DERNIERE MISE A JOUR : mardi 24 mai 2016 - 11h:06

Terrorisme israélien sur Gaza : témoignages

mercredi 9 juillet 2014 - 12h:03

MEE

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Alors que l’âge moyen est de seulement 18 ans dans la bande de Gaza, de nombreux jeunes Palestiniens ont décrit ce mardi les terrifiantes - encore que familières - scènes vues de chez eux.

JPEG - 103.1 ko
Au moins 27 personnes sont mortes dans des frappes aériennes ce mardi, dans ce qui est trop familier pour les habitants de Gaza - Photo : AFP

Après des nuits dans la bande de Gaza où il est devenu impossible de dormir depuis qu’Israël a lancé l’opération « « protection Edge », une peur hélas familière est de retour pour les jeunes et leurs familles, devant les téléviseurs et à l’écoute des radios, en se tenant loin des fenêtres dans une attente paralysante.

Les explosions étaient audibles dans la plupart des conversations téléphoniques de Middle East Eye [MEE] a pu avoir avec de jeunes habitants de Gaza mardi. Ceux-ci racontaient les événements dans leurs quartiers et dans leurs maisons, d’où beaucoup ont dit qu’ils avaient trop peur de sortir.

D’un âge moyen d’à peine 18 ans, beaucoup ont décrit une angoisse familière qui semble ne jamais devoir disparaître pour ceux qui ont grandi entre les bombes et les tirs de roquettes.

« Ils ont commencé l’attaque à deux heures la nuit dernière, » a raconté à MEE Maisam Abumorr, une jeune diplômée de l’Université islamique de Gaza. « Ils ont commencé par bombarder des terres agricoles près des habitations, puis ils ont commencé à cibler les maisons, et maintenant, après quelques heures, ils ont commencé à cibler les gens eux-mêmes comme lors de rassemblements, et les gens circulant sur des motos. »

« Il y avait une mini-fourgonnette qui vendait des glaces et des friandises pour les enfants. Elle a été prise pour cible, et le propriétaire a été tué ... et de nombreux enfants ont été blessés », a-t-elle ajouté.

« Le chaos est partout. Nous sommes totalement impuissants »

Parlant de sous son lit où elle avait trouvé refuge dans sa maison de Gaza, Areej Ali al-Ashhab, une coordinateur de terrain pour une organisation internationale, a déclaré à MEE que trois bombes étaient tombées dans son quartier mardi.

« Nous avons pensé que notre maison avait été bombardée parce que le son était si proche, »a déclaré al-Ashhab par téléphone. « C’est juste le chaos partout. Nous sommes totalement impuissants. »

Quand elle s’est sentie plus sûre pour sortir de sous son lit, Al-Ashhab nous a dit qu’elle et sa famille - neuf personnes au total - serait probablement rester collée à la télévision ou à écouter la radio pour savoir ce qui se passait dans le reste de la bande de Gaza - jusqu’à ce que l’électricité ait été coupée, comme d’habitude, à 22 heures.

Puis, ils ont voulu de dormir dans la même pièce, loin des fenêtres qui pourraient éclater dans la nuit. Sans lumière, assise dans sa maison sombre, Al-Ashhab dit que le son des bombardements et et des explosions est « vraiment terrifiant. »

« Chaque bombe qui tombe est comme la première »

Pour Hana, un diplômé de 23 ans de la ville de Gaza, les enfants de la bande savent tout simplement trop faire la différence entre une bombe et une fusée.

« Toutes les petites filles et les garçons peuvent faire la distinction entre le bruit d’une fusée tirée depuis Gaza et les bombes qui tombent sur ​​nous », a déclaré Hana, qui travaille à temps partiel pour un organisme de caritatif. « J’ai un cousin, il avait trois ans lors de la dernière attaque en [novembre] 2012, et il reconnaissait tout. Quand il y avait des tirs de roquettes par la résistance, il applaudissait en craint ’c’est les nôtres’ et il n’avait pas peur. »

« Mais ma nièce, Susu, qui a deux ans, n’a aucune idée de ce qui se passe. Elle dit ’boum boum’ quand il y a un bruit fort. Elle s’accroche à sa mère et pleure tout le temps », a-t-elle ajouté.

Hana a déjà vécu une campagne de bombardements auparavant, mais elle dit que le sentiment de peur ne vous quitte jamais.

« Je n’ai pas envie de pleurnicher, mais c’est la troisième fois que nous subissons cela, » dit-elle. « Chaque fois vous pensez que vous finirez par vous y habituer. Qu’un jour, vous arrêtez d’avoir peur, mais cela n’arrive jamais. »

« Les Gazaouis sont des gens forts, mais nous se soucient de nos amis et de nos familles. Chaque bombe qui tombe est comme la première. Vous vous demandez toujours : le temps est-il venu ? Est-ce mon tour ? Celui de mon frère, de ma sœur ? »

Hana espère étudier à l’École des études orientales et africaines de Londres et elle est actuellement sur une liste d’attente pour une bourse.

« C’est trop dangereux de sortir »

Au nord de la ville de Gaza, dans le quartier de Sheikh Radwan, Maram raconte que les bombes tombaient tout près de sa maison.

"Il y a des attaques qui se produisent tout autour de nous alors que je parle" dit Maram à MEE. « Je peux voir de la fumée de l’autre côté de la fenêtre. »

« J’ai deux sœurs, qui sont des enfants de moins de 14 ans, et la situation est terrifiante pour eux", a-t-elle ajouté.

Maram dit aussi qu’elle avait été témoin d’une explosion sur ​​un terrain où les enfants jouaient au football.

« Les sons des bombes sont très forts, » dit-elle. « Il y a deux heures, il y a eu une explosion dans la rue derrière notre maison, où il y avait un terrain vide, mais trois enfants jouaient au football. »

« Un des enfants a été tué et les deux autres ont été blessés. Ils sont dans un état critique maintenant. Quand Israël bombarde des endroits comme cela, ils visent clairement des civils, car ce sont les seules personnes qui meurent et sont blessées », a-t-elle ajouté.

Alors que la soirée tirait à sa fin et que les bombardements se poursuivaient dans la bande de Gaza, Maram nous a expliqué que sa famille ne pouvait pas sortir pour acheter à manger pour leur repas du soir.

« C’est trop dangereux de sortir, même pour acheter de la nourriture et de rompre notre jeûne maintenant que nous sommes au mois de Ramadan. Ce soir, nous ne pouvons pas sortir pour aller chercher la nourriture que nous devons préparer pour notre dîner. »

8 juillet 2014 - Middle East Eye - Vous pouvez consulter cet artile à :
http://www.middleeasteye.net/news/f...
Traduction : Info-Palestine.eu - Naguib


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.