1er juillet 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Obama et l’hypocrisie de sa croisade pour le contrôle des armes à feu

dimanche 17 janvier 2016 - 07h:23

Garry Leech

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Qui sait combien de centaines ou milliers d’enfants et de civils ont été tués par les frappes aériennes états-uniennes en Irak, Syrie, et en Libye pendant ses deux mandats présidentiels ?

JPEG - 62.2 ko
Le 16 mars 1968, les troupes américaines ont froidement massacré près de 400 civils dans le village de My lai, au sud du Viet Nam

Le président Barak Obama a fait une intervention la semaine dernière pour annoncer la dernière initiative en date de sa croisade visant à rendre plus difficile l’achat d’armes à feu par les américains. Il a même versé quelques larmes pour les enfants américains tués lors de fusillades.

Mais la position de M. Obama sur le contrôle des armes à feu aux Etats-Unis est une hypocrisie manifeste, car c’est le président qui a bombardé le plus de pays au cours de sa présidence que n’importe quel autre président depuis la Deuxième Guerre mondiale. A-t-il versé des larmes pour les enfants innocents afghans, irakiens, pakistanais, libyens, syriens, somaliens, et yéménites qui ont été tués par ses drones et autres armes ?

Ne vous méprenez pas, je pense que c’est une bonne chose de limiter l’accès aux armes mortelles de personnes potentiellement dangereuses. Seulement, je crois que cela ne devrait pas s’appliquer uniquement aux citoyens américains en tant qu’individus. Après tout le gouvernement américain représente une menace bien plus grande pour des enfants innocents et d’autres civils partout dans le monde que tous les tireurs cinglés des Etats-Unis réunis.

Au cours des cinq premières années de la présidence de M. Obama, selon le Bureau of Investigative Journalism basé au Royaume-Uni, plus de 2500 personnes ont été tuées par des frappes de drones américains en Afghanistan, Pakistan, Somalie et au Yémen. L’étude affirme que parmi ces morts 951 étaient des civils et que jusqu’à 200 des victimes étaient des enfants.

Et ces 200 enfants innocents morts ne sont qu’un échantillon. Qui sait combien d’autres enfants de ces quatre nations M. Obama a tué au cours des deux dernières années ? Ou combien de centaines ou milliers ont été tués par les frappes aériennes états-uniennes en Irak, Syrie, et en Libye pendant ses deux mandats présidentiels.

Pendant son discours, M. Obama a fait des efforts pour retenir ses larmes tout en manifestant de l’empathie avec « chaque famille qui ne s’était jamais imaginé qu’un être cher allait lui être enlevé par une balle de fusil. A chaque fois que je pense à ces enfants cela me met en colère. » Mais alors que la mort d’enfants américains est réellement tragique – et devrait mettre tout le monde en colère – est-elle plus tragique que la mort d’enfants innocents dans d’autres parties du monde ? Leurs familles ne s’étaient pas non plus imaginé qu’un être cher leur serait enlevé par une bombe ou un missile américain.

Et je ne parle pas seulement de la mort d’enfants tués directement par l’armée américaine. Que dire de ceux tués par les régimes que nous approvisionnons en armes ? Israël a utilisé des armes américaines pour tuer plus de 1500 enfants palestiniens entre 2000 et 2013, soit en moyenne un enfant tué tous les trois jours.

Et le carnage causé par l’armement américain ne se limite pas aux enfants. L’armée colombienne soutenue par les Etats-Unis est devenue le principal violateur des droits de l’homme dans le conflit armé de ce pays. Selon Human Rights Watch, elle est responsable d’au moins 3000 morts depuis 2002.

Pendant ce temps, en Egypte l’armée soutenue par les Etats-Unis n’a pas seulement renversé le gouvernement démocratiquement élu de ce pays, elle exécute aussi régulièrement des civils au nom de sa « guerre contre le terrorisme ». N’est-ce qu’une coïncidence si les armées qui violent les droits de l’homme de ces trois pays - Israël, Egypte, et Colombie – ont été les plus grands récipiendaires de l’aide militaire états-unienne au cours des quinze dernières années ?

Au moins, notre plus proche allié islamique, l’Arabie Saoudite, n’utilise pas les armes de pointe que nous lui fournissons pour tuer son propre peuple. Il utilise à la place des sabres pour décapiter ses citoyens en guise de châtiment pour des crimes divers y compris l’adultère et la sorcellerie. De fait, nos grands amis du gouvernement saoudien ont tranché 157 têtes lors d’exécutions publiques en 2015. Mais ce n’est pas une raison pour que M. Obama cesse de leur envoyer des armes qu’ils peuvent utiliser pour tuer des milliers de civils dans les pays voisins.

Comme l’a fait remarquer M. Obama dans son discours, « Nous avons donc créé un système qui permet à des individus dangereux de ne pas suivre les mêmes règles qu’un possesseur d‘arme à feu responsable, qui achète son arme légalement et se soumet à une vérification de ses antécédents. C’est absurde. Tout le monde devrait être obligé de suivre les mêmes règles. »

Quand M. Obama évoquait les « individus dangereux » aux Etats-Unis qui se procurent des armes et tuent des Américains innocents, ses propos auraient tout aussi bien pu s’appliquer aux « individus dangereux » comme lui-même, responsables de la politique étrangère états-unienne, qui croient que les Etats-Unis devraient pouvoir « ne pas suivre les mêmes règles » que les autres pays, ce qui est « absolument absurde. Tout le monde devrait être obligé de se conformer aux mêmes règles. »

Dans le cadre de sa stratégie visant à restreindre l’accès aux armes des citoyens non respectueux des lois, M. Obama a proposé que soit effectuée une vérification plus rigoureuse des antécédents des candidats à l’acquisition d’armes à feu. En d’autres termes des employés du gouvernement qui est le principal auteur de massacres dans le monde vont déterminer si des acheteurs potentiels d’armes à feu sont susceptibles de commettre des massacres.

Si seulement M. Obama obtenait du gouvernement états-unien qu’il se soumette à une semblable vérification de ses antécédents par un organisme indépendant pour étudier son passé violent avant de lui accorder l’accès à des armes mortelles qui tuent des milliers de personnes innocentes chaque année. Et qu’en est-il de vérifications indépendantes des antécédents des armées étrangères auxquelles nous fournissons des armes ? Mais je suppose que de telles vérifications seraient une entrave au maintien par les Etats-Unis de sa position de principal exportateur d’armes au monde.

Donc tout en versant des larmes sur les victimes de violences par armes à feu aux Etats-Unis, M. Obama continue de mener la « croisade » entreprise par son prédécesseur George W. Bush au Moyen-Orient et dans d’autres parties du monde. Et, comme M. Bush et d’autres présidents avant lui, M. Obama a terminé son discours au peuple américain sur ces mots : « Que Dieu vous bénisse. Merci. Que Dieu bénisse l’Amérique. » Parce que, semble-t-il, dans la croisade contre les armes à feu de M. Obama seuls les Américains devraient recevoir la bénédiction divine et être protégés de la violence.

* Garry Leech est journaliste indépendant et écrivain. Son site internet : http://garryleech.com/

Du même auteur :

- Sous-produit du colonialisme occidental, Israël ne devrait pas exister - 1e juin 2015

11 janvier 2016 - CounterPunch - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.counterpunch.org/2016/01...
Traduction : Info-Palestine.eu - MJB


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.