DERNIERE MISE A JOUR : mercredi 31 août 2016 - 09h:22

Bingo ! L’Occident a trouvé sa guerre perpétuelle

lundi 15 septembre 2014 - 11h:14

Robert Fisk

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


On voit combien il doit être difficile pour l’Américain moyen de tirer les leçons de l’histoire du Moyen-Orient.

JPEG - 71.8 ko
Parade militaire de l’ISIS dans Mossoul

Résurrection, réinvention et linguistique. Barack Obama a tout exploité. Et maintenant, il pousse l’Amérique dans la guerre en Syrie ainsi qu’en Irak. Oh oui, et il va vaincre l’ISIS (Islamic State of Iraq and Syria), sa « barbarie », son « génocide », son « idéologie perverse » - jusqu’à ce que les méchants soient « rayés de la surface du globe ». Qu’est-il arrivé à George W. Bush ?

Mais passons à travers tout cela avec un peigne linguistique. Tout d’abord, Obama va ressusciter les milices sunnites du « Conseil de l’éveil » - une créature inventée par un certain général David Petraeus - qui avaient été payées par les Américains pour lutter contre al-Qaïda pendant l’occupation américaine de l’Irak. Elles ont ensuite été durement frappées par al-Qaïda et trahies par le gouvernement irakien dominé par les Chiites. Obama a même inventé un nouveau nom pour ces milices : il les a appelées les « Unités de la Garde nationale » qui « aideront les communautés sunnites à garantir leur propre liberté face à l’ISIS ». « Garde nationale » en effet !

Ensuite, il y a la réinvention de l’opposition « modérée » syrienne qui a été un moment appelée l’Armée syrienne libre - une force corrompue de déserteurs et trahie par l’Occident et ses alliés islamistes - et qui n’existe plus. Cette armée fantôme va maintenant être appelée la « Coalition nationale syrienne » et entraînée - venant de partout - en Arabie Saoudite, dont les citoyens ont donné des millions et des millions de dollars à al-Qaïda en Irak, à l’ISIS, l’ISIL et l’IS (vous décidez sur l’acronyme), à Jabhat al-Nusra et divers autres méchants qu’Obama veut maintenant « rayer de la surface du globe ».

Et maintenant la linguistique. Obama « n’hésitera pas à prendre des mesures contre l’ISIS en Syrie ». Mais cela veut dire qu’il va « vaincre » les ennemis du président syrien, Bachar al-Assad, que Obama allait aussi « vaincre » l’année dernière. Donc, si l’ennemi de mon ennemi est mon ami - comme il semblerait que les Arabes disent les uns des autres - Assad peut considérer Washington comme son nouvel allié.

Mais non. Car maintenant arrivent les petites explications douteuses : l’Amérique « ne peut pas compter sur le régime Assad qui terrorise son peuple », un régime qui « ne retrouvera jamais la légitimité qu’il a perdue ». Mais personne n’a jamais demandé aux États-Unis de « compter » sur Assad - c’est Assad qui compte sur le soutien de la Russie. Et la légitimité d’Assad est acceptée par la Chine, l’Iran - avec lequel les Américains sont en pourparlers tranquilles sur le nucléaire - et la Russie, dont les armées n’ont manifestement pas « hésité à prendre des mesures » en Ukraine.

Voici donc un joli tableau. Et une partie du problème est l’inexistante mémoire de l’Amérique, à un niveau institutionnel. Obama nous dit que l’Amérique « va traquer les terroristes qui menacent notre pays ». Mais je me souviens du vice-président George Bush disant à ses concitoyens après l’attaque à la bombe contre les troupes US à Beyrouth en 1983, que « nous n’allons pas laisser une bande de lâches terroristes bouleverser la politique étrangère des États-Unis ». Ensuite, l’armée américaine a fui Beyrouth. Trois ans plus tard, le président Ronald Reagan a dit du libyen Mouammar Kadhafi (« le chien fou du Moyen-Orient ») qu ’« il peut courir, mais il ne peut se cacher ». Mais Kadhafi a duré - et il a ensuite été embrassé par Tony Blair après avoir été pardonné pour tout son « terrorisme » - pour être finalement assassiné par ses ennemis quand il est redevenu un « terroriste » une fois de plus.

On peut voir, bien sûr, combien difficiles doivent être ces leçons de l’histoire du Moyen-Orient pour l’Américain moyen. Toutes ces forces démoniaques étant vaincues, encore et encore, et ensuite - bingo - il y a une autre force du mal à vaincre... Donc Obama produit des mots qui sont faciles à avaler. « Génocide », « barbarie », « cancer ».

Et de temps en temps il y a des allusions que les Américains ne doivent vraiment pas comprendre. Il y avait, par exemple, la référence plutôt étrange d’Obama à des « groupes radicaux » qui « exploitent des griefs pour leur propre profit ». Et quels seraient ces « griefs », je me le demande ? L’invasion illégale de l’Irak en 2003 et son bain de sang concomitant ? Notre poursuite de l’occupation de l’Afghanistan ? La pulvérisation de la bande de Gaza par le plus grand allié de l’Amérique ?

Obama heureusement n’a pas cité le nom de cet allié tacite, même s’il a un très grand intérêt dans la guerre nouvellement étendue par l’Amérique au Moyen-Orient - après tout, il partage une frontière commune avec la Syrie. Mais l’Arabie saoudite, le Qatar et tous les autres dirigeants gavés d’or du Golfe arabe sunnite pourraient ne pas aimer que leur peuple se fassent rappeler que leur dernière alliance avec Washington - la formation de tous ces types « modérés » inexistants, par exemple - va aider Israël.

La terrible ironie, c’est que les hommes de « l’État islamique » se comportent en bouchers, coupant les gorges et liquidant leurs ennemis. Leur « État »​​ de pacotille et leur sadisme les ont transformés en une étrange combinaison de Mickey Mouse et de Gengis Khan. Il serait surprenant vraiment que les gens de l’ISIS aient tenté d’exploiter les « griefs » non précisés par Obama. Leur « idéologie » (les guillemets sont obligatoires) est tellement introvertie qu’ils n’ont pas eu un seul mot de sympathie pour les Palestiniens de la bande de Gaza au cours de leur dernière saignée. Mais il y a des griefs. Ils existent. Y aura-t-il un Kurdistan ? Y aura-t-il jamais une Palestine ?

Obama n’a eu aucune parole sur ces questions infiniment plus graves. Je crains que nous ayons affaire à la même vieille politique américaine : faire face à une plus grande crise au Moyen-Orient qui prend la relève de la dernière grande crise au Moyen-Orient... Et nous pouvons compter sur les Américains pour cela.

JPEG - 4.6 ko

* Robert Fisk est le correspondant du journal The Independent pour le Moyen Orient. Il a écrit de nombreux livres sur cette région dont : La grande guerre pour la civilisation : L’Occident à la conquête du Moyen-Orient.

Du même auteur :

- Du vol ! Purement et simplement... - 6 septembre 2014
- Les journalistes d’Al Jazeera servent de boucs émissaires dans le conflit entre le Qatar et l’Arabie saoudite - 3 juillet 2014
- Racisme ibérique : pas de « droit au retour » pour les Musulmans - 16 mai 2014
- Autrefois, le monde arabe était synonyme de pluralisme - 25 février 2014
- Le nombre de femmes condamnées à mort au Moyen-Orient n’a pas grand-chose à voir avec la justice - 14 février 2014
- Yarmouk : un camp sans espoir pour un peuple sans terre - 19 janvier 2014
- Pour al-Sissi, il y aurait 13 millions de terroristes en Égypte ... - 2 janvier 2014
- Un siècle après le génocide, les Arméniens sont aujourd’hui la cible d’attaques en Syrie - 2 décembre 2013
- Al-Sissi ferait bien d’y penser : il est dangereux de vouloir gouverner l’Egypte - 9 novembre 2013
- Le traitement réservé aux Syriens réfugiés au Liban est une honte ! - 19 octobre 2013
- Iran : Obama se dégonfle et laisse Netanyahu en pleine confusion - 10 octobre 2013
- Syrie : premiers contacts entre l’ASL et le gouvernement de Bachar al-Assad - 30 septembre 2013
- Les fusées utilisées dans l’attaque chimique du 21 août n’ont jamais été vendues à la Syrie - 23 septembre 2013
- Le comble du cynisme ! - 17 septembre 2013
- Poutine se fera un plaisir de laisser Obama suer sang et eau, tout seul, en Syrie - 9 septembre 2013
- Syrie : un bombardement de clichés ! - 8 septembre 2013

11 septembre 2014 - The Independent - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.independent.co.uk/voices...
Traduction : Info-Palestine.eu al-Mukhtar


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.