliste palestino-néerlandais renommé, basé à Gaza.

Du même auteur :

- Fin de la trêve et invasion israélienne dans Gaza - 18 juillet 2014
- Gaza sévèrement touché par une pénurie de nourriture et d’eau conjuguée à un envol des prix - 14 juillet 2014
- Chaque crime israélien renforce le soutien populaire au Hamas - 12 juillet 2014

17 juillet 2014 - Middle East Eye - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.middleeasteye.net/news/h...
Traduction : Info-Palestine.eu - Naguib


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.