DERNIERE MISE A JOUR : lundi 26 septembre 2016 - 09h:13

Yasser Arafat a bien été assassiné

jeudi 7 novembre 2013 - 05h:20

David Poort & Ken Silverstein

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Selon l’étude menée par des scientifiques suisses, du polonium a été trouvé dans le système osseux de Yasser Arafat. On a trouvé au moins 18 fois le niveau normal d’éléments radioactifs dans les restes de défunt leader palestinien.

JPEG - 33.8 ko
Yasser Arafat, figure emblématique de la résistance palestinienne, fondateur du Fatah et de l’OLP

Les scientifiques suisses qui ont effectué des tests sur des échantillons prélevés sur le corps de Yasser Arafat ont trouvé au moins 18 fois les niveaux normaux de polonium radioactif dans les restes du défunt. Les scientifiques ont déclaré qu’ils étaient confiants jusqu’à un niveau de 83 %, que le défunt leader palestinien a été empoisonné avec cet élément, qui est selon eux la cause de sa mort.

Un rapport de 108 pages produit par le Centre universitaire de médecine légale à Lausanne et qui a été obtenu en exclusivité par Al Jazeera, a révélé des niveaux anormalement élevés de polonium dans les côtes et le bassin d’Arafat, et sous forme de taches dans ses organes en décomposition.

Les scientifiques suisses, avec des équipes françaises et russes, ont obtenu les échantillons novembre dernier après que son corps ait été exhumé de son mausolée à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Dave Barclay, un célèbre médecin légiste du Royaume-Uni et détective à la retraite, a déclaré à Al Jazeera que d’après ces résultats , il était tout à fait convaincu que Arafat a été assassiné.

« Yasser Arafat est mort d’un empoisonnement au polonium », a-t-il déclaré. « Nous avons trouvé la preuve irréfutable de ce qui a causé sa mort. Ce que nous ne savons pas est qui donc tenait le pistolet à l’époque ».

« Le niveau de polonium dans les côtes de Yasser Arafat ... est d’environ 900 milibecquerels », a déclaré Barclay. « C’est soit 18 ou 36 fois la moyenne, selon la littérature sur la question. »

Souha Arafat, la veuve du défunt leader palestinien, a reçu une copie du rapport mardi à Paris. « Quand ils sont venus avec les résultats, je me suis à nouveau retrouvée en deuil de Yasser », a-t-elle dit. « C’est comme si vous veniez de me dire qu’il est mort. »

Le rapport suisse a seulement examiné la question de ce qui a tué Arafat. Il n’a pas abordé la question de savoir s’il a été délibérément empoisonné ni comment.

Une mystérieuse maladie

En octobre 2004, vers la fin de la deuxième Intifada [soulèvement palestinien], Arafat avait été enfermé pendant plus de deux ans dans son complexe présidentiel de Ramallah, encerclé par des soldats israéliens et partiellement détruit. Il était âgé et affaibli, mais ses rapports médicaux montrent qu’il « était en bonne santé et n’avait pas de facteurs de risque particulier », indique le rapport des scientifiques Suisses.

Dans la soirée du 12 octobre, Arafat est soudainement tombé malade après avoir mangé un repas. Sur la base des symptômes - nausées, vomissements et douleurs abdominales - son médecin personnel avait initialement diagnostiqué une grippe .

Mais la santé d’Arafat s’est détériorée rapidement et des médecins égyptiens et tunisiens sont venus le voir, mais sans pouvoir identifier la source de sa maladie.

Le 29 octobre , un Arafat très affaibli a été emmené dans un fauteuil roulant depuis son quartier général. Il fit un geste d’adieu et a envoyé des baisers à la foule qui l’accompagnait, puis il s’est envolé vers la Jordanie par hélicoptère. De là, un avion du gouvernement français l’a emporté à Paris pour un traitement d’urgence à l’hôpital militaire Percy.

Les médecins français ont été incapables de diagnostiquer ou de stopper le déclin de l’état de santé de Arafat et celui-ci a rapidement sombré dans le coma. Le 11 novembre, Arafat, qui symbolisait la lutte pour un État palestinien, est décédé à l’âge de 75 ans.

Les médecins de l’hôpital Percy n’ont pas procédé à une autopsie, ni annoncé la cause du décès ou divulguer son dossier médical, ce qui a renforcé les spéculations sur la cause de sa disparition rapide. Beaucoup de responsables palestiniens proches de Yasser Arafat étaient certains qu’il avait été empoisonné. En Occident, des fausses rumeurs ont circulé disant qu’il était mort du sida. Certains médecins ont suggéré qu’une leucémie ou une maladie d’origine alimentaire avait tué Arafat , d’autres ont proposé qu’il avait simplement succombé à la vieillesse.

En 2011, lorsque Al Jazeera a ouvert une enquête, la mort d’Arafat était une affaire déjà classée. Pendant l’enquête, Souha Arafat a donné l’accès aux dossiers médicaux et à aux affaires personnelles de son défunt mari, y compris les vêtements qu’il portait lors de ses derniers jours. Les tests effectués par les scientifiques suisses qui ont publié le nouveau rapport ont révélé des niveaux élevés de polonium-210 - l’un des isotopes de l’élément - dans le sang, la sueur et les traces d’urine sur les sous-vêtements d’Arafat.

En juillet 2012, Al Jazeera a diffusé les résultats de son enquête Qu’est-ce qui a tué Arafat ? Le documentaire a déclenché une enquête française pour assassinat, et a conduit à l’ exhumation de la dépouille d’Arafat. Soixante échantillons de ses tissus corporels ont été pris et répartis entre une équipe suisse, une équipe française faites de juges et d’experts médico-légistes assignés à l’enquête sur l’assassinat, et un groupe russe invité à la demande de l’Autorité palestinienne.

Les Russes devraient bientôt divulguer leurs résultats. Les Français ne devraient pas divulguer les leurs avant que ne soit conclue l’enquête pour assassinat.

Saad Djebbar, l’avocat de Souha Arafat , a déclaré que le rapport suisse était un « élément important du puzzle » qui pourrait aider l’enquête criminelle des Français.

Un poison rare mais mortel

Le polonium est un métal mou, trouvé dans le minerai d’ uranium. L’isotope polonium 210 émet des particules alpha hautement radioactives, mais celles-ci ne voyagent pas plus de quelques centimètres dans l’air et sont « arrêtées par une feuille de papier ou par la couche morte de la peau extérieure sur nos corps », affirme l’Agence internationale pour l’énergie atomique.

Pour cette raison, le polonium -210 n’est pas un risque pour la santé humaine tant qu’il reste en dehors du corps. Mais une dose de 0,1 microgramme - la taille d’un grain de poussière, de moins d’un millionième d’un flocon de neige - serait fatale si elle était ingérée dans les aliments solides ou liquides ou inhalée dans de l’air contaminé.

Seule une poignée de personnes auraient succombé à un empoisonnement au polonium. Le cas le plus célèbre concerne Alexander Litvinenko, un ancien officier du KGB devenu dissident qui avait obtenu l’asile politique du gouvernement britannique et vivait à Londres.

Litvinenko est décédé en novembre 2006, trois semaines après une réunion avec plusieurs Russes , dont un officier du KGB, au Millenium Hôtel de Londres. Un procureur britannique affirme que les Russes agissaient sur ​​ordre de leur gouvernement et ont empoisonné Litvinenko en versant dans son thé avec du polonium-210.

Le polonium-210 est « l’un des plus obscures, plus bizarres, et encore plus impitoyables des poisons », écrit Alan Cowell dans The Terminal Spy, un livre sur l’affaire Litvinenko.

Il a été tout d’abord été utilisé comme un déclencheur pour les armes nucléaires et ensuite en tant que source d’énergie pour les satellites et les vaisseaux spatiaux. Toutefois, le polonium -210 est extrêmement rare et difficile à obtenir sans l’aide d’un gouvernement ou sans un accès à un réacteur nucléaire. Il exige aussi un considérable savoir-faire scientifique pour être manipulé en toute sécurité.

Le polonium-210 est fabriqué en bombardant le bismuth 209 avec des neutrons dans un réacteur nucléaire. Seulement environ 100 grammes sont produits chaque année, presque tous en Russie.

En termes de motivation , les principaux suspects seraient les rivaux palestiniens d’Arafat ou le gouvernement israélien lui-même, son ennemi juré. Ariel Sharon, premier ministre israélien en 2004, considérait Arafat comme un « terroriste » et a qualifié sa mort « de tournant dans l’histoire du Moyen-Orient ». Un an plus tôt, le premier ministre-adjoint, Ehud Olmert, avait déclaré que tuer Arafat « était certainement l’un des les options ».

Toutefois, Israël a toujours affirmé avec véhémence qu’il n’avait rien à voir avec la maladie ou la mort d’Arafat, et à ce jour aucune preuve directe ne l’implique.

Alors que Barclay a exprimé sa confiance dans la cause de la mort, il a dit que ce serait un cas difficile à résoudre.

« Le principal problème est le temps », dit-il. « Si c’était un assassinat qui se serait passé hier, vous auriez des témoins et des enregistrements téléphoniques cellulaires, des courriels, des virements bancaires. Dans le cas présent et après neuf ans, ce type d’information sera difficile à obtenir. »

« Nous ne pouvons pas pointer du doigt qui que ce soit », a déclaré Souha Arafat. « Les Français mènent une enquête sérieuse . Il faut du temps. »

Lire également :

- Et si on disait toute la vérité ... Arafat revisité - 9 août 2012
- L’empoisonnement de Yasser Arafat confirmé - 3 juillet 2012
- La vraie tragédie : qui a tué Arafat et pourquoi ? - 30 juillet 2009

6 novembre 2013 - Al Jazeera - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.aljazeera.com/investigat...
Traduction : Info-Palestine.eu


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.