8 août 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Il faut sauver Muhammad al-Qiq, en grève de la faim depuis 2 mois

mardi 26 janvier 2016 - 06h:30

Ma’an News

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Le journaliste palestinien Muhammad al-Qiq, en grève de la faim dans une prison israélienne depuis 61 jours, est au bord de la mort, a déclaré à Ma’an ce lundi l’avocat du journaliste.

JPEG - 179.7 ko
Rassemblement en soutien à Muhammad al-Qiq - Photo : agence Wafa

Après avoir visité al-Qiq tôt le même jour, Ashraf Abu Sneina, un avocat travaillant pour le Comité de l’Autorité palestinienne pour les affaires des prisonniers, a déclaré al-Qiq était inconscient et incapable de parler, ajoutant qu’il avait montré « une apparition soudaine de symptômes qui pourraient conduire à sa mort. »

Le responsable du comité, Issa Qaraqe, a accusé Israël de « négligence et d’indifférence totale à l’égard al-Qiq », situation qui, dit-il découle de « la décision du gouvernement extrémiste israélien extrémiste et de ses services de renseignement laisser mourir [al-Qiq]. »

Le journaliste âgé de 33 ans et originaire du sud de la ville de Dura en Cisjordanie est en grève de la faim pour protester contre sa détention administrative - un internment sans procès ni accusation - depuis le 24 novembre

Qaraqe a appelé tous les organismes compétents et les groupes de défense des droits de l’homme à utiliser tous les moyens disponibles pour faire pression sur Israël afin de libérer al-Qiq, « parce que si il meurt en martyr, la situation va se détériorer à la fois parmi les Palestiniens à l’intérieur et à l’extérieur des prisons israéliennes. »

« Israël doit être conscient qu’il va payer un lourd tribut si Muhammad meurt en prison, » dit Qaraqe.

Comme al-Qiq est maintenu en détention administrative, toute accusation contre lui a été gardé secrète par les autorités israéliennes d’occupation.

Amnesty International a cependant rapporté la semaine dernière que le juge militaire à la Cour militaire d’Ofer a dit à propos d’al-Qiq « qu’il est accusé ’d’incitation’, de travailler avec les médias associés avec le Hamas ... et aussi d’être une ’menace à la sécurité des la zone’. »

Suite au rapport d’Amnesty, Mahmoud Ulayyan, un membre du syndicat des journalistes de Gaza, a déclaré que al-Qiq était évidemment détenu en raison de son travail en tant que journaliste, et que les journalistes palestiniens ont un besoin urgent de protection contre les « violations israéliennes continues » contre eux.

Amnesty a exigé qu’Israël soit libère soit accuse formellement al-Qiq, ajoutant qu’il a été maltraité et torturé par des moyens qui violent le droit international.

Le 19 janvier, l’association Physicians for Human Rights Israel (PHRI), a déclaré que le groupe avait constaté que les médecins de l’hôpital HaEmek à Afula, où al-Qiq est incarcéré aujourd’hui, avaient imposé « un traitement (à al-Qiq) et faisaient pression sur lui pour mettre fin à sa grève de la faim. »

PHRI appelle les médecins à arrêter le « traitement forcé » et à respecter le droit international qui stipule que des grévistes de la faim ne peuvent pas être forcés ou contraints à la nourriture ou à des suppléments.

Le groupe a déclaré que le gréviste de la faim avait été « contre sa volonté été perfusé avec des sels et des vitamines, et subi une prise de sang avec l’autorisation du comité d’éthique de l’hôpital. »

« Les gardiens de prison à l’hôpital HaEmek, ont attaché al-Qiq à son lit pendant qu’une équipe médicale plaçait une perfusion dans son bras pour administrer des sels et minéraux. Al-Qiq a été laissé enchaîné à son lit d’hôpital pendant quatre jours, demandant en vain au personnel de l’hôpital de lui retirer la perfusion, » a indiqué le groupe à l’époque.

Les médecins ont enlevé plus tard le goutte à goutte, mais le PHRI a déclaré que leurs pratiques ont continué, ce qui contredit « la Déclaration de Malte de l’Association médicale mondiale qui interdit d’exercer des pressions pour mettre fin à une grève de la faim et de pratiquer des traitements médicaux forcés. »

La semaine dernière, il a été signalé que 71 médecins britanniques avaient demandé à l’Association médicale mondiale d’expulser l’Association médicale israélienne de l’organisme, affirmant que les médecins israéliens pratiquaient la « torture médicale » sur les Palestiniens.

Lire également :

- Le gréviste de la faim Muhammad al-Qiq, en danger de mort imminente ! - 22 janvier 2016
- Le gréviste de la faim, Mohammed Al-Qiq, soumis à l’alimentation forcée - 20 janvier 2016
- Soutenez la grève de la faim des prisonniers palestiniens pour la justice et la liberté ! - 16 janvier 2016
- L’ex-gréviste de la faim Muhammad Allan est libre - 4 novembre 2015
- Des grévistes de la faim suspendent leur mouvement après qu’Israël ait cédé à une partie de leurs demandes - 1e octobre 2015
- Massive grève de la faim contre la « détention administrative » - 28 septembre 2015
- Muhammad Allan a mis Israël en échec et il devrait être libéré en novembre - 19 août 2015
- Le gréviste de la faim Muhammad Allan met à l’épreuve la loi israélienne autorisant le gavage - 17 août 2015
- Israël inaugure une nouvelle forme de torture : le gavage des grévistes de la faim - 17 août 2015

25 janvier 2016 - Ma’an News - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.maannews.com/Content.asp...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.