Fermer la page
www.info-palestine.net
Bateaux pour Gaza : c’est parti !
samedi 23 août 2008 - Free Gaza Movement

23 août 2008 - 10 h : déclaration de l’Union internationale des militants des droits de l’homme à bord du Free Gaza et du Liberty

23 août 2008 à 10h ce matin, l’équipe de Chypre de Free Gaza a pu brièvement parler avec nos gens à bord du du Free Gaza et du Liberty. Ils vont tous bien, et ils nous ont demandé de publier la déclaration suivante :

"Les systèmes électroniques qui garantissent notre sécurité à bord du du Free Gaza et du Liberty ont été brouillés et mélangés. Les deux navires arborent le pavillon grec et sont dans les eaux internationales. Nous sommes victimes de la piraterie électronique. Nous sommes actuellement en GMS P aire A2 et nous comptons sur nos équipements de communications par satellite pour faire un appel de détresse, si nécessaire.

Nous sommes des civils de 17 pays et sommes sur ce projet visant à briser le siège de Gaza. Nous ne sommes pas des marins expérimentés. En conséquence, nous avons le souci de la santé et la sécurité des personnes à bord en cas d’urgence.

Nous vivons actuellement des conditions de mer agitée, et nous demandons au gouvernement grec et à la communauté internationale d’assumer leurs responsabilités et de protéger les civils à bord de nos deux navires dans les eaux internationales."

Free Gaza

JPEG - 42.6 ko
Le but de notre voyage est de briser le siège illégal de Gaza, comme un pas vers la fin de l’occupation israélienne de la Palestine.




22 août 2008 - Communiqué de presse de Free Gaza Movement

Quarante-six travailleurs des droits de l’homme naviguent maintenant vers Gaza

Quarante-six militants des droits de l’homme naviguent maintenant vers Gaza dans les eaux internationales avec un objectif prépondérant : briser le siège israélien qu’Israël a imposé à la population civile de Gaza. Toute action visant à nuire à des civils constitue un châtiment collectif (dans le cas des Palestiniens, c’est pour avoir mal voté) et est à la fois illégale au regard du droit international et profondément immorale. Notre mission est de démontrer l’illégalité des actions d’Israël et de briser le siège afin d’exprimer notre solidarité avec les personnes qui souffrent à Gaza (et dans l’ensemble du territoire palestinien occupé) et de créer un passage libre et régulier entre Gaza et le monde extérieur.

Israël fait valoir que depuis le « désengagement » de 2005, il n’ occupe plus la bande de Gaza. Toutefois le Comité international de la Croix-Rouge et d’autres organisations internationales des droits de l’homme rejettent cette assertion car depuis lors, Israël exerce toujours un contrôle effectif sur la bande de Gaza. En tant que puissance occupante Israël a la responsabilité du bien-être de la population de Gaza en vertu des dispositions de la Quatrième Convention de Genève de 1949. Israël a abusé de son contrôle et de ses responsabilités en faisant indûment obstacle à l’approvisionnement essentiel et à l’assistance humanitaire de la population de Gaza.

Comme Israël défie le consensus international depuis 41 ans avec son occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza et parce qu’ Israël a violé de manière flagrante ses obligations, nous ne reconnaissons pas le droit d’Israël de nous arrêter en dehors de ses eaux territoriales, que nous ne voulons pas approcher. Pour écarter tout prétexte de « sécurité » avancé par Israël, nos bateaux ont été inspectés par les autorités chypriotes et certifiés comme quoi ils ne transportent ni armes ni contrebande de quelque nature que ce soit. Nous avons invité la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, à se joindre à nous lors de notre voyage et, de fait, le ministère israélien des Affaires étrangères nous a dit lui-même que le gouvernement israélien "présume que vos intentions sont bonnes."

Nous sommes des militants des droits de l’homme, invités à nous rendre dans la bande de Gaza par nos partenaires palestiniens et chacun de nous a promis de ne commettre aucune violence, ni en paroles ni en actes. Si Israël décide d’arrêter nos bateaux par la force et de les fouiller, nous ne résisterons pas à la force. Cette fouille sera sous la contrainte et avec notre protestation formelle. Après une telle fouille, nous comptons bien que la marine israélienne se tienne à l’écart, alors que nous continuerons pacifiquement vers Gaza. Si nous sommes arrêtés et conduits en Israël, nous protesterons et nous saisirons la justice, pour kidnapping, dans ses instances appropriées. Notre but est de montrer la puissance qu’ont des citoyens ordinaires du monde quand ils s’ organisent ensemble pour se lever contre l’injustice. Qu’il n’y ait aucun doute : les politiques de répression contre la population civile de Gaza constituent des violations flagrantes des droits de l’homme, du droit international humanitaire et constituent des crimes de guerre. Le but de notre voyage est de briser le siège illégal sur la population de Gaza, comme un pas vers la fin de l’occupation israélienne de la Palestine.

Les numéros de téléphone par satellite sur les bateaux seront les suivants :

a) 00 870 773 160 151
b) 00 870 773 160 156
c) 00 881 651 442 553
d) 00 881 651 427 948.

Free Gaza Movement

Pour de plus amples renseignements, contacter s’il vous plaît :

JERUSALEM : Angela Godfrey-Goldstein
Tél. +972 547 366 393
angela@icahd.org

CHYPRE : Oussama Qashoo
Tél. +44 78 333 81660 / +44 79 779 3595
osamaqashoo@gmail.com

Chypre permet aux activistes de naviguer vers Gaza, en dépit du siège israélien

Par l’Associated Press

LARNACA, Chypre - Les autorités ont dit ici, mercredi, que Chypre permettra aux deux bateaux transportant des membres d’un groupe activiste des États-Unis de naviguer vers Gaza, en dépit du blocus israélien du territoire palestinien.

Le directeur de la marine marchande de Chypre, Serghios Serghiou, a dit que les deux voiliers en bois ont passé une inspection de sécurité. Il a dit que les bateaux ont également obtenu les certificats de sécurité de la Grèce où les navires sont enregistrés. Nous n’avons pas interdit le départ du bateau, a dit Serghiou à l’Associated Press.

L’organisateur de la manifestation, Paul Larudee, a dit que les bateaux - le Free de Gaza de 21 mètres et le Liberté de 18 mètres - mettront le cap vers minuit ce soir, du port de Larnaca, pour les quelques 30 heures de trajet.

Les manifestants du groupe Free Gaza, quelque 40 militants de 16 pays dont la religieuse catholique Anne Montgomery de 81 ans, tenteront de briser le blocus imposé l’an dernier par Israël à Gaza, dans le but de créer un précédent pour que d’autres suivent. Ils ont l’intention de livrer 200 appareils auditifs à une association caritative palestinienne pour enfants et de distribuer 5 000 ballons.

Arye Mekel, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien, a déclaré que le ministère avait dit aux militants dans une lettre que toute aide humanitaire devait être assurée par un contrôle israélien aux passages des frontières. Mais Mekel a refusé de dire comment Israël répondra si les militants tentent de briser le blocus.

Thomas Nelson, 64 ans, dit que le groupe s’attend à ce que la marine israélienne intercepte les bateaux et arrête les personnes à bord. L’avocat de Portland en Oregon dit que les plans des militants pour résister à toute tentative de les arrêter seront non-violents. Nelson dit qu’il n’y a pas là de menace pour la sécurité d’Israël, sauf la vérité et Israël a peur de la vérité.

Nelson a déclaré que les avocats de la guilde nationale des avocats aux USA lanceraient une action en justice contre Israël dans le cadre juridique approprié, si les autorités israéliennes kidnappaient les militants dans les eaux internationales.

Ha’aretz

Voir aussi : http://de.youtube.com/watch?v=wheXg... (en arabe)

Traduction des textes : GD