3 décembre 2016 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Égypte : les putschistes commettent une lourde erreur en s’attaquant au Hamas

dimanche 13 avril 2014 - 14h:00

Khaled Hroub

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


L’interdiction du Hamas par l’Égypte est unique dans l’histoire des relations inter-arabes, et il est très possible qu’il y ait un retour de bâton.

JPEG - 53.1 ko
Deux millions de Palestiniens sont gravement pénalisés par la destruction par l’Égypte des tunnels à Rafah, écrit Hroub - Photo : EPA

L’actuel État « profond » de l’Égypte semble être « profond » uniquement en matière de sécurité et de bureaucratie, alors que ses réalisations en politique et stratégie continuent d’être vraiment « peu profondes ». Le dernier épisode illustrant une telle superficialité – dont la « découverte » par des militaires d’un traitement pour des maladies rénales et le Sida et - est l’interdiction du Hamas par le régime en place, déclarant illégales les activités et la présence du mouvement en Égypte.

Si les généraux égyptiens ont ressuscité les tactiques du régime de Hosni Mubarak, avec par exemple la récente nomination d’un de ses anciens protégés comme premier ministre, ces généraux paraissent en politique bien moins futés que Mubarak. Au cours des années, les relations tendues et la haine mutuelle entre Mubarak et le Hamas étaient plus qu’évidentes. Mais même à cette époque, l’Égypte paraissait plus fine en politique nationale et régionale et elle a su garder le Hamas à bord.

Erreurs de calcul

Même au point le plus bas, quand le Hamas était accusé d’avoir tué des soldats égyptiens travers les frontières de Gaza vers l’Égypte, le régime de Mubarak a estimé que maintenir des liens avec le groupe était essentiel pour le rôle régional et la politique de l’Égypte, aussi bien que pour des raisons de sécurité le long des frontières de Gaza et dans le désert de Sinaï.

C’est un principe de base en politique que la rupture des liens avec les acteurs politiques est une étape extrême que beaucoup de pays veulent éviter. Quand ces acteurs ont des responsabilités dans les pays voisins, ignorer ce principe devient stupide et se fait à un coût élevé.

En comparaison, l’Iran a maintenu ses liens avec le Hamas en dépit de la position indigne de ce dernier - du point de vue de Téhéran - concernant la révolution syrienne contre Bashar Al-Assad, un allié de premier plan pour l’Iran dans la région.

Une décision précipitée et purement émotionnel de couper tout lien avec le Hamas peut satisfaire une colère momentanée et assouvir la soif de vengeance des politiciens, mais elle est de peu de poids dans des calculs politiques.

Depuis qu’ils ont pris le pouvoir en juillet 2013, les généraux de l’armée égyptienne ont affiché toutes les formes possibles de haine à l’égard du groupe palestinien et de la bande de Gaza. Par extension, deux millions de Palestiniens subissent de nouvelles souffrances à cause de la destruction par l’Egypte des tunnels à la frontière de Rafah. Dans leur recherche effrénée de boucs émissaires, les généraux ont trouvé un cas pratique en la personne du Hamas et dans la prétendue « menace » qu’il représenterait pour la sécurité nationale égyptienne.

Les médias contrôlés par l’État se sont mis à la remorque de l’armée et ont lancé contre le Hamas une campagne accablante, à la fois dépourvue de sens et de sensibilité. Ces médias disent avoir découvert que le Hamas envisagerait d’occuper le désert du Sinaï et de l’annexer à Gaza, qu’il conspire en vue de détruire l’armée égyptienne en invitant toutes sortes de groupes militants et djihadistes, et en les formant dans le Sinaï, tuant ou kidnappant des soldats égyptiens et faisant transiter des tueurs dans la bande de Gaza par des tunnels. Le Hamas cacherait également des dirigeants des Frères musulmans dans Gaza et les aiderait à revenir au pouvoir.

Pour résumer, dans le discours politique et médiatique de l’équipe militaire au pouvoir au Caire, le Hamas est maintenant dépeint comme rien de moins qu’une superpuissance régionale.

Il est certain que le Hamas lui-même a commis de graves erreurs, avec un catalogue de mauvaises politiques et d’actions hâtives. Et l’affiliation du Hamas à la Confrérie n’est pas une nouvelle découverte et elle est plutôt bien connue de tous, y compris des gouvernements qui ont eu des conflits longs et sanglants avec la Fraternité musulmane.

Néanmoins, ces gouvernements ont entretenu des liens avec le Hamas (comme les régimes de Bachar al-Assad et de son père avant lui). Ce n’est pas non plus une découverte que le Hamas ait utilisé une partie des tunnels de contrebande pour faire entrer des armes dans la bande de Gaza.

Et ce n’est non plus pas une découverte qu’il existe des possibilités que des éléments appartenant à des groupes extrémistes violents dans le Sinaï, peuvent établir des liens avec des éléments proches du Hamas.

La mauvaise bataille

En interdisant le Hamas et en lançant une « guerre contre le terrorisme » et contre un groupe qui est largement soutenu par une partie considérable des Arabes et des musulmans, l’Égypte d’Abdel Fattah al-Sisi choisit le mauvais combat avec le mauvais parti et au plus au mauvais moment.

En fait, cette interdiction et sa « guerre » à grande échelle sont une invitation ouverte pour les groupes extrémistes dans Gaza et le Sinaï à diaboliser davantage le régime en Égypte, et à poursuivre leurs activités contre des cibles égyptiennes.

De mauvais calculs ont tous conduit l’armée et l’appareil judiciaire à prendre une décision qui n’est pas seulement de nature contradictoire, mais aussi nuisible à l’Égypte elle-même. La contradiction amplifie la confusion qui existe déjà dans le « cas juridique » contre le président déchu Mohammad Morsi, qui est accusé de « collaborer » avec le Hamas.

Si un contact avec le Hamas est un crime, alors une longue liste d’officiels, de ministres et de chefs du renseignement, avant Morsi, doivent être amenés devant la même cour de justice.

En plus de Morsi et d’autres dirigeants des Frères musulmans, il y a un certain nombre de membres du Hamas accusés d’avoir aidé les Frères à s’échapper de leurs prisons et à mener des activités illégales en Égypte. Certains des accusés sont soit morts ou en train de purgé de nombreuses années dans les prisons israéliennes.

En raison des absurdités entourant le jugement en préparation contre Morsi et les accusations de collaboration avec le Hamas, on pouvait imaginer qu’avec le report répété du procès de Morsi, les autorités trouvent un moyen d’abandonner cette affaire ou de baisser le ton. Au lieu de cela, le régime militaire persiste et s’enlise encore plus.

La myopie politique de cette initiative s’illustre aussi par les limites qu’elle impose à la diplomatie égyptienne. Le rôle de l’Égypte dans la politique palestinienne, en particulier sur la question de la réconciliation entre le Fatah et le Hamas, s’est sérieusement réduit.

Toute tentative future de l’Égypte pour parvenir à une trêve militaire entre le Hamas et Israël sera également limitée, privant l’Égypte de poids diplomatique et lui interdisant un rôle régional. La même chose s’applique pour les pourparlers de paix en cours entre les Palestiniens et Israël, qui sont entrés dans une phase très critique.

En proscrivant le Hamas, l’Égypte limite inutilement sa capacité potentielle à assumer des rôles régionaux.

La décision prise par l’Égypte d’imposer une interdiction sur les activités d’un groupe de la résistance palestinienne dans le pays, est unique dans l’histoire des relations arabes avec la Palestine. Pourtant, l’Égypte ne peut pas se permettre de boycotter un parti qui gouverne la bande de Gaza, et qui bénéficie d’ un large soutien parmi les Palestiniens.

Mais l’amateurisme des dirigeants de l’Égypte risque encore de nous surprendre, avec d’autres décisions de la sorte, à la fois risibles et tragiques.

JPEG - 1.9 ko

* Khaled Hroub est professeur au Middle Eastern Studies and Arab Media Studies au Qatar, et chargé de recherche au Centre d’études islamiques de l’Université de Cambridge.

Du même auteur :

- Le Hamas vu par un expert - 4 janvier 2009
- Khaled Hroub : Le Hamas - 1e décembre 2008
- L’évolution du Hamas - 18 septembre 2008

20 mars 2014 - Al-Jazeera - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.aljazeera.com/indepth/op...
Traduction : Info-Palestine.eu - Naguib


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.