DERNIERE MISE A JOUR : mercredi 24 août 2016 - 07h:43

Vous êtes ici : Accueil > PCHR > Rapports PCHR

Rapport sur les violations israéliennes des droits humains

jeudi 24 octobre 2013 - 21h:02

PCHR du 10 au 23 octobre 2013

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Les forces d’occupation israéliennes (FOI) continuent leurs agressions contre les civils palestiniens et leurs biens dans les territoires palestiniens occupés (TPO).

Durant cette période du 10 au 23 octobre 2013 :

  • les FOI ont tué un membre d’une organisation armée qu’elles recherchaient en Cisjordanie :
    • 4 civils palestiniens qui essayaient de prendre le corps de la victime aux FOI ont été blessés ;
  • les FOI ont continué d’user d’une force démesurée contre les manifestants non violents en Cisjordanie :
    • un civil palestinien a été blessé lors de la manifestation hebdomadaire de Bil’in ;
    • des dizaines de civils ont suffoqué sous les lacrymogènes ;
  • les FOI ont conduit 99 incursions dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie, et 4 limitées dans la bande de Gaza :
    • au moins 48 civils palestiniens, dont 5 garçons et une jeune fille, ont été arrêtés en Cisjordanie ;
  • Israël a maintenu un bouclage total sur les TPO et l’isolement de la bande de Gaza du monde extérieur :
    • les FOI ont monté des dizaines de checkpoints en Cisjordanie ;
    • au moins 16 civils palestiniens, dont 4 enfants et une femme, ont été arrêtés sur les checkpoints de Cisjordanie ;
    • un Palestinien qui accompagnait sa mère malade a été arrêté au passage frontalier de Beit Hannoun (Erez) ;
  • les forces navales israéliennes ont continué d’ouvrir le feu sur les pêcheurs palestiniens en mer :
    • elles ont tiré sur des bateaux de pêche palestiniens, sans faire de victimes ni de dégâts matériels ;
  • les FOI ont maintenu leur soutien aux activités de colonisation en Cisjordanie et les colons ont continué leurs agressions contre les civils palestiniens et leurs biens :
    • les FOI ont publié des ordres de démolition de maisons et de structures civiles en Zone C (sous le plein contrôle d’Israël selon les Accords d’Oslo) ;
    • les agriculteurs palestiniens ont été interdits d’accès à leurs terres pour la cueillette des olives dans des nombreux secteurs ;
    • les colons ont poursuivi leurs agressions contre les civils et les biens palestiniens ;
    • 80 plants d’olivier à al-Khader ont été arrachés.
JPEG - 57.6 ko
Des dizaines de colons ont coupé au moins 80 oliviers à Qaryout, au sud de Naplouse.




Violations israéliennes du droit international et du droit humanitaire international dans les TPO durant la période du 10 au 23 octobre 2013

Résumé

Tirs

Durant cette période, les Israéliens ont tué un membre d’une organisation armée et blessé 5 autres Palestiniens en Cisjordanie, dont 4 alors qu’ils tentaient de récupérer le corps de la victime, et le cinquième lors d’une manifestation non violente hebdomadaire contre le mur d’annexion en Cisjordanie. Dans la bande de Gaza, les FOI ont continué d’ouvrir le feu sur les Palestiniens près de la clôture/frontière et de cibler les bateaux de pêche palestiniens.

- En Cisjordanie, le 22 octobre, les Israéliens ont tué Mohammed ‘Assi, de Beit Luqia, au sud-ouest de Ramallah. Il a été tué lors d’un affrontement armé avec les FOI après qu’elles avaient encerclé la grotte dans laquelle il s’était réfugié. Les FOI, selon le journal israélien Yediot Aharonot, prétendent que c’est ‘Assi qui avait programmé l’explosion qui s’est produite dans un car israélien pendant la dernière agression israélienne contre la bande de Gaza en novembre 2012. Les FOI voulaient garder le corps, mais un groupe de garçons et de jeunes hommes ont tenté de le reprendre dans un véhicule israélien. Les soldats ont ouvert le feu pour les disperser, 4 Palestiniens ont été blessés, et plusieurs autres ont inhalé les lacrymogènes.

Durant cette période, les FOI ont également poursuivi leur usage d’une force démesurée contre les manifestations non violentes organisées par les Palestiniens, avec des militants internationaux et israéliens, contre la construction du mur d’annexion et la colonisation en Cisjordanie (à Bil’in, Ni’lin, Nabi Saleh, Ma’sara, Kafr Qaddoum). Un civil a été touché par une grenade lacrymogène à la jambe droite, des dizaines d’autres ont inhalé les gaz et d’autres encore ont subi des contusions.


- Dans la bande de Gaza, le 5 octobre, les FOI postées sur la clôture/frontière, à l’est du cimetière d’al-Shuhada, à l’est de Jabalia, ont tiré sur des zones non habitées. Pas de victimes ni dégâts.

Des navires de guerre israéliens ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche palestiniens à 5 reprises, les 11, 12, 13 et 21 octobre 2013.

Le vendredi 11 octobre, à environ 1h30, des canonnières israéliennes stationnées au large de Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche qui étaient à environ 4 miles nautiques au large de la côte. Elles ont ouvert le feu pendant environ 20 minutes, et en conséquence, les pêcheurs palestiniens sont rentrés à terre craignant d’être arrêtés ou blessés. Ni victimes ni dégâts matériels n’ont été signalés.

Le samedi 12 octobre, à environ 23h30, des canonnières israéliennes stationnées au nord-ouest de Beit Lahia, , ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche qui naviguaient à 3 miles nautiques de la côte. En conséquence, les pêcheurs sint rentrés à terre craignant d’être arrêtés ou blessés. Ni victimes ni dégâts matériels n’ont été signalés.

Le dimanche 13 octobre, en début de matinée, des canonnières stationnées hors zone d’al-Zahra et Deir al-Balah, ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche . En conséquence, les pêcheurs sont rentrés à terre craignant d’être arrêtés ou blessés. Ni victimes ni dégâts matériels n’ont été signalés.

Dans la matinée également, des canonnières stationnées au large de Beit Lahia, ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche . En conséquence, les pêcheurs sont rentrés à terre craignant d’être arrêtés ou blessés. Ni victimes ni dégâts matériels n’ont été signalés.

Le samedi, 15 octobre, à environ 06h30, les forces israéliennes stationnées le long de la frontière, à l’est du cimetière al-Shuhada ’, à l’est de Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza, ont ouvert le feu sur des zones ouvertes. Cependant, ni les victimes, ni dégâts matériels n’ont été signalés.

Le lundi 21 octobre, en début de matinée, des canonnières stationnées au large d’Al-Sudaniya rive ouest de Beit Lahia, ont ouvert le feu sur des bateaux de pêche. Les pêcheurs sont rentrés à terre craignant d’être blessés ou arrêtés. Ni victimes ni dégâts matériels n’ont été signalés.


Incursions

Durant cette période, les FOI ont conduit au moins 99 incursions militaires dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie. Durant ces incursions, elles ont arrêté au moins 48 Palestiniens, dont 5 garçons et une fille.

Voir le rapport détaillé : Incursions dans les zones palestiniennes.


Restrictions aux mouvements

Israël a maintenu un bouclage serré des TPO, imposant des restrictions drastiques aux déplacements des civils palestiniens dans la bande de Gaza comme en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée.

Le blocus illégal de la bande de Gaza, qui s’est renforcé depuis juin 2007, a un impact désastreux sur la situation humanitaire et économique de la bande de Gaza. Les autorités israéliennes imposent des mesures qui sapent la liberté de commerce, notamment des produits de première nécessité pour la population de la bande de Gaza et les produits industriels et agricoles à l’exportation. Pendant 7 années consécutives, Israël a renforcé le blocus terrestre et maritime pour isoler la bande de Gaza de la Cisjordanie, y compris Jérusalem occupée, et des autres pays du monde. Il en résulte une flagrante violation des droits économiques, sociaux et culturels, et une détérioration des conditions de vie de 1,7 million d’habitants. Les autorités israéliennes ont monté le passage de Karm Abu Salem, en tant que passage unique pour les importations et exportations, de sorte qu’il a tout contrôle sur l’économie de la bande de Gaza, laquelle se détériore au fils des années en raison de la pénurie des importations. Elles visent aussi à imposer une totale interdiction sur les exportations de la bande de Gaza.

(Voir la diffusion chaque semaine de la situation à Gaza : importations et exportations, fermetures des portes, etc. par Jacques Salles : jacques.salles@wanadoo.fr)

Des milliers de Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza sont toujours interdits d’accès à Jérusalem.

Utilisant les checkpoints et les passages frontaliers comme des pièges pour arrêter les civils palestiniens sous le prétexte qu’ils sont « wanted », les FOI ont arrêté cette semaine 6 civils, dont 3 enfants.

(Voir le rapport détaillé : Arrestations sur les checkpoints militaires)


Activités de colonisation

Israël a poursuivi ses activités de colonisation des TPO, en violation flagrante du droit humanitaire international, et les colons israéliens leurs agressions contre les civils et les biens palestiniens.

- Agressions par l’armée israélienne

Le 19 octobre, les FOI postées le long du mur d’annexion à Ethna, à l’ouest d’Hébron, ont interdit aux agriculteurs palestiniens de se rendre sur leurs terres pour cueillir leurs olives.

Le même jour, les Israéliens ont empêché des Palestiniens de Kherbet Um al-Kheir, à l’est de Yatta, de faire paître leurs moutons sur les terrains entourant leur village. Parallèlement, les autorités israéliennes donnaient leur autorisation pour l’expansion de la colonie Carmiel, proche du village.

Le même jour, les Israéliens ont empêché des employés de l’électricité d’Ethna, de faire leur travail dans le secteur de Souba, au sud du village, sous le prétexte que ce secteur fait partie de la zone C, et qu’il faut une autorisation du département israélien concerné.

Le 21 octobre, les FOI sont revenues avec 4 véhicules militaires et un véhicule de l’Administration civile israélienne dans le quartier d’al-Se’da, dans l’est de Deir Samet, au sud-ouest d’Hébron. Elles se sont postées à l’entrée du quartier et se sont déployérs entre les maisons. Un agent de l’Administration civile a remis 3 avis de démolition pour 2 maisons et 2 abris pour ranger de la ferraille.

- Agressions par les colons

le 10 octobre, des colons de l’avant-poste colonial Ramat Yishai, dans le secteur de Tal al-Rumaida, dans le centre d’Hébron, ont lancé des pierres sur des agriculteurs palestiniens qui cueillaient leurs olives.

Le 11 octobre, des colons de la colonie Najohout, au sud de Doura, sont arrivés à Tarousa Mountain, pour s’y livrer à des rites religieux.

Même jour, des colons de la colonie Sousia, au sud-est de Yatta, ont agressé des agriculteurs palestiniens alors qu’ils cueillaient leurs olives sur leurs terres. 3 Palestiniens ont été blessés légèrement.

Même jour, une centaine de colons de la colonie Afrat, à al-Khader au sud de Bethléhem, sont entrés dans le secteur dit des Bassins de Salomon, et s’y sont livrés à des rites talmudiques sous la protection de l’armée israélienne.

Le 16 octobre, des colons de la colonie Beir Ein, au nord-ouest d’Hébron, ont volé des olives sur les terres d’al-Jaba’a, village à l’ouest de la ville.

Le 19 octobre, des colons de la colonie Kiryat Arba, à l’est d’Hébron, ont monté une caravane en bois sur une terre appartenant à Yunis Khalil Abu Rmaila, 67 ans, dans le but de s’emparer du terrain. Il faut indiquer que l’Administration civile israéliennes a pris la décision de restituer la terre à son propriétaire et déclaré que la période pour saisir des terres aux fins d’objectifs militaires était terminée. Les FOI ont interpellé Manal al-Ja’bari, une chercheure de B’Tselem, parce qu’elle avait filmé l’agression des colons.

Le 22 octobre, sous la protection des FOI, des colons ont réhabilité un immeuble près de la mosquée Ibrahimi, dans la vieille ville d’Hébron.

Même jour, des colons de l’avant-poste colonial de Jabal Baten al-Mu’si, au sud d’al-Khader, ont arraché 80 plants d’olivier sur un terrain appartenant à Alaa’ Omar Abu Ghalyoun, 44 ans.

Même jour, des colons de la colonie d’AFrat à Al-Khader, ont déversé des eaux usées sur des terres agricoles dans les secteurs d’al-Abyar et al-Bassa, au sud de la ville.

Même jour, une vingtaine de colons de la colonie Taqou, au sud-est de Bethléhem, ont lancé des pierres sur des véhicules palestiniens qui circulaient dans le secteur de Qaber Helwa, à l’est de Bethléhem. Des vitres de voitures ont été brisées.

Le 23 octobre, des colons de la colonie Beit Ein, au nord-ouest d’Hébron, ont agressé Hamad al-Salibi, 78 ans, alors qu’il se trouvait sur ses terres. Ils l’ont insulté et prévenu qu’il ne fallait pas qu’il revienne sur sa terre.



Incursions dans les zones palestiniennes

Jeudi 10 octobre

1 h, les FOI entrent dans plusieurs quartiers d’Hébron, patrouillent dans les rues, puis se retirent.

1 h 30, idem dans Tafouh, à l’ouest d’Hébron.

1 h 55, incursion dans al-Khader, où les FOI se postent dans le centre du village et investissent la maison d’Ahmed Abdul Salam al-Seer, 24 ans, qui est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

2 h, incursion dans Naplouse : patrouilles dans les rues, raids sur plusieurs maisons et arrestations de Mahmoud Hesham al-Na’na, 24 ans, et de Mohammed Mahmoud Tawabsha, 22 ans.

13 h 30, dans Jelqamous, au sud-est de Jénine.

21 h, dans al-Surrah, au sud-est de Doura.

21 h 30, dans Kherbatha al-Musbah, au sud-ouest de Ramallah.

23 h, dans al-Daheriya, au sud d’Hébron.

23 h 50, dans Tulkarem.


Vendredi 11 octobre

1 h 45, les FOI entrent dans Ya’bad, au sud-ouest de Jénine, patrouillent en lançant des bombes assourdissantes et des fusées éclairantes, puis se retirent.

2 h, dans Doura, où les FOI se postent dans la partie est du secteur de Beer ; elles pénètrent au domicile de Wesam Bashir al-Awawda, 19 ans, l’arrêtent et le font monter dans un véhicule de l’armée devant la maison. Vers 2 h 30, les FOI pénètrent sur le quartier d’al-‘Abaher et attaquent la maison d’Ahmed Hafez Amr, 19 ans, qui est arrêté lui aussi. Les deux jeunes Palestiniens sont conduits vers une destination inconnue.

Même moment, incursion dans Beit Awwa, à l’ouest de Doura.

17 h, dans ‘Aqaba, au sud de Doura.


Samedi 12 octobre

1 h, incursion israélienne dans Ethna, à l’ouest d’Hébron.

1 h 30, dans al-Zbaidat, au nord de Jéricho.

2 h, dans Beit Ummar, au nord d’Hébron.

21 h 30, dans Sheqba, au nord-ouest de Ramallah.

22 h 30, dans al-‘Ouja, au nord-est de Jéricho.

23 h, dans le camp de réfugiés d’al-Aroub, au nord d’Hébron : les Israéliens patrouillent dans les rues, se postent dans le centre du camp, interpellent des Palestiniens et contrôlent leur carte d’identité. En réaction, des jeunes se regroupent et lancent des pierres et des bouteilles vides sur l’occupant qui répond en lançant des bombes assourdissantes, des lacrymogènes et en tirant à balles caoutchouc sur les jeunes.

23 h 30, incursion dans Beit Rima, au nord-ouest de Ramallah.


Dimanche 13 octobre

1 h, incursion des FOI dans Jaba’, au sud de Jénine. Elles patrouillent dans les rues et se postent à Ein, secteur dans l’est du village. Des jeunes se rassemblent pour lancer des pierres sur l’occupant qui réagit en tirant sur eux.

Même moment, incursion dans le quartier de Jabal Jawhar, dans le sud d’Hébron. Patrouilles et raid sur la maison de Mohammed Rasmi al-Haddad, 43 ans ; la famille est confinée dans une pièce unique et le fils, Tha’er, 20 ans, est arrêté.

Même moment, incursion dans le quartier de Ktailah, dans l’ouest d’Hébron : patrouilles dans les rues, raid sur la maison d’Adel Mousa Abu ‘Ayyash, 44 ans, dont le fils Mohammed, 18 ans, est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

Même moment, incursion dans Yatta.

2 h, dans Bani Na’im, à l’est d’Hébron : patrouilles, raid sur la maison de Saif al-Deen Hassan al-Khdour, 14 ans, qui est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

Même moment, dans al-Daheriya, au sud d’Hébron.

3 h, dans al-Samou’, même secteur.

16 h, incursion dans Deir Samet, à l’ouest de Doura. Les FOI patrouillent et se postent autour de la grande mosquée. Elles investissent plusieurs magasins et interpellent 15 personnes dans la rue commerçante. 7 sont arrêtées, et conduites vers une destination inconnue :

  • Mohammed Abdul Hamid al-Sharawna, 25 ans ;
  • Nasri Ali al-Hroub, 35 ans ;
  • Ibrahim Abdullah al-Sharawna, 29 ans ;
  • Malek Awad al-Sharawna, 25 ans ;
  • Karam Mohammed al-Sharawna, 32 ans ;
  • ‘Ouda Farid al-Hroub, 18 ans, et
  • Naji Khalil al-Hroub, 29 ans.

21 h 30, incursion dans Burham, au nord-ouest de Ramallah.

22 h, dans Wad al-Shajnah, au sud de Doura.


Lundi 14 octobre

Minuit trente, incursion dans Deir Debwan, au nord-est de Ramallah.

1 h, dans Tulkarem : les FOI patrouillent dans les rues où des garçons se regroupent et lancent des pierres et des bouteilles vides sur l’occupant qui réplique en tirant à balles caoutchouc et en lançant des lacrymogènes. Des affrontements éclatent dans le quartier est et se poursuivent jusque dans la matinée. Les Israéliens entrent aussi dans le camp de réfugiés de Tulkarem et s’en prennent à la maison de Lama Ibrahim Hadayda, 25 ans, qui est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

Même moment, dans Shweika, en périphérie nord de Tulkarem, où les Israéliens se postent dans le quartier d’al-Dahra, dans le centre, puis attaquent la maison d’Ehab Abdul Elah Zuqla, 36 ans, qui est arrêté.

Même moment, dans ‘Anabta, à l’est de Tulkarem : patrouilles, raid sur la maison de Mohammed Muwafaq Abu Kamala, 21 ans, qui est arrêté.

2 h, dans le sud de Yatta, avec un raid sur la maison d’Ibrahim Salem Hreizat, 62 ans, qui est arrêté.

3 h 30, dans al-Hejra, à l’est de Doura.

Même moment, dans Beit Luqia, au sud-ouest de Ramallah : les FOI se postent dans le secteur de Mothallath, et investissent et fouillent deux maisons ; vers 4 h 10, elles arrêtent Islam Salah Dar Mousa, 22 ans, et Mohammed Hani ‘Assi, 21 ans. Elles s’emparent de deux ordinateurs portables et d’un téléphone cellulaire chez Dar Mousa.

8 h 30, dans Nil’in, à l’ouest de Ramallah.

12 h 45, dans ‘Etil, au nord de Tulkarem.

16 h, dans Beit Awwa, au sud-ouest de Doura. Les Israéliens patrouillent et se postent sur le vieux marché, puis se déploient entre les magasins, où des jeunes vont les réceptionner à coups de pierres et de bouteilles vides. Les soldats lancent des lacrymogènes et des bombes assourdissantes et de nombreux civils inhalent les gaz.

22 h, dans Ethna, à l’ouest d’Hébron.


Mardi 15 octobre

(Gaza, voir la section "Tirs")


Mercredi 16 octobre

2 h, incursion dans le camp de réfugiés d’al-Aroub, au nord d’Hébron.


Jeudi 17 octobre

1 h, incursion dans les quartiers d’Abu al-Hariya et de Jabal Abu Rumman, dans le sud d’Hébron.

2 h, dans al-Shyoukh, à l’est d’Hébron.

2 h 30, dans Jéricho.

3 h, dans Hadab al-‘Alaqa, au sud de Doura.

12 h, dans le camp de réfugiés d’al-Aroub, au nord d’Hébron.

13 h, les FOI se déploient à l’entrée de Beit Ummar, au nord d’Hébron, pendant que les habitants suivent un cortège funéraire se dirigeant vers le cimetière, proche de la route de contournement n° 60. Les Israéliens tentent d’empêcher les civils d’entrer dans le cimetière. En réponse, des garçons leurs lancent des pierres et les soldats de l’occupation répliquent en lançant des bombes assourdissantes et des lacrymogènes, de nombreux Palestiniens qui suivent le cortège funéraire inhalent les lacrymogènes.

15 h, incursion dans al-Jiftlek, au nord de Jéricho.

17 h 30, dans Termis’ya, au nord de Ramallah.

22 h 30, dans Deir Qeddis, à l’ouest de Ramallah.

23 h, dans le camp de réfugiés d’al-Aroub, au nord d’Hébron : patrouilles, attaque et fouille de la maison de Radwan Abdul Rahman al-Titi, 19 ans, qui est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

23 h 10, dans Kofur Tholth, au sud-est de Qalqilya, d’où l’occupant se retire vers minuit et quart.


Vendredi 18 octobre

20 h, les Israéliens entrent dans Qalqilya, patrouillent dans les rues, investissent et fouillent la maison de Mazyoun Dalal, dont 3 fils sont arrêtés : Abdul Rahman, 23 ans, Mahran, 32 ans, et Ahmed, 33 ans.


Samedi 19 octobre

1 h, incursion israélienne dans Tulkarem ;

dans al-Samou’, au sud d’Hébron.

1 h 30, dans Beita, au sud-est de Naplouse : patrouilles, raids sur plusieurs maisons et arrestations de 3 Palestiniens, dont un enfant :

  • Omar Ziad Helal, 19 ans ;
  • Wasim Jehad Nasser, 17 ans, et
  • Yusef Mohammed ‘Afana, 20 ans.

4 h, dans Deir al-Asal al-Fouqa, à l’ouest de Doura.

19 h 30, dans Qalqilya.

23 h, dans Sekka, à l’ouest de Doura : les Israéliens patrouillent, se postent dans le centre du village, investissent la maison d’Amjad Mahmoud Ehshaish, puis se retirent.


Dimanche 20 octobre

Minuit trente, incursion dans Bethléhem avec un raid sur la maison de Ramez Abdullah al-Hreimi, 15 ans, qui est arrêté.

1 h 30, dans Ras Karkar, au nord-ouest de Ramallah ;

dans Beit Kahel, au nord-ouest d’Hébron avec un raid sur la maison d’Essam Suleiman Atawnah, 32 ans, qui est expulsé de sa maison et agressé. Les Israéliens le convoquent devant les Renseignements israéliens dans la colonie Gosh Etzion.

Essam Suleiman Atawnah a déclaré au PCHR :

«  Vers 2 h, dimanche 20 octobre, mon épouse me réveille et me dit que quelqu’un est en train de cogner dans la porte. J’ouvre la vitre de la porte et je vois mon frère Ibrahim, 22 ans, et plusieurs soldats israéliens avec lui. Je m’adresse aux soldats et leur demande de faire venir leur officier. L’un d’eux me regarde et me dit qu’il est officier. J’ouvre la porte. Je suis en sous-vêtements, et je leur demande de me laisser m’habiller et apporter ma carte d’identité. Dans l’intervalle, mon épouse arrive et me donne mes vêtements. Deux soldats israéliens s’approchent et me tiennent les mains dans le dos, pendant qu’un troisième me tient par le cou. Ils me jettent dehors avec seulement mes sous-vêtements. Avant d’arriver à la grande porte, les soldats me poussent dans l’escalier qui descend dans la rue et me traînent au sol avec mon visage raclant la terre jusqu’à l’endroit où ils ont garé leurs véhicules de l’armée. Les soldats commencent à m’agresser à coups de pieds dans le dos et le côté droit, pendant qu’un soldat me frappe à coups de crosse fusil dans le dos. Leur attaque dure dix minutes et mon épouse crie. Ils me laissent ensuite et s’en vont vers la maison, dont mon frère Ibrahim a fermé la porte et il leur interdit d’entrer. J’entends l’officier d’ordonner aux soldats de s’éloigner. Un peu plus tard, l’officier revient vers moi et me traîne sur environ 3 mètres. Il me prend par les cheveux pour mieux me regarder la figure et il contrôle ma carte d’identité. Il me lance ma carte, avec laquelle il y avait des convocations, à la poitrine puis quitte le secteur. Mon frère et mon neveu m’emmènent dans notre voiture personnelle à l’hôpital d’Hébron, où je suis examiné et soigné. »

2 h 10, incursion dans le camp de réfugiés de Deishé, au sud-ouest de Bethléhem, avec un raid sur la maison d’Ibrahim Mahmoud ‘Abad, 24 ans, qui est arrêté.

Dans la matinée, incursion dans Zaita, au nord de Tulkarem : raid sur la maison de Tayseer Ahmed Belqis, 25 ans, qui est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

4 h, dans al-Khader, au sud de Bethléhem : raid sur la maison de Mohammed Fawas Salah, 22 ans, qui est arrêté.

À environ 06h00, les forces israéliennes ont pénétré à environ 200 mètres à l’est de la vallée al-Salqa, à l’est de Deir al-Balah, dans la bande de Gaza. Ils ont nivelé des terres le long de la frontière et se sont retirés à environ 13h30.

11 h 30, incursion dans Marj Na’jah, au nord de Jéricho.

18 h 20, dans Ematin, au nord-est de Qalqilya où les soldats pourchassent une voiture dans laquelle se trouve une famille palestinienne du village de Jama’in, au sud de Naplouse. Ils fouillent la voiture, puis se retirent du secteur.

21 h, dans Tulkarem.


Lundi 21 octobre

Minuit trente, incursion dans Qalqilya.

1 h, dans Naplouse, avec des raids sur plusieurs maisons, et l’arrestation d’Abdul Rahman Jalal Sobuh, 17 ans, du quartier de Ras al-Ein, dans le sud de la ville.

1 h 30, dans Beit Ola, à l’ouest d’Hébron.

2 h, dans Bani Na’im, à l’est d’Hébron : les soldats patrouillent se postent à l’entrée du village, investissent plusieurs maisons où ils arrêtent Khalil Isma’il Manasrah, 30 ans, Ahmed Mohammed Manasrah, 33 ans, Mohammed Jamil Manasrah, 27 ans, Alaa’ Lehjouj, 24 ans, et Khaled Lehjouj, 26 ans.

Même moment, incursion dans Kharas, à l’ouest d’Hébron.

2 h 30, dans Tulkarem : les soldats patrouillent dans les rues, et dans l’est du camp ; dans l’intervalle, des jeunes se sont regroupés et lancent des pierres sur les soldats, qui lancent des bombes assourdissantes et des lacrymogènes sur les lanceurs de pierres. Nombre de civils suffoquent sous les lacrymogènes.

3 h 30, dans Birzeit, au nord de Ramallah.

8 h 30, une vingtaine de soldats avec des colons de la colonie Maskiot entrent dans ‘Ein al-Helwa, à l’est de Tubas, dans le nord de la vallée du Jourdain. Ils investissent le maison de Qadri ‘Elyan Zamel Daraghma, arrêtent son fils Jaser, 22 ans, et son neveu Helal Adel Daraghma, 20 ans.

11 h 30, dans Kherebatha al-Musbah, à l’ouest de Ramallah.

13 h 30, dans Yasouf, à l’est de Salfit.

14 h, dans Bruqin, à l’ouest de Jénine.

16 h, dans Deir Samet, au sud-ouest de Doura : les soldats patrouillent, se postent dans le centre du village, ils interpellent les Palestiniens dans les rues et contrôlent leur carte d’identité. Dans l’intervalle, des agents des Renseignements israéliens, en civil, sillonnent les rues et interrogent certains civils dans leurs magasins. Les Israéliens se retirent ensuite.

21 h 30, dans Beit Our al-Tahta, au sud-ouest de Ramallah.


Mardi 22 octobre

Minuit vingt, incursion dans Qalqilya.

Minuit trente, dans Kofur al-Deek, à l’ouest de Salfit, où les soldats convoquent Bara’ Saleh Ahmed, 20 ans, devant les Renseignements israéliens, avant de se retirer.

Minuit quarante, dans al-Zawiya, à l’ouest de Salfit : raid sur la maison de Hussein Othman Shqair, 21 ans, qui est convoqué devant les Renseignements israéliens.

1 h 30, dans Sanour, au sud de Jénine : raid sur la maison de Belal Helal Habayba, 20 ans, qui est arrêté ; et un autre raid sur la maison de Belal Abdul Latif Essa, 21 ans, lui aussi arrêté.

2 h, dans Jaba’, au sud de Jénine.

3 h, dans Sourif, au nord-ouest d’Hébron.

3 h 30, dans Kofur Ni’ma, à l’ouest de Ramallah : patrouilles et raids sur trois maisons où sont arrêtés : William Nabil Abu ‘Adi, 25 ans, Abdullah Suleiman Abu ‘Adi, 22 ans, et Mohammed Ibrahim al-Sayes, 30 ans.

Dans la matinée, les FOI assassinent Mohammed Rabah Shokri ‘Assi, 28 ans, de Beit Luqia, au sud-ouest de Ramallah. ‘Assi est tué dans un affrontement armé avec les forces israéliennes dans une zone agricole entre Kofur Ni’ma et Bi’llin, à l’ouest de la ville, après que les Israéliens aient encerclé une grotte où il avait trouvé refuge.

Selon les investigations conduites par le PCHR, vers 4 h 45, ce mardi, les FOI sont revenues avec un bulldozer de l’armée ainsi que des hélicoptères qui ont déposé des troupes sur la zone agricole située entre Kofur Ni’ma et Bil’in. Elles ont encerclé une grotte, pendant que les bulldozers arrachaient environ dix oliviers pour approcher la grotte dans laquelle ‘Assi s’était réfugié. ‘Assi a échangé avec les FOI pendant environ 3 heures. Les Israéliens ont alors tiré à feu nourri et lancé un missile pour faire sauter la grotte. Vers 9 h 30, ils se sont retirés et ont gardé le corps d’Assi avec eux. Ils ont refusé de le remettre aux ambulanciers du Croissant-Rouge palestinien. Dans l’intervalle, des jeunes garçons s’étaient rassemblés et ont tenté de récupérer le corps dans un véhicule militaire. Mais les soldats ont lancé des bombes assourdissantes, des lacrymogènes et tiré des balles caoutchouc pour les disperser. 4 civils ont été blessés et d’autres ont suffoqué sous les lacrymogènes. Vers 14 h 10, les Israéliens ont rendu le corps à sa famille par l’intermédiaire de la liaison militaire à la colonie Beit Eil. Le corps a été conduit au centre médical Palestine de Ramallah. Selon le journal israélien Yediot Aharonot, les FOI prétendent que c’est ‘Assi qui avait programmé l’explosion qui s’est produite à l’intérieur d’un car israélien durant la dernière offensive israélienne contre la bande de Gaza.

Les blessés sont :

  • Mohammed Ahmed Abu Rahma, 20 ans, blessé d’une balle dans la tête ;
  • Mahmoud Mostafa Abu Rahma, 50 ans, d’une balle dans la poitrine ;
  • Ayman Othman Mansour, 22 ans, d’une balle dans le côté droit, et
  • Mo’awiya Ghazi al-Khateeb, 18 ans, touché par une grenade lacrymogène dans la jambe droite.

À environ 07h00, les forces israéliennes ont pénétré à environ 200 mètres dans l’est du village de al-Qarara, à l’est de Khan Younis.. Ils ont nivelé des terres le long de la frontière et se sont retirés plus tard.

À environ 08h30, les forces israéliennes ont pénétré à environ 200 mètres dans les environs de Beit Hanoun (Erez), dans le nord-ouest de Beit Hanoun. Ils ont nivelé des terres le long de la frontière. En conséquence, les agriculteurs ont quitté leurs terres par crainte d’être blessé. Les forces israéliennes se sont retirées à environ 09h30. Ni victimes ni arrestations n’ont été signalées.

10 h 30, incursion dans Shweika, en périphérie nord de Tulkarem.

19 h, dans Hébron : les soldats patrouillent dans les rues, se postent près de la mosquée Abdul Hai Shaheen, à l’est de la ville ; ils interpellent deux Palestiniens qui sortent de la mosquée et contrôlent leur carte d’identité, puis se retirent.

22 h, des FOI avec des colons de la colonie Carmiel entrent dans Kherbete Um al-Khair, à l’est de Yatta ; ils tentent de s’en prendre à des habitants sous le prétexte que la fumée de leur boulangerie dérange les colons. Soldats et colons cherchent à impressionner les habitants, puis se retirent.

Même moment, incursion dans Marah al-Beqar, au sud de Doura.

Dans la soirée, les FOI arrêtent Jamal Abdullah Ishtiwi Hadayda, 46 ans, de Tulkarem, alors qu’il se trouve au bureau de liaison israélien, dans Tulkarem, suite à la convocation qu’il a reçu pour se présenter devant les Renseignements iraéliens.


Mercredi 23 octobre

1 h, incursion des FOI dans Deir Samet, à l’ouest de Doura : raid sur la maison de Mohammed Abed Rasoul al-Hroub, 22 ans, qui est arrêté ; et raid sur la maison d’Ezz al-Din al-Hroub, 17 ans, lui aussi arrêté.

2 h 30, dans le camp de réfugiés d’al-Aroub, au nord d’Hébron. Raid sur la maison de Mohammed Ibrahim al-Qasas, 23 ans, qui est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

3 h, dans Kherbet al-Markaz, au sud-est d’Hébron. La zone est menacée d’évacuation et d’annexion (zone 918) car destinée par le ministère de la Défense israélienne à l’entraînement militaire des troupes d’occupation. Les soldats se déploient dans la zone et en fouillent les tentes et grottes avant de se retirer.

10 h 15, dans Tulkarem, où les soldats patrouillent, interpellent des passants et contrôlent les identifés.



Arrestations sur les checkpoints militaires

Mardi après-midi, 15 octobre, les FOI stationnées au checkpoint Inab, monté sur la grande route entre Tulkarem et Naplouse, à l’est de Tulkarem, renforcent les restrictions contre les civils palestiniens et les empêchent de passer le checkpoint. Quand Mohammed ‘Abdullah Ibrahim ‘Alaryah, 30 ans, d’Iktaba, en périphérie est de Tulkarem, s’approche du checkpoint, les FOI l’arrêtent prétendant qu’il a pénétré dans la colonie d’Inab, proche du checkpoint, et le conduisent vers une destination inconnue. La Liaison militaire palestinienne intervient par la suite, et les FOI relâchent le prisonnier.

Mercredi 16 octobre, 15 h, un véhicule israélien des Forces israéliennes arrête une moto appartenant à Mohammed Nayef Hasan a-Horoub, 34 ans, à l’entrée qui relie les villages de Beit ‘Awwa et Deir Samit, au sud-ouest de Doura. Les soldats retiennent le civil et contrôlent son identité. Une heure plus tard, il est libéré mais sa moto est confisquée.

19 h, ce même mercredi, les FOI ont monté un checkpoint à Deir Samit, au sud-ouest de Doura. Là, elles arrêtent Mo’aaz Mohammed Abu Hajishah, 29 ans, et le conduisent vers une destination inconnue.

Même moment, les FOI à l’entrée sud d’Hébron arrêtent 3 frères après avoir stoppé et fouillé leur voiture, prétendant qu’ils possèdent des outils tranchants. Les enfants arrêtés sont : Mo’ataz ‘ ‘Azmi al-Shyoukhi, 17 ans, Mohanned, 15 ans, et Zain al-Deen al-‘Abedin, 12 ans, qui sont conduits vers une destination inconnue.

Jeudi 17 octobre, 14 h, les FOI arrêtent Nael Khaled Mousa Abu ‘Aram, 27 ans, qui se trouve sur sa terre dans le secteur d’Oqoyues, mitoyen avec la colonie Sham’aa montée sur des terres palestiniennes au sud d’Hébron. Il est conduit au checkpoint posé à l’entrée de la colonie, où il est retenu un couple d’heures, puis dirigé vers une destination inconnue.

Même jour, 19 h, les FOI postées à l’entrée de Beit Ummar, arrêtent Mohammed Jaber Mohammed al-Sleibi, 16 ans, et Ahmed ‘Aref Qasem al-Ra’ai, 19 ans, alors qu’ils traversent l’entrée du village qui rattache à la route de contournement n° 60. Quand leurs familles tentent d’intervenir pour les faire libérer, les FOI les agressent et leur lancent des bombes sonores et des lacrymogènes. De nombreux civils suffoquent sous les gaz. Quant aux détenus, ils sont conduits vers une destination inconnue.

Samedi 19 octobre, 9 h, les FOI sur le checkpoint al-Container, au nord-est de Bethléhem, arrêtent Salah al-Deen Manasrah, 23 ans, de Bani Na’im, au sud d’Hébron, alors qu’il se dirige vers à Naplouse.

Même jour, 20 h, les FOI à la porte du mur d’annexion près d’‘Azoun ‘Etmah, au sud-ouest de Qalqilya, arrêtent 3 civils, dont 2 frères, de Deir Istayah, au nord de Salfit, et les conduisent vers une destination inconnue. Ils essayaient de s’infiltrer en Israël pour y trouver un travail. Les détenus sont : Qosay Hamzah al-Qadi, 21 ans, son frère Anas al-Qadi, 19 ans, et Qasem ‘Azam Mohammed ‘Abeid, 19 ans.

Mardi 22 octobre, dans la matinée, les FOI au passage international d’al-Karama, sur la frontière avec la Jordanie, arrêtent Salem Mahmoud Ibrahim Sharkas, 35 ans, de Jénine, et le conduisent vers une destination inconnue. Il se dirigeait vers la Jordanie.

Mercredi 23 octobre, 9 h, les FOI ont monté un checkpoint près de l’entrée du cimetière islamique à l’entrée de Beit Ummar. Ils arrêtent Montaha Mahmoud al-Heeh, 20 ans, de Soarif, au nord-ouest d’Hébron, elles retirent le checkpoint et conduisent le prisonnier vers une destination inconnue.

Même jour, 10 h, les FOI se sont déployées dans les quartiers de la vieille ville d’Hébron ; elles arrêtent Ahmed Naser al-Salaymah, 22 ans, prétendant qu’il n’a pas obtempéré aux ordres des Forces israéliennes ; il est conduit au poste de police de Ja’abrah.

Mardi 22 octobre, 13 h, les FOI au checkpoint 65, à l’entrée de la rue al-Shuhada, dans le centre d’Hébron, agressent Hamdan Mohammed Hamdan Sha’abnah, 15 ans, après l’avoir retenu au checkpoint et frappé à coups de pieds, de poings et de crosses de fusil. Il perd connaissance et il est conduit par une ambulance du Croissant-Rouge palestinien à l’hôpital gouvernemental d’Hébron pour y être soigné. Une heure et demie plus tard, des jeunes se rassemblent et lancent des pierres sur les soldats qui ont empêché les gens de s’approcher de l’enfant pour lui porter secours. Aussitôt, les soldats lancent des lacrymogènes et des bombes assourdissantes sur les lanceurs de pierres, sans faire de blessés. Il faut indiquer que ce soldat est le même qui avait attaqué ‘Awni ‘Emad Abu Shamsiyeh, 14 ans, alors qu’il passait le checkpoint dans le secteur de Tal al-Ramidah, le 15 octobre.

Déclaration de Hamdan Sha’abnah, 15 ans, au PCHR :

«  Je vis avec ma famille qui comprend 4 membres dans le secteur d’al-Sahlah (H2) dans le sud d’Hébron. Je suis en classe de dixième à l’école de Tariq Bin Ziyad. Quand je veux aller en ville, je prends la route la plus proche de chez nous, qui traverse le cimetière islamique près de Tal al-Ramidah, et ensuite, je passe le checkpoint 65 qui sépare l’entrée de la rue al-Shuhada et le secteur de Bab al-Zawiyah. Vers 13 h, le 22 octobre, je suis sur le chemin du retour à la maison avec mon ami, Tariq Salhab, 14 ans, et nous arrivons à ce checkpoint. Nous entrons dans une pièce de caravane où il y a une porte de contrôle que nous passons. Quand nous sortons de la caravane, l’un des soldats, avec une barbe noire, une peau blanche et une taille moyenne, m’appelle et me demande de lui remettre ma carte d’identité. Je lui dis : "Je suis trop jeune pour avoir une carte d’identité". Alors il m’ordonne de me tenir contre le mur, près du checkpoint, et de lever les mains. Le soldat s’approche de moi et me tape sur les pieds pour que je les écarte, et alors je lui demande : "pourquoi vous me battez ?", il me frappe avec la crosse de son fusil dans le dos et me pousse contre le mur. Je le regarde alors, et il me frappe encore avec la crosse du fusil dans la poitrine, dans le dos et dans l’épaule. Dans l’intervalle, un autre soldat est arrivé et me tord les mains dans le dos, et les deux me donnent des coups de pieds dans tout le corps. Quelques minutes après, le soldat, qui m’a forcé à me lever, me frappe avec la crosse de son fusil à la tête. Je sens une violente douleur dans la tête et je perds le souffle pendant qu’un certain nombre de personnes se rassemblent pour me tirer des mains des soldats, mais en vain. Je perds conscience et je m’écroule de douleur sur le sol. Vers 14 h 30, je reprends mes esprits et me retrouve à l’hôpital gouvernemental d’Hébron où des médecins me donnent des soins. Ma mère plus tard m’a dit qu’elle était arrivée sur les lieux et que des médecins militaires essayaient de me soigner et m’avaient enroulé dans des bandes d’étain alors que j’endurais de grosses décharges électriques et des attaques de nerfs. Elle m’a dit aussi qu’elle avait attendu une heure au checkpoint pendant que j’étais inconscient. C’est alors que j’ai été conduit par une ambulance du Croissant-Rouge palestinien à l’hôpital d’Hébron. Je souffre toujours aujourd’hui de douleurs dans la tête, dans un pied, et aux mains, et de plusieurs contusions sur tout le corps. »


Les forces israéliennes arrêtent l’accompagnateur d’une Palestinienne malade, au passage de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza.

Le mardi 15 octobre, vers 14 h, les autorités israéliennes appellent depuis un numéro inconnu la famille de Ne’man ‘Ali Ahmed Riha, 40 ans, agent de la Sécurité nationale du gouvernement palestinien à Ramallah, depuis le secteur de Bir al-Na’ajah, à Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza, pour l’informer que leur fils est arrêté. Il accompagnait sa mère, Dibah Yousif Hasan Rihan, 68 ans, qui souffre de dysfonctionnements des articulations, et qui devait subir une opération à l’hôpital al-Maqased dans Jérusalem occupée.

Dibah Rihan a déclaré au PCHR qu’elle avait obtenu un rendez-vous pour son traitement à l’hôpital al-Maqased le 15 octobre, qui est le premier jour de l’Aïd el-Adhapour les musulmans. Ainsi, vers 6 h 30 ce jour-là, elle s’est rendue avec son fils, Ne’man, au passage frontalier de Beit Hanon (Erez) où ils ont appris par les officiers au checkpoint 44 que le passage était fermé à cause du premier jour de l’Aïd et qu’il leur fallait rentrer chez eux.

Vers 9 h 30 ce même jour, ils ont reçu un appel du ministère des Affaires civiles les informant qu’ils devaient se rendre au passage frontalier dans les trente minutes. Ils sont retournés au passage, ont présenté leurs cartes d’identité aux officiers du bureau de Liaison palestinien, et ont traversé le passage de sécurité vers 10 h 15. Quand ils sont arrivés côté israélien, ils ont été fouillés puis se sont dirigés vers la salle du passage. Alors qu’ils attendaient dans le hall, une personne vêtue en civil, qui ne s’est pas présentée et qui parlait l’arabe et l’hébreu, s’est approchée d’eux et a posé quelques questions à Ne’man, sur son père et ses frères et s’il avait tué un animal ce matin. La personne a demandé ensuite à Ne’man d’aller vers une autre personne, en uniforme militaire. Il y est allé, mais il n’est jamais revenu. Après une heure d’attente, une soldate est venue et lui a dit que son fils était arrêté, mais la mère a refusé de rentrer à Gaza sans son fils pour l’accompagner. Elle a attendu jusqu’à vers 16 h 15, et alors, elle est rentrée à Gaza. Vers 14 h, ce même après-midi, son époux avait reçu un coup de téléphone d’une personne inconnue lui disant que son fils avait été arrêté par les forces israéliennes et qu’il devait venir au passage frontalier pour chercher son épouse qui refusait de rentrer à Gaza. Il est allé aussitôt au passage, a parlé avec les officiers palestiniens qui travaillent du côté israélien afin de convaincre son épouse de rentrer à Gaza. Vers 16 h 15, ils ont réussi à la faire sortir du hall et à la conduire à la porte qui conduit à la bande de Gaza.


Recommandations du PCHR à la communauté internationale



Document public

Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).

Rapport hebdomadaire pour la période du 10 au 23 octobre 2013 : PCHR
sur Info-Palestine.net - traduction : JPP pour la Cisjordanie et Jacques Salles pour la bande de Gaza.


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.