Fermer la page
www.info-palestine.net
650 000 colons juifs... les Printemps arabes... et la fonte des glaces
lundi 30 juillet 2012 - Mazin Qumsiyeh
JPEG - 58.9 ko
Des manifestant palestiniens protestent contre les violences policières dans les rues de Ramallah le 3 juillet 2012 - Photo : AFP/Abbas Momani

Avec les plus de 15 000 colons juifs qui se sont ajoutés cette dernière année, le nombre de colons installés en Cisjordanie est porté à 650 000. Quelqu’un pense-t-il qu’une solution à deux États reste toujours possible ? Parallèlement, la violence des colons s’est considérablement accrue ces dernières années (voir Quand les colons attaquent, une étude qui donne à réfléchir sur la montée en flèche du nombre d’agressions des colons contre les Palestiniens natifs).

Israël jouit d’un appui sans précédent de la part des gouvernements occidentaux. Le candidat républicain à la Présidentielle des États-Unis, Mitt Romney, vient ici faire son pèlerinage pour rendre hommage à ceux qui vont l’aider à être élu. C’est devenu un rituel pour les candidats à la présidentielle US, avec l’espoir de résider à la Maison-Blanche dans une Washington occupée par les Israéliens. Pour ne pas être en dehors de la scène, le Président Obama a signé un accord renforcé sur la « sécurité » avec l’Israël de l’apartheid la veille même de l’arrivée de Romney aux États-Unis. De nouveaux impôts vont ainsi être déroutés vers Israël, et Israël incite à des guerres alors même que l’économie américaine continue de souffrir. Romney rencontrera aussi Salam Fayyad qui paraît tout content de répéter qu’il veut un État dans les frontières de 1967 (et sans parler des réfugiés qui sont LA question centrale) ; mais dans son entretien avec The Independent, il a bien semblé se résigner à la marginalisation actuelle de la Palestine.

Les gouvernements européens et les autres gouvernements occidentaux se réunissent à propos de la Syrie et des violations des droits de l’homme qui s’y déroulent (tout en soutenant de telles violations à la fois en Syrie et ailleurs). Personne n’a demandé de telles réunions sur Israël et ses violations (voir le récent article de Saul Landau) ou sur le Bahreïn ou l’Arabie saoudite, ou les Rohingya (Birmanie) ou sur la Libye post-Kadhafi, ou d’autres.

Même quand ces gouvernements ont connaissance de ces violations, le business continue, comme d’habitude. Par exemple, le gouvernement britannique a fait état de violences généralisées contre les enfants palestiniens mais le business, c’est le business, et les responsables britanniques continuent de coopérer, sur le plan économique comme sur d’autres, avec l’apartheid. La direction de l’Union européenne considère les colonies de peuplement juives comme des violations du droit international, mais elle octroie pourtant à Israël le statut de nation la plus favorisée et elle commerce régulièrement avec lui ! Tout le monde fait comme s’il n’y avait aucun problème et le statu quo peut se poursuivre.

Les monarchies d’Arabie (ou le gang des kleptocraties) semblent se complaire dans leurs dictatures épargnées par le Printemps arabe et comblées de voir qu’aujourd’hui celui-ci leur profite ; à preuve la junte d’Arabie « saoudite » qui met les mains en Syrie et prétend vouloir y promouvoir la « démocratie ». Ils semblent contents. Les rois de Jordanie et du Maroc accordent un certain pouvoir à leurs gouvernements espérant calmer le mécontentement de leur opinion. Les États-Unis appuient toutes ces familles régnantes. Tout le monde prétend que le mécontentement du peuple peut être apaisé pour un long moment, ou être man ?uvré au profit des intérêts occidentaux et israéliens. Même les directions du Hamas et du Fatah (mais peu de leurs membres) prétendent qu’il est bon de continuer à descendre la voie de ces dernières années et qu’elles ne sont pas prêtes à « faire des vagues ». Beaucoup comptent sur la durée et espèrent quelque miracle à l’extérieur. Dans ce dernier cas, Obama pourrait bien être le meilleur. Peut-être que le Printemps arabe travaillera en notre faveur. Peut-être que c’est ceci ou cela qui va arriver. En attendant, les riches deviennent plus riches, et les pauvres plus pauvres, et notre mère la Terre est dévastée.

Comme dans toute l’histoire humaine, les seules évolutions positives viennent des citoyens quand ils réalisent enfin qu’ils ont le pouvoir entre leurs mains. C’est quand le peuple a compris que la tyrannie ne dure que tant que l’apathie domine, que se produisent les changements révolutionnaires. C’est nous le peuple, et non les gouvernements, qui avons fait l’histoire dans le passé, et qui feront l’histoire dans le futur. Beaucoup se demandent ce que des gens ordinaires comme nous peuvent faire à propos de problèmes comme celui de la Palestine qui est essentiel.

- Voici 64 suggestions sur cette question (une pour chaque année de la Nakba en cours) dont beaucoup peuvent également s’appliquer aux problèmes des violations de l’environnement ou des droits humains au Bahreïn ou en Arabie saoudite.

- Les investissements de la Palestine exigent le désinvestissement, par Sam Bahour - 27 juillet 2012 : « Au fil des ans, non seulement Israël a interdit l’émergence d’une économie palestinienne... il a aussi structurellement et méthodiquement fait en sorte que même les bourgeons d’une telle économie productive ne voient jamais le jour... La société civile palestinienne et les Palestiniens - chrétiens comme musulmans - exhortent tous ceux qui sont intéressés par la paix avec la justice à se désinvestir de l’occupation. ».

- Israël a forgé le terme de "Nakba" et continue de la mettre en ?uvre, par Ilan Pappe.

- (Action) Soif de justice : rejoindre la Campagne pour les droits à l’eau des Palestiniens.

- Avec la brusque fonte des glaces dans le sud Groenland, réitérer la déclaration d’une émergence écologique planétaire, par le Dr Glen Barry

- La Nasa rapporte que les vues satellites ont montré une fonte sans précédent de la calotte glaciaire au Groenland.

* Chercheur en génétique et professeur aux Universités de Bethléem et de Birzeit, après avoir enseigné aux États-Unis, le docteur Mazin QUMSIYEH est président du Centre palestinien pour le rapprochement entre les peuples. Figure importante de la résistance populaire dans laquelle il prend une part active et qu’il organise, il collabore également avec de nombreux mouvements pacifistes de la société civile, et a publié plus de 1 000 articles dans des journaux, des livres et sur l’Internet. Il est l’auteur de Une Histoire populaire de la Résistance palestinienne parue aux éditions Demi-Lune (en 2013)

Du même auteur :

- Saoud et Susya - 17 juin 2012
- La Naksa - 5 juin 2012
- « Qu’advient-il d’un rêve reporté ? » - 25 mai 2012
- Le moment du changement ! - 5 mai 2012
- La Journée de la Terre 2012 - 30 mars 2012
- « Christ au Check-point » - 15 mars 2012
- Les prisonniers politiques palestiniens - 3 mars 2012
- La biologie de la paix - 22 février 2012
- Vingt points sur Palestine/Israël - 14 janvier 2012

[...]

27 juillet 2012 - Popular Resistance - traduction : Info-Palestine.net/JPP