7 avril 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Le massacre des innocents

mercredi 23 mars 2016 - 07h:15

Hamid Dabashi

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Ces attaques à Bruxelles sont identiques aux actes de violence meurtrière ciblant des personnes tout autant innocentes ailleurs dans le monde.

JPEG - 75.2 ko
Les attaques de Bruxelles ont été revendiquées par l’État islamique - Photo : RTL Belgium/Reuters

Parmi les plus récents actes de violence vicieux ciblant les personnes innocentes, les attaques de Bruxelles ont fait des dizaines de victimes.

« L’Europe occidentale était en état d’alerte après que des assaillants ont lancé des attaques simultanées dans la capitale de la Belgique, Bruxelles, avec des bombes frappant l’aéroport et la ligne de métro souterraine », a rapporté Al Jazeera. « Plus de 30 personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessés - dont beaucoup sont dans un état critique. »

En quelques heures, de présumés partisans de l’État islamique d’Irak et du Levant (ISIL, également connu sous le nom d’ISIS) ont revendiqué la responsabilité des attentats par l’intermédiaire d’un compte Twitter.

« Les partisans d’ISIS affirment la responsabilité du groupe pour les attaques de Bruxelles, » nous dit le message. « Nous sommes venus à vous pour vous tuer. »

Ceci est la guerre numérique en pleine action, avec de vraies victimes, une terreur paralysante et des responsabilités fictives.

Quiconque ayant un compte Twitter peut tweeter « F *** Belgique. La Belgique voulait bombarder l’État islamique. Maintenant, profitez de ce que vos mains ont semé ».

Les mêmes tweets sont, à leur tour, repris par des machines de propagande islamophobe bien financées qui ont pour but de dénoncer l’islam, stigmatiser les musulmans et davantage alimenter le feu de la haine xénophobe, aujourd’hui si bien illustrée par les candidats républicains comme Donald Trump et Ted Cruz .

Une violence systématique

Le cercle vicieux se perpétue donc, et s’exacerbe. Des criminels commettent des actes de violence - érigés en véritable système - visant des personnes innocentes, et leurs âmes sœurs parmi les proto-nazis islamophobes prennent le relais là où leurs frères l’ont déposé, pour perpétuer le cycle de violence.

De Bruxelles à Beyrouth, de Paris à Istanbul, de Bagdad à San Bernardino, et partout dans le monde, des innocents sont alors pris au piège dans ce cercle vicieux.

Ce qui est nécessaire, c’est une rupture catégorique avec cet engrenage infernal. Le massacre des innocents à Bruxelles est l’extension du massacre des innocents dans le monde islamique, et non pas une vengeance de quoi que ce soit.

Lorsque des voyous criminels se rassemblent autour de la bannière de l’ISIL et commettent des atrocités dans le monde, ils présentent cela comme des actes de vengeance contre « l’agression occidentale ». Ce ne sont pas des actes de vengeance et de représailles. Ce sont des actes identiques de violence meurtrière ciblant des personnes pareillement innocentes dans des lieux différents.

L’entité meurtrière qui s’auto-proclame ISIL est le sous-produit vicieux, l’horrible excroissance et l’ombre diabolique de ce contre quoi précisément ils prétendent se battre.

ISIS et l’islamophobie

Les musulmans ne doivent pas tomber dans le piège de dire qu’ils sont innocents et qu’ils n’ont rien à voir avec ces actes de violence. Bien sûr, ils n’ont rien à voir avec cela. Ce serait comme dire qu’ils ne sont pas responsables du réchauffement climatique. Il n’y a pas de lien logique entre le crime et la déclaration d’innocence.

Même en déclarant que ceci n’est pas l’islam, ou que l’islam est pacifique, ou que l’énorme majorité des musulmans sont pacifiques, c’est un aveu de culpabilité par association.

Les penseurs critiques en Europe et aux États-Unis de leur côté, doivent cesser de défendre les musulmans contre ces accusations, comme si ces accusations fabriquées avaient la moindre légitimité. Plus les musulmans se défendent, plus les gens bien intentionnés aux États-Unis et en Europe exonèrent les musulmans, plus ce cycle vicieux se perpétue.

Ceci est un piège, une ruse conceptuelle, une escroquerie intellectuelle et une erreur de logique, fabriqués par deux bellicistes identiquement vicieux - ISIS et l’islamophobie - pour se donner une légitimité qu’ils n’ont pas.

ISIL est la poursuite du militarisme des États-Unis et de l’Europe par d’autres moyens, dans une version urbaine. ISIL n’est pas une réponse au militarisme des États-Unis ou de l’Europe : c’est un logiciel dans le hardware de sa machine de mort et de destruction.

ISIL n’a pas été inventé par la CIA ou toute autre agence, comme les ridicules théories du complot l’ont affirmé. ISIL est le prolongement logique du militarisme américain, et non pas son invention conspiratrice.

Les victimes des invasions américaines et européennes, des occupations, des bombardements, des frappes de drones et des sanctions meurtrières sont identiques aux victimes des attaques d’ISIL en Irak, en Syrie, en Turquie, en France, aux États-Unis et au Mali.

Nous, innocents de l’Est, de l’Ouest, du Nord et du Sud de ce monde fragile, ne combattons d’aucun des deux côtés.

Nous sommes tous - français, belges ou turcs, arabes, chrétiens ou musulmans - les victimes identiques d’une seule et même idéologie violente qui nous cible et nous tue avec une même ténacité.

Alors que nous pleurons les victimes des terribles actes de violences à Bruxelles, Beyrouth, Paris, Alep, San Bernardino ou Istanbul, nous devons rester fermes et ne pas tomber dans le piège du cercle vicieux produit par la violence pour se perpétuer en « terreur » et « guerre contre le terrorisme ».

« La terreur » et « la guerre contre le terrorisme » sont des images en miroir l’une de l’autre.

Nous n’avons rien à voir avec l’une de ces deux idéologies perverses. Nous - les musulmans, les chrétiens, les juifs, les athées, les arabes, les européens, les américains ou autres - en sommes les victimes.

* Hamid Dabashi est un professeur irano-américain titulaire de la chaire Hagop Kevorkian en Etudes iraniennes et Littérature comparée à l’Université Columbia de New York. Collègue et ami d’Edward Saïd, il poursuit sa réflexion critique dans le champ des études postcoloniales. Son compte twitter : @HamidDabashi

Du même auteur :

- Ce que représente Haram al-Sharif pour les Palestiniens - 13 novembre 2015
- Une voix triomphale : Eduardo Galeano (1940-2015) - 22 avril 2015
- Porter le deuil pour Gaza - 27 août 2014
- Combien de Palestiniens ont été tués à Gaza ? - 1er août 2014
- Attaques israéliennes contre Gaza : peut-on accuser le Hamas de provocation ? - 25 juillet 2014
- Le problème palestinien d’Obama - 1er juillet 2008

22 mars 2016 - Al-Jazeera - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.aljazeera.com/indepth/op...
Tradduction : Info-Palestine.eu - Lotfallah


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.