DERNIERE MISE A JOUR : vendredi 1er juillet 2016 - 06h:56

Trois martyrs de la Résistance, tombés au champ d’honneur

jeudi 21 août 2014 - 13h:34

Mohammed Omer

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


L’aile militaire du mouvement Hamas a annoncé la mort de trois de ses plus hauts dirigeants dans un bombardement israélien sur la bande de Gaza ce jeudi matin.

JPEG - 82.6 ko
Al-Attar, au centre en haut sur la photo, accompagné de Jalabi (au centre en bas) assassiné par les sionistes en novembre 2012, et Khaled Meshaal (à gauche), responsable du bureau politique du mouvement Hamas

Les trois commandants militaires du Hamas, assassinés ce jeudi matin dans le sud de la bande de Gaza, faisaient partie de la première génération de combattants des Brigades al-Qassam.

Raed al-Attar

Né en 1974, Raed al-Attar a rejoint les Brigades al-Qassam dans sa jeunesse. Au fil des ans, il a gagné sa réputation dans la construction de la capacité militaire du Hamas et il était devenu l’un des plus hauts dirigeants du Hamas.

Depuis 1994, il était sur la liste des personnes activement recherchées par Israël, qui l’avait accusé d’être en mesure de capturer des soldats israéliens, d’enseigner l’hébreu aux combattants d’al-Qassam et de droguer des soldats israéliens lors d’affrontements militaires. Al-Attar a échappé à plusieurs tentatives d’assassinat, y compris par des bombardements répétés de sa maison à plusieurs reprises. Il était obligé de vivre dans un mouvement continuel et de ne jamais rester longtemps au même endroit.

Plus récemment, al-Attar était devenu membre du conseil militaire supérieur des Brigades al-Qassam et il avait été nommé commandant de la Division de Rafah. Il a également été l’un des fondateurs de l’unité de commando d’élite du Hamas, la Nukhba.

Il est surtout connu à Gaza comme l’architecte de l’échange de prisonniers palestiniens contre le soldat israélien Gilad Shalit, et pour avoir su maintenir Shalit dans un endroit secret pendant cinq ans dans la bande de Gaza.

Dans une vidéo montrant al-Attar marchant à côté de Shalit le jour de l’application de l’accord d’échange, la chaîne de télévision israélienne N°2 disait d’al-Attar qu’il était « très vigilant, calme et prêt à faire face à toute situation d’urgence, le regard très déterminé, et portant des vêtements à la mode. »

Au cours du récent conflit, les renseignements israéliens ont accusé al-Attar de connaître le sort du soldat israélien Hadar Goldin qui aurait été capturé par le Hamas durant les récents combats et déclaré mort. En tant que commandant de Rafah, al-Attar a également été accusé par l’État occupant de s’occuper de la fourniture d’armes au mouvement Hamas à travers les tunnels de contrebande sous la ville frontalière.

Il était marié et père de deux enfants.

Mohammed Abu-Shamalah

Chef du commandement la Division Sud, Mohammed Abu-Shamalah était l’un des plus hauts dirigeants dans le sud de la bande de Gaza, et il était en charge de la supervision de la zone de Rafah et Khan Younis.

Né en 1973 à Rafah, marié et père de cinq enfants, Abu-Shamalah était vu comme le possible successeur de Ahmed al-Jabari, l’ancien second à la tête du Hamas, assassiné lors des bombardements israéliens d’Israël sur la bande de Gaza en novembre 2012. On pense qu’il était l’un des fondateurs des Brigades Qassam et leur stratège lors des combats.

Dans la première Intifada, entre 1987 et 1991, Abu-Shamalah était chargé de lpoursuivre les collaborateurs présumés et de planifier des opérations de la résistance dans les différentes parties de la bande de Gaza.

En 1999, l’Autorité palestinienne avait émis des ordres de condamnations à mort à la fois contre Al-Attar et Abu-Shamalah, mais des manifestations de masse avaient alors eu lieu et les deux combattants avaient été libérés.

Abu-Shamalah a collaboré avec Al-Attar dans l’accord d’échange de prisonniers palestiniens contre Shalit.

Abu-Shamalah avait été placé sur la liste des personnes recherchées par Israël depuis 1991, et il avait survécu à plusieurs tentatives d’assassinat. Une tentative majeure avait eu lieu en 2004, lorsque les troupes israéliennes se sont rendus à son domicile et ont tout fait sauter avec des explosifs. En 2012, les avions de guerre israéliens ont bombardé à nouveau sa maison. Une troisième maison qu’il avait construite en 2014 a éte bombardée par des avions F16 il y a quelques semaines.

Mohammed Barhoum

Barhoum, un ami proche d’Al-Attar et d’Abu-Shamalah, avait été le premier chargé du commandement en chef de la Division de Rafah. En 1992, il a quitté les territoires palestiniens occupés après avoir été pourchassé par le renseignement israélien. Il a continué à voyager en secret entre les différents pays arabes, puis il est rentré en Palestine au cours de la deuxième Intifada pour se joindre aux Brigades al-Qassam.

Né en 1970 et marié, Barhoum n’était guère connu de façon directe dans la bande de Gaza, mais il avait été surnommé « l’homme aux cheveux gris ».

JPEG - 2.7 ko

* Mohammed Omer est un journaliste palestino-néerlandais renommé, basé à Gaza.

Du même auteur :

- Gaza : Après la dévastation, l’humiliation - 19 août 2014
- Quand la nuit tombe sur les déplacés gazaouis - 16 août 2014
- Que pensent les Gazaouis de la guerre, du Jihad, du Hamas, de l’Égypte, de l’avenir ? - 7 août 2014
- Quand un refuge devient une cible - 2 août 2014
- En cette fin de Ramadan, les Israéliens se livrent à leur sport favori : tuer ! - 30 juillet 2014
- Gaza, pulvérisée, est devenue méconnaissable - 27 juillet 2014
- L’unique réseau cellulaire pourrait être interrompu à Gaza - 25 juillet 2014
- Israël commet un carnage dans le quartier de Shejaiya à Gaza - 21 juillet 2014
- La résistance palestinienne a renforcé la capacité de ses armes - 18 juillet 2014
- Chaque crime israélien renforce le soutien populaire au Hamas - 12 juillet 2014
- Fin de la trêve et invasion israélienne dans Gaza - 18 juillet 2014

21 août 2014 - Middle East Eye - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.middleeasteye.net/news/w...
Traduction : Info-Palestine.eu - al-Mukhtar


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.