16 septembre 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Les États-Unis et leur volonté futile d’une domination mondiale

mardi 23 juillet 2013 - 07h:20

Ramzy Baroud

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Ceux d’entre vous qui aiment les récits de fictions ont dû être impressionnés s’il leur a été donné de voir « Zero Dark Thirty », un compte-rendu à la sauce hollywoodienne de la façon dont un commando américain a assassiné Oussama Ben Laden le 1er mai 2011.

JPEG - 55.3 ko
Bien que disposant de moyens réduits, la résistance irakienne a été capable d’infliger des milliers de victimes aux troupes américaines d’occupation. Sur la photo, un Humvee américain réduit en pièces par un IED (dispositif explosif déclenché sur commande)

Mais un rapport récemment divulgué montre que la « stupéfiante » narration par Hollywood de la « plus grande chasse à l’homme de tous les temps » n’était pas aussi glamour qu’il y paraîtrait. En fait, si n’avait prévalu « un état choquant de la situation » au Pakistan même, où toute gouvernance locale s’est « complètement effondrée », le raid n’aurait rien été d’autre qu’une nouvelle tentative ratée d’assassiner un homme qui se servait de moyens rudimentaires - par exemple un « chapeau de cow-boy » pour échapper aux drones - avec lesquels il avait réussi à survivre pendant près de neuf ans.

Le rapport de 337 pages est le résultat d’une enquête approfondie, mais censée rester secrète, réalisée par une commission mise en place par le gouvernement pakistanais après le raid américain. Ce rapport vise principalement à répondre à la question de savoir comment les forces américaines, un allié supposé du Pakistan, ont pu infiltrer l’espace aérien pakistanais, assassiner Ben Laden et trois ressortissants pakistanais, puis repartir en toute discrétion. La réponse avait peu à voir avec les soit-disant prouesses de l’armée américaine dont le comportement a été considérée par la Commission comme celui d’une « bande de voyous criminels ». Bien au contraire, la réponse se trouve dans la profonde incompétence des autorités pakistanaises, la page 87 du rapport parlant même de « syndrome d’implosion de la gouvernance ».

Commentant le rapport pour Al Jazeera, Asad Hashim a résumé ainsi les conclusions de la commission : « Oussama ben Laden, le chef d’Al-Qaïda, a réussi à échapper à toute détection au Pakistan pendant neuf ans en raison de ’l’échec collectif’ de l’armée et des services de renseignement au Pakistan, et en raison de l’incompétence ’de routine’ à tous les niveaux de la structure de gouvernance civile ».

Sans cette « échec collectif », il n’y aurait jamais eu ce pseudo-succès américain, du genre qui est repris dans des films à sensation générant des montants exubérants d’argent qui alimentent le mythe de l’infaillibilité de l’armée américaine.

Le moment où s’est produit la divulgation du rapport est assez intéressant. Il a été diffusé peu de temps après que Edward Snowden, un employé d’un contractant de la National Security Agency (NSA), ait révélé des informations accablantes sur le comportement très secret et totalement illégal du gouvernement américain avec son programme de surveillance global. Des centaines de millions de personnes aux États-Unis et partout dans le monde ont été victimes du programme d’espionnage de la NSA, que ce soit par leurs enregistrements téléphoniques, ou par le biais du programme PRISM qui fournit à l’agence d’espionnage un accès direct aux données sur Internet utilisées par presque n’importe qui et n’importe où. C’est « un système de surveillance mondial, omniprésent qui a pour objectif la disparition de la notion même de vie privée dans le monde entier », a écrit Glenn Greenwald du Guardian.

Même les bureaux de l’Union Européenne ont été mis sur écoute par les États-Unis, selon les informations divulguées. Si les plus proches alliés de l’Amérique ont été mis sur écoute, alors personne n’est plus en sécurité. Le journal brésilien O Globo a révélé dans un article, basé sur les informations fournies par Snowden, que les USA avaient puisé dans les infrastructures de télécommunications du Brésil pour acquérir d’énormes volumes de communications et espionner les gouvernements de toute la région.

Alors que la fuite exposée par Al Jazeera se traduit en discussions dans les médias sur les propres échecs du Pakistan et sur son étrange alliance avec les États-Unis - qui continuent sans vergogne à violer la souveraineté du pays - les fuites de Snowden génèrent un vif débat mondial sur les persistantes tentatives américaines d’ingérence et de domination, en dépit des échecs répétés en Irak et en Afghanistan, et de l’affaiblissement du rôle autrefois incontesté en tant que superpuissance.

Alors que les médias américains continuent de d’obéir à la voix de leur maître en faisant tout ce qui est en leur pouvoir pour se concentrer sur les aspects les moins sensibles de l’affaire Snowden, les apologistes du gouvernement américain tentent d’amortir le choc. Jim Lewis, un ancien responsable du renseignement - maintenant au Centre d’études stratégiques et internationales à Washington - a voulu trouver une excuse, selon le Financial Times : « Les grandes puissances s’engagent tous dans l’espionnage. Cela inclut la Chine, la Russie et les États-Unis. Ce n’est pas la guerre, ce n’est pas une attaque, ce n’est pas l’utilisation de la force, ce n’est même pas de la coercition ».

Même si il y a un élément de vérité dans les propos de Lewis, l’ampleur de cet espionnage et de cette utilisation de l’information ne peut être niée. Lorsque les victimes sont des centaines de millions de personnes de tous les pays du monde, alors il est impossible de ne pas s’opposer à l’illégalité et l’ampleur de l’acte.

On voit que ce n’est pas sa pratique quotidienne d’espionner lorsque Cristina Fernández, présidente de l’Argentine, déclare : « Cela fait froid dans le dos quand nous apprenons qu’ils espionnaient tout le monde à travers leurs services de renseignement au Brésil. »

Pas même les plus paranoïaques d’entre nous n’auraient pu imaginer l’ampleur de la violation par le gouvernement américain des lois mêmes de la vie privée que lui-même a contribué à promouvoir et juré de protéger. Les révélations de Snowden ont exposé au grand jour les pratiques injustifiées de la NSA, mais quoi d’autre reste toujours caché ? Et quel est le but ultime du gouvernement américain quand il dispose des moyens d’espionner chaque citoyen et chaque gouvernement ?

Dans certaines parties du monde, le scandale sur l’espionnage US a soulevé les questions ci-dessus et plus encore. « Les révélations ont relancé un débat qui avait été mis en veilleuse, sur les dangers d’un monde dominé par une superpuissance indigne de confiance, alors que la discussion faisait déjà rage sur le déclin américain », écrit Geoff Dyer depuis Washington.

Et le débat risque-t-il de s’écarter de ce déclin évident vers un autre terrain ? Difficilement, pas plus que le raid soit-disant courageux qui a permis d’assassiner Ben Laden ne pourra contribuer au mythe hollywoodien de l’infaillibilité de l’armée américaine. La surveillance mondiale est simplement une indication que le président Barack Obama - comme représentant de la classe dirigeante américaine - n’a jamais été sincère lorsqu’il a tenté de séduire le monde avec l’image d’un gouvernement américain plus pacifique et ayant un peu de retenue. Le raid pour tuer Ben Laden, selon les conclusions de la commission pakistanaise, expose un triste état de choses qui a touché tous les aspects du gouvernement et de l’armée du Pakistan. Le rapport dévoile comment cet état de fait a été sournoisement exploité par les États-Unis pour mener à bien ses propres objectifs politiques, même au détriment d’un allié supposé. Il est difficile de croire que n’importe quel gouvernement puisse vraiment faire confiance à l’administration américaine après tout cela.

JPEG

* Ramzy Baroud (http://www.ramzybaroud.net) est un journaliste international et le directeur du site PalestineChronicle.com. Son dernier livre, Résistant en Palestine - Une histoire vraie de Gaza (version française), peut être commandé à Demi-Lune. Son livre, La deuxième Intifada (version française) est disponible sur Fnac.com

Du même auteur :

- Démocratie à la sauce ElBaradei : comment la révolution égyptienne s’est trahie elle-même - 15 juillet 2013
- Le commerce florissant des enfants - 1e juillet 2013
- Sectarisme et discours irrationnels... Des raisons d’être inquiet ! - 14 juin 2013
- Guerre en Syrie : les États-Unis sont-ils hors-jeu ? - 6 juin 2013
- Bangladesh : des T-shirts faits de sang et de larmes - 19 mai 2013
- Discours irrationnels, violences, guerres illégales... - 8 mai 2013
- Guantanamo : une grève de la faim pour être libres ! - 25 avril 2013
- Mais où donc va la Turquie ? - 22 avril 2013
- Le blocus de Gaza s’intensifie - 16 avril 2013
- La Turquie retombe dans les filets israéliens - 23 mars 2013
- Les Rohingyas : un génocide volontairement ignoré - 22 mars 2013
- L’UE dénonce la colonisation israélienne, mais s’évertue avant tout à la financer... - 19 mars 2013
- « Cinq caméras brisées » prend sur le vif la nature changeante de la lutte des Palestiniens - 8 mars 2013
- 10 ans après l’invasion anglo-américaine, l’Irak au bord de l’implosion - 19 février 2013
- Des bulldozers et toujours plus de bla bla bla de « paix » - 11 février 2013
- Mali : comment s’enrichir grâce à la guerre... - 2 février 2012
- Le factionnalisme et les Palestiniens oubliés - 27 janvier 2013
- L’Intifada des prisonniers palestiniens - 22 janvier 2013

17 juillet 2013 - The Palestine Chronicle - Vous pouvez consulter cet article à :
http://palestinechronicle.com/on-le...
Traduction : Info-Palestine.eu - Naguib


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.