Fermer la page
www.info-palestine.net
Des soldats obéissent aux rabbins plutôt qu’à l’état-major
jeudi 9 août 2007 - Serge Dumont - Le Temps

« Il faut trancher dans le vif. Si nous ne voulons pas que notre armée tombe en morceaux. » A l’instar de nombreuses autres personnalités, le député progressiste Ran Cohen (Meretz) exige des peines sévères pour la trentaine de soldats d’une unité d’élite de Tsahal qui ont refusé de participer mardi matin à l’évacuation de deux familles de colons de Hébron, en Cisjordanie, qui s’étaient installées dans des bâtiments volés à des Palestiniens.

JPEG - 14.5 ko
« Malédiction éternelle ! », « Vous serez punis de Dieu », « Comportez vous comme des soldats israéliens, les Arabes sont vos ennemis pas nous » (Ph. AP/Schneiner)

Pour l’occasion, 3000 policiers et soldats avaient été mobilisés, et l’opération a été achevée en moins d’une heure. Mais l’opinion israélienne est choquée par le fait que des éléments d’élite de Tsahal ont préféré suivre les recommandations de rabbins leur interdisant de participer à cette mission plutôt que de respecter les ordres de leurs supérieurs hiérarchiques.

« Ce phénomène est apparu durant l’évacuation de la bande de Gaza (ndlr : août 2005) et il s’est étendu. Il constitue un danger pour l’armée et pour notre système démocratique, estime Ran Cohen. Si nous n’y prenons pas garde, Tsahal deviendra une sorte d’auberge espagnole, où chacun acceptera ou non de participer à des opérations en fonction de ses idées politiques ou de la profondeur de sa foi religieuse. »

Selon des chiffres publiés la semaine dernière par le service d’études de l’état-major, la motivation des Israéliens citadins et laïcs à s’engager dans l’armée décroît chaque année. Usant de divers subterfuges, un appelé sur quatre « s’arrange » d’ailleurs pour ne pas effectuer son service militaire.

« Volonté de Dieu »

A contrario, la volonté de servir ne cesse d’augmenter dans les cercles nationalistes religieux, principalement constitués de colons. En 2006, par exemple, 55% des membres des unités d’élite de Tsahal et des diplômés de l’école d’officiers de la Force terrestre provenaient des colonies ou avaient effectué leurs études dans des Yeshivot hesder (écoles talmudiques). Cela alors que les nationalistes religieux ne représentent pas plus de 20% de la population juive du pays.

Interviewé par Kol Israël (la radio publique), l’ex-ministre de la Défense Shaoul Mofaz a déclaré que les soldats issus de cette mouvance étaient « plus motivés que les autres ». Mais il a également reconnu que les théories politico-religieuses qui leur sont inculquées aux frais de l’Etat « posent problème ».

De son côté, le porte-parole des rabbins de Cisjordanie, Yichaï Baabad, a trouvé normal que des soldats demandent conseil avant de partir en opération. « Nous incarnons la volonté de Dieu et celle-ci prime sur le reste, a-t-il dit. Si nous encourageons nos ouailles à combattre l’ennemi arabe, nous leur interdisons de porter la main sur d’autres juifs ou de les déloger de chez eux même si un tribunal prétend le contraire. »

A en croire Yichaï Baabad, ces consignes sont d’autant plus fermes que le premier ministre, Ehoud Olmert, se déclare prêt à évacuer la plus grande partie de la Cisjordanie dans le cadre d’un accord de paix avec les Palestiniens. « Dans ce cas, ce n’est pas 30 soldats qui refuseront les ordres mais 30 000 », a-t-il promis.

Les colons d’Hébron :

- Violences des colons
- Les colons de Hébron : la honte ordinaire
- Le Président de Yad Vashem descend en flèche des colons de Hébron

Les colons :

- La percée des colons

Serge Dumont, Tel Aviv - Le Temps, le 8 août 2007