DERNIERE MISE A JOUR : jeudi 26 mai 2016 - 14h:03

Egypte : condamnation de manifestantes, dont des mineures, à 11 ans de prison

jeudi 28 novembre 2013 - 11h:54

Al Jazeera

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Un groupe de femmes a été condamné à 11 ans de prison pour une manifestation pacifique à Alexandrie, alors que Premier ministre [putschiste] de l’Égypte prenait la défense d’une loi limitant encore plus les manifestations publiques.

JPEG - 45 ko
Ces jeunes femmes et jeunes filles ont été condamnées à onze ans de prison pour avoir manifesté pacifiquement... La plus jeunes des condamnées a 15 ans... C’est immonde et abject !

Les jeunes femmes, partisanes du président déchu Mohamed Morsi, ont ce mercredi écopé de peines de prison d’une durée de 11 ans, pour avoir formé une chaîne humaine et distribué des tracts plus tôt dans le mois. Sept d’entre elles sont encore mineures... et elles ont été placées en prison pour mineures jusqu’à ce qu’elles atteignent l’âge légal. La plus jeune du groupe a 15 ans...

Six hommes, présentés par les procureurs comme des dirigeants des Frères musulmans, ont été condamnés à des peines de prison de 15 ans, accusés d’être membres d’une « organisation terroriste » .

Lors d’une conférence de presse ce mercredi, Hazem el- Beblawi , le Premier ministre mis en place par les putschistes, a défendu une nouvelle loi exigeant que les citoyens demandent, comme une « étape nécessaire », une autorisation avant de manifester.

« Le cabinet confirme qu’il appliquera la loi pleinement afin de montrer son soutien à la police face au terrorisme. La loi est sujette au changement, mais par les voies appropriées. »

Autorisation de manifester

Les manifestants opposés à la fois à Morsi et au gouvernement soutenu par l’armée, se sont réunis au centre du Caire pour une protestation contre la loi .

De façon inattendue, le ministère de l’Intérieur a annoncé qu’il avait approuvé le rassemblement, alors même que les organisateurs ont nié avoir demandé un permis.

Le ministère a déclaré que la demande a été déposée par le père de Salah Ahmed Mohamed, connu sous le nom de « Jika », le premier manifestant tué pendant sous la présidence de Morsi.

Le rassemblement de mercredi n’a été annoncé que dans la matinée, soit beaucoup moins que la période imposée de préavis.

La réaction contre la loi est la dernière illustration de l’impopularité grandissante du gouvernement de Beblawi. Même certains de ses partisans pensent qu’il est allé trop loin dans la restriction des libertés individuelles. Les dirigeants de Tamarod - la campagne de pétition qui a organisé les manifestations qui ont précédé l’éviction de Morsi - ont critiqué la loi comme trop sévère, et plusieurs ont été arrêtés alors qu’ils protestaient contre cette loi ce mardi dans la ville d’Assouan, au sud.

« Ils avaient déjà un parti contre eux déjà, les Frères musulmans », a déclaré Magdi Hussein, un militant de Tamarod qui a assisté à la manifestation de mardi. « Je ne sais pas pourquoi ils ont passé cette loi . Cela montera un autre groupe contre eux ».

28 novembre 2013 - Al Jazeera - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.aljazeera.com/news/middl...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.