DERNIERE MISE A JOUR : lundi 27 juin 2016 - 19h:37

Les réfugiés rescapés du naufrage au large de l’île de Malte, sont en colère contre les dirigeants palestiniens

vendredi 25 octobre 2013 - 07h:07

Hazem Balousha

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Le naufrage d’un bateau transportant des réfugiés palestiniens venus de Syrie au large des côtes de Malte, le 11 octobre a entraîné la mort de dizaines de personnes. Ce naufrage a également suscité des réactions de colère des Palestiniens, qui considèrent ce qui est survenu comme un autre chapitre dans la longue histoire des souffrances que les Palestiniens endurent à l’intérieur et à l’extérieur des territoires occupés.

JPEG - 84.6 ko
12 octobre 2013 - Un enfant, rescapé d’une embarcation qui a chaviré et qui transportait environ 250 migrants, regarde par la fenêtre d’un bus de la police après son arrivée sur le site de la brigade maritime de Malte - Photo : Reuters/Darrin Zammit Lupi

Ils ont retourné leur colère vers la direction palestinienne pour son incapacité à agir et à aider ceux qui fuient la Syrie, ou à réduire la misère à laquelle ils sont confrontés dans les pays arabes, raison pour laquelle ces réfugiés tentent de traverser les mers vers l’Europe et risquent leur vie pour fuir les conditions difficiles qu’ils endurent dans les dits pays d’accueil.

Les entrevues menées par Al-Monitor avec un certain nombre de Palestiniens en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à l’étranger ont révélé l’ampleur de la frustration ressentie face à l’incapacité des dirigeants palestiniens - indépendamment de leur affiliation politique - à les protéger, les défendre et leur permettre une vie plus digne.

Le résident de Ramallah, Mohamed al-Arkoub, exprime sa conviction que les factions palestiniennes ont été incapables de fournir aux Palestiniens un niveau minimum de services, à la fois localement et à l’étranger .

« Je ne pense pas que quiconque soit intéressé à nous protéger, ni l’Autorité palestinienne (AP) , ni aucune organisation ou faction. Leur principale préoccupation tourne autour de leurs propres intérêts, et ils ne prêtent aucune attention aux préoccupations des Palestiniens », a-t-il déclaré dans un entretien téléphonique avec Al-Monitor.

Le résident de la ville de Gaza, Selim Abou al-Rous a déclaré de son côté : « Le bateau qui a coulé au large des côtes de Malte et la mort de centaines de réfugiés prouve seulement que la direction palestinienne est tout à fait inutile. Je pense qu’ils devraient avoir honte d’eux-mêmes,et leurs déclarations de condamnation ne suffisent plus. »

« Il y a un besoin urgent pour nous de voir l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), l’Autorité palestinienne, le Hamas et d’autres factions palestiniennes, prendre réellement des mesures sérieuses et concrètes pour fournir une aide aux Palestiniens et faire face à leurs problèmes, qu’ils habitent en Cisjordanie, dans la bande de Gaza ou à l’étranger, » a ajouté Abu al-Rous.

Dans son dernier discours dans la ville de Gaza, le vice-président du bureau politique du Hamas, Ismail Haniyeh, a parlé du manque de coordination dans les actions palestiniennes et a appelé l’ex-président Mahmoud Abbas (Abu Mazen) à coopérer aux efforts conjoints destinés à alléger les souffrances des réfugiés palestiniens à l’étranger.

« C’est une bonne occasion de faire appel à Abu Mazen et nos autres frères du Fatah et de l’Autorité palestinienne à Ramallah, pour coopérer et travailler avec nous afin d’alléger les souffrances des réfugiés palestiniens et les aider à surmonter les problèmes auxquels ils sont confrontés dans ces pays. Il s’agit d’une responsabilité nationale commune pour nous tous. Nous sommes prêts à coopérer et à fournir les conditions et les moyens nécessaires pour accueillir des réfugiés dans la bande de Gaza, s’ils le souhaitent. Nous sommes également prêts à travailler ensemble, dans un esprit de responsabilité nationale, pour trouver des solutions à nos divers problèmes et préoccupations », a déclaré Haniyeh.

Daliya Zreik est une réfugiée palestinienne venue du Liban et qui vit actuellement en Allemagne. Elle a dit à Al-Monitor par téléphone : « J’ai vécu dans des camps de réfugiés l’essentiel de ma vie. Pas une seule fois je n’ai eu le sentiment que les dirigeants palestiniens étaient sérieux dans leur soutien et leurs efforts pour protéger les Palestiniens et les aider à surmonter leurs problèmes. Je m’attendais à une réaction différente de leur part après que le bateau de réfugiés a coulé, faisant des centaines de morts. Mais ma déception a été immense quand j’ai entendu les mêmes et vieilles déclarations qui ont uniquement destinées à alimenter les médias. »

Hanan Ashrawi, membre du Comité exécutif de l’OLP, a publié une lettre de condoléances pour les victimes du naufrage en Méditerranée. Elle y déclare que la direction palestinienne « suit les développements des tragiques incidents de naufrage avec les pays concernés, et s’efforcera de fournir toute l’aide et tous les équipements nécessaires, tout en surveillant les conditions de vie des réfugiés qui ont survécu à l’accident ».

Dans un entretien téléphonique avec Al-Monitor, Madame Ashrawi n’a pas nié que les ressources politiques et financières de l’OLP sont très limitées depuis de nombreuses années, en particulier pour les questions concernant les réfugiés palestiniens à l’étranger.

« L’OLP est dans une situation fort peu enviable. Nous essayons d’agir dans le cadre des ressources disponibles et de développer nos efforts pour aider les réfugiés à l’étranger, malgré le fait qu’ils sont soumis à l’autorité de leurs pays d’accueil. La situation actuelle en Syrie est hors de notre contrôle, la crise causant des souffrances autant aux Syriens qu’aux Palestiniens » ajoute-t-elle.

Elle poursuit en disant qu’elle a rencontré à Ramallah le Premier ministre de Malte, Joseph Muscat, afin de le remercier des efforts de son pays pour assister les rescapés.

« Nous avons fait de notre mieux pour protéger les Palestiniens du fléau des conflits intérieurs qui font rage dans leurs pays d’accueil. Nous avons parlé avec toutes les parties belligérantes en Syrie et nous avons demandé aux réfugiés de s’abstenir de toute action qui pourrait leur nuire par ricochet. Nous fournissons également un soutien financier, dans la mesure de nos possibilités, aux réfugiés palestiniens qui ont fui le Liban et la Jordanie ».

Par la voix de son dirigeant à Gaza, Ismaïl Haniyeh, le Hamas a appelé les réfugiés palestiniens fuyant les combats en Syrie à se rendre dans la bande de Gaza, malgré le fait que le poste-frontière de Rafah soit fermé et que les autorités égyptiennes n’autorisent à passer que les Palestiniens détenteurs de cartes d’identité.

Al-Monitor a interviewé le président de la Commission de réfugiés, Issam Adwan, qui tient pour responsables du naufrage et de la mort des réfugiés en fuite Israël, les pays arabes et la communauté internationale. Il a justifié par les condition politiques actuelles l’incapacité de la direction palestinienne à protéger ces réfugiés.

Il n’en a pas moins critiqué l’OLP et il demande « Pourquoi l’OLP offre-t-elle un refuge sûr aux réfugiés palestiniens fuyant les zones de conflit ? Pourquoi ne leur prête-t-elle pas assistance au lieu de continuer à développer des efforts inefficaces pour leur assurer la sécurité du passage ? »

Le politologue Khalil Chahine a critiqué le rôle de la direction palestinienne joué par l’OLP et la lenteur de sa réaction pour gérer la crise causée par les réfugiés qui tentent d’arriver en Europe par la mer.

Au cours d’un entretien téléphonique avec Al-Monitor, il a déclaré : « Les combats en Syrie ont provoqué un exode du pays. Au début, l’OLP a ignoré la situation, peut-être pour cacher ses lacunes et son incapacité à agir. Les actions sont venues très tard, mais ces derniers temps elles sont devenues efficaces.

Les Palestiniens ne cessent de se demander combien de temps encore ils vont devoir endurer les conditions de vie les plus difficiles qui soient, à cause de l’occupation israélienne aussi bien qu’en raison de leur détresse dans la diaspora, vu les divisions entre les différentes factions palestiniennes qui ont sapé les capacités de ces factions à leur fournir soins et protection.

JPEG - 8.5 ko

* Hazem Balousha est un journaliste palestinien basé dans la Bande de Gaza. Il a travaillé à la BBC World Service, à la Deutsche Welle et a écrit pour The Guardian et Al-Raya (Qatar). Il est le fondateur de l’Institut Palestinien de la Communication et du Développement (Palestinian Institute for Communication and Development – PICD)}

Du même auteur :

- Syrie : le Jihad Islamique pourrait réagir si Israël s’engage dans le conflit - 5 septembre 2013
- Le Hamas tente de tirer les conclusions du putsch militaire en Égypte - 20 juillet 2013
- Le Hamas et le Hezbollah tentent une réconciliation - 18 juin 2013

22 octobre 2013 - Al-Monitor - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.al-monitor.com/pulse/ori...
Traduction : Info-Palestine.eu - Marie Meert & Claude Zurbach


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.