8 août 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Les Palestiniens de Gaza se massent au poste-frontière de Rafah, attendant une improbable ouverture

mardi 16 février 2016 - 21h:35

Patrick Strickland

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Des centaines de Palestiniens en état d’urgence traversent la frontière entre l’Egypte et la bande de Gaza assiégée au moment où, pour la première fois en deux mois, la porte s’ouvre.

JPEG - 47.4 ko
Plus de 25000 Palestiniens « en situation critique » ont demandé à voyager à travers le passage de Rafah rarement ouvert - Al-Jazeera/Ezz Zanoun

Des centaines de personnes se sont rassemblées au sud de la bande de Gaza dans l’espoir de passer en Égypte au poste-frontière de Rafah exceptionnellement ouvert pour deux jours.

Selon les autorités palestiniennes, seuls 765 Palestiniens ont été autorisés à passer en Égypte samedi dernier alors que le poste-frontière n’avait pas été ouvert depuis le début du mois de décembre.

Un rapport de l’agence Ma’an News fait apparaître que plus de 25 000 personnes se sont fait inscrire pour passer par Rafah à cause de besoins urgents, notamment des besoins d’ordre médical pour 3 500 d’entre elles.

L’état d’Israël et l’Égypte ont imposé un blocus très serré à la bande de Gaza depuis que l’organisation politique du Hamas a pris le contrôle de la région en 2007.

Un examen objectif de la réalité montre que Gaza est toujours occupée.

Selon le Centre Juridique Gisha pour la Liberté de Mouvement1, les autorités égyptiennes n’ouvrent la frontière que pour de courtes périodes tous les quelques mois.

Samedi dernier, des centaines de Palestiniens attendaient près de là, au centre sportif Abu Yousef an-Najjar, tandis que des bus arrivaient pour les emmener au poste-frontière.

Ali Hamed, 23 ans, a dû attendre pendant des heures avant de pouvoir passer.

Il a déclaré à Al Jazzera : « J’ai été accepté pour étudier dans une université en Turquie. J’ai même un visa. Mais cela fait un an et demi que j’attends. J’ai dépensé tout mon argent à tenter de sortir de la bande de Gaza. »

Le centre de sports s’est trouvé dans une grande confusion alors que les gens faisaient la queue en attendant leur tour. Comme la nuit approchait, certains, épuisés, dormaient à même le sol et les enfants pleuraient.

JPEG - 180.1 ko
Des centaines attendaient leur tour à l’intérieur du centre sportif Abu Yusuf an-Najjar, pour passer au passage de Rafah - Photo : Al-Jazeera/Ezz Zanoun

Ismail Haniyeh, important leader politique du Hamas, a, au cours d’une conférence de presse à Gaza, remercié le gouvernement égyptien pour avoir ouvert la frontière. « Des milliers de gens sont sur la liste d’attente. Nous souhaitons tous que la frontière soit ouverte de façon permanente. »

Une catastrophe humanitaire

Depuis la fin de l’année 2008, Israël a procédé à trois grandes offensives militaires contre les Palestiniens de Gaza, laissant la région en ruines.

En juillet et août 2014, les forces israéliennes ont mené contre la bande de Gaza une attaque aérienne, terrestre et maritime qui a duré 51 jours. En même temps, des groupes armés palestiniens menaient des raids à travers la frontière et lançaient des roquettes sur la partie sud d’Israël.

Selon le bureau de l’ONU pour la coordination des affaires humanitaires, sur plus des 2 000 Palestiniens tués au cours de cette guerre, près des 2/3 étaient des civils. Plus de 100 000 lieux d’habitation ont été soit détruits soit endommagés.

Soixante et onze Israéliens, dont 66 soldats et 6 civils, ont été tués au cours des combats.

Depuis la fin de l’offensive israélienne de 2014, près de 1 900 000 Palestiniens de Gaza se débattent dans une économie en ruines.

Selon l’organisation Gisha, le taux de chômage avoisine les 41% et plus de 70% de la population dépend de l’aide humanitaire.

JPEG - 220.2 ko
Un homme, qui n’a pas donné son nom, a déclaré à Al Jazeera qu’il avait essayé de quitter Gaza depuis les 18 derniers mois - Photo : Al-Jazeera/Ezz Zanoun

Depuis le mois de juin 2013, avec l’arrivée au pouvoir du président Abdel Fattah al-Sissi qui a évincé Mohammed Morsi, l’Égypte a considérablement réduit le nombre d’entrées au poste de Rafah.

L’organisation Gisha a déclaré : « De janvier à septembre 2015, le poste de Rafah n’a été ouvert que 27 jours dont 4 jours au cours desquels tout transit entre la bande de Gaza et l’Égypte a été interdit. »

Bien que le Ministère de la Santé de Gaza ait recensé plus de 10 600 blessés au cours de cette guerre, les restrictions sur les passages ont empêché la plupart d’entre eux de quitter le pays pour être soignés ou d’entrer en Israël par le poste-frontière Erez dans le nord de la bande de Gaza.

Ramy Abdu, responsable de la section « Gaza » du Réseau euro-méditerranéen des Droits de l’Homme, a déclaré que plus de 80% des Palestiniens étaient officiellement interdits de passage au poste-frontière Erez contrôlé par Israël.

JPEG - 167.3 ko
Rafah est le seul moyen pour de nombreux Palestiniens de quitter le territoire assiégé, car Israël restreint tous les mouvements à travers le passage d’Erez dans le nord de la bande de Gaza - Photo : Al-Jazeera/Ezz Zanoun

Il a déclaré à Al Jazeera que ceux qui passaient devaient souvent affronter humiliations et chantage, faisant allusion aux efforts menés par Israël pour recruter des informateurs en échange du droit de passage au poste-frontière.

Abdu a ajouté : « C’est pourquoi, pour la majorité des Palestiniens de Gaza, la seule voie de passage vers le monde extérieur est le poste de Rafah. »

Au centre sportif Abu Yousef an-Najaar près de Rafah, Abu Saoud, qui n’a pas souhaité donner son nom de famille, a dit qu’il envisageait de quitter le pays depuis 2011 quand il est rentré à Gaza après avoir passé 26 ans dans les prisons israéliennes.

Il a dit à Al Jazeera : « J’ai finalement pris la décision d’emmener ma famille hors de Gaza à la fin de la dernière guerre (en août 2014). Mais la frontière nous est pratiquement toujours fermée. »

* Patrick O. Strickland est un journaliste et grand reporter américain indépendant spécialiste des questions de justice sociale et des droits humains au Moyen-Orient et spécialement en Palestine. Il écrit pour de nombreux médias notamment al-Jazira, Alternet, VICE News, Deutsche Welle, Syria Deeply, AlterNet, Electronic intifada, Socalist Worker etc ...
Son compte Twitter : @P_Strickland_

Du même auteur :

- Massive grève de la faim contre la « détention administrative » - 28 septmebre 2015
- Israël décide de nourrir de force les prisonniers en grève de la faim - 6 août 2015
- L’Autorité de Ramallah accusée de soumettre à la torture les détenus politiques - 11 juillet 2015
- Un bateau suédois a pris la mer pour tenter de briser le blocus de Gaza - 29 juin 2015
- L’Autorité de Ramallah réprime durement les militants étudiants - 25 mai 2015
- Les leçons des élections universitaires à Birzeit - 1er mai 2015
- Grève des Palestiniens d’Israël pour protester contre les assassinats commis par la police - 28 janvier 2015
- A Jérusalem, des milliers d’enfants sont privés des services publics de base par l’apartheid israélien - 5 janvier 2014

* Traduit de l’anglais par Christine Malgorn , auteure de Syrie, mon amour. 1860, au cœur de la guerre oubliée, édition Harmattan, 2012 – Voir la vidéo (disponible sur Amazon) ; et de « Bienvenue au Shéol » paru en avril 2015 (disponible en numérique sur Amazon, et en format papier). Consultez son blog

13 février 2016 - Al-Jazeera - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.aljazeera.com/news/2016/...
Traduction : Info-Palestine.eu - Christine Malgorn


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.