DERNIERE MISE A JOUR : lundi 26 septembre 2016 - 09h:13

Quand un refuge devient une cible

samedi 2 août 2014 - 07h:18

Mohammed Omer

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Depuis qu’une attaque israélienne a frappé une école des Nations Unies dans la nuit, les enfants de Gaza craignent d’aller dormir. Leurs parents savent à présent que les écoles et les hôpitaux, traditionnellement considérés comme des refuges, sont clairement devenus des cibles.

JPEG - 32.7 ko
Abu Shanab, 8 ans, reste profondément traumatisé par les bombardements - Photo : MEE/Mohammed Omer

GAZA - « Dans la nuit, je suis effrayé par les bombardements, les missiles et la pensée du sang des blessés dans la rue », dit Karam Abu Shanab, âgé de 8 ans.

« Je ne peux pas dormir la nuit, mon esprit est rempli de mauvaises images de bombes israéliennes, » dit-il à sa mère, qui affirme que ses trois autres enfants Saleh, Malak et Sjoud, sont tous incapables de dormir après avoir entendu la façon dont les enfants ont été bombardés dans leur sommeil dans les écoles de l’UNRWA dans Jabaliyia.

Karam est en train de prendre refuge dans l’école al-Rafdeen dans la ville de Gaza. Parmi les enfants, il y a de constantes discussions sur la façon dont l’école a été bombardée et comment les parents ne peuvent rien empêcher.

Il y a eu au moins 19 morts dans l’attaque du camp de réfugiés de Jabalyia et 200 autres ont été blessés. Israël a été accusé d’avoir violé les lois internationales et son attaque a été également condamné par l’ONU comme « une source de honte universelle ».

Les familles, comme Karam, sa mère et ses trois frères étaient abrités là, imaginant qu’il s’agissait d’un endroit sûr - mais personne n’est à l’abri.

« Tout le monde est une cible ici, mais où faut-il aller ? » Demande Umm Karam, tout en serrant ses enfants qui craignent le prochain raid aérien israélien. « Tous les jours », dit-elle à MEE, « je regarde mes enfants, et je les embrasse pour qu’ils se sentent sains et saufs. »

Il y a environ 10 jours, Karam Abu Shanab a perdu sa maison et tous ses effets personnels dans le bombardement de l’est de la ville de Gaza. À présent, l’école al-Rafedeen est le seul refuge qu’il lui reste. Sa maison était l’une des 747 maisons endommagées ou totalement détruites depuis que l’offensive d’Israël a commencé, il y a plus de 3 semaines.

Selon les Nations Unies, plus de 240 000 Palestiniens ont maintenant trouvé refuge dans les écoles gérées par l’ONU ou par les autorités de Gaza, dans des abris informels ou chez des parents et amis.

À l’intérieur des écoles de l’UNRWA, les réfugiés de Gaza ne se sentent pas en sécurité. Certains ont fui les écoles pour trouver un autre abri après qu’Israël ait attaqué la deuxième école des Nations Unies en l’espace d’une semaine, ce mercredi - une école de l’ONU qu’Israël savait être utilisée comme un abri pour les civils.

Selon les Nations Unies, cette attaque porte le nombre d’écoles attaquées et endommagées à au moins 133 installations, et 23 autres établissements de santé ont également été pris pour cible.

Umm Ahmed Suhawil, 54 ans, sait que les écoles sont ciblées. Elle a envisagé d’essayer de se réfugier dans un hôpital, mais ce n’est pas une option sûre car les hôpitaux ont également été directement visés par des tirs israéliens.

Jeudi matin, un obus d’artillerie israélien a frappé l’hôpital al-Aqsa à Deir el Balah, dans le centre de Gaza, blessant une infirmière. La semaine précédente, le même hôpital avait été touché par 10 obus de chars israéliens qui ont fait cinq morts et 70 blessés, a déclaré le Dr Khalil Khattab.

Certaines familles ont décidé de se séparer et d’aller dans différents abris en espérant que quand Israël attaquera à nouveau, au moins certains membres de la famille pourraient survivre.

En tant que mère et grand-mère, Suhawil prend soin de 17 enfants dans leur maison de famille à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza.

« J’ai dû quitter la maison lorsque les troupes israéliennes ont appelé, me disant que je devais évacuer la maison - ce que j’ai fait, en venant ici, » dit-elle en s’occupant de sous-vêtements d’enfants pour les faire sécher sur une fenêtre d’une salle de classe.

Elle ajoute qu’elle n’était pas immédiatement partie, jusqu’au moment où elle a vu ses voisins partir. « Heureusement, nous sommes partis parce que des obus de chars israéliens sont tombés comme la pluie quelques instants plus tard. »

Elle et sa famille n’ont guère eu le temps de rassembler les fournitures d’urgence. Ils sont partis avec seulement leurs vêtements sur le dos, ne sachant pas s’ils allaient jamais rentrer chez eux. Certains des enfants étaient pieds nus.

« Il était tôt le matin, j’ai traîné tout le monde en dehors du lit avec l’aide de mon fils et sa femme, » dit-elle, essayant de consoler sa fille, Fatima, âgée de 10 ans et qui pleure à nouveau au bruit d’un missile israélien explosant à proximité.

« Maintenant, les enfants craignent tout, tous les sons, même un claquement de porte les rend tendus, les fait crier et trembler et ils se tiennent fermement à moi », dit-elle, tout en posant ses mains sur celles de Fatima.

Suhwail décrit les moments d’horreur quand ils ont quitté la maison. Elle craignait de laisser derrière elle l’un des enfants ; elle a couru en arrière pour s’assurer que tous les enfants étaient toujours avec elle.

JPEG - 58.5 ko
Fatima ne veut pas connaître le même sort que ceux qui ont été tués dans le bombardement de l’école - Photo : MEE/Mohammed Omer

Quand Israël et le Hamas ont convenu d’un cessez-le feu humanitaire de 12 heures la semaine dernière, elle a couru à la maison pour prendre des vêtements de rechange - mais elle ne reconnaissait plus rien après le bombardement israélien.

« Ce n’était pas possible de dire quelle partie était la rue, et qu’est-ce qui avait été notre maison - jusqu’à ce que j’ai vu nos vêtements brûlés dans les décombres - aucun n’était plus utilisable, » dit Suhwail avec des larmes dans ses yeux.

Sa fille Fatima insiste pour dire à sa mère qu’elle ne voulait pas que son destin soit la même que les enfants qui ont été tués et blessés dans l’attentat de mercredi dans l’école de l’UNRWA. En larmes, elle demande : « Maman, partons d’ici, s’il te plaît ? »

Sa mère tente de la réconforter avec peu de succès - elle ne se sait pas où ils pourraient aller. Elle explique que Fatima a été très malade pendant plus d’une semaine à cause des bombardements constants et du fait de vivre dans une salle de classe bondée.

« La nuit, je crains les bombardements. Je ne peux pas dormir, j’ai mal au ventre et j’ai mal aux oreilles », dit l’enfant doucement alors qu’elle est à peine capable de parler sans douleur.

« Les roquettes et les bombes me font peur et je ressens de la douleur - le bourdonnement des chars me fait peur », ajoute Fatima.

Il y a dix jours, elle pouvait entendre les bruits de chars et des bulldozers, mais maintenant dans le nouvel l’abri, elle entend les F16, les drones et les bombardements par les chars et les navires de guerre.

Fatima avait demandé à sa mère de ramener son jouet préféré - une poupée-jeune mariée-, quand elle est retournée à sa maison détruite pour tenter de trouver des vêtements.

« Je veux rentrer à la maison, maman, et dormir dans ma chambre comme d’habitude avec mes sœurs et nous préparer le matin pour l’école », dit-elle.

Mais que Fatima le veuille ou non - c’est leur nouvelle réalité et c’est l’école Rafedeen qui est maintenant la maison pour la famille Suhawil. Mais quand l’école commencera à nouveau en septembre, les étudiants et les enseignants auront besoin de leurs salles de classe.

« Où allons-nous partir alors ? Je n’en ai aucune idée, » nous dit Suhwail, la maman de Fatima.

JPEG - 2.7 ko

* Mohammed Omer est un journaliste palestino-néerlandais renommé, basé à Gaza.

Du même auteur :

- En cette fin de Ramadan, les Israéliens se livrent à leur sport favori : tuer ! - 30 juillet 2014
- Gaza, pulvérisée, est devenue méconnaissable - 27 juillet 2014
- L’unique réseau cellulaire pourrait être interrompu à Gaza - 25 juillet 2014
- Israël commet un carnage dans le quartier de Shejaiya à Gaza - 21 juillet 2014
- La résistance palestinienne a renforcé la capacité de ses armes - 18 juillet 2014
- Chaque crime israélien renforce le soutien populaire au Hamas - 12 juillet 2014
- Fin de la trêve et invasion israélienne dans Gaza - 18 juillet 2014
- Gaza sévèrement touché par une pénurie de nourriture et d’eau conjuguée à un envol des prix - 14 juillet 2014
- Chaque crime israélien renforce le soutien populaire au Hamas - 12 juillet 2014

1er août 2014 - Middle East Eye - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.middleeasteye.net/news/w...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.