3 décembre 2016 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Le blocus de Gaza tue les patients atteints de maladie grave

dimanche 23 décembre 2007 - 07h:04

Motasem A Dalloul - Al Jazeera.net

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Nasser Mohrah est la trente-cinquième personne à mourir de complications sur le plan médical directement dues au blocus israélien

JPEG - 17.1 ko
Mohammad Musa Bahlol, âgé de 12 ans, assisté par sa mère lors d’une séance de dialyse - Photo : Defense for Children International

Dans les couloirs de l’hôpital d’Al-Shifa, le plus grand établissement médical dans la bande de Gaza, les patients attendent à l’extérieur du centre de dialyse pour des soins et traitements. Pourtant, ils savent bien qu’il y a un grand risque de n’avoir ni l’un ni l’autre. Le blocus économique israélien appliqué à la bande de Gaza a placé les stocks de médicaments à un niveau insuffisant.

Oum Ahmed, 35 ans, attend assise à côté de son fils âgé de dix ans qui souffre d’une insuffisance rénale. « Je dois attendre plusieurs heures avec mon fils pour qu’il ait sa dialyse, ce qui met à tout moment sa vie en danger », dit-elle.

Sami Abou Ali, le médecin traitant du fils d’Oum Ahmed, essaie de la rassurer, mais il avoue que le risque est plus grand en cas d’attente trop longue d’une dialyse. Il affirme que « les patients atteints d’une insuffisance rénale doivent suivre un planning précis de dialyse, dans le cas contraire les toxines augmentent dans le sang à un niveau qui peut menacer la vie du patient ».

Menace d’une crise sanitaire

En 2006, après la victoire du Hamas aux élections parlementaires, Israël entame pour de [prétendues] raisons de sécurité, un blocus économique sur gaza pour l’importation comme pour l’exportation de produits. L’armée israélienne dit craindre que des armes et des matériaux servant à fabriquer des bombes entrent en contrebande dans Gaza et que des explosifs soient dissimulés dans les produits agricoles destinés à la Cisjordanie et aux villes israéliennes.

Plus tôt cette année, Tel Aviv a encore renforcé son blocus sur les passages entre Gaza et Israël pour n’autoriser à l’entrée dans ce territoire que les aliments et médicaments de base. Beaucoup d’hôpitaux de Gaza tombent en ruine, laissant 1,5 million de personnes avec peu de possibilité d’accéder à des soins médicaux. Israël a également fermé l’accès aux soins en Cisjordanie, en Israël ou en Egypte.

Abed Awad, le responsable du personnel médical qui s’occupe de superviser et organiser les plannings pour les malades du rein, raconte que plusieurs machines de dialyse ont tout simplement cessé de fonctionner. « Il y a 66 machines de dialyse à l’hôpital”, dit-il, “plus de 30 d’entre elles ne fonctionnent pas parce qu’elles ont besoin de pièces de rechange et Israël n’a pas autorisé le ministère de la Santé à les importer à cause des sanctions imposées à la bande de Gaza. »

Rationnements

Les directeurs des hôpitaux ont été obligés de trouver des moyens pour rationner l’usage de produits et d’équipements et ont réduit en conséquence le nombre de traitements de dialyse par personne. Le docteur Basem Naeem, ministre de la Santé à Gaza, a fait savoir que ses services souffraient d’un sérieux manque d’équipement, d’appareils médicaux et de médicaments.

« Les pièces de rechange pour le matériel médical sont toutes épuisées et malheureusement nous ne voyons pas clairement comment nous allons pouvoir gérer cette crise », a-t-il dit, en ajoutant : « il y a des centaines de patients qui ont urgemment besoin de traitements médicaux ou d’opérations à l’étranger ».

« Situation explosive »

Samedi [15 décembre], deux jours avant la conférence de Paris devant permettre de relancer l’économie palestinienne, Nasser Mohrah, âgé de 49 ans et venant de Jabalia, est mort d’un cancer. Selon ses médecins traitants , le ministère de l’intérieur de Gaza - en coordination avec le ministère de la santé égyptien - avait donné les fonds et l’autorisation nécessaires à Nasser Mohrah pour passer par le poste-frontière de Rafah vers l’Egypte pour aller suivre un traitement et une thérapie plus avançés.

Le « Nasser Institute Hospital » au Caire avait informé le ministère de l’intérieur de Gaza qu’ils avaient à leur disposition les équipements appropriés pour soigner Mohrah. Mais Israël lui a interdit ce voyage [vers l’Egypte].

Selon des responsables du secteur de la santé dans Gaza, Nasser Mohrah est la trente-cinquième personne à mourir de complications sur le plan médical directement dues au blocus israélien.

Dans un communiqué, le ministère de la santé a publié les chiffres suivants : « Plus de 450 patients atteints de cancer, 400 patients souffrant d’insuffisance rénale et 449 ayant des maladies de coeur vivent sous la menace de la mort à cause du siège imposé à Gaza. »

Question humanitaire

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) informe qu’elle a constaté une augmentation du nombre de patients sans autorisation de se faire soigner en dehors de Gaza.

Lors d’un colloque organisé par l’OMS, les médecins de la section israélienne de l’organisation « Physicians for Human Rights - PHR-I » et l’organisation pour le Programme de Santé Mentale pour la Communauté de Gaza (GCMHP), les médecins israéliens ont déclaré que l’accès aux soins devraient être respecté même pour les personnes supposés présenter des risques de sécurité [on imagine mal un malade sous dialyse, ou sous traitement anti-cancéreux, présentant un risque pour la sécurité des israéliens ... - N.d.T].

Hadas Ziv, directeur du PHR-I, a suggéré qu’un bus militaire israélien transporte les patients présentant prétendument des risques de sécurité d’aller de Gaza en Jordanie pour y suivre les traitements requis.

Jamal Al-Khodar, président du Comité Populaire contre le siège, a invité les dirigeants israéliens à ouvrir immédiatement le croisement de Rafah vers l’Egypte pour alléger les contraintes subies par le système de santé de Gaza.

« Empêcher des milliers de patients de suivre un traitement à l’étranger contredit toutes les normes internationales et les droits de l’homme, » a-t-il déclaré.

Sur le même thème :

- Le manque d’accès des habitants de Gaza à la santé est « intolérable »
- Le secteur médical de Gaza touché par le blocus israélien
- Les hôpitaux de Gaza face à « un désastre humanitaire »

16 décembre 2007 - Al Jazeera.net - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.aljazeera.net/NR/exe...
Traduction : Thouraya Ben Youssef & Claude Zurbach


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.