1er juillet 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Rencontre avec la mère de Maher Abdel-Latif Younes, emprisonné en Israël depuis 33 ans

dimanche 1er novembre 2015 - 07h:32

Elsa Grigaut

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Mai 2015 - Village de Ar Ara, territoires de 1948 (actuellement appelés Israël).

Rencontre organisée avec l’aide précieuse de l’Institut Youssef Al Sedeeq.

« J’ai 80 ans, je suis mère de deux garçons et de cinq filles. Maher est le dernier, il est né le 6 janvier 1957 et a été arrêté le 20 janvier 1983. Cela fait 33 ans qu’il est en prison, il a écopé d’une peine de 40 ans, mais, si Dieu le veut, il sortira plus tôt. Il est enfermé dans la prison de Gilboa (Nord des territoires de 1948, NDLR).

Mon fils a manqué beaucoup de choses. Il n’a pas pu assister à l’enterrement de son père il y a douze ans, il n’était pas là pour les mariages de ses deux sœurs, il ne connaît pas ses neveux.

Il a fait plusieurs grèves de la faim pour tenter d’obtenir sa libération, pour améliorer ses conditions de détention aussi.

JPEG - 110.8 ko
"Si un Israélien tue six ou sept Palestiniens, il se peut qu’il ne soit pas du tout inquiété. Mais si un d’entre nous tue l’un des leurs, la peine est immense." Oum Maher - Photo : E. Grigaut

Les prisonniers israéliens de droit commun sont bien mieux traités que n’importe quel prisonnier palestinien. Même l’assassin d’Yitzhak Rabin (1) a le droit à la télévision, au téléphone et peut serrer sa famille dans ses bras.

Le plus dur pour moi, c’est le trajet pour aller lui rendre visite. Été comme hiver, je fais la route deux fois par mois et c’est long, j’ai 80 ans. Il faut partir à 5h du matin et rentrer à la nuit tombée.

Avant de voir mon fils, je suis fouillée, parfois les Israéliens me demandent d’enlever mes sous-vêtements, c’est très difficile pour moi.

Israël prétend être démocratique, mais je ne peux pas accepter cela !

Si un Israélien tue six ou sept Palestiniens, il se peut qu’il ne soit pas du tout inquiété. Mais si un d’entre nous tue l’un des leurs, la peine est immense.

Mon fils Maher pense que rien ne change depuis toutes ces années, les conditions d’incarcération, le comportement des administrations pénitentiaires sont les mêmes.

Je veux que la France aide mon fils à retrouver la liberté. Votre pays doit entendre la situation des prisonniers palestiniens, faites pression sur votre gouvernement. Le boycott d’Israël par les pays étrangers peut faire la différence. »

JPEG - 210.5 ko
La mère de Maher Younès garde précieusement toutes les œuvres réalisées en prison par son fils, détenu depuis 33 ans. Ici, différents tableaux, la mosquée Al Aqsa (Jérusalem) et la Ka’aba (La Mecque) faits à partir de perles de rocaille - Photo : E.Grigaut

Maher Abdel-Latif Younes a été arrêté à la même époque que son cousin Karim Younes.

Note :

(1) Ygal Amir, Israélien, sioniste a assassiné le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin le 4 novembre 1995. Il purge une peine de réclusion à perpétuité dans la prison de Rimonim, près de Netanya (nord de Tel-Aviv). Il a accès au téléphone public de la prison, peut regarder la télévision et reçoit régulièrement les visites de Larissa Trimbobler, qu’il a épousée en prison et qui lui a donné un fils. 

* Elsa Grigaut, journaliste indépendante, a écrit plusieurs livres concernant la Palestine. « Femmes de Naplouse emprisonnées en Israël » (2011), « Vivre sous l’occupation » (2012), « Palestiniennes ! » (2013) et « Réfugiés » (2014). Il est possible de se procurer les trois derniers ouvrages. L’exemplaire est à 2 euros (frais de port gratuits à partir de trois exemplaires) en adressant un chèque à l’ordre d’Amitié Lille Naplouse. Courrier à adresser à : Amitié Lille Naplouse - MRES, 23 rue Gosselet – 59000 Lille
Email : lille-naplouse@laposte.net

De la même auteure :

- L’institut Youssef Al Sedeeq pour la protection des prisonniers - 23 septembre 2015
- Rencontre avec la famille de Karim Younès, le plus ancien détenu des Palestiniens des territoires de 1948 - 29 septembre 2015

Octobre 2015 - Transmis par l’auteure


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.