8 août 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Israël exploite le chaos en Syrie pour piller le pétrole du Golan

jeudi 13 août 2015 - 07h:24

Paul Fallon

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


D’après Geoff Rochwarger, PDG d’Afek, l’indépendance énergétique est le nouveau sionisme.

JPEG - 100.3 ko
En 2011, des soldats Israéliens patrouillent près de Majdal al-Shams, ville Syrienne occupée du Plateau du Golan - Photo : ActiveStills/Oren Ziv

Afek, l’entreprise israélienne d’exploration pétrolière et gazière est sur le point de parachever son second test de forage dans les hauteurs du Golan, une partie de la Syrie occupée et annexée par Israël depuis 1967 et ce, en violation du droit international.

Cet essai s’inscrit dans le cadre d’un programme qui s’étale sur trois années, destiné à vérifier si les hydrocarbures de cette région pourraient acheminer le pétrole ou le gaz jusqu’en Israël.

Ce dernier, face à ses problèmes énergétiques domestiques dus au manque de carburant est conscient que ses ennuis peuvent être, dans l’intervalle, résolus et allégés si le gouvernement avance dans les négociations en relation avec les champs gaziers du Léviathan et de Tamar, dans la Mer Méditerranée.

En outre, Israël tire actuellement profit du chaos qui sévit en Syrien pour chercher à exploiter les précieuses ressources du Plateau du Golan occupé.

Israël est fortement tributaire des importations qui lui permettent d’appliquer ses objectifs en matière de consommation énergétique. De plus, ses fréquentes vicissitudes avec ses voisins font que son besoin en ressources énergétiques continuent de définir la nature de son occupation dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie, ainsi que sur le Plateau du Golan.

Et face à un régime syrien en pleine déroute, les autorités Israéliennes ont donné le feu-vert à Afek, filiale de Genie Oil & Gas, pour effectuer des opérations de forage de 10 puits dans le Golan occupé pour chercher le combustible fossile.

D’après Howard Jonas, Président-Directeur Général de Genie Energy Limited, société mère de Genie Oil & Gas, l’équipe d’experts de la société estime que les ressources qui se trouvent sous le Plateau du Golan pourraient contribuer à l’indépendance énergétique d’Israël et « à la diversification du libre approvisionnement énergétique dans le monde, loin de la dépendance écrasante des sources non respectueuses de l’environnement. » (Voir le rapport annuel 2014 de Genie Energy)

« Il faut tuer tous les Palestiniens »

Genie Oil & Gas possède des investisseurs et des conseillers réputés : le magnat de la presse Rupert Murdoch, l’ancien vice-président US Dick Cheney, le directeur du fonds spéculatif, l’Américain Michael Steinhardt et le banquier Britannique Jacob Rothschild sont tous membres du « Conseil Consultatif Stratégique » de la société.

En 2013, Murdoch avait déclaré qu’ « Israël est le meilleur allié de la démocratie dans la région assaillie de troubles et de radicalisme. » Ce fut une déclaration vraiment audacieuse étant donné son investissement dans une société qui brise et viole les principes basiques et fondamentaux du droit international.

Le Président de Genie Israel, Effi Eitam, qui vit dans la colonie de Nov, située sur le Golan, est un ancien chef militaire et membre du Parti National Religieux. Il a une fois qualifié les Palestiniens d’Israël de « bombe à retardement » qui cause le « cancer » en Israël. Il a également confié au New Yorker, en 2004, que les Palestiniens étaient « des créatures nées des profondeurs des ténèbres » en ajoutant qu’il « faut les tuer, tous, » avant de modifier légèrement son discours et faire marche arrière pour expliquer : « Je sais que ce que je dis manque de diplomatie. Je ne vise pas tous les Palestiniens, mais plutôt ceux qui ont des idées diaboliques. »

Sur son site internet, Afek prétend que le Plateau du Golan occupé fait partie de l’ « état d’Israël. » La société a obtenu une concession pour l’exploration pétrolière, délivrée par le comité de planification et de construction régionale du nord, constituant ainsi une violation directe du droit international en ignorant complètement l’Annexe de la Quatrième Convention de Genève qui s’applique au territoire occupé.

En février, une filiale d’Afek a commencé le forage de son premier puits exploratoire à une profondeur de 1000 mètres. Les échantillons extraits sont actuellement soumis à l’analyse, et le forage se poursuit. Dans l’hypothèse où la société trouve du pétrole, elle demandera les permis y afférents afin de débuter l’étape de production.

De graves transgressions du droit international ainsi que de sérieux soucis environnementaux entrent en jeu ici. D’abord, le type de pétrole qui se trouve dans cette région pourrait ne pas être sous sa forme liquide, ce qui nécessite un processus de fracturation [Fracking] qui consiste à injecter d’énormes quantités d’eau rare et des produits chimiques toxiques dans le sol afin de forcer les hydrocarbures à remonter sur la surface.

Et qu’on obtienne un pétrole conventionnel ou une huile de schiste, la fracturation ou le forage pourrait conduire à des infiltrations de pétrole dans la nappe phréatique qui pollueront le Lac de Tibériade – la Mer de Galilée – ce qui rendra l’eau locale non potable et imbuvable, et détruira l’écosystème pour les générations à venir.

Piller les ressources de la Syrie

Le Plateau du Golan a été occupé par Israël durant la guerre de 1967. La Résolution 242 du Conseil de Sécurité de l’ONU et plusieurs autres résolutions adoptées depuis avaient appelé au retrait israélien du territoire occupé, tout en condamnant les actions menées là-bas par Israël.

Parmi ces actions, entre autres, l’annexion et l’application du droit israélien en 1981, une manœuvre qui a été déclarée « nulle et non avenue » par le Conseil de Sécurité de l’ONU. Israël a également transféré sa propre population vers cette région nouvellement occupée dans l’optique de la coloniser et de dédier les ressources de ce territoire à ses propres intérêts économiques.

La terre fertile du Golan et ses ressources hydriques ont toujours représenté un intérêt stratégique pour Israël et, à l’heure actuelle, son potentiel énergétique est susceptible d’apporter de gros bénéfices financiers.

Mais en dépit des critiques internationales, les politiques israéliennes foncièrement discriminatoires, abusives et basées sur l’exploitation d’autrui au cœur du Golan se poursuivent sans la moindre sanction. Les ministres israéliens ont exprimé leurs souhaits et désirs de profiter de la déstabilisation qui déchire la Syrie, un prétexte pour consolider la mainmise israélienne illégale sur ce territoire.

Pendant qu’Israël continue d’exploiter les ressources naturelles des territoires qu’il occupe, la communauté internationale reste mutique et ne fait aucun effort pour appliquer ses décisions alors que l’occupation du Golan va atteindre le cap de 50 ans.

Le gouvernement syrien avait planifié la construction d’un gazoduc qui traverse le Moyen-Orient, en passant par le Liban et la Méditerranée jusqu’aux marchés européens. Il avait, à cette fin, signé des accords avec l’Iran et l’Irak.

Mais vu la situation actuelle, marquée par des réserves pétrolières syriennes en déclin et un pays dans le chaos, le gouvernement n’a pas la capacité ni les compétences pour affronter l’actuelle exploitation israélienne des ressources domestiques du Golan.

Il semble donc qu’Israël possède la carte blanche qui lui permet de piller le pétrole syrien à partir du Golan et ce, sous la bénédiction de l’Occident.

*Paul Fallon est chercheur en droit et rédacteur à Al-Marsad, un groupe de défense des droits de l’homme sur le Plateau du Golan sous occupation.

21 juillet 2015 – Electronic Intifada – Vous pouvez consulter cet article à :
https://electronicintifada.net/cont...
Traduction : Info-Palestine.eu - Niha


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.