17 mars 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Syrie : les « rebelles » chers à l’Occident décapitent un gamin sous l’oeil des caméras

mercredi 20 juillet 2016 - 15h:04

Moon of Alabama

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


L’opération étasunienne de « changement de régime » en Syrie a récemment enregistré quelques succès.

JPEG - 31.6 ko
Les rebelles syriens, si chers à Fabius et à Hollande, sont coutumiers des crimes de guerre. Ici, un extrait d’une vidéo d’un massacre de soldats et officiers de l’armée syrienne

La Force démocratique syrienne, un groupe essentiellement composé de Kurdes syriens parrainé par les Américains, assiège la ville orientale de Manbij tenue par l’État islamique. Selon le commissaire des droits humains de l’ONU, 70 000 civils enfermés dans Manbij sont coupés de tout approvisionnement. On attend toujours les appels à cesser immédiatement le siège ou à larguer davantage de nourriture à ces malheureux.

Que font tous les fans de R2P (responsabilité de protéger) de l’administration Obama et tous les groupes de propagande de l’opposition syrienne généreusement arrosés ? Que le États-Unis aient réussi à éviter toute question concernant ce siège est sûrement un exploit !

A la place de la nourriture, les États-Unis ont largué bien autre chose sur Marjib :

Au moins 56 civils ont été tués mardi dans des frappes aériennes au nord de la ville assiégée de Manbij tenue par l’Etat islamique dans le nord de la Syrie, et les résidents ont dit qu’ils croyaient que l’attaque avait été menée par l’aviation américaine, selon un groupe de surveillance.

L’Observatoire syrien pour les droits de l’homme basé en Grande-Bretagne a dit qu’il y avait 11 enfants parmi les morts, et que des dizaines d’autres personnes avaient été blessées.

La CIA finance une longue liste de groupes mercenaires en Syrie pour combattre le gouvernement syrien et les millions de personnes qu’il protège. Elle a livré des missiles antichar TOW de grande puissance à plusieurs de ces groupes :

Les groupes avec lesquels la CIA permet actuellement de partager les munitions sont : ... le Mouvement Nour al-Din al-Zenki, (Harakat Nour al-Din al-Zenki) ...

Selon Riam Dalati, le producteur de BBC Foreign News, ce sont des « rebelles modérés » de Nour al-Din al-Zenki qui ont capturé hier un garçon palestinien de quelque 8, 10, peut-être 12 ans, l’ont chahuté et l’ont accusé de se battre du côté du gouvernement syrien. Le garçon n’avait pas d’uniforme et avait des tubes de perfusion médicale plantés dans le bras droit.

Puis les « rebelles modérés » de la CIA, ont décapité le garçon avec un couteau, sur le capot d’une camionnette rouge. Il y a des photos et des vidéos de l’enfant en vie, ainsi qu’une vidéo de la décapitation. Le groupe Zinki, comme la CIA qui le soutient, avait déjà la réputation de torturer les gens.

Cela montre encore une fois que l’administration Obama n’a « rien fait », ou du moins pas assez, pour aider ces forces démocratiques en Syrie. Si ces modérés avaient reçu plus d’armes, ils auraient pu utiliser quelque chose de mieux qu’un vieux couteau rouillé pour couper la tête de ce garçon (/sarcasme). Et, de fait, le groupe blâme la « communauté internationale » pour le comportement de ses membres.

L’administration Obama a fait de son mieux pour protéger non seulement les « modérés » mais aussi al-Qaïda en Syrie, alias Jabhat al Nusra, des attaques des forces syriennes et russes. Les « rebelles modérés » soutenus par les Américains, comme le sympathique groupe de gens dont on vient de parler, se sont mélangés aux combattants d’al-Qaïda, et c’est pourquoi les États-Unis soutenaient que tous les deux faisaient partie de l’accord de cessez-le-feu qu’ils avaient conclu avec les forces russes.

Il est évident que les Etats-Unis ont longtemps considéré al-Qaïda en Syrie comme un problème local qui pouvait être utilisé pour faire avancer leur projet de « changement de régime », mais qui ne deviendrait jamais un danger pour les Etats-Unis eux-mêmes ou leurs intérêts. Les Russes ont, quant a eux, soutenu que le groupe était une cible légitime et ont rejeté les dernières tentatives américaines pour le protéger mine de rien.

Mais quelque chose a tout à coup fait changer l’administration Obama – en fait le Secrétaire d’État Kerry - de tactique :

« Le fait est que Nusrah complote contre des pays dans le monde. Ce qui est arrivé à Nice la nuit dernière pourrait tout aussi bien être le fait de Nusrah que d’une autre entité, parce que c’est ce qu’ils font. »

Le fait que l’attaque de Nice suive un scénario publié dans une brochure d’al-Qaïda a peut-être enfin réussi à mettre fin aux combines délétères des pans de l’Administration qui nourrissaient ce groupe. Mais, une fois de plus, il a fallu un drame pour y arriver.

L’Administration ne s’est jamais privée de soutenir les radicaux les plus brutaux, en Afghanistan, en Libye, en Syrie et ailleurs, jusqu’à ce que ceux-ci reviennent nous mordre. On dirait bien qu’il a fallu le « coup d’éclat » du meurtre de plus de 80 personnes à Nice pour que les États-Unis renoncent à soutenir al-Qaïda.

Sans les impitoyables combattants d’al-Qaïda, les « rebelles modérés » de la CIA n’ont aucune chance de vaincre le gouvernement syrien. Les Etats-Unis se décident enfin à suivre le scénario russe et ils vont attaquer al-Qaïda et d’autres groupes du même acabit en Syrie. Le projet de « changement de régime par la force » est donc au point mort, pour l’instant.

La Turquie renonce à jouer le sinistre rôle qu’elle jouait en Syrie et se rapproche à nouveau des alliés de la Syrie : la Russie et l’Iran. Cela donnera une raison supplémentaire à l’Administration d’abandonner discrètement son projet de « changement de régime » en Syrie.

19 juillet 2016 - Moon of Alabama - Traduction : Dominique Muselet


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.