DERNIERE MISE A JOUR : vendredi 30 septembre 2016 - 20h:01

Touché par la campagne de boycott, Véolia se retire d’un important appel d’offres à Londres

samedi 22 décembre 2012 - 07h:13

Ali Abunimah

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Dans un contexte de forte opposition à sa candidature, Véolia, le profiteur de l’occupation israélienne de la Palestine, a retiré son offre pour un contrat important à Londres alors que les compétiteurs sont dans la phase finale de la procédure.

JPEG - 47.7 ko
Novembre 2012 - Manifestation contre Véolia à Londres - Photo : No2VAG

« L’Autorité du service de gestion des déchets du nord de Londres (NWLA), a reçu l’avis des Services Environnementaux de Véolia qu’ils ne concourent plus à l’appel d’offres pour le service des déchets ni pour un contrat de leur réutilisation sous forme de combustible, » ont fait savoir le 21 décembre les autorités qui chapeautent l’ensemble de ces services dans l’agglomération londonienne.

La déclaration confirme en même temps que « Véolia avait été sélectionné en liste courte pour les deux contrats, » qui recouvrent une valeur totale de quatre milliards de livres sterling (3, 25 milliards d’euros)

L’annonce a été faite alors que se développait une campagne contre la participation de Véolia, menée par l’association No to Veolia Action Group.

En novembre dernier, Richard Falk, le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme dans les territoires Palestiniens occupés, avait écrit au NLWA pour l’inviter à ne pas attribuer ces contrats à Véolia « à cause de sa profonde et permanente complicité avec des violations israéliennes du droit international. » Il avait prévenu le NLWA que « permettre à Véolia de disposer de fonds public peut violer l’obligation juridique internationale du Royaume-Uni de ne pas faciliter des violations israéliennes du droit international. »

Véolia et ses diverses filiales sont impliquées dans un certain nombre de projets israéliens dans des colonies - illégales au regard du droit international - dans les territoires palestiniens occupés, dont la mise en place et l’exploitation du tramway de Jérusalem et l’exploitation de la décharge de Tovlan.

L’intervention de Falk a été relevée par les médias qui ont ensuite développé des critiques à l’égard du Conseil de Hackney, une d’autorités dépendante du NLWA, pour avoir empêché un membre de l’association opposée à Véolia de prendre la parole à une de ses réunions. Les groupes lobbyistes israéliens s’étaient plus tard vantés publiquement du rôle qu’ils avaient joué dans cet acte de censure.

Faisant bon accueil à ces nouvelles, Yael Kahn, porte-parole du No To Veolia Action Group, a indiqué dans un communiqué de presse : « Notre stratégie pour forcer les conseillers à considérer sérieusement et à discuter publiquement les questions en jeu, et les actions prévues [par l’association] ont joué un rôle certain et permis d’atteindre notre but d’éliminer Véolia de l’appel d’offres du NLWA. »

L’ingénieur Rob Langlands, un autre membre du groupe, a déclaré de son côté que les propositions de Veolia n’auraient en plus pas été rentables ni favorables du point de vue de l’environnement : « Je vois avec grand plaisir qu’en raison de l’implication actuelle de Véolia dans les colonies israéliennes, ses offres ont été maintenant mises à la poubelle. »

Devoir se retirer de ce concours à Londres est le dernier revers pour ce profiteur multinational de l’occupation israélienne, qui s’est vu refuser des contrats dans plusieurs villes européennes à la suite des campagnes des militants de la solidarité avec la Palestine.

Dans ce qui peut être une première aux États-Unis, la ville de St Louis, dans le Missouri, à cette semaine refusé un contrat avec Véolia en attendant les résultats d’une enquête sur les activités de la société, après une campagne du Comité de Solidarité de St Louis avec la Palestine. La radio publique locale a signalé que la décision était due à des « soucis concernant les pratiques en matière des droits de l’homme de la société, ainsi que sur sa situation financière. »

Lire également :

- Un rapporteur spécial de l’ONU préconise le boycott des compagnies qui font des affaires avec les colonies israéliennes - 27 octobre 2012
- Liverpool a annulé le salon sur l’Environnement du 31 juillet 2012 sponsorisé par Veolia - 15 août 2012
- Veolia toujours active dans les dépôts d’ordures des colons israéliens - 5 août 2012
- Veolia traite les eaux usées de la colonie Modi’in Illit - 13 février 2012
- Veolia se retire du transit et des secteurs en régression en Israël - 16 décembre 2011
- Le Conseil syndical des transports londoniens rejoint la Campagne pour le déraillement de Veolia et Alstom - 7 décembre 2011
- Veolia toujours impliquée dans les violations israéliennes du droit international -24 novembre 2011

21 décembre 2012 - The Electronic Intifada - Vous pouvez consulter cet article à :
http://electronicintifada.net/blogs...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.