7 avril 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Les prisonniers Uday Isteiti et Muhammad Allan sont entrés dans leur 35e jour de grève de la faim

vendredi 24 juillet 2015 - 06h:02

Ma’an News

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


La santé d’un prisonnier palestinien qui ce mercredi est entré dans son 35e jour sur la grève de la faim commence à se détériorer, a fait savoir un groupe de défense des prisonniers.

JPEG - 70.3 ko
Des Palestiniens rassemblés tiennent des portraits de Samer Issawi, un prisonnier qui a poursuivi une longue grève de la faim en 2013 - Photo : AFP

Uday Isteiti, originaire de Jénine et âgé de 24 ans, a commencé sa grève de la faim le mois dernier pour protester contre la pratique israélienne de la détention administrative, sous laquelle il est incarcéré sans accusation ou procès depuis le 16 novembre 2014.

Il est l’un de quatre prisonniers actuellement en grève de la faim pour protester contre cette pratique israélienne , avec Muhammad Allan, âgé de 33 ans, qui oa également franchi son 35e jour.

Un avocat de la Société des Prisonniers Palestiniens (PPS) a déclaré à l’issue d’une visite à Isteiti dans la prison d’Ela à Beer-Sheva, à l’intérieur de ce qui est Israël aujourd’hui, qu’il perd beaucoup de poids et ressent douleurs et faiblesses à travers tout le corps.

L’avocat a ajouté qu’Isteiti refusait de consommer du sel ou du sucre et de subir des examens médicaux. Il n’accepte que de boire de l’eau.

La Société des Prisonniers a indiqué que les autorités pénitentiaires israéliennes faisaient pression sur Isteiti pour qu’il interrompe sa grève de la faim, s’il voulait voir ses exigences prises en considération.

Elle a aussi déclaré que les autorités pénitentiaires avait déplacé le prisonnier d’une prison à l’autre et que la cellule où celui-ci restait confinée ne respectait pas les conditions de vie les plus élémentaires.

Les autorités de la prison refuse de lui fournir des vêtements propres, de lui permettre d’entrer dans l’espace commun de la prison ou de recevoir les visites de sa famille, ajoute la Société des Prisonniers.

Les Palestiniens retenus en détention administrative peuvent rester incarcérés sans accusation ou procès pendant des mois, voir des des années, et n’ont même pas le droit de connaître les raisons qui ont amené à leur détention.

En plus d’Isteiti et d’Allan, le prisonnier palestinien Moussa Sufan est entré dans son troisième jour de grève de la faim ce mercredi, protestant contre le refus d’un traitement médical pour sa maladie. Il est actuellement détenu dans la prison de Ramon.

En attendant, le prisonnier jordanien Abdullah Abu Jaber est entré dans son quatrième jour de grève de la faim, exigeant d’être expulsé en Jordanie ou incarcéré dans une prison jordanienne pour y purger le reste de sa sentence de 20 années d’emprisonnement.

Plus tôt ce mois-ci, les autorités israéliennes d’occupation ont accepté de libérer le prisonnier palestinien Khader Adnan après que celui-ci ait interrompu sa grève de la faim longue de 55 jours, entamée en juin afin de protester contre sa détention administrative.

Adnan avait kidnappé par les troupes d’occupation en juillet de l’année dernière et condamné à la détention administrative pour la 10ème fois dans sa vie.

Sa grève de la faim, qui l’a mené au seuil de la mort juste avant qu’il ne l’interrompe le mois dernier, était la deuxième de ce genre pour lui, après une grève de la faim longue de 66 jours suivie en 2012 et qui avait également permis d’arracher sa libération.

22 juillet 2015 – Ma’an News – Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.maannews.com/Content.asp...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.