DERNIERE MISE A JOUR : vendredi 1er juillet 2016 - 06h:56

Inondations : Israël ouvre des barrages pour augmenter les souffrances dans Gaza

mercredi 18 décembre 2013 - 15h:20

Motasem A’Dalloul

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Alors que la tempête Alexa s’éloigne de la région, ses effets catastrophiques ont commencé à apparaître dans la bande de Gaza, l’enclave côtière qui est sous strict blocus israélien depuis 2006.

JPEG - 58.2 ko

Des centaines de familles ont été déplacées à cause de la tempête qui a également causé plus de 100 accidents, dont deux décès, des dommages massifs aux infrastructures et une congestion dans les hôpitaux insuffisamment équipés.

Alors qu’une tempête est un phénomène naturel et que l’on ne peut en blâmer qui que ce soit, on doit cependant condamner un soi-disant état démocratique qui a contribué à augmenter les souffrances des victimes aux pires moments de la tempête. Le problème est que l’occupation israélienne, soutenue par les États-Unis et l’Union Européenne, a fait son maximum pour démultiplier les souffrances des habitants de Gaza au plus fort de la tempête.

Alors que le niveau des eaux de pluie s’élevait à plus de 2 mètres et demi dans les rues de la bande de Gaza, l’occupation israélienne a ouvert les vannes de barrages au sud, ou de ce qu’elle appelle des réservoirs. Cela a eu pour effet de détourner une part importante des eaux de pluie dans les vallées passant à travers le territoire, puis vers la Méditerranéen. Des centaines de maisons au fond des vallées ont été soudainement inondées et les familles ont été forcées de se sauver rapidement, sous la violente tempête et les fortes pluies.

Ceux qui ont été affectés m’ont décrit leur douleur, et les responsables des services de secours m’ont confirmé les informations sur l’ouverture des vannes par Israël. Je ne veux pas m’en tenir ici au démenti Israélien concernant ce qui s’est produit et comment les médias Israéliens l’ont repris.

Les services de sécurité palestiniens ont récemment dépisté des collaborateurs qui ont admis qu’il leur a été demandé par les services israéliens d’espionnage, de circuler à travers la bande de Gaza à la recherche des tunnels qu’Israël imagine avoir été creusés par la résistance palestinienne. Ces collaborateurs, qui ont été capturés par les services de sécurité, ont affirmé que leurs commanditaires israéliens leur avaient expliqué leur plan. Ils voulaient qu’un énorme quantité d’eau puisse être déversée à travers le territoire assiégé afin d’inonder les tunnels creusés par la résistance palestinienne.

Un site Web des services palestiniens de sécurité a confirmé cette information et a indiqué que cette initiative était motivée par la crainte d’Israël que des tunnels creusés par les Palestiniens ne puissent mener aux endroits sensibles à l’intérieur même d’Israël.

Bien que les officiels et les médias israéliens réfutent ces informations concernant l’ouverture des vannes, je voudrais leur rappeler que ce n’est pas la première fois pour qu’ils agissent de façon aussi révoltante. En janvier 2010, ils ont ouvert des barrages et ont inondé le territoire de Gaza avec des volumes d’eau importants. Les médias Internationaux avaient rendu compte de l’incident et Israël était resté muet sur la question.

En janvier 2007, Israël à répété l’opération et a inondé des centaines de maisons palestiniennes avec de gros volumes d’eau, ce qui a causé de grandes pertes dans le secteur agricole et endommagé de nombreuses infrastructures. Al-Jazeera et beaucoup d’autres médias internationaux avaient rendu compte de cet incident, qui avait été vigoureusement condamné par le Ministre Palestinien des Travaux publics, Abdul Rahman Saidan. Cet incident succédait à un raid aérien israélien sur les ponts au-dessus de la Vallée de Gaza, au milieu du territoire sous blocus. Quand les barrages ont été ouverts, Gaza s’est retrouvé entièrement divisée en deux parts distinctes.

« L’agression Israélienne contre notre peuple utilise non seulement des tanks et des avions de guerre, mais ouvre aussi des barrages pour nous noyer, » avait dit Saidan à l’époque. A ce moment-là, au moins 120 maisons avaient été touchées, dont 20 ont été complètement détruites.

En 2001, l’occupation israélienne avait ouvert les vannes des réservoirs à l’ouest d’Al-Shejaea au centre Gaza. Cela s’était produit pendant l’été et Israël avait prétendu que c’était une erreur.

On estime que les pertes et dommages provoqués par la tempête Alexa dans la Bande de Gaza ont doublé après qu’Israël ait ouvert les réservoirs, et qu’elles sont de près de 12 millions de dollars US en infrastructure, de 3 millions en équipements commerciaux et industriels, de 7millions dans le secteur agricole et de 2 millions dans le secteur des transports.

Plus de 900 familles, soit 5000 personnes, sont toujours déplacées. Ces gens vivent dans des centres provisoires pendant que leurs maisons sont encore inondées. Quelques écoles et cliniques dans les zones éloignées sont également toujours fermées parce que les rues qui y mènent ont besoin d’importantes réparations.

JPEG - 8.1 ko

* Motasem A Dalloul est le correspondant de Middle East Monitor dans la Bande de Gaza

Lire également :

- Les enfants syriens meurent de froid, les Gazaouis sont submergés, et les pays riches regardent ailleurs... - 17 décembre 2013
- Gaza, sans électricité et sous les inondations, subit les pires effets du blocus israélien - 15 décembre 2013
- Gaza sous les inondations - Photos - 15 décembre 2013

17 décembre 2013 - Middle East Monitor - Vous pouvez consulter cet article à :
https://www.middleeastmonitor.com/b...
Traduction : Info-Palestine.eu - Naguib


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.