16 septembre 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Vous êtes ici : Accueil > Dossiers > Palestine > Analyses

Le Hamas et la résistance armée en Cisjordanie

mardi 16 septembre 2014 - 11h:48

Adnan Abu Amer

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Dès que la guerre contre Gaza s’est interrompue à la fin du mois d’août, le Hamas a organisé en Cisjordanie des manifestations afin de célébrer la « victoire » remportée sur ​​Israël.

JPEG - 98.3 ko
Des Palestiniens tiennent des maquettes de fusées et de drones du Hamas, lors d’un rassemblement à Hébron célèbrant ce qu’ils considèrent comme une victoire de la résistance palestinienne dans la bande de Gaza, le 29 août 2014 - Photo : Reuters/Ammar Awad

Mahmoud al-Zahar, un membre de la direction politique du Hamas, a fait un discours par téléphone au cours d’un rassemblement à Hébron, dans lequel il défendait devant la population de la Cisjordanie la nécessité d’une résistance armée pour mettre fin à l’occupation israélienne et en finir avec son agression contre les Palestiniens.

Ramadan Shalah, le dirigeant du Jihad islamique, a déclaré lors d’un discours prononcé après la fin de la guerre de Gaza, que ce que la résistance avait réalisé à Gaza devrait bientôt être étendu à la Cisjordanie afin de pouvoir libérer la Palestine.

Al-Monitor a parlé à un responsable du Hamas dans la bande de Gaza et l’a interrogé sur le développement de la résistance armée en Cisjordanie. « Ce n’est un secret pour personne que la véritable arène de la résistance est encore en Cisjordanie occupée, » a-t-il répondu. « Les discussions ne se limitent pas aux organisations politiques palestiniennes mais s’étendent aux centres de décision de la résistance qui étudient les mécanismes et les outils proposés, malgré les obstacles politiques et de sécurité qui peuvent entraver le processus. Cela signifie que la question soulevée par le Hamas ne porte pas sur le choix ou non de la résistance en Cisjordanie, mais sur les mécanismes, le calendrier et les outils de la résistance ainsi que sur le champ et les modalités pour opérer. »

Le responsable a ajouté : « La situation en matière de sécurité et sur le terrain en Cisjordanie est claire : l’occupation reste en place et s’est même encore renforcée. Les colonies sont la preuve d’une intensification de l’expansion coloniale. Ces faits vont certainement imposer un état de résistance armée, en plus de manifestations et de protestations pacifiques et populaires ».

Dans un entretien téléphonique avec Al-Monitor, un haut fonctionnaire de la sécurité palestinienne exclut « la possibilité d’appliquer le scénario du Hamas et d’exporter la résistance armée contre Israël à la Cisjordanie, car cela nuirait à l’ensemble du projet national et renverserait l’Autorité palestinienne [AP]. Les Palestiniens n’ont pas besoin de cette naïveté qui ferait d’eux des kamikazes, et en pure perte ».

« L’Autorité palestinienne en Cisjordanie tolère la résistance pacifique et populaire contre l’occupation, qui paye beaucoup plus que les actions armées. [Ces dernières] causeraient plus que tout un préjudice et bénéficieraient à l’aile droite israélienne », explique-t-il.

Cette déclaration est cohérente avec les doutes dans les cercles de la sécurité palestiniennes sur ​​la capacité des factions palestiniennes à déplacer leurs opérations à partir de la bande de Gaza jusqu’en Cisjordanie, parce que cela semble difficile à l’heure actuelle et la réponse israélienne serait terrible. Le lancement d’opérations militaires de la Cisjordanie s’avère très compliqué : les cellules armées sont étroitement surveillées en premier par Israël - qui les considère comme une cible - et ensuite par l’Autorité palestinienne qui refuse le droit aux organisations de prendre les armes en Cisjordanie. Tous ces éléments empêcheront le Hamas de faire glisser la Cisjordanie dans une confrontation armée avec Israël.

Al-Monitor a parlé avec un certain nombre de responsables du Hamas en Cisjordanie concernant la possibilité d’appliquer un tel scénario. Un des responsables, qui a requis l’anonymat, a déclaré : « La situation de la sécurité en Cisjordanie est vraiment mauvaise, et dès que la guerre de Gaza s’est terminée, l’AP y a lancé une campagne d’arrestations et de harcèlement des membres du Hamas. Cela empêche toute nouvelle tentative d’organisation - y compris [la formation] de n’importe quel petit groupe de militants armés - et met un terme à toute idée ou plan pour déplacer la résistance armée en Cisjordanie. »

L’AP a poursuivi une campagne d’arrestations contre les membres du Hamas tous ces derniers jours à Hébron, Naplouse et Ramallah - dont des prisonniers libérés - après l’organisation des célébrations à l’occasion de la fin de la guerre de Gaza.

Mais une autre source du Hamas a discuté avec Al-Monitor de la possibilité de reconstruire une aile militaire en Cisjordanie, soulignant l’avantage d’y lancer la résistance armée. « La Cisjordanie sera une véritable arène pour combattre Israël, puisqu’elle héberge des installations militaires israéliennes et des colonies, et des coup sévères peuvent être portés contre la présence israélienne. Cela ouvre la voie à la possibilité d’un retrait, comme cela s’est passé à Gaza, même si l’on craint des affrontements avec l’AP. Ce sujet nécessite un dialogue serein avec l’AP pour parvenir à un programme politique de consensus. »

Le Réseau Palestine pour le dialogue, une plate-forme électronique affiliée au Hamas, a déclaré que la possibilité d’une résistance armée en Cisjordanie ne faisait que se renforcer. La Cisjordanie est le théâtre d’affrontements sans nombre avec l’armée israélienne, avec une moyenne de 20 confrontations par jour, selon le site. En outre, 20 Palestiniens ont été tués et des centaines d’autres ont été blessés, en plus des 1 050 kidnappés par l’occupant, dont 500 rien qu’à Jérusalem. Se sont également produites 176 attaques avec des cocktails Molotov contre des cibles israéliennes, 28 coups de feu, 16 engins explosifs, en plus de coups de couteau et deux tentatives infructueuses de placer des voitures piégées en Israël.

Les responsables du Hamas expriment le souhait d’aller à l’affrontement avec Israël en Cisjordanie, l’un d’entre eux disant : « Gaza représente 1% de la Palestine historique et a combattu trois guerres consécutives en moins de six ans. C’est le moment pour le repos du guerrier. Gaza doit reconstruire son infrastructure et [à présent] aider d’autres fronts à éclater contre Israël. Les Palestiniens sont présents dans tous les pays qui ont des frontières avec Israël et ils peuvent prendre l’initiative et donner une chance au Hamas de reprendre son souffle ».

JPEG - 4.2 ko

* Adnan Abu Amer est doyen de la Faculté des Arts et responsable de la Section Presse et Information à Al Oumma Open University Education, ainsi que Professeur spécialisé sur l’Histoire de la question palestinienne, la sécurité nationale, les sciences politiques et la civilisation islamique. Il a publié un certain nombre d’ouvrages et d’articles sur l’histoire contemporaine de la Palestine.

Du même auteur :

- La résistance palestinienne teste des missiles anti-aériens contre les avions israéliens - 20 août 2014
- Le réseau de tunnels du Hamas est-il encore intact ? - 16 août 2014
- Le Hamas met Israël en garde : les Gazaouis n’ont « rien à perdre » - 13 août 2014
- L’offensive contre Gaza : un inventaire - 9 août 2014
- Le Hamas se prépare à l’offensive terrestre israélienne en perfectionnant tunnels et pièges -12 juillet 2014
- Le Hamas craint que l’occupant n’envoie ses dirigeants en déportation - 24 juin 2014
- Selon les dirigeants du Hamas, la réconciliation ne remplace pas la « résistance » - 14 juin 2014
- Khaled Meshaal insiste sur « les concessions » faites dans l’accord de réconciliation - 1e juin 2014
- Les Brigades al-Qassam refusent de désarmer - 6 mai 2014

9 septembre 2014 - al-Monitor - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.al-monitor.com/pulse/ori...
Traduction : Info-Palestine.eu - al-Mukhtar


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.