8 août 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

L’occupant s’attaque aux défenseurs d’al-Aqsa

jeudi 17 septembre 2015 - 11h:05

Aseel Jundi

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Un destin inconnu attend les groupes de militants des organisations Mourabitoun et Murabitat qui défendent la mosquée Al-Aqsa, après qu’ils aient été déclarés illégaux par Moshe Ya’alon, le ministre israélien de la défense.

JPEG - 65.8 ko
La police de l’occupation agresse violemment une des fidèles voulant accéder à l’esplanade des Mosquées - Photo : al-Jazeera

La décision a été prise sur la base d’une recommandation de la police israélienne et du Shin Bet. Mais les deux organisations visées envisagent de contester le décret, car elles considèrent que défendre Al-Aqsa est un droit pour les musulman et que personne ne peut le contester.

Ya’alon a accusé les organisations Mourabitoun et Murabitat de vouloir déstabiliser et troubler la paix à Al-Aqsa, et de provoquer la violence à l’intérieur de la mosquée ainsi que dans Jérusalem en général. Il a aussi prétendu que ces organisations se livraient à des « incitations dangereuses » contre les touristes, les visiteurs et les fidèles dans ce qu’il appelait le « Mont du Temple ». Incitations qui mènent à la violence et pourraient mettre en danger des vies humaines...

En réponse au décret de Ya’alon, Khadija Khwais, professeur à Al-Aqsa et interdit d’accès à la mosquée, a déclaré que les autorités israéliennes cherchent à vider Al-Aqsa par divers moyens. Ces moyens comprennent des arrestations individuelles et collectives et dès maintenant l’interdiction des sit-ins ainsi que des conférences éducatives et des rassemblements, afin de favoriser la division d’Al-Aqsa voulue par l’occupant.

Khadija a également déclaré à Al Jazeera : « Lorsque je tente d’entrer dans Al-Aqsa et que l’on i’nterdit de le faire, il est naturel pour moi de rester près de la mosquée et d’exiger mon droit d’accès. Personne ne qualifie les juifs de terroristes quand ils prient dans leurs synagogues, ni les chrétiens de terroristes quand ils prient tranquillement dans leurs églises. Alors, pourquoi notre rassemblement est-il traité de terroriste ou d’illégal ? »

Les droits des musulmans

Abu Baker Shima qui milite dans l’organisation Mourabitoun, dit que la loi n’est pas nouvelle mais qu’est elle présenté cette fois d’une manière différente. Il a ajouté : « Je suis fier d’être présent ici en tant que personne qui exige son droit de prier et de recueillir à Al-Aqsa, ainsi que le droit de protéger ce site. Ceci est un droit légitime pour les musulmans, et donc le décret ne nous fait pas peur. »

De son côté, le second responsable du Mouvement islamique, Kamal Al-Khatib, a déclaré que Ya’alon et son gouvernement ne disposaient d’aucune souveraineté sur Al-Aqsa et que tout décret pris par l’occupant est sans valeur. Il a souligné que la protection de la mosquée par les musulmans est considérée comme un acte d’adoration, comme la prière et le jeûne, et que dépeindre cette action comme un acte terroriste et illégal revient à traiter la prière, le jeûne et les autres piliers de l’islam également comme du terrorisme.

« Lorsque l’occupant sort ce genre de décrets, il confirme que les parties arabes et musulmanes fournissent une couverture par leur silence et dans certains cas, par leur coordination. Cela confirme également l’implication de la coordination répressive avec l’Autorité palestinienne », a-t-il dit.

Al-Khatib a noté que ce décret a été publié peu avant les fêtes juives qui ont commencé le dimanche, afin de vider Al-Aqsa de ses fidèles et de permettre aux groupes d’envahisseurs de pratiquer des rituels religieux. Il a ajouté : « Ces mesures sont prises dans le contexte d’un gouvernement d’extrême-droite et ces groupes sont simplement une extension du gouvernement israélien. »

Al-Khatib explique que ce qui se produit actuellement à Al-Aqsa revient à verser de l’huile sur le feu, et il prévient que « ce feu va se retourner contre ceux qui l’ont un jour allumé. »

Contre le décret

Le Dr Najeh Bakirat, président de l’Académie Al-Aqsa pour la science et le patrimoine, a déclaré que Ya’alon et les décrets de la Knesset ne changeront pas la réalité de la mosquée Al-Aqsa, et que la division est exclue. Il est persuadé que le sort de l’ensemble de ces décrets sera « la poubelle », qu’ils soient émis par Ya’alon ou quelqu’un d’autre. Toute décision prise en ce qui concerne Al-Aqsa et Jérusalem depuis 1967 « ne vaut pas l’encre utilisée pour l’écrire ».

« Il est vrai que l’on cherche à imposer des décrets et à les appliquer au moyen de la mobilisation militaire et d’une répression féroce des fidèles, mais nous disons que les musulmans ont un droit exclusif à la mosquée Al-Aqsa et que celle-ci ne peut être divisée ni dans le temps ni dans l’espace ».

Lire également :

- Les assauts sur al-Aqsa vont provoquer une explosion de colère - 15 septembre 2015
- Haneen Zoabi appelle à la mobilisation contre la judaïsation d’Al-Aqsa - 30 juillet 2015
- La mosquée al-Aqsa va-t-elle connaître le sort de la mosquée Ibrahimi ? - 13 novembre 2014
- Israël fait d’Al-Aqsa une poudrière - 30 octobre 2014
- Il faut sauver la mosquée Al-Aqsa - 10 mars 2014

15 septembre 2015 - Middle East Monitor - Vous pouvez consulter cet article à :
https://www.middleeastmonitor.com/a...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.