16 septembre 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Vous êtes ici : Accueil > Dossiers > Palestine > Analyses

Pourquoi les Palestiniens sont-ils contrariés par les « printemps arabes » ?

mercredi 15 janvier 2014 - 06h:20

Abdalhadi Alijla

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


« Qu’est-ce que les printemps arabes ont apporté aux Palestiniens ? Rien, sinon davantage de mal, de souffrance et de diaspora ».

JPEG - 84.6 ko
Réfugiés palestiniens en Egypte, dans le village de Gezirat al-Fadel au nord du Caire. En 1948 leur aïeul a dû fuir à pied sa ville de Bir el-Sabae (devenue Beersheba) en Palestine (Photo : Khalil Khamra).

Pour les Palestiniens, les printemps arabes ont apporté plus de mal-être, un blocus plus serré, une pauvreté croissante et davantage de haine leur encontre.

Le meurtre de Hassan Hassan, le comédien palestinien, au camp de réfugiés de Yarmouk en Syrie a fait l’effet d’un coup de tonnerre. Hassan et son épouse ont été arrêtés par les forces du régime syrien il y a trois mois. Son épouse et son fils ont été libérés deux jours plus tard. On le croyait toujours détenu, quand récemment sa famille a été avisée qu’il était décédé dès le 15 octobre.

Quand d’autres arabes sont engagés dans leurs soulèvements, les Palestiniens sont seuls dans leur lutte contre l’occupation israélienne. Il y a de solides projets de judaïsation de Jérusalem – en fait ils sont déjà appliqués sur le terrain. L’Autorité Palestinienne subit la pression imposée par les USA et l’UE pour accepter un accord qui est loin de respecter les exigences minimales des Palestiniens. Beaucoup de dirigeants du Fatah et du Hamas s’accordent à dire que les printemps arabes ont affecté négativement le peuple palestinien.

Les divisions entre Palestiniens se sont approfondies et ont été négligées par l’Egypte après la chute de Hosni Moubarak. Après l’élection de Mohamed Morsi, le Hamas a refusé tout effort en vue de mettre fin au désaccord palestinien. Le printemps égyptien a bloqué tous les efforts d’unité palestinienne et a accru l’arrogance de l’élite du Hamas. Rejeton des Frères musulmans et mandataire de l’Iran, Morsi au pouvoir a donné au Hamas plus de force et de confiance. Mais quand la Confrérie musulmane a été évincée, la tension avec l’armée égyptienne a grandi et les tunnels entre l’Egypte et la bande de Gaza ont été détruits pour la plupart.

Les militaires égyptiens ont opéré des incursions au-delà de la frontière avec la bande de Gaza, pour envoyer à la direction du Hamas le message de ne pas intervenir dans les affaires intérieures de l’Egypte concernant la Confrérie musulmane.

Un vent sinistre souffle actuellement sur Gaza, la Cisjordanie et les camps de réfugiés palestiniens en Syrie et au Liban, ainsi que sur les Palestiniens vivant et étudiant en Egypte. Des groupes palestiniens en Syrie rapportent que depuis septembre 2013, plus 16.000 Palestiniens ont été tués, des centaines de milliers d’autres ont été contraints de quitter les camps de réfugiés et des centaines de personnes se sont noyées en Méditerranée. Les camps de réfugiés ne sont plus vivables, ils sont complètement détruits et commencent à ressembler à des villes-fantômes.

Des fuites de rapports officiels ont révélé le traitement brutal et inhumain de Palestiniens à l’aéroport du Caire et au passage de Rafah. Gazaouis et Syriens sont interdits d’entrée en Egypte, alors que c’est leur seul point d’accès et de sortie au monde. Le gouvernement égyptien poursuit sa politique de déportation dans des pièces verrouillées où les conditions de vie sont insupportables et déshumanisantes.

« Cela rappelle fortement le prix que les Palestiniens ont eu à payer après la seconde guerre du Golfe, quand Arafat était l’allié de Saddam Hussein ».

Les Palestiniens sont très influencés par le climat politique ambiant, ce qui notamment les pousse à être divisés concernant la nature des printemps arabes. Selon un récent sondage d’opinion réalisé par le centre MIFTAH (« L’Initiative palestinienne pour la promotion du dialogue global et de la démocratie ») dans les Territoires palestiniens, 55 % des jeunes en Cisjordanie et 60 % d’entre eux dans la bande de Gaza croient que les printemps arabes et les changements régionaux ont eu un impact négatif pour la Palestine.

Le pessimisme prend le dessus quand la question palestinienne est connectée avec les printemps arabes. La rhétorique pro-palestinienne s’affaiblit. De toute façon, « qu’est-ce que les printemps arabes ont apporté aux Palestiniens ? Rien, sinon davantage de mal, de souffrance et de diaspora ».

JPEG - 3.5 ko

* Abdalhadi Alijla est un écrivain palestinien, essayiste, blogueur et chercheur au postdoctorat à l’université de Milan. Il est partenaire du réseau Soliya, du DAAD, de l’Institute for Middle East Studies au Canada, du Middle East Development Network à Istanbul et de l’université de Göteborg (projet V-Dem).

10 janvier 2014 - Your Middle East - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.yourmiddleeast.com/opini...
Traduction : Info-Palestine.eu - AMM


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.