DERNIERE MISE A JOUR : mardi 31 mai 2016 - 07h:26

Le Hamas tente de tirer les conclusions du putsch militaire en Égypte

samedi 20 juillet 2013 - 07h:23

Hazem Balousha

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Un tremblement de terre a frappé la politique extérieure du Hamas après le putsch contre le Président égyptien Mohammed Morsi. Les membres et dirigeants du mouvement islamique dans la bande de Gaza éprouvent un sentiment de grande frustration. Ils espéraient que le projet de gouvernance islamique réussirait avec la montée en force des islamistes - les Frères musulmans en particulier - dans les pays du Printemps arabe, et créerait une nouvelle ouverture dans le monde pour ce projet.

JPEG - 244 ko
24 juin 2012 - Après l’élection du Président Morsi en Égypte, les Palestiniens avaient manifesté leur satisfaction dans les rues de Gaza - Photo : Reuters/Mohammed Salem

Dans leurs déclarations sur leur situation aujourd’hui difficile, les dirigeants du Hamas ont tenté de calmer les inquiétudes. Ils ont également adopté une position de défense légitime, à la lumière de tout ce qui est fait dans les médias égyptiens par les adversaires des Frères musulmans pour inciter à la haine contre les Palestiniens, en particulier ceux de la bande de Gaza. Pourtant, malgré ces efforts, la tension et la déception semblaient évidentes dans les rangs des dirigeants du Hamas. Ceux-ci appuient clairement les initiatives des Frères musulmans en Égypte pour s’opposer au coup d’État militaire contre les islamistes.

Un dirigeant du Hamas a confirmé à Al-Monitor la « déception » que le mouvement a ressenti et ressent encore, à la suite de la chute soudaine de Morsi. Le mouvement reconnait avoir eu de grands espoirs avec l’arrivée de Morsi au pouvoir. Après avoir ouvert des perspectives pour une plus grande autonomie pour la gouvernance du Hamas dans la bande de Gaza, cette intronisation de Morsi renforçait la position des islamistes dans les pays arabes, islamiques et occidentaux.

Un responsable, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, a déclaré à Al-Monitor, que « le mouvement, en particulier au niveau de sa base, essuie un revers sans précédent depuis des décennies. Ceci revient à fermer la porte principale en face du mouvement Hamas, alors que nous pensions ouvrir d’autres portes politiques à notre bénéfice et contribuer à faire du mouvement islamique une grande puissance dans le monde arabe ».

Il avoue l’inquiétude ressentie par le Hamas dès le déclenchement des manifestations en Égypte contre Morsi. Plusieurs réunions ont depuis eu lieu pour discuter des conséquences de la « crise » et de ses implications politiques sur la bande de Gaza, ainsi que des moyens d’y faire face et de se coordonner avec le mouvement mondial des Frères musulmans pour réagir de façon appropriée et limiter au mieux les conséquences négatives.

La même source a expliqué que les diverses institutions du mouvement « suivent maintenant les recommandations du bureau d’orientation générale des Frères musulmans, après que les représentations subsidiaires dans les pays où le groupe existe ont été désactivées. Cela inclut le bureau de Palestine, qui fait partie du bureau mondial dirigé par le Guide suprême Mohammed Badie en Egypte ».

Une source bien informée a révélé à Al-Monitor, sous couvert d’anonymat, que « le Hamas et les Frères musulmans ont commencé à tenir des séances de travail avec leurs membres dans la bande de Gaza afin de les rassurer sur les conséquences du coup de force contre le groupe en Égypte. Ils leur ont dit que les islamistes jouissent encore d’une grande influence en Égypte, et que la situation n’est pas figée. Ces sessions visent également à les inciter à ne pas être découragés. »

Les photos de Morsi, le président déchu, sont maintenant plus nombreuses sur de grands panneaux dans certaines zones de la bande de Gaza. Les panneaux d’affichage disent : « Le président légitime Mohammed Morsi, pour que nos enfants sachent que leurs pères étaient des hommes ... qu’ils n’acceptent pas l’injustice et ne cèdent pas aux vues corrompues. »

Cette source a aussi déclaré : « Les institutions du Hamas vivent dans un état de crainte, préoccupées par les tentatives de leurs adversaires politiques pour organiser des rassemblements contre leur domination dans la bande de Gaza - de manière similaire à ce qui s’est passé en Égypte. Cela a conduit le Hamas à interdire toutes sortes de rassemblements et sit-in dans la bande de Gaza - même si ceux-ci sont destinés à s’opposer à la politique d’Israël - de sorte qu’ils ne soient pas exploités par leurs adversaires politiques ».

Malgré le fait que le Hamas se soit abstenu de commenter les événements égyptiens, les deux chaînes satellitaires qui sont affiliés au mouvement - Al-Aqsa TV, qui émet depuis Gaza, et Al-Quds TV, qui émet depuis Beyrouth - ont défendu les Frères musulmans en Égypte. Ils ont retransmis en direct à partir de Rabia al-Adawiya, où les partisans du président déchu organisent des protestations. Ceci illustre la dépendance des institutions du mouvement à Gaza par rapport au mouvement mondial des Frères musulmans.

Le dirigeant du Hamas a indiqué que le mouvement « est préoccupé par l’isolement politique qu’il pourrait subir en cas de retour d’un régime qui réprime les islamistes en Égypte, et si ses dirigeants n’avaient pas la possibilité de sortir aisément par le passage de Rafah, afin de voyager vers les pays arabes et islamiques tout ouvrant les portes du dialogue avec les pays européens ».

« La défaite des Frères musulmans en Égypte affectera inévitablement la situation des islamistes dans tous les pays arabes et islamiques, et peut affecter l’issue des prochaines élections. Il va également affecter le cours des événements en Syrie et retarder la chute du régime du président Bachar al-Assad, » nous dit le même dirigeant.

Celui-ci n’a pas caché le fait que le Hamas a donné des conseils aux dirigeants des Frères musulmans au cours de la période où ils ont gouverné l’Égypte, et qui a duré un an. Le Hamas avait critiqué leur incapacité à fournir un modèle de gouvernement, à résoudre les conflits de compétences entre la présidence et le bureau d’orientation [islamiste] et leur éloignement de leurs alliés parmi les forces égyptiennes, dont le Parti Nour salafiste.

L’écrivain islamiste Momen Bsiso a déclaré à Al-Monitor que le Hamas a reçu un sérieux coup politique avec l’éviction de Morsi, parce que les deux partis ont les mêmes points de vue idéologiques et politiques. Il dit aussi que l’échec du projet des Frères musulmans en Égypte conduira à saper le projet [islamiste] dans la bande de Gaza.

« Le mouvement islamique à Gaza devra faire face à des difficultés politiques au cours de la phase qui va suivre - que ce soit au niveau national ou au niveau de ses relations avec les pays arabes et islamiques - et il va beaucoup souffrir, car il subira sa part de la répression contre les Frères musulmans », a-t-il ajouté.

Il faudra plusieurs années pour que les Frères musulmans et sa branche palestinienne du Hamas réussissent à absorber le coup politique reçu. De plus, leurs opposants politiques palestiniens - en particulier le Fatah - vont exploiter au mieux ces effets qui peuvent entraîner le Hamas dans une longue spirale descendante et imprévue.

* Hazem Balousha est un journaliste palestinien basé dans la ville de Gaza. Il a travaillé en tant que rédacteur à la BBC World Service, a contribué à la Deutsche Welle et a écrit pour The Guardian, Al-Raya (Qatar) et d’autres publications. Il est le fondateur de l’Institut palestinien pour la communication et le développement (PICD). Sur Twitter : @iHaZeMi

18 juillet 2013 - Al-Monitor - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.al-monitor.com/pulse/ori...
Traduction : Info-Palestine.eu - Claude Zurbach


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.