DERNIERE MISE A JOUR : mercredi 31 août 2016 - 09h:22

Israël discute du gavage des prisonniers palestiniens en grève de la faim

dimanche 8 juin 2014 - 23h:12

Dalia Hatuqa - Al Jazeera

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Les prisonniers sont dans leur septième semaine de grève de la faim...

JPEG - 74.1 ko
Palestiniens rassemblés en solidarité avec les prisonniers en grève de la faim contre la détention politique de détention administrative - Photo : Reuters

Juste à l’extérieur de la maison de la famille Tbeish, les gens ont commencé à se réunir au coucher du soleil. Quelques drapeaux étaient brandis, mais la plupart des photos tenues à bout de bras étaient celles d’un des enfants du pays : Ayman. Un enfant portait une plaquette montrant un jeune homme enchaîné, et une autre, tenue par un homme plus âgé, disait : « Ayman se meurt ».

Dans ce qui est presque devenu un événement hebdomadaire, les voisins et les gens extérieurs au village sont venus pour soutenir la famille Tbeish ; leur fils, âgé de 34 ans est en grève de la faim pour protester contre son incarcération sans accusation ni procès dans les prisons israéliennes. Cette pratique, connue sous le nom de détention administrative, permet à Israël d’incarcérer indéfiniment les Palestiniens qu’il considère comme un « risque de sécurité ».

Et comme la grève de Tbeish entre dans son quatrième mois - il a refusé de s’alimenter [hormis du sel et de l’eau] depuis 99 jours - sa famille craint le pire. « La Croix-Rouge nous a appelés l’autre jour pour nous dire qu’Ayman faisait face à plusieurs problèmes de santé extrêmement sérieux, » a indiqué son frère Mohammad.

Près de 120 prisonniers administratifs palestiniens sont également en grève de la faim. Le mouvement a commencé le 24 avril avec 100 prisonniers. Depuis lors, d’autres s’y sont joints, tandis que des milliers de prisonniers ont jeûné une journée en solidarité. Cette semaine, les détenus qui refusent de s’alimenter ont atteint le nombre de 1500.

Assise sous une vigne vierge, la mère de Tbeish pleurait silencieusement. Son fils a été arrêté en mai 2013, mais il a commencé sa grève de la faim 10 mois plus tard. « Je pense à lui chaque heure du jour, » dit cette mère de 8 enfants, âgée 55 ans. « Je prie pour lui chaque fois que je bois ou mange. »

C’est la 5e fois que Tbeish est emprisonné en Israël, et c’est sa 4e grève de la faim depuis 2001. En tout, il a été incarcéré pendant 12 années dont cinq sous le régime de la détention administrative. Ses années dans et hors de prison ont fait de lui un perpétuel étudiant à l’Université Polytechnique de al-Khalil [Hébron]. Sa famille dit qu’il a été incarcéré pour son militantisme politique sur le campus.

La semaine dernière, 70 prisonniers grévistes de la faim ont été hospitalisés, selon un porte-parole de l’Autorité israélienne des prisons (IPS), qui a qualifié leur état de « stable ».

Les avocats palestiniens ont déclaré que certains des grévistes sont en réel danger. « Nous craignons que certains ne meurt, » nous a dit Issa Qaraqe, le ministre palestinien sortant pour les Prisonniers.

Tbeish - qui est incarcéré au Centre Médical d’Assaf HaRofeh, juste en dehors de Tel Aviv - a récemment refusé de prendre des suppléments avec son eau « Il a perdu beaucoup de poids, » a fait savoir Hanan Al-Khatib, un avocat du ministère palestinien des prisonniers. « Il souffre de fatigue extrême, de douleurs aux articulations et de douleurs abdominales. Il a également de la difficulté à respirer. »

Les officiels palestiniens ont accusé les autorités israéliennes d’avoir violé un précédent accord qui devait limiter la détention administrative aux circonstances exceptionnelles. « En dépit d’un accord publié le 14 mai 2012, Israël continue à utiliser systématiquement cette mesure punitive grave, » a dit Hanan Ashrawi de l’Organisation pour la Libération de la Palestine [OLP].

Ll’IPS se refuse à négocier sur des sujets autres que la situation dans les prisons. « Leur grève est sur la question de la détention administrative et nous ne sommes pas une partie pour discuter parce que ce n’est pas notre rôle, » dit l’IPS. « Nous n’avons pas de mot à dire concernant leur situation juridique. »

Les groupes israéliens et palestiniens de défense des prisonniers ont fait appel séparément à Abdel-Fattah al-Sisi, le président égyptien, et aux chefs d’État européens, alors que les membres des familles ont écrit au pape Francis, pour tenter de placer la grève des prisonniers sous les projecteurs.

Dans l’ensemble de la Cisjordanie, des tentes sont apparue où les gens peuvent se réunir en signe de solidarité, et de nombreuses grèves et manifestations ont éclaté. Les groupes de militants palestiniens ont fermé les entrées aux bureaux de la Croix-Rouge Internationale et des Nations Unies à Ramallah, disant que les organismes en question avaient fait trop peu pour rendre visible la situation difficile des prisonniers. Une campagne sur Internet en arabe et en anglais a été également lancée, utilisant le hashtag #Water_and_Salt.

Les grèves de la faim ont été un défi pour les autorités israéliennes ces dernières années en raison du grand nombre de prisonniers qui y participent, leur santé se détériorant fortement. En 2012, une grève de la faim de longueur exceptionnelle a vu Samer Issawi, un Jerusalémite, mener un jeûne de huit mois. Les craintes quand à sa survie ont par la suite mené à sa libération.

Au cours des dernières semaines, Israël a commencé à débattre d’une législation qui ferait que des grévistes de la faim comme Tbeish seraient gavés. Le Comité ministériel pour la législation a donné une approbation préliminaire à une loi qui, si elle passe deux lectures supplémentaires au parlement, permettrait les prétendus traitements médicaux contre la volonté du prisonnier.

Cependant, Israël a indiqué que ce serait sujet à certaines subtilités, à savoir que l’autorisation serait donnée par un président ou vice-président de tribunal local d’arrondissement, et pas par un fonctionnaire du service des prisons. Les détenus auront également le droit à une représentation juridique dans tout ce processus. La loi n’est pas rétroactive, signifiant que ceux actuellement en grève de la faim n’y seraient pas soumis.

Dimanche, le premier ministre israélien a demandé à son cabinet de sécurité d’accélérer le processus de vote de la Knesset, en dépit de l’opposition par l’Association Médicale israélienne (IMA) et le Conseil National de Bioéthique. Selon le quotidien israélien Ha’aretz, le premier ministre a dit qu’il trouverait des médecins qui seront d’accord avec cette pratique, et « il a noté que les gardes avaient l’habitude de gaver des prisonniers, même dans l’installation américaine de détention de Guantanamo Bay [sur territoire cubain] ».

Dans une lettre au premier ministre, aux ministres de la santé et de la justice, et à l’Attorney général, les responsables de l’IMA et du Conseil d’éthique ont déclaré que le gavage était « moralement et professionnellement erroné ».

De même, les Médecins pour les Droits de l’homme et le groupe Adalah ont envoyé une lettre à l’Attorney général l’invitant à retirer son soutien à une loi qui « légalise des pratiques qui constituent de la torture ».

« Nous lui avons dit que le gavage contredit l’éthique médicale et les normes juridiques internationales, » a déclaré Nadeem Shehadeh, une juriste d’Adalah. Si le projet se transforme en loi, a encore dit Shehadeh à Al-Jazeera, son organisation a la possibilité de se tourner vers la cour suprême.

Lire également :

- Les grévistes de la faim sont victimes d’actes « barbares » - 8 juin 2014
- Des centaines de personnes se sont rassemblées dans Gaza, en solidarité avec les prisonniers grévistes de la faim - 7 juin 2014
- Après 43 jours de grève de la faim, Addameer exige une intervention immédiate pour sauver la vie des grévistes et imposer leurs revendications - 6 juin 2014
- Prisonniers palestiniens : 41e jour de grève de la faim - 5 juin 2014
- Isolement carcéral pour les prisonniers en grève de la faim - 3 juin 2014
- Opération « ville morte » à Naplouse, en solidarité avec les grévistes de la faim - 2 juin 2014
- Territoires palestiniens : manifestations de solidarité avec les prisonniers en grève de la faim depuis 38 jours - 1e juin 2014
- Ahmad Sa’adat : « la vie des grévistes de la faim est en danger ! Il faut agir... » - 30 mai 2014
- Après 35 jours de grève de la faim, de nombreux prisonniers palestiniens sont en danger de mort - 29 mai 2014
- Assez de blackout sur la grève de la faim ! Des manifestants bloquent le siège du CICR à Ramallah - 28 mai 2014
- L’occupation attaque violemment les manifestations de soutien aux prisonniers grévistes de la faim - 25 mai 2014
- Palestiniens prisonniers en Israël : les grévistes de la faim entrent dans leur 5e semaine !... - 24 mai 2014
- Plus de 5000 prisonniers palestiniens seront en grève de la faim ce jeudi 22 mai - 21 mai 2014
- Les familles des prisonniers en grève de la faim attendent plus de solidarité ! - 19 mai 2014
- Marwan Barghouti se joint à la grève de la faim illimitée - 17 mai 2014
- Lorsque les prisonniers Palestiniens échappent aux chiffres officiels - 17 mai 2014
- Israël prend des mesures punitives contre les prisonniers palestiniens en grève de la faim - 9 mai 2014
- Prisonniers palestiniens : 14e jour de grève de la faim - 7 mai 2014
- Les prisonniers palestiniens en Israël entament leur 10e jour de grève de la faim - 3 mai 2014
- Quatre prisonniers palestiniens rejoignent la centaine de grévistes de la faim - 1e mai 2014
- Les Palestiniens prisonniers en Israël sont prêts pour une grève de la faim de masse ! - 27 avril 2014
- Massive grève de la faim lancée par les « détenus administratifs » palestiniens - 26 avril 2014

6 juin 2014 - Al Jazeera - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.aljazeera.com/news/middl...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.