DERNIERE MISE A JOUR : lundi 30 mai 2016 - 07h:06

Après 19 jours de grève de la faim, le mouvement des prisonniers plus déterminé que jamais

mardi 13 mai 2014 - 15h:14

Al-Akhbar

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Plus de 100 Palestiniens emprisonnés dans les prisons israéliennes sont entrés dans leur 19e jour de grève de la faim ce lundi, alors que les militants et les groupes de défense des droits humains renforce leur pression pour forcer Israël à mettre fin à sa politique largement condamnée de « détention administrative ».

JPEG - 43.7 ko
Le 5 mai, lors d’une manifestation dans la ville de Gaza en solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim, une femme palestinienne tient la photo d’un de ses proches emprisonné par Israël - Photo : AFP/Mohammed Abed

Près de 120 prisonniers ont commencé à refuser toute nourriture refus le 24 avril, dans ce qui est la dernière d’une série de grèves qui a commencé il y a deux ans contre l’emprisonnement sans accusation des Palestiniens.

Environ 20 prisonniers de plus se sont joints au mouvement peu de temps après, tandis qu’un certain nombre d’autres prisonniers sont déjà en grève de la faim depuis bien plus longtemps, dont Ayman Atabish qui est entré dans son 74e jour de grève de la faim lundi, et Adnan Shayteh, à présent à 51 jours sans nourriture, selon le Centre d’études et de suivi des prisonniers palestiniens.

La Société des prisonniers palestiniens, une autre organisation de défense des prisonniers, avait tout d’abord déclaré que 200 prisonniers de trois prisons différentes s’étaient mis en grève de la faim le 24 avril, mais elle a plus tard révisé ses estimations.

Les chiffres exacts sont difficiles à déterminer car ils fluctuent avec des grévistes de la faim interrompant leur mouvement et d’autres s’y joignant pour des durées différentes.

Les autorités pénitentiaires israéliennes tentent également de faire le black-out sur les grèves de la faim en limitant l’accès des détenus à leurs familles et à leurs avocats, les répartissant dans différentes prisons et plaçant une partie d’entre eux en isolement avec l’espoir d’affaiblir leur volonté et de les dissuader de poursuivre leur mouvement.

La politique israélienne de détention administrative permet aux autorités d’occupation d’incarcérer des prisonniers pour des périodes de six mois sans que cedux-ci soient accusés d’un quelconque crime. Ces peines d’emprisonnement de six mois peuvent être renouvelées indéfiniment et des prisonniers sont restés des années emprisonnés sans jamais voir l’intérieur d’une salle d’audience.

À la fin du mois dernier, 191 Palestiniens étaient en détention administrative selon le groupe israélien [B’Tselem6>] qui a appelé les autorités à « cesser son utilisation illégale » de cette politique.

L’organisation B’Tselem a rejoint d’autres groupes de défense des droits humains, dont Human Rights Watch et Amnesty International, en condamnant dans un communiqué dimanche une politique qui selon elle, n’est autorisée par le droit international que « dans des cas très exceptionnels » et « en dernier recours possible ».

Environ 5000 Palestiniens croupissent dans les geôles israéliennes. Jeudi dernier, la quasi-totalité d’entre eux ont participé à une grève de la faim d’une journée en solidarité avec les prisonniers qui protestent contre leur détention administrative.

A l’occasion de la grève en cours, des militants online ont relancé le hashtag (mot-clé internet) « l’eau et le sel », en référence à ce que les grévistes de la faim consomment. Pour marquer leur soutien aux prisonniers, des milliers d’internautes ont utilisé depuis le 2 mai le slogan popularisé lors des précédentes grèves de la faim, en arabe et d’autres langues .

Pendant ce temps dans les rues, des milliers de manifestants défilaient à travers la Cisjordanie à l’appel de Gaza pour la libération des prisonniers.

Le dimanche, des parents de prisonniers palestiniens ont bloqué l’entrée d’un bureau du Comité international de la Croix-Rouge dans le nord de la ville de Naplouse en Cisjordanie, afin de protester contre ce qu’ils ont qualifient d’attitude passive du CICR face à la question.

Deux jours plus tôt, le vendredi, des milliers de personnes ont participé à certaines des plus grandes manifestations de soutien aux prisonniers jamais vues en Cisjordanie et à Gaza, soutenues par la plupart des partis politiques dont le Hamas et le Fatah.

En Cisjordanie, des manifestations ont eu lieu à Hébron, Tulkarem et Ramallah. A Gaza, les manifestants ont défilé dans le camp de réfugiés de Jabaliya dans le nord, à l’appel du Jihad islamique, tandis que le Hamas organisait des rassemblements dans la ville de Khan Younis, au sud.

Les prisonniers palestiniens ont entamé une série de grèves de la faim collectives depuis 2012 afin de protester contre leur détention administrative dans ce qui a été salué par les militants pacifistes comme une forme efficace de lutte non-violente qui a permis aux détenus d’obtenir des résultats.

Le mouvement de grève de la faim est devenu très populaire en avril 2012, lorsque environ 2000 prisonniers sont restés un mois sans prendre de nourriture dans une initiative qui a attiré l’attention internationale sur le sort des prisonniers et contraint Israël à négocier un accord pour réussir à stopper la grève.

Selon l’accord signé le 14 mai 2012, Israël devait libérer ou mettre publiquement en accusation tous les Palestiniens - alors plus de 300 - en détention administrative.

Mais Israël a violé l’accord après avoir renouvelé les détentions administratives d’un certain nombre de prisonniers, dont Ayman Sharawneh, Jaafar Ezzedine, et Tarek Qa’adan, qui ont alors repris les grèves de la faim sans limite de temps au risque d’en mourir.

L’ancien prisonnier désormais emblématique Samer Issawi avait mis fin à une grève de la faim sans précédent de 177 jours l’an dernier, après qu’Israël ait promis de le libérer. Il a été libéré en décembre dernier, mais Israël a depuis emprisonné sa sœur Shireen pour la deuxième fois.

Lire également :

- Israël prend des mesures punitives contre les prisonniers palestiniens en grève de la faim - 9 mai 2014
- Prisonniers palestiniens : 14e jour de grève de la faim - 7 mai 2014
- Les prisonniers palestiniens en Israël entament leur 10e jour de grève de la faim - 3 mai 2014
- Quatre prisonniers palestiniens rejoignent la centaine de grévistes de la faim - 1e mai 2014
- Les Palestiniens prisonniers en Israël sont prêts pour une grève de la faim de masse ! - 27 avril 2014
- Massive grève de la faim lancée par les « détenus administratifs » palestiniens - 26 avril 2014

12 mai 2014 - Al-Akhbar - Vous pouvez consulter cet article à :
http://english.al-akhbar.com/conten...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.