DERNIERE MISE A JOUR : lundi 25 juillet 2016 - 07h:36

Gaza : la tempête hivernale a provoqué une catastrophe humanitaire (vidéo)

dimanche 22 décembre 2013 - 05h:00

Rasha Abou Jalal

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Deux membres des forces de défense civile dans la ville de Gaza aident ici à traverser une rue inondée, des habitants qui ont dû quitter leurs maisons en raison des pluies . Ils ont utilisé le cadre métallique d’un vieux réfrigérateur bourré de liège comme bateau pour le transport, après que la quasi-totalité des engins et équipements de secours ait cessé de fonctionner en raison de la crise du carburant et de l’électricité qui ravage la bande de Gaza.

JPEG - 228.3 ko
Des volontaires palestiniens de la défense civile manœuvrent un bateau pour évacuer les gens de leurs maisons inondées, passant près d’une affiche montrant l’Émir du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad, sur un bâtiment dans le nord de la bande de Gaza, le 16 décembre 2013 - Photo : REUTERS/Mohammed Salem

Une vague d’air de très basse pression a frappé les territoires palestiniens le 10 décembre, au milieu de vents froids qui ont duré plusieurs jours.

De fortes pluies ont provoqué une catastrophe humanitaire de grande ampleur dans la bande de Gaza, inondant des centaines de maisons dans les différentes zones et les quartiers, blessant des dizaines de personnes et entraînant la fermeture d’un certain nombre de routes principales et secondaires.

Selon le ministère de l’Information dans la bande de Gaza, 4000 familles ont été forcées de quitter leurs maisons à cause du froid extrême, et le gouvernement a offert une aide en nature à 3000 familles.

S’adressant à l’agence palestinienne de nouvelles, Al- Rai, Salamah Maarouf, le Directeur général du ministère de l’Information, a déclaré que le gouvernement avait ouvert 13 abris dans la bande de Gaza, où s’abritent maintenant 1183 familles, faisant un total de 5000 personnes .

Selon le ministère de la Santé à Gaza, 98 citoyens ont été blessés, principalement dans les villes de Khan Younis et de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, et l’état d’urgence a été annoncé par le ministère pour faire face au froid extrême.

Un porte-parole du ministère, Ashraf al- Qodra, a déclaré à Al -Monitor que quatre citoyens ont été grièvement blessés et que le reste des blessures varie entre modérées et légères.

Les zones résidentielles proches des districts inondées d’eau de pluie et situés à proximité des pompes de traitement des eaux usées, ont été les zones les plus touchées par la situation humanitaire qui se détériore. Leurs habitants ont été forcés d’évacuer leurs maisons en totalité, et ont dû se réfugier dans des abris et des écoles voisines, après que leurs maisons aient été inondées d’eau de pluie et d’eaux usées.

Amjad al-Attar, qui vit à côté d’une zone inondée d’eau de pluie dans le quartier de Sheikh Radwan dans la ville de Gaza, a déclaré que l’eau provenant de diverses régions ont rempli le système des eaux usées jusqu’à ce que celui-ci déborde et provoque une inondation. Les eaux ont inondé les maisons, endommagé les mobiliers et détruit des bâtiments.

Attar, qui vit dans une maison au toit de tôle avec un sol de sable qui a été la plupart du temps soufflé par des vents violents, a eu une dure nuit d’après avoir été contraint de fuir avec ses enfants jusqu’à une école voisine. « Je me suis réveillé aux cris de mes enfants, qui ont failli se noyer dans l’eau qui avait inondé notre maison. Les eaux les entraînaient vers le bassin des eaux usées. Je me suis précipité pour les sauver et j’ai été surpris de voir que le niveau de l’eau avait augmenté jusqu’à environ 150 cm [près de 6 pieds] », a-t-il déclaré à Al -Monitor.

La même scène que celle qui a eu lieu dans le bassin de Sheikh Radwan, s’est répétée dans différents endroits, y compris dans le bassin Abu Rashid au nord de la bande de Gaza, et dans le bassin de Wadi al-Salka à Deir al-Balah, dans le centre de Gaza, en plus de la plupart des zones résidentielles adjacentes aux systèmes de pompage pour les eaux usées. Cela a conduit à l’inondation de ces zones par les eaux des égouts, forçant des dizaines de familles à évacuer leurs maisons.

Farida Abou Kweik , âgée de 82 ans, a parlé à Al-Monitor, alors qu’elle essayait d’aider son fils à récupérer ce qui restait des meubles dans leur maison voisine du bassin Abu Rashid, qui par ses inondations à provoqué le déplacement de dizaines de familles. « Des dizaines de millions de dollars ont été envoyés en aide au peuple palestinien dans la bande de Gaza, mais ils ont été dépensés par le gouvernement pour développer les zones touristiques et de loisirs. N’aurait-il pas été préférable que cet argent soit investi dans la construction d’ ouvrages d’infrastructure plus résistants, les réseaux d’égouts et renforcer les habitations des familles pauvres et démunies ? » dit-elle.

Le directeur du bureau des relations publiques de la force de la défense civile, Muhammad al-Maidanah, a indiqué que des dizaines de maisons ont été inondées en raison des pluies torrentielles, en plus d’un certain nombre de rues principales et secondaires .

« La situation est catastrophique. Les arbres ont été déracinés ; les panneaux d’affichage se sont envolés et ont frappé un certain nombre de personnes, les blessant et provoquant des fractures. L’eau a inondé des centaines de maisons, tandis que des centaines de voitures ont été immergées dans les rues inondées par l’eau de pluie », a déclaré Maidanah à Al-Monitor.

Il a expliqué que toutes les provinces de la bande de Gaza ont connu un sort similaire, et il a souligné que la province de Rafah, (à l’ extrême sud de la bande de Gaza) a été la plus durement touchée par la tempête.

Subhi Abu Radwan, maire de Rafah, a déclaré à l’agence locale de nouvelles Safa, « Le Joint Operations Committee a secouru environ 1200 citoyens rien que dans la ville depuis que les intempéries ont commencé. » Il a ajouté que 44 de ces cas concernaient des maisons inondées.

Les autorités locales ont fait face aux situations d’urgence avec des moyens primitifs et des capacités minimales, en raison du blocus israélien qui restreint les importations de matériel lourd dans la bande de Gaza, ainsi qu’en raison de la pénurie de carburant qui rend inutiles les engins de secours.

Le responsable de la défense civile, Youssef al-Zahar, a déclaré de son côté à la chaîne satellitaire Al-Aqsa du Hamas, le 12 décembre, que la crise provoquée par le blocus et la crise de carburant a aggravé les dangers et diminué les moyens du gouvernement et des municipalités de lutter avec efficacité contre la catastrophe. « Le plus que nous pouvons faire est de construire des talus de sable devant les maisons pour empêcher l’eau d’y entrer », a déclaré Zahar. Il explique que c’était la seule option disponible pour les équipes de sauvetage et de secours, suite au blocus et au manque d’équipements.

Le Ministre de l’Intérieur de Gaza, Fathi Hamad, a également fait appel à des organisations internationales, ainsi qu’à des pays arabes et musulmans pour sauver Gaza de cette véritable catastrophe humanitaire. Lors d’une conférence de presse tenue le 11 décembre en présence de Al-Monitor, il a dit : « Nous utilisons des équipements vétustes, primitifs, pour tenter d’atteindre et transporter des personnes vers des endroits sûrs, où ils seraient à l’abri de la noyade. Cependant, nous faisons face à des grandes difficultés ».

Ce qui aggrave l’ampleur de la souffrance en ces moment difficiles dans la vie des habitants de Gaza, a été le fait que les pannes d’électricité ont duré jusqu’à 30 heures consécutives dans de nombreuses zones de la bande de Gaza.

Dans des déclarations publiées par le journal local Al Quds, le 12 décembre, le responsable des relations publiques auprès de l’entreprise de distribution d’électricité, Jamal al-Dirdasawi, a déclaré que les dysfonctionnements ont suivi l’effondrement des trois principales lignes électriques provenant du côté israélien pour alimenter les régions du nord de la bande et certains quartiers du nord de la ville de Gaza. Une quatrième ligne qui fournit l’est de Khan Younis en électricité, s’est également effondrée, en plus de la ligne en provenance d’Égypte. Il a fait appel à toutes les parties afin de sauver la bande de Gaza d’un véritable désastre, alors que la quantité limitée de puissance électrique encore disponible s’épuisait.

JPEG - 5.2 ko

* Rasha Abou Jalal est écrivain et journaliste pigiste de Gaz, spécialisée dans les nouvelles politiques, les questions humanitaires et sociales liées à l’actualité.

De la même auteure :

- Les cimetières de Gaza entretenus par des enfants - 18 août 2013

16 décembre 2013 - Al-Monitor - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.al-monitor.com/pulse/ori...
Traduction : Info-Palestine.eu - Naguib


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.