DERNIERE MISE A JOUR : mardi 28 juin 2016 - 07h:21

Vous êtes ici : Accueil > Dossiers > Palestine > Analyses

Brigades Al-Quds : les tunnels ont joué « un rôle crucial » dans la confrontation avec Israël

jeudi 9 octobre 2014 - 07h:49

Orouba Othman

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Al-Quds, la branche armée du Jihad islamique palestinien, assure que sa prise de distance vis-à-vis des intrigues au niveau régional l’a aidé à prendre les bonnes décisions et lui a fait gagner de la souplesse dans l’équilibre entre action politique et action militaire.

JPEG - 46.3 ko
Abou Hamza, porte-parole des Brigades al-Quds - Photo : al-Quds Brigades Facebook

Le nouveau porte-parole des Brigades, Abou Hamza, est également persuadé que son groupe a donné la preuve de très grands progrès sur le plan opérationnel au cours de la récente guerre contre l’occupant israélien.

Abou Hamza, le nouveau porte-parole d’al-Quds, est apparu dans le premier défilé militaire organisé par les Brigades dans la bande de Gaza quelques jours après l’interruption de la dernière guerre. Des sources indiquent que Abou Hamza « masqué » avait déjà servi de porte-parole dans les étapes précédentes, avant qu’Abu Ahmad ne remplisse cette fonction à plein temps par la suite. Abu Ahmad apparaissait à visage découvert, mais il a été blessé à la guerre, ce qui explique qu’Abou Hamza ait été appelé à servir de porte-parole officiel une fois de plus.

Al-Akhbar : La récente guerre, et la période qui précède ont vu les Brigades al-Quds émerger comme la deuxième force militaire la plus importante à Gaza. Comment êtes-vous intervenus dans la récente guerre, et quelle sont vos unités parmi les plus importantes qui y ont participé ?

Abou Hamza : Les unités sous notre contrôle ont des fonctions qui se chevauchent. La quasi-totalité d’entre elles ont agi pendant la guerre. L’unité responsable des tir des fusées était peut-être la plus efficace, parce que sa fonction principale est de mettre la pression sur le front intérieur de l’ennemi. L’unité d’artillerie dans les derniers jours et au cours de l’invasion terrestre a également joué un rôle clé en infligeant le plus grand nombre de pertes à l’ennemi. Nous ne pouvons pas négliger le rôle des unités de tireurs d’élite, anti-blindés et d’embuscade, et les unités d’appui.

AA : Les tunnels ont émergé comme une tactique de pointe de la résistance. Que souhaitez-vous dire par rapport à cela ?

AH : Brigades Al-Quds a mené une série d’attaques audacieuses sur le terrain, pour lesquelles les tunnels ont joué un rôle déterminant. La plus importante de ces opérations a été la destruction des chars à Beit Hanoun dans le nord de la bande de Gaza, qui a été appelé « le massacre de Merkava ».

Nous avons bénéficié des tunnels pour détruire les chars Merkava et tuer ceux qui y étaient, puis saisir les mitrailleuses des soldats. En utilisant cette tactique, nous avons également pu détruire deux transports de troupes blindés dans les rues adjacentes à la zone où la première attaque a eu lieu, quelques heures plus tard. En d’autres termes, nous avons contrebalancé la topographie plane de la bande de Gaza en nous déplaçant à l’abri de la ligne de mire des avions de combat grâce à l’utilisation systématique de l’arme des tunnels.

AA : Les rapports indiquent que la mise en place d’une coordination des opérations entre les différentes factions a été retardée jusqu’à ce que commence l’invasion terrestre. Quel était le niveau de coordination que vous aviez avec d’autres branches militaires ?

AH :Le travail commun entre toutes les factions de la Résistance est un choix stratégique que nous avons adopté dans la lutte contre les incursions israéliennes. Dans la guerre récente, nous nous sommes coordonnés avec les Brigades al-Qassam (branche armée du mouvement Hamas) pour bombarder Tel Aviv en utilisant des fusées à moyenne portée.

Nous avons également pris part à d’autres opérations sur le terrain avec les Brigades Al-Nasser Salah al-Din (des Comités de résistance populaire), et les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa (du Fatah). Je me souviens que dans une seule opération, un groupe de nos Brigades a distrait les forces ennemies qui avaient encerclé des forces d’al-Qassam à l’est de Khan Younis. Nos combattants ont fait pleuvoir des obus de mortier sur les assiégeants et les ont attaqués à partir d’une distance proche, les repoussant loin de ceux qui s’étaient retrouvés piégés. Ces derniers ont alors saisi l’occasion et ont pu retourner à leurs bases en toute sécurité.

AA : Le village de Khuza’a village est l’un des secteurs les plus importants que les Brigades mentionnent dans leurs actions militaires, et comme le lieu de plusieurs batailles acharnées contre l’ennemi. Pourquoi Khouza’a, en particulier ?

AH : Le village de Khouza’a (à l’est de Khan Younis) est une vaste zone qui est exposée à la zone frontalière. Le village dispose de larges et vides zones agricoles, que l’ennemi juge être un point faible et militairement acquis. L’armée israélienne a voulu l’envahir en toute confiance, mais il a été surpris par les tunnels et les embuscades sophistiquées qui ont causé de lourdes pertes dans ses rangs. C’est ainsi que [Israël] a décidé de mettre en œuvre une politique de la terre brûlée contre l’ensemble de la région, et de punir ses habitants par un massacre collectif.

AA : Les factions de la résistance en général et les Brigades al-Qods en particulier, ont utilisé de nouvelles armes pendant la guerre. Malgré l’intensité de la bataille, il y avait le souci de mettre en évidence le fait que les armes utilisées étaient toutes fabriqués localement, sans l’aide d’alliés de la Résistance dans leur développement. Quelle est votre position à ce sujet ?

AH : Les Brigades al-Quds ne contestent les propos de personne. Nous étions parmi les premiers à exprimer notre gratitude aux pays et aux partis qui soutiennent la résistance palestinienne et les avons mentionnés par leur nom. Nous n’avons aucun complexe à cet égard. Néanmoins, nous insistons sur le fait que nous nous sommes surtout appuyés sur les armes fabriquées localement, comme les fusées Buraq-70. Mais dans le même temps, nous avons utilisé les fusées iraniennes Fajr-5. En résumé, nous ne pouvons ignorer le fait que le développement de fusées au niveau local a été possible grâce à une série d’expériences et à l’accumulation de compétences que nous avons acquises avec l’axe de la Résistance et d’autres pays au rôle également important.

AA : On disait que pendant les négociations pour un cessez-le feu, les Brigades avaient subi plusieurs brèches [de sécurité] dans leurs rangs, ce qui a conduit au martyre d’un nombre considérable de combattants et de dirigeants. Est-ce exact ?

AH : Ce sont de fausses allégations diffusées par la cinquième colonne, qui n’a ménagé aucun effort au cours de la bataille. Cette cinquième colonne n’a épargné aucune faction dans ses attaques qui visaient à saper le moral des combattants. Cependant, cela s’est retourné contre elle, car les services de sécurité de la Résistance ont réussi à identifier ceux qui étaient derrière ces rumeurs, et il s’est avéré qu’ils étaient étroitement liés aux services de renseignement de l’ennemi. Oui, nous avons perdu 129 martyrs sur différents fronts au cours de la dernière bataille, et bien sûr, nous ne pouvons pas tout révéler pour des raisons de sécurité. Les assassinats ont affecté toutes les factions de la résistance, mais c’est le prix à payer dans toute bataille.

AA : Il a été observé que les Brigades al-Quds, en dépit de leurs progrès, n’ont pas reçu autant d’attention dans les médias que les Brigades al-Qassam. Quel est le problème ici ?

AH : La question est à voir avec certains médias qui cherchent à promouvoir certaines factions plus que d’autres, pour des raisons politiques et de calculs au niveau régional. Toutefois, cela ne signifie pas que nous étions absents des médias ; notre présence était plutôt visible et claire.

AA : Dans quelle mesure avez-vous bénéficié de l’expérience du Hezbollah dans la mise en place de voies d’approvisionnement et d’un réseau de communication ? Êtes-vous en contact avec cette organisation ?

AH : Bien sûr, nous avons grandement bénéficié de la résistance islamique au Liban, non seulement au niveau de la formation, des réseaux de tunnels, des communications et des questions logistiques, mais aussi dans toutes les zones de combat. La coordination avec cette organisation existe et elle n’a jamais cessé. [Le Hezbollah] est un partenaire clé dans la résistance contre l’ennemi israélien.

AA : Y avait-il du transport clandestin d’armes pendant la guerre ?

AH : Compte tenu du bouclage strict des tunnels le long de la frontière avec l’Égypte et la menace aérienne imposée par les Israéliens, le transport d’armes est devenu compliqué. Néanmoins, nous avons pu surmonter ces circonstances difficiles, mais nous n’avons pas besoin d’aller dans les détails.

AA : Les Israéliens affirment qu’un grand nombre de tunnels ont été détruits, et en conséquence, ils ont interrompu leur incursion terrestre. Avez-vous commencé à reconstruire les tunnels et quelle est la véracité des affirmations israéliennes ?

AH : Je ne peux pas trop m’étendre sur cette question. Tout ce que nous pouvons confirmer, c’est que l’arme secrète dans la bataille ... était l’arme des tunnels, que ce soit pour le lancement de fusées ou pour mener des attaques offensives. Nous rassurons le peuple sur le fait que les tunnels sont en bon état. Il est bon de noter que nous avons développé les tunnels après la guerre de 2012 et que nous avons été en mesure de surmonter les erreurs commises lors de cette bataille. Tous les détails concernant la forme et la profondeur des tunnels ne peuvent être donnés pour des raisons de sécurité, mais ce qui importe, c’est qu’ils soient compatibles avec la géographie de la bande de Gaza et la nature du sol.

AA : La dernière semaine de la bataille a connu une recrudescence des tirs de mortier, à la suite d’une tactique militaire qui semblait être nouvelle ?

AH : On peut dire que toute la bataille a été exécutée conformément à une tactique faite de prudence. Dans les derniers jours, l’accent était mis sur les colonies adjacentes à la bande de Gaza, en particulier le complexe Eshkol, où la plupart des forces occupantes qui ont quitté le territoire après la bataille au sol s’étaient concentrées. La caractéristique la plus importante de ces opérations est la surveillance directe des forces ennemies et les tirs précis de mortier. Par conséquent, les Israéliens s’inquiétaient fort des obus de mortier qui sont difficiles à détecter et à intercepter.

AA : Quelles sont les principales erreurs faites dans les deux guerres précédentes et que vous cherché à éviter ?

AH : Nous avons réussi à contrer la force aérienne. La surveillance de l’ennemi a échoué à localiser les emplacements de roquettes, ce qui a contribué à la préservation de notre arsenal et à son utilisation en toute efficacité. En outre, nous avons réussi à établir un centre opérationnel commun, qui a bien fonctionné durant la bataille.

AA : Quelles sont vos plans actuels pour maintenir votre niveau de préparation si la guerre éclate à nouveau ?

AH : Nous excluons la reprise immédiate d’une confrontation pour plusieurs raisons, notamment notre conviction que l’ennemi connait maintenant la difficulté de vaincre la résistance du peuple palestinien et l’attachement de ce dernier aux armes de la Résistance. Dans tous les cas, nous sommes très bien préparés pour toute nouvelle confrontation, d’autant plus que nous avons des armes et des cartes que nous pouvons utiliser pour infliger des pertes à l’ennemi. Nous promettons à notre peuple que nous allons créer de nouvelles et bonnes surprises dans le cas d’une nouvelle guerre.

8 octobre 2014 - Al-Akhbar - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.al-akhbar.com/conten...
Traduction : Info-Palestine.eu - al-Mukhtar


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.