16 septembre 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Israël s’enflamme contre un article de journal suédois

lundi 24 août 2009 - 10h:59

Serge Dumont - Le Temps

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Un article du quotidien Aftonbladet accusant les soldats israéliens d’avoir tué des Palestiniens pour prélever leurs organes est assimilé à un pamphlet antisémite. Le gouvernement suédois n’ayant pas présenté d’excuses officielles, la prochaine visite de son ministre des Affaires étrangères est compromise. Or il vient en Israël au nom de l’Union européenne, que préside la Suède.

« Interdits de séjour » : le ministre de l’Intérieur de l’Etat hébreu, Elie Yshaï, a confirmé dimanche qu’il ne renouvellerait pas le visa et le permis de séjour de plusieurs journalistes suédois basés en Israël. Dans la foulée, l’Office de presse gouvernemental ne leur délivrera plus les cartes officielles leur permettant, entre autres, de circuler librement dans les territoires palestiniens.

Tout a commencé la semaine dernière quand le quotidien suédois Aftonbladet a publié un long article reprenant des propos de Palestiniens accusant les soldats israéliens d’avoir, durant la première intifada, tué certains d’entre eux afin de prélever leurs organes.

L’article, basé sur une seule source, faisait le lien avec la récente arrestation, aux Etats-Unis, des responsables d’une « yeshiva » (école talmudique) accusés de blanchir de l’argent et de participer à un trafic clandestin de reins entre leur pays et l’Etat hébreu.
(Voir : La vérité cachée sur le réseau israélien de trafic d’organes)

Jugé « diffamatoire voire antisémite » par l’ensemble de la classe politique ainsi que par la majorité des médias israéliens, l’article d’Aftonbladet a rapidement été condamné par l’ambassade de Suède à Tel-Aviv. Mais le gouvernement de Stockholm s’est désolidarisé de cette position. Or, Israël exige des excuses officielles des autorités suédoises, alors que celles-ci refusent de se mêler du dossier au nom de la liberté d’expression.

En quelques jours, l’affaire s’est transformée en incident diplomatique majeur entre les deux pays. Mais également entre Israël et l’Union européenne, dont la Suède occupe actuellement la présidence.

A Jérusalem, il se dit d’ailleurs que la visite que doit effectuer le 10 septembre le ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt en Israël et dans l’Autorité palestinienne a été reportée. Pourtant, le ministre doit s’y exprimer au nom de l’UE, pour soutenir le nouveau plan de paix que Barack Obama est censé présenter à la même période, et pour pousser à la reprise du dialogue entre Israël et l’Autorité palestinienne.

«  Quiconque refuse de condamner un pamphlet antisémite tel que l’article du Aftonbladet doit être considéré comme indésirable en Israël », a déclaré dimanche le ministre des Finances de l’Etat hébreu, Youval Steinitz. Un avis important puisque celui qui l’a prononcé passe pour le porte-voix de Benyamin Netanyahou.

Quant au ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, il s’est déclaré prêt à rencontrer son homologue suédois, mais « seulement lorsqu’il aura condamné le journal ». Il a aussi rappelé que le gouvernement de Stockholm n’avait pas traîné, en 2005, pour condamner les caricatures de Mahomet publiées par le quotidien Jyllands-Posten. Peu après la parution de l’article d’Aftonbladet, Avig­dor Lieberman a aussi comparé le silence du gouvernement suédois actuel à celui de Stockholm pendant la Deuxième Guerre mondiale.

A l’instar de l’historien Tom Segev, plusieurs intellectuels israéliens estiment que l’acharnement des responsables politiques « risque de braquer davantage l’UE contre Israël dans un moment délicat ». Mais ils sont peu nombreux, et leur impact est limité.

Certains affirment qu’Israël « passe son temps à monter des affaires en épingle » ; depuis dix ans, de nombreuses crises semblables ont en effet éclaté sous les motifs les plus divers. Avec la Belgique, la France, la Grande-Bretagne, la Suisse, l’Espagne et avec la Turquie entre autres.

Durant le week-end, d’intenses négociations israélo-suédoises se sont déroulées par l’intermédiaire de l’ambassadeur de l’Etat hébreu à Stockholm, qui rencontrait le secrétaire d’Etat suédois aux Affaires étrangères. Confident de Benyamin Netanyahou et conseiller à la sécurité nationale d’Israël, l’ancien numéro deux du Mossad, Uzi Arad, s’est également entretenu au téléphone avec Carl Bildt. Pour ce que l’on en sait, les ponts entre les deux pays n’ont pas été rompus, mais les échanges ont été orageux. Une pétition a par ailleurs été lancée en Israël afin de boycotter la chaîne de magasins d’ameublement Ikea.

24 août 2009 - Le Temps


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.