1er juillet 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Les forces d’occupation envahissent Al-Aqsa, agressent et blessent les fidèles réunis pour le mois sacré du Ramadan

lundi 27 juin 2016 - 07h:01

Ma’an News

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Les forces israéliennes ont attaqué le complexe d’Al-Aqsa à Jérusalem-Est sous occupation ce dimanche matin, provoquant des affrontements avec les fidèles - blessant au moins 12 Palestiniens et en kidnappant quatre - alors que le mois du Ramadan est entré dans ses derniers dix jours les plus sacrés.

JPEG - 53.7 ko
La violence des troupes israéliennes d’occupation est sans retenue et permanente dans tous les territoires palestiniens sous occupation - Photo : AFP/Ahmad Gharabli

Le Croissant-Rouge palestinien a rapporté que les forces israéliennes d’occupation ont tiré des balles en acier recouvert de caoutchouc et des grenades lacrymogènes sur un groupe de fidèles, les frappant ensuite à coups de matraque. Cinq Palestiniens ont été emmenés à l’hôpital Al-Maqasid hôpital à Jérusalem-Est pour y être soignés.

Selon des témoins, les forces israéliennes ont envahi la mosquée Al-Qabli dans le complexe en début de matinée, avant d’ouvrir la porte du Maroc pour permettre à un groupe d’Israéliens juifs ultra-religieux d’y pénétrer, ce qui a provoqué des affrontements entre fidèles palestiniens et forces israéliennes d’occupation.

Le responsable du composé Al-Aqsa, Sheikh Omar el-Kiswani, a déclaré à Ma’an que 12 fidèles ont été blessés par des balles en acier recouvert de caoutchouc : trois à la tête et les autres dans le dos et les membres inférieurs.

Al-Kiswani a expliqué que, alors qu’Israël avait fermé toutes ces 14 dernières années au cours des 10 derniers jours du Ramadan, la porte du Maroc - à travers laquelle les visiteurs israéliens et les touristes entrent dans le complexe - celle-ci a été ouverte aujourd’hui, ce qui a déclenché les affrontements.

Al-Kiswani a condamné les raids et les attaques sur les fidèles pendant cette période, et il a tenu la police israélienne responsable de ce qui est arrivé.

Les témoins ont rapporté que les forces israéliennes ont agressé Badir Badir, le gardien d’Al-Aqsa, le blessant à la tête.

Cheikh Azzam al-Khatib, responsable de la Fondation islamique (Waqf) à Al-Aqsa a déclaré à Ma’an que les autorités d’occupation tentent d’imposer un nouveau statu quo à Al-Aqsa en permettant aux Israéliens de pénétrer dans l’enceinte au cours des dix derniers jours de Ramadan, moment où les musulmans restent à Al-Aqsa pour prier pendant de longues périodes de temps.

Il a ajouté que la police israélienne a forcé l’accès pour permettre aux Israéliens et aux touristes de rentrer dans la mosquée aujourd’hui, ce qui a provoqué des affrontements.

La Fondation islamique a condamné Israël pour « ses provocations permanentes » sur le site sacré plus tôt ce mois-ci, mettant en évidence l’extrême sensibilité qui entoure Al-Aqsa durant le mois de Ramadan, et le danger que représente la poursuite des visites illégales pour extrémistes israéliens sur le complexe.

Des sources locales ont dit plus tard à Ma’an que deux des personnes kidnappées lors des affrontements étaient des ressortissants sud-africains.

Les visites de ces groupes fascistes sont considérés comme une provocation par de nombreux Palestiniens. En effet, la Mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher sont des symboles de Jérusalem-Est, la capitale voulue pour un futur État palestinien et qui est sous occupation militaire israélienne depuis 1967.

Le Waqf a déclaré qu’ils tenaient les autorités israéliennes d’occupation « entièrement responsables des conséquences de sa politique impitoyable qui encourage l’extrémisme et l’irrationalité. » Il a imploré le gouvernement jordanien qui joue un rôle dans l’administration du complexe, d’intervenir immédiatement et de faire cesser les « provocations et les harcèlements. »

La déclaration a critiqué le fait que les Palestiniens soient interdits d’accès au site sacré pendant le Ramadan, « à un moment où les musulmans attendent avec impatience de consacrer leur temps au jeûne, au culte, et à d’autres activités spirituelles dans Al-Aqsa - l’un des sites les plus sacrés de l’Islam ».

La déclaration a souligné que Israël a révoqué les permis d’entrée qui avaient été récemment accordés à des dizaines de milliers de Palestiniens de la Cisjordanie et de la bande de Gaza occupées, et qui devaient leur permettre d’accéder à Jérusalem pour prier pendant le mois du Ramadan.

La police israélienne d’occupation a également empêché les agents du Waqf d’apporter des repas pour l’Iftar dans le complexe, destinés aux centaines de fidèles qui rompent leurs jeûnes à l’intérieur du composé, ajoute le communiqué. « Ce fut embarrassant et sans précédent. »

Lire également :

- Ce que représente Haram al-Sharif pour les Palestiniens - Hamid Dabashi
- Le projet de destruction d’al-Aqsa n’a rien d’une théorie du complot - 12 novembre 2015
- Jérusalem : un chaos annonciateur - 5 novembre 2015
- La mosquée al-Aqsa : encore une autre bataille dans la lutte pour la libération nationale - 27 octobre 2015
- Ce que veut Israël, c’est la destruction de la mosquée al-Aqsa - 27 septembre 2015

26 juin 2016 - Ma’an News - Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.