Fermer la page
www.info-palestine.net
Une filiale de l’ex-Blackwater décroche un contrat US pour la Cisjordanie
mardi 18 janvier 2011 - Jeff Stein
Washington Post

Le contrat est allé à International Development Solutions (IDS), dans une coentreprise comprenant US Training Center, société détenue jusqu’à récemment par Xe Services, nouvelle appellation de la société Blackwater après sa cascade de problèmes judiciaires sur plusieurs années.

Le consortium assurera la sécurité de protection en Cisjordanie, occupée par Israël, des « services qui émanent du Consulat US à Jérusalem », indique le porte-parole du Département d’État, Mark Toner.

Le contrat initial, accordé le 3 janvier, est conclu pour une durée d’un an, « avec options possibles pour quatre renouvellements d’un an », et pour un montant d’environ 84,3 millions de dollars, dit Toner.

International Development Solutions est une coentreprise composée de Kaseman, associé majoritaire, d’une société McLean dont le conseil d’administration est constitué essentiellement d’anciens fonctionnaires du Département d’État et de la CIA, et d’une filiale de l’ex-Blackwater, US Training Center (USTC), qui a gardé, selon d’anciens fonctionnaires, un grand nombre de ses agents.

Un porte-parole USTC a indiqué que la société ne ferait aucun commentaire. Un fonctionnaire du Département d’État, parlant sous couvert d’anonymat afin de discuter librement du contrat, dit que la société n’a plus aucun lien avec Xe Services. Les deux sociétés sont basées dans la minuscule communauté de Moyock, en Caroline du Nord, siège de l’ex-Blackwater.

La formation des agents pour le nouveau contrat avec Jérusalem se fera presque certainement à Moyock, selon des observateurs bien informés, USTC n’ayant pas d’installations comparables en dehors.

La société n’a aucun commentaire à faire, indique l’un de ses représentants.

En dépit des soucis judiciaires, les sociétés associées à Blackwater continuent de décrocher des contrats avec le gouvernement. En juin dernier, Xe Services a obtenu un contrat de 100 millions de dollars par la CIA pour fournir des services de protection en Afghanistan. Puis, en octobre, en partenariat avec une autre société, Xe Services a emporté une partie d’un contrat de 10 milliards de dollars avec le Département d’État, pour des services de protection à travers le monde.

« Le simple fait que le (Département d’État) ait encore claqué des millions de dollars pour leurs méthodes de travail est proprement stupéfiant et marque bien leur talent à contourner les problèmes » dit un ancien employé de Blackwater, qui a demandé à garder l’anonymat car il travaille aujourd’hui pour le gouvernement.

Blackwater a été assailli de problèmes pour son activité en Iraq, notamment un incident au cours duquel ses agents auraient abattus 17 Iraquiens sur une place bondée. Finalement, le gouvernement iraquien a refusé d’accorder à la société une nouvelle licence d’exploitation.

En février dernier, le sénateur Carl M. Levin (Démocrate - Michigan), président de la commission des Services armés, a demandé au procureur général Eric H. Holder Jr. de diligenter une enquête afin de déterminer si Xe Services et Raytheon avaient monté une « société écran » pour soumissionner un contrat avec l’armée sans supporter le « passif » attaché au nom de Blackwater.

L’été dernier, avec ses anciens hauts dirigeants tombant sous le coup d’inculpations criminelles et se disant fatigué des « examens de proctologie », le fondateur et autrefois directeur général de Blackwater, Erik Prince, a mis la société en vente et est parti à Abu Dhabi.

En décembre, Xe Services a été achetée par un consortium d’investisseurs dirigé par Forté Capital Advisors et Manhattan Partners. Les termes du contrat n’ont pas été divulgués.

L’ancien directeur de Forté, Jason DeYonker, a été un proche de Prince pendant des années. De 1998 à 2002, il a géré le portefeuille financier personnel de Prince.

Selon des associés, Prince promeut la sécurité préventive et les activités privées antiterroristes en Afrique, en s’appuyant sur de nombreux ressortissants de pays tiers qu’il a employés durant l’âge d’or de Blackwater.

Pendant ce temps, Xe Services a « tout dépollué », indiquait l’été dernier le directeur de la CIA, Leon Panetta. Le Département d’État a de son côté monté une unité spéciale pour passer au crible ses contrats.

Pour contacter l’auteur : steinj@washpost.com

Notamment sur Blackwater :

- « Yes, we can ! » : Blackwater empoche de nouveaux contrats avec le Département d’État
- Relaxe de cinq mercenaires de Blackwater : des hommes de main au service de l’armée américaine
- L’année Blackwater
- Ce qui est bon pour Blackwater est bon pour les États-Unis...
- Iraq : La loi du Far West
- Irak : Blackwater et ses soeurs
- Comment le Pentagone est devenu accro aux mercenaires
- Blackwater dans le collimateur du Congrès américain
- Les flingueurs de Blackwater, parfaitement irresponsables
- Les "chiens de guerre" de Blackwater haïs à Bagdad
- Irak, le plus important champ de mercenariat du monde

9 janvier 2011 - Washington Post - traduction : JPP