8 août 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

« Catastrophe » dans le camp de Yarmouk, investi par l’État Islamique

lundi 6 avril 2015 - 20h:44

Maureen Clare Murphy

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Les craintes sur le sort des 18000 civils emprisonnés dans Yarmouk, au sud de la capitale syrienne de Damas, se sont accrues après que l’État Islamique (EI) ait pris le contrôle de vastes zones de ce camp de réfugiés palestiniens.

JPEG - 121.7 ko
Le camp dévasté de Yarmouk - Photo : Nations Unies

L’EI, notoirement connu pour ses brutales exécution de prisonniers dans les secteurs qu’il occupe en Irak et en Syrie, s’est infiltré dans Yarmouk, le 1er avril.

De féroces combats se sont produits depuis lors, alors que Aknaf Beit al-Madqis, une milice anti-gouvernementale dans le camp et alignée avec l’organisation palestinienne du Hamas, refoulait l’EI et Jabhat Al-Nusra – une organisation affiliée à Al-Qaïda en Syrie.

Aknaf Beit al-Madqis a annoncé aujourd’hui que le groupe « accomplit son devoir de défendre la capitale de la Diaspora palestinienne et le sang de notre peuple, » tout en niant les informations disant que ses combattants s’étaient rendus.

« Nous résisterons jusqu’à ce que le camp de Yarmouk soit libéré de l’obscurantisme et de la tyrannie, si Dieu le veut. »

Jabhat Al-Nusra a semble-t-il, empêché d’autres groupes armés d’entrer dans Yarmouk pour épauler Aknaf Beit al-Madqis. L’Armée de l’Air Syrienne aurait bombardé le camp.

L’agence de presse de Reuters a rapporté aujourd’hui : « Baker de Tayseer Abu, chef du Front Palestinien de Libération en Syrie, une organisation affiliée à l’Organisation pour la Libération de la Palestine (OLP), a dit à l’agence Reuters par téléphone que l’État Islamique avait tué 21 personnes, des combattants et des civils, depuis vendredi. ’Quelques familles essayent de sortir du camp, mais avec les tireurs isolés de l’EI postés sur les toits des hauts bâtiments, c’est très difficile,’ a-t-il dit. Il a ajouté que l’EI avait kidnappé au moins 74 personnes dans le camp et que les civils essayaient de se sauver. »

Comme le note Reuters, les « contraintes de sécurité et les conditions de reportage » font qu’il est impossible de vérifier indépendamment les nouvelles en provenance de Syrie.

Coordination avec Jabhat Al-Nusra

Dans une déclaration envoyée à The Electronic Intifada aujourd’hui, l’organisation Jafra Foundation for Relief and Youth Development, qui agit pour améliorer les conditions de vie dans les camps de réfugiés palestiniens en Syrie, a indiqué que l’attaque de l’EI sur le sud de Yarmouk le 1er avril avait été lancée en coordination avec Jabhat Al-Nusra, qui a imposé sa présence dans le camp en décembre 2012.

Aknaf Beit al-Madqis, la plus grande milice palestinienne dans le camp, a immédiatement résisté avec des combattants volontaires de Yarmouk, aux tentatives de l’EI d’investir le camp, selon Jafra, et a pu au début reprendre le contrôle des secteurs capturés par l’EI.

Mais les combattants de l’EI ont investi l’Hôpital de la Palestine, enlevant cinq volontaires blessés, dont le sort « est encore inconnu, » ajoute le communiqué de Jafra.

Le jour suivant, l’EI est entré dans le camp par l’est, et en coordination avec Jahbat Al-Nusra, a pu prendre le contrôle de plus que la moitié du camp pendant qu’Aknaf Beit al-Madqis consolidait ses positions dans Yarmouk.

« L’EI a commencé à entrer dans les bureaux de tous les organismes locaux dans Yarmouk, » dit encore Jafra. L’EI est entré dans les bureaux de Jafra, détenant brièvement trois volontaires qui étaient présents. « L’EI a détruit le bureau et toutes les documents à l’intérieur, » dit le groupe.

De violents combats se sont poursuivis le 3 avril. Jafra a signalé que deux jeunes combattants palestiniens ont été décapités par l’EI, et deux jeunes femmes ont été kidnappées, leur sort restant inconnu.

« Il n’y a maintenant plus aucun hôpital opérationnel ou équipement médical pour servir la population civile à l’intérieur du camp assiégé, » selon Jafra, qui a ajouté qu’un de ses volontaires, Majed Al-Omari âgé de 21 ans, a été abattu par un tireur isolé de l’EI devant son domicile le 3 avril.

Prendre pour cible les militants

Jamal Khalife, militant dans la communication et les médias et âgé de 27 ans, a été également tué, par un obus de mortier.

Khalife était codirecteur d’un court-métrage exposant la vie sous le siège imposé à Yarmouk, téléchargé sur YouTube :

Le militant Mohammad Rimawi a été également tué dans le camp près de l’Hôpital de la Palestine, par un tir de mortier « qui a blessé un certain nombre d’infirmiers et de personnel des soins de santé. »

L’organisation Jafra a ajouté qu’elle a suspendu son travail dans Yarmouk.

« Al-Nusra a partagé avec l’EI des listes de militants civils travaillant dans les médias, l’aide et d’autres secteurs. Nous avons eu des informations selon quoi al-Nusra a kidnappé d’autres volontaires à l’intérieur du camp, » a indiqué le groupe.

Selon l’organisation Front Line Defenders, basée à Dublin, « l’assassinat des défenseurs des droits de l’homme et des volontaires humanitaires par les groupes militants, est devenu commun dans le camp. »

Le groupe ajoute : « le 30 mars 2015, M. Yehia Hourani, un volontaire du Croissant Rouge, une organisation humanitaire syrienne, a été tué sur son chemin pour se rendre à son lieu de travail. Le 23 février 2015, M. Firas Al Naji, un membre du PLHR [Ligue Palestinienne pour des Droits De L’homme], et un ami intime d’Al Khateeb d’Abdullah, a été abattu dans sa résidence dans le camp. »

Des menaces ont été faites sur la vie d’Abdullah Al Khateeb, un membre fondateur du PLHR, « un réseau établi en 2012 pour documenter et soutenir les droits de l’homme des réfugiés palestiniens, » a indiqué Front Line hier.

« Depuis 2011, Al Khateeb a documenté les abus à l’encontre des droits de l’homme commis par les différentes parties impliquées dans le conflit syrien, tout en offrant également une assistance humanitaire dans le camp de réfugiés de Yarmouk, » dit encore le groupe.

Échec de l’OLP

Les déclarations attribuées à Al Khateeb, traduites et éditées sur le blog de Salim Salamah, un Palestinien de Yarmouk actuellement en Suède, décrivent une situation médicale « catastrophique » et « un pilonnage et un bombardement aérien intensifs. »

Al Khateeb déclare que la plupart des militants recherchés par l’EI ont été évacués, « avec des tentatives continues d’évacuer le reste [des équipes]. »

Il ajoute que les négociations avec l’EI, auxquelles il a participé, se sont soldées par un échec.

« La mission est extrêmement difficile car les limites de Yarmouk sont pleines de mines, en plus d’être sous la menace des tireurs isolés, » dit-il.

Le groupe d’Al Khateeb - le PLHR - a condamné l’attitude très passive de l’Organisation pour la Libération de la Palestine « en ce qui concerne la catastrophe » dans Yarmouk, et son manque de pression sur le gouvernement syrien pour que soit levé le siège sur le camp.

Le PLHR réclame une intervention internationale « pour pousser à la levée du siège par le régime, pour stopper les avancées de l’EI et pour soutenir les habitants de Yarmouk » en sécurisant les deux passages parmi les checkpoints contrôlés par l’État, avec la garantie qu’il n’y ait pas d’arrestations politiques.

« Désastreux »

Une source anonyme dans Yarmouk, qui se présente comme un journaliste et militant âgé de 30 ans, a indiqué à Middle East Eye cette semaine : « la plupart dont des combattants de l’EI ne sont pas des étrangers ; ils viennent du sud de Damas. L’EI n’est pas venu de nulle part. Il est né du siège. L’année dernière quand la nourriture et l’eau s’épuisaient et que l’électricité manquait, le soutien à l’EI a commencé à grandir. »

« Depuis l’année dernière l’EI s’est déplacé de façon constante, depuis le nord-est du pays vers le centre, à Damas, » a-t-il ajouté.

Décrivant la situation dans Yarmouk cette semaine, il dit : « La situation est désastreuse… Nous ne savons pas que ce qu’est désormais le but des rebelles… Veulent-ils contrôler le camp, défaire le régime ? Se débarrasser d’un autre groupe rebelle ? »

Vingt mois de siège

Yarmouk hébergeait dans le passé environ 150 000 Palestiniens et des milliers de ressortissants syriens.

Des dizaines de personnes y sont mortes de la faim après que les forces de gouvernement et les milices pro-gouvernementales « aient commencé à empêcher tout accès à Yarmouk » en juillet 2013, selon Amnesty International.

Depuis lors, les habitants n’ont plus d’électricité que par intermittence, depuis que l’alimentation principale du réseau a été coupée, selon l’UNRWA, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine.

Les combats et le siège ont rendu extrêmement difficile la distribution de l’aide humanitaire nécessaire aux civils qui restent emprisonnés dans Yarmouk, avec parmi eux près de 3500 enfants.

Les habitants du camp n’ont pas accès à l’eau courante et aux soins médicaux appropriés. L’hôpital principal de Yarmouk a été endommagé par les tirs d’obus et il manque de matériel chirurgical et de personnel médical.

Des habitants ont été forcés de ramener leur nourriture à un repas par jour, et souffrent en conséquence d’une malnutrition chronique, de déshydratation, de manque de vitamines et de déficiences en protéines.

« Chacun des douze camps de réfugiés palestiniens et chacun des 560 000 réfugiés palestiniens enregistrés dans le pays ont été affectés » par le conflit en Syrie long maintenant de quatre année,selon l’UNRWA.

Un rapport récent détaille le coût énorme que la guerre a représenté pour la population globale de la Syrie, où l’espérance de vie a diminué de vingt ans.

La plupart des Palestiniens en Syrie sont des réfugiés, ou leurs descendants, de la purification ethnique de la Palestine en 1948. Israël refuse de respecter le droit des réfugiés palestiniens de retourner sur leurs terres et de retrouver leurs propriétés.

JPEG - 2.5 ko

* Maureen Clare Murphy est rédactrice à The Electronic Intifada (Arts, Musique et Culture). Elle vit à Chicago.

De la même auteure :

- Par manque de fonds, les Nations Unies interrompent leur aide aux sans-abris de Gaza - 31 janvier 2015
- Huit enfants assassinés par les avions de guerre israéliens qui bombardent Gaza sans répit - 10 juillet 2014
- Avec la disparition des 3 colons, Israël a sauté sur une occasion politico-militaire - 23 juin 2014
- Les enfants Palestiniens ne sont pas que des statistiques - 31 mai 2014
- Israël prend des mesures punitives contre les prisonniers palestiniens en grève de la faim - 9 mai 2014
- Les Etats-Unis impliqués dans l’attaque de la Flottille pour Gaza - 27 mai 2011
- Le cinéma de la révolution palestinienne - 14 mai 2007
- Les arts palestiniens fleurissent en ligne dans le printemps de Birzeit - 12 mai 2006

5 avril 2015 – The Electronic Intifada – Vous pouvez consulter cet article à :
http://electronicintifada.net/blogs...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.