7 avril 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

La résistance non violente dans les collines au sud de Hébron

lundi 1er février 2016 - 06h:57

Cassandra Dixon

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Les écoliers de ces villages isolés par des colonies israéliennes doivent marcher derrière une jeep militaire pour se rendre à leur école. Leurs parents ne sont pas autorisés à les accompagner.

JPEG - 38.2 ko
Cette écolière de Tuwani a été attaquée à coups de pierres par deux colons masqués, alors qu’elle cueillait des herbes avec un camarade sur le chemin quotidien de l’école. Il a fallu quatre points de suture pour sa blessure à la tête - Photo : Cassandra Dixon

Le plus gros souci dans la journée d’un écolier devrait être ses devoirs. Ou éventuellement un livre perdu, une dispute avec un ami. Sur le chemin de l’école, aucun enfant ne devrait être régulièrement confronté à des soldats armés ni craindre d’être pourchassé et agressé par des adultes en colère.

Mais pour les enfants palestiniens qui vivent avec leur famille dans les petits villages ruraux composant les South Hebron Hills (SHH), dans le Sud de la Cisjordanie, c’est bien ainsi que commencent les journées de classe. Des colonies et des avant-postes illégaux isolent et séparent leurs villages, et les soldats font partie de leur vie en permanence.

Jadis, le trajet entre le minuscule hameau de Tuba et l’école du village de Tuwani était une belle et calme promenade le long d’une route tranquille reliant les deux villages. Au cours des années ’80, des colons israéliens ont construit une implantation sur des terres appartenant à des propriétaires palestiniens et qui servaient de pâturages aux chèvres et aux moutons.

Après la construction de la colonie, les colons ont établi un avant-poste illégal. A présent, des élevages avicoles industriels se trouvent en travers de la route qui servait aux enfants à aller à l’école, aux fermiers à porter leur production en ville et aux familles à se rendre à Tuwani ou dans la ville plus importante de Yatta pour se faire soigner, faire des courses ou pour les études supérieures.

Entre la colonie et le poste avancé, ce qui reste de la route est fermé aux Palestiniens. Une seule exception : les enfants marchent derrière une jeep israélienne pour se rendre à leur école. Leurs parents ne sont pas autorisés à les accompagner. La vingtaine d’écoliers qui effectuent ce trajet entament leur journée scolaire dans un champ non protégé, attendant anxieusement les soldats israéliens qui vont surveiller leur trajet vers l’école.

Les villageois avaient construit des abris dans lesquels les enfants pouvaient attendre les soldats, mais les autorités israéliennes les ont tous démolis. Quand il pleut, les enfants sont trempés. Certains jours les soldats sont ceux-là même qui la veille ont pourchassé ou arrêté des bergers – bergers qui sont peut-être les frères ou les pères de ces enfants. Certains jours les soldats ont du retard, laissant le groupe d’enfants dans l’expectative, exposés aux attaques et à portée de tir de l’avant-poste.

Certains jours l’escorte militaire n’arrive pas du tout, et les enfants doivent se rendre à l’école sous la protection de volontaires internationaux, par un chemin plus long, qui longe également la colonie.

Un millier de personnes vivent dans les villages avoisinants, avec une moitié de jeunes. Malgré cela, comme les villages se situent à l’intérieur de la Zone de Tir israélienne 918, les militaires se servent de la région pour leurs entraînements. Étonnamment, en dépit de tout cela, les enfants ne ratent presque jamais une journée de classe. Les parents sont déterminés à scolariser leurs enfants.

Quand j’ai commencé mon volontariat à Tuwani, l’école n’allait que jusqu’à la troisième. A présent, grâce à la détermination de la communauté à éduquer ses enfants, les écoliers peuvent suivre tout l’enseignement secondaire dans le village, et bien que les écoles soient continuellement menacées de démolition par les bulldozers de l’armée israélienne, les villageois ont construit et pourvu en personnel des écoles primaires pour les enfants vivant dans 8 villages des environs.

Voilà à quoi peut ressembler une résistance non violente à l’occupation militaire.

Je suis reconnaissante de pouvoir passer une partie de cette année en Palestine. Depuis des années les enfants de ces villages m’enseignent la non violence.

Quelquefois la présence de travailleurs internationaux pour les droits humains armés de leur caméra a un petit impact positif sur leurs journées.

Les Américains portent une part de responsabilité dans ces enfances brisées. Les États-Unis subventionnent quelque 25 % du budget militaire d’Israël, ce qui coûte aux contribuables étatsuniens un montant généralement estimé à 2,1 milliards par an .

Je travaille avec l’organisation italienne Operation Dove. Elle soutient des Palestiniens qui résistent à l’occupation israélienne, en collaborant avec des familles qui se sont engagées à demeurer sur leurs terres. Cela inclut d’escorter les écoliers sur le chemin de l’école, et d’accompagner les familles paysannes qui font paître leurs bêtes ou s’occupent de leurs cultures.

« Operazione Colomba » aide à fournir des preuves sur les harcèlements, intimidations, arrestations, détentions, démolitions de maison, postes de contrôle, bouclages de routes, exercices militaires et attaques de colons. Les villageois s’adressent aussi à l’ONG quand ils subissent des vols et que leurs cultures ou leurs propriétés sont détruites.

La présence protectrice que fournissent les activistes ne constitue pas une solution à grande échelle à la violence qui fait intrusion dans la vie des enfants en Palestine. Néanmoins de nombreuses années de visites à ces familles m’ont convaincue qu’il est important et nécessaire de soutenir les efforts non violents des villageois et d’y participer. Les familles qui se confrontent au militarisme et à l’occupation nous aident à dépasser notre propre addiction au militarisme et à la violence.

Les enfants que j’ai rencontrés au début sont grands maintenant. Certains ont fait des études supérieures et certains ont fondé leur propre famille. Ces jeunes gens ont toutes les raisons d’être en colère. Leur enfance a été pétrie de peur, d’intimidations, de démolitions, d’arrestations et d’isolement.

Mais par ailleurs ils ont grandi en étant témoins de l’engagement inébranlable de leur communauté à résister à l’injustice par la non violence. Leurs familles les ont bien soutenus, les faisant participer à leur lutte commune pour la dignité. Contre toute attente ils grandissent avec humour et ténacité plutôt que dans l’anxiété et l’amertume. Ils sont la preuve vivante pour nous tous que l’amour peut l’emporter.

L’écolière de la photo est une fillette spirituelle et coriace. Elle insiste toujours pour que les nombreux et bizarres volontaires qui traversent sa vie sachent son nom et viennent rendre visite à sa famille.

* Cassandra Dixon est une menuisière du Wisconsin, volontaire du Réseau pour la Paix et la Justice (WNPJ) depuis de nombreuses années en Cisjordanie ainsi que dans son propre pays, notamment à la prison fédérale d’Oxford (Wisconsin).

29 janvier 2016 - The Palestine Chronicle - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.palestinechronicle.com/n...
Traduction : Info-Palestine.eu - Marie Meert


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.