7 avril 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

L’indignation devant les attaques de Paris masque notre racisme

lundi 16 novembre 2015 - 17h:47

Jonathan Cook

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Le racisme historique que nous autres Européens reconnaissons aujourd’hui, et dont nous savons qu’il a nourri le colonialisme occidental, n’est pas une chose qui appartient au passé.

JPEG - 53.1 ko
Beyrouth, jeudi 12 novembre 2015 (Stringer Reuters)

Un article dans la publication australienne « New Matilda » met le doigt sur la véritable question des attaques perpétrées à Paris – un point dont personne n’a envie de parler.

Ce que ressentent en ce moment les Occidentaux est une indignation puissante et très sélective qui s’identifie aux souffrances de gens « comme nous ». Nous pleurons les morts à Paris sans même avoir prêté attention sur ceux qui avaient été tués au Liban la veille, plus que probablement par les mêmes fanatiques qui ont lancé les attaques en France.

Beaucoup d’Occidentaux préfèrent écarter ce genre de remarques d’un « ça n’a rien à voir ... ». C’est naturel, disent-ils, de s’occuper davantage des gens que nous connaissons ou qui nous ressemblent. Cette réaction instinctive est peut-être réconfortante, mais elle est précisément le problème.

Après tout, qu’est-ce qui conditionne notre indignation sélective sinon une compassion sélective ? Mais c’est notre compassion sélective en tout premier lieu qui nous a mis dans ce gâchis. En tant qu’Européens, nous nous sommes toujours vus comme pleinement humains, mais nous avons vu ceux du moyen-Orient et le reste du monde en général comme légèrement moins qu’humains, et pas tout à fait dignes de notre sympathie.

Ce sont des sentiments de ce genre qui ont permis à l’Europe de coloniser, d’abuser et d’exploiter les gens à peau foncée.

Le racisme historique que nous autres Européens ne reconnaissons que trop bien aujourd’hui, et dont nous savons qu’il a nourri le colonialisme occidental, n’est pas une chose du passé. Il est toujours bien vivant tout au fond de nos âmes. Là où autrefois nous ressentions « le fardeau de l’homme blanc », nous ressentons maintenant son indignation.

Les deux choses reposent sur la même arrogance et sur la même imputation de qualités moins humaines à ceux que nous voyons comme différents de nous.

Nous sommes toujours en train d’essayer de civiliser les peaux foncées. Nous pensons toujours que nous avons le droit de les changer, de les plier à notre volonté, de les améliorer par la force. Nous voulons toujours leur faire la leçon, les condamner, les menacer, rejeter leurs élections, armer leurs chefs oppresseurs, piller leurs ressources.

Et après avoir détruit leurs sociétés, nous attendons d’être capables de leur fermer nos frontières quand ils entreprennent des voyages désespérés pour trouver un peu de paix, un peu de sécurité loin des zones de guerre en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie et ailleurs, que nous avons soit créées directement soit soutenues par notre argent et nos armes.

Notre racisme n’a pas changé. Il est vivant et crée chaque jour de nouvelles justifications pour notre sélective compassion.

Ce qui a changé c’est que les avancées technologiques ont rendu les armes de mort et de destruction plus faciles et moins coûteuses à acquérir. Ceux que jadis nous opprimions en toute impunité, loin de nos foyers, hors de vue, peuvent à présent nous trouver et nous faire goûter nos propres remèdes.

Si nous voulons stopper les attaques et éviter de transformer nos sociétés en ces dictatures oppressives que nous avons soutenues un peu partout dans le monde, alors nous devons cesser d’intervenir de piller, de manipuler et d’abuser. Et nous devons commencer par refuser de nous permettre de nous identifier davantage aux victimes de Paris qu’à celles de Beyrouth. Si nous étions vraiment aussi civilisés que nous le croyons, nous comprendrions que les deux méritent également notre compassion.

JPEG - 3.4 ko

* Jonathan Cook a obtenu le Prix Spécial de journalisme Martha Gellhorn. Il est le seul correspondant étranger en poste permanent en Israël (Nazareth). Ses derniers livres sont : « Israel and the Clash of Civilisations : Iraq, Iran and the to Remake the Middle East » (Pluto Press) et « Disappearing Palestine : Israel’s Experiments in Human Despair » (Zed Books). Voici l’adresse de son site : http://www.jonathan-cook.net

Du même auteur :

- La misère sans fin qu’inflige Israël à Gaza n’est pas une politique -31 juillet 2015
- Le comportement d’Israël lui vaudra tôt ou tard la faillite - 23 juin 2015
- Colonisation de Jérusalem : la triste plaisanterie des « menaces » européennes - 21 mars 2015
- La campagne électorale de Netanyahu : entre racisme, paranoïa et désespoir - 17 mars 2015
- Les États-Unis perdent leur emprise sur Israël et sur les Palestiniens - 10 février 2015
- Netanyahu va-t-il finir à La Haye ? - 12 janvier 2015
- Les assassinats par la police israélienne provoquent des troubles en Galilée - 26 novembre 2014
- Comment Israël va faire de Gaza une maxi-prison moderne à l’américaine - 1er novembre 2014
- Israël fait d’Al-Aqsa une poudrière - 30 octobre 2014
- « G » comme Génocide : il nous faudra remplacer « occupation » par un mot plus significatif - 22 octobre 2014

15 novembre 2015 - Znet - Vous pouvez consulter cet article à :
https://zcomm.org/znetarticle/outra...
Traduction : Info-Palestine.eu - Marie Meert


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.