8 août 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

« Que voulez-vous qu’Israël fasse ? »

vendredi 8 janvier 2016 - 05h:58

Miko Peled

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Israël est attaqué par des pays arabes qui veulent sa destruction : que voulez-vous qu’Israël fasse ?

JPEG - 92.8 ko
Un soldat israélien maltraite un médecin palestinien lors d’affrontements à Bethléem, en Cisjordanie, le 8 décembre - Photo : ActiveStills/Anne Paq

Des soldats israéliens sont attaqués au couteau par des terroristes palestiniens : que voulez-vous qu’ils fassent ? L’Iran dispose d’un potentiel nucléaire et souhaite effacer Israël de la carte : que voulez-vous qu’Israël fasse ? Le Hamas est déterminé à tuer des civils israéliens, alors : que voulez-vous qu’Israël fasse ? La liste est sans fin des choses qui ne laissent pas d’autre choix à Israël que de s’armer, d’attaquer, de tuer des Palestiniens. C’est donc sans espoir et il n’y a aucune raison d’attendre un changement.

C’est juste épatant. Et c’est la réplique à laquelle ont eu recours les dirigeants israéliens depuis qu’elle a été forgée officiellement, vers 1956, par le général Moshe Dayan (bien qu’à l’occasion, des sionistes y ait eu recours déjà auparavant) pour justifier n’importe quel crime commis par l’état d’Israël. Moshe Dayan, c’est ce criminel de guerre inepte et lâche, rendu célèbre par son bandeau. Il était connu aussi pour voler des antiquités et courir la gueuse (on raconte que, s’entendant dire que les appétits sexuels insatiables de Moshe Dayan devenaient embarrassants, Ben Gourion aurait répondu : « Et alors ? Le roi David était aussi un coureur de jupons et c’était un grand roi »). C’est comme chef d’état-major de l’armée israélienne que Dayan a eu recours à cette excuse du « que voulez-vous que nous fassions ? », dans un inoubliable et éloquent panégyrique qu’il avait prononcé avant l’attaque de l’Égypte par Israël en 1956.

Dayan alimentait la peur et un sens du destin lorsqu’il décrivait les pauvres réfugiés dans la Bande de Gaza comme « attendant de nous massacrer et de répandre notre sang » parce que, comme Dayan le reconnaissait lui-même, « nous avons pris leur terre et en avons fait la nôtre ». Mais, expliquait-il, nous l’avons fait parce que nous n’avions pas le choix ou « qu’aurions-nous dû faire ? » après des milliers d’années d’exil et de persécutions sans fin ; après le génocide nazi, nous voilà revenus mais nous devons toujours vivre par l’épée et toujours tenir fermement cette épée, car dussions-nous relâcher cette prise, ces Arabes assoiffés de sang y verraient un signe de faiblesse et le sang juif inonderait les rues. Autrement dit, peut-être ces Arabes assoiffés de sang qui nous regardent de derrière les portes de Gaza sont-ils fondés à nous haïr mais c’est une réalité où nous n’avons pas le choix. C’est notre destin de vivre toujours par l’épée.

Et c’est bien commode !

Les crimes commis par Israël le sont parce qu’Israël n’a pas le choix. Dans une interview donnée il y a quelques années par un responsable des interrogatoires des services de renseignement israéliens, celui-ci décrivait comment, dans des hôpitaux israéliens, des médecins fermaient les yeux quand les agents venaient torturer, à l’hôpital, des blessés « suspectés de terrorisme ». Il décrivait comment ces agents « tiraient un peu sur les tubes » et qu’aussitôt, « les Arabes se mettaient à parler ». Puis il ajoutait que bien sûr personne ne pense que c’est bien mais que devrions-nous faire ? Il justifiait la torture la plus immorale et la plus horrible contre des personnes hospitalisées – avec des médecins regardant ailleurs pendant que les agents font leur petite besogne – avec cette même excuse sans gêne : « que voulez-vous qu’Israël fasse ? »

Au cours du mois d’octobre 2015, alors que j’étais à Jérusalem, j’ai regardé un programme d’information à la télévision israélienne. On y interviewait le député palestinien au parlement israélien Mohammad Baraka, de la Liste Unifiée, troisième plus grand parti au parlement israélien. Lui aussi s’est vu demander : « Que devrait faire un soldat quand il voit s’approcher de lui un Palestinien brandissant un couteau ? » Lorsque Baraka a commencé à parler de l’occupation, il a été interrompu au motif que ce qu’il disait était hors de propos et qu’il devait s’en tenir à la question. Autrement dit, l’occupation israélienne en Palestine n’a rien à voir avec tout ça mais « que voulez-vous que fasse un soldat ? » Dites, je vous prie, que ce que font les soldats israéliens est justifié, que tuer des Palestiniens en nombre est acceptable parce que « que voulez-vous qu’Israël fasse ? » À la télévision israélienne, les Palestiniens sont toujours invités pour se faire tourner en bourrique ou être tenus de la fermer.

Le nettoyage ethnique de la Palestine était justifié parce que les Juifs n’avaient pas le choix. Le lent génocide du peuple palestinien est justifié parce qu’Israël n’a pas le choix, tuer des milliers de Gazaouis se justifie parce qu’Israël n’a pas le choix, et ainsi de suite. Les médias américains ont poussé la chose un pas plus loin en y joignant : « Nous ferions de même », comme si cela ajoutait du poids à l’argument du « que voulez-vous qu’Israël fasse ? »

Peut-être est-il temps de penser sérieusement à cette question et d’examiner si elle a une réponse. Que devrait faire un soldat ? Foutre le camp des villes et villages palestinien et alentours. Démanteler, en partant, le mur et tous les points de contrôle. Que devrait faire Israël avec les roquettes tirées de Gaza ? Lever le siège de Gaza, démanteler le mur et les points de contrôle qui s’y trouvent, et laisser au peuple de Gaza la liberté à laquelle il a droit. Que devraient faire les Israéliens ? S’ils n’aiment pas l’idée de vivre dans un pays à majorité arabe, ils peuvent aller ailleurs ou s’y faire et, s’ils choisissent de rester, qu’ils se comportent en immigrants plutôt qu’en colonisateurs. (Cette distinction importante m’a été précisée par mon neveu Guy Elhanan).

Quant à la question la plus large : « que devrait faire Israël ? » Israël devrait libérer tous les prisonniers palestiniens, abolir toutes les lois qui octroient au peuple juif des droits exclusifs en Palestine, abolir les lois qui interdisent aux Palestiniens de revenir sur leur terre, et débloquer les milliards de dollars qui seront nécessaires pour payer des réparations aux réfugiés et à leurs descendants. Israël devrait alors appeler à des élections libres, une personne une voix, où tous ceux qui vivent dans la Palestine mandataire voteraient à titre d’égaux. Voilà ce qu’Israël devrait faire.

JPEG - 7.5 ko

* Miko Peled est écrivain israélien et militante pour la paix, il habite San Diego. Son livre, Le fils du Général, parle de son père, du défunt général et militant pour la paix, Matti Peled, et de son implication dans le processus de paix israélo-palestinien.

Son blog est : http://mikopeled.com/

Du même auteur :

- Gaza nous remet en mémoire le péché originel du sionisme - 22 août 2014
- Mes dernières paroles sur Sharon - 9 janvier 2014
- Le sionisme libéral est vicié - 23 octobre 2010
- Excusez-moi, mais je suis juif - 19 octobre 2008

28 décembre 2015 - American Herald Tribune, - Vous pouvez consulter cet article à :
http://ahtribune.com/world/north-af...
Traduction : Info-Palestine.eu - Michel Ghys


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.