DERNIERE MISE A JOUR : vendredi 26 août 2016 - 14h:24

Vous êtes ici : Accueil > PCHR > Rapports PCHR

Rapport sur les violations israéliennes des droits humains

jeudi 10 octobre 2013 - 19h:11

PCHR du 3 au 9 octobre 2013

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Les forces d’occupation israéliennes (FOI) continuent leurs agressions contre les civils palestiniens et leurs biens dans les territoires palestiniens occupés (TPO).

Durant cette période du 3 au 9 octobre 2013 :

  • 3 civils palestiniens, dont un enfant, ont été blessés dans le nord et le centre de la Cisjordanie ;
  • les FOI ont ouvert le feu dans le nord de la bande de Gaza sans toutefois causer de victimes ni de dommages matériels ;
  • les FOI ont continué d’user d’une force excessive contre les manifestants non violents en Cisjordanie :
    • 4 civils palestiniens, dont un journaliste de Palestine TV, ont été blessés lors de la manifestation hebdomadaire de Bil’in ;
    • des dizaines de civils ont souffert de l’inhalation des lacrymogènes ;
  • les FOI ont conduit 51 incursions dans les communautés palestiniennes en Cisjordanie, et 3 limitées dans la bande de Gaza :
    • au moins 41 civils palestiniens, dont 6 enfants, ont été arrêtés en Cisjordanie ;
    • les FOI ont maltraité une famille à Hébron et agressé plusieurs civils à Burin, au sud de Naplouse ;
  • Israël a maintenu un bouclage total sur les TPO et l’isolement de la bande de Gaza du monde extérieur :
    • les FOI ont monté des dizaines de checkpoints en Cisjordanie ;
    • au moins 6 civils palestiniens ont été arrêtés aux checkpoints en Cisjordanie ;
  • les FOI ont continué de soutenir les activités de colonisations en Cisjordanie, et les colons leurs agressions contre les civils et les biens palestiniens : ;
    • elles ont publié des avis de démolitions de maisons ;
    • les colons ont endommagé 189 oliviers en Cisjordanie.
JPEG - 54.7 ko
Ramallah : des soldats israéliens arrêtent un enfant palestinien, à Bitounia.




Les violations israéliennes du droit international et du droit humanitaire international dans les TPO se sont poursuivies durant la période du 3 au 9 octobre 2013

Résumé

Tirs

En Cisjordanie, durant la semaine, les FOI ont blessé 7 Palestiniens, dont un enfant.

4 d’entre eux, dont un journaliste de Palestine TV, ont été blessés lors de la manifestation hebdomadaire de Bil’in, à l’ouest de Ramallah ; un 5e l’a été quand les FOI ont envahi la vile d’al-Bireh, dans le centre de la Cisjordanie. Quant à l’enfant, il a été blessé durant l’incursion israélienne dans Beit Dajan, à l’est de Naplouse, sous les bombes assourdissantes et les lacrymogènes, dans le lycée pour filles de la ville. Et le 7e a été blessé quand les Israéliens sont entrés dans Jénine.

Durant cette période, les Israéliens ont continué d’user systématiquement d’une force excessive contre les manifestations non violentes organisées par les Palestiniens, avec des militants israéliens et internationaux, contre la construction du mur d’annexion et la colonisation en Cisjordanie. 4 civils, dont un journaliste, ont été blessés à Bil’in, des douzaines de manifestants ont inhalé les lacrymogènes et subi des contusions. (À lire sur Bil’in)

Le 5 octobre, un Palestinien a été touché lors de l’incursion des Israéliens dans al-Bireh. Des garçons s’étaient regroupés pour lancer des pierres et des bouteilles vides sur les soldats de l’occupation, qui ont répliqué en lançant des lacrymogènes, des bombes assourdissantes. Le Palestinien blessé a été touché d’une balle dans l’arrière de la tête, et d’autres ont inhalé les lacrymogènes.

Le 8 octobre, un enfant a été touché à la main par une bombe assourdissante, quand les Israéliens sont entrés dans Beit Dajan. Les soldats se sont postés autour du lycée pour filles du village et ont lancé des bombes assourdissantes dans les cours du lycée.

Le même jour, un civil (23 ans), a reçu une lacrymogène dans la jambe gauche lors de l’incursion dans Jénine.

(Le PCHR conserve par-devers lui les noms des blessés et s’excuse de ne pas les publier, craignant que les Israéliens ne les arrêtent dans le cadre de leur politique d’oppression contre les manifestants non violents.)

Dans la bande de Gaza, le lundi 7 octobre, à environ 22h40, les forces israéliennes en veille du haut de leurs miradors au nord de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, ont ouvert le feu sur des zones ouvertes. Ni victimes ni dégâts matériels n’ont été signalés.

Le mardi 8 octobre, à environ 23h40, les forces israéliennes en veille du haut de leurs miradors, à l’est de Beit Hanoun, ont ouvert le feu sur des zones ouvertes. Les résidents de la région ont été effrayés . Ni victimes ni dégâts matériaux n’ont été rapportés.

Le mercredi 9 octobre à environ 06h20, du haut de leurs miradors à l’est de Beit Hanoun, les forces israéliennes ont ouvert le feu sur des paysans palestiniens. En conséquence, les agriculteurs ont fui craignant d’être blessé. Ni victimes ni dégâts matériels n’ont été signalés.


Incursions

Durant la semaine, les Israéliens ont conduit au moins 51 incursions militaires dans les communautés palestiniennes de Cisjordanie, durant lesquelles ils ont arrêté au moins 41 Palestiniens, dont 6 enfants, et 3 incursions limitées dans la bande de Gaza.

(Voir rapport détaillé : Incursions dans les zones palestiniennes)


Restrictions aux mouvements

De graves restrictions sont maintenues aux mouvements des Palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est occupée.

(Voir rapport détaillé : Bouclage maintenu des TPO)

Le blocus illégal de la bande de Gaza, qui s’est renforcé depuis juin 2007, a un impact désastreux sur la situation humanitaire et économique de la bande de Gaza. Les autorités israéliennes imposent des mesures qui sapent la liberté de commerce, notamment des produits de première nécessité pour la population de la bande de Gaza et les produits industriels et agricoles à l’exportation. Pendant 7 années consécutives, Israël a renforcé le blocus terrestre et maritime pour isoler la bande de Gaza de la Cisjordanie, y compris Jérusalem occupée, et des autres pays du monde. Il en résulte une flagrante violation des droits économiques, sociaux et culturels, et une détérioration des conditions de vie de 1,7 million d’habitants. Les autorités israéliennes ont monté le passage de Karm Abu Salem, en tant que passage unique pour les importations et exportations, de sorte qu’il a tout contrôle sur l’économie de la bande de Gaza, laquelle se détériore au fils des années en raison de la pénurie des importations. Elles visent aussi à imposer une totale interdiction sur les exportations de la bande de Gaza.

Des milliers de Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza sont toujours interdits d’accès à Jérusalem.

Utilisant les checkpoints et les passages frontaliers comme des pièges pour arrêter les civils palestiniens sous le prétexte qu’ils sont « wanted », les FOI ont arrêté cette semaine 6 civils, dont 3 enfants.

(Voir rapport détaillé : Arrestations sur les checkpoints militaires)


Activités de colonisation

Israël a poursuivi ses activités de colonisation des TPO, en violation flagrante du droit humanitaire international, et les colons israéliens leurs agressions contre les civils et les biens palestiniens.

- Le 3 octobre, les FOI ont remis à des habitants de Kherbet Safi al-Fouqa, à l’est de Yatta, au sud d’Hébron, un avis pour l’arrêt de travaux sur des cellules à énergie solaire qui devaient alimenter en électricité les familles palestiniennes vivant dans le secteur. La notice leur a été remise au motif que ces cellules étaient installées sans l’autorisation préalable de l’Administration civile israélienne. Il faut indiquer que cette zone est menacée d’évacuation, elle est située en zone 918, c’est-à-dire, comme une zone d’entraînement militaire, selon le ministère israélien de la Défense.

- Le même jour, un groupe de colons de la colonie Mitzpe, à l’est de Yatta, a endommagé 45 oliviers dans Khellet ‘Azeiwah, près de Kherbet Qweiwis, à l’est d’Hébron.

- Le 4 octobre, des colons ont agressé un véhicule appartenant à Abdul Rahman Awad, de Jama’in, au sud-ouest de Naplouse, alors qu’il était garé dans le secteur de Hara’eq al-‘Awil.

- Le 5 octobre, les FOI ont remis à la famille d’Ayman Jamil Mahdawi, 28 ans, à Shweika, en périphérie nord de Tulkarem, un avis pour la cessation des travaux de construction d’une maison de 150 m² au motif qu’elle était trop près du mur d’annexion.

- Le même jour, des colons de la colonie Shavei Shomron ont endommagé 120 oliviers et en ont volé les olives, à Deir Sharaf, au nord-ouest de Naplouse. Ces arbres appartiennent à Yasser Abdul Rahman Faqha, Sedqi Abdul Ghani Faqha, Mostafa Mer’i Faqha et Mostafa Ibrahim Faqha.

- Le même jour, un groupe de colons de la colonie Beit Eil a agressé des maisons palestiniennes dans une zone agricole au sud de Dooura al-Qare’, au nord-est de Ramallah, en lançant des pierres sur les maisons.

- Le 6 octobre, des colons de la colonie Niria, au nord-ouest de Ramallah, ont endommagé 12 oliviers remplis d’olives dans le secteur d’al-Nabi ‘Anir. Ces oliviers appartiennent à la famille d’Azmi Saleh Samhan, 37 ans.

- Le 8 octobre, des colons de la colonie Kerot Shomron, à l’est de Qalqilya, s’en sotn pris à des terres de Kofur Laqef et ont coupé 12 oliviers à la scie électrique. Ces arbres appartiennent à Suleiman Saleh Jaber, du village.



Incursions dans les zones palestiniennes

Jeudi 3 octobre 2013

Minuit vingt, les FOI entrent dans Housan, à l’ouest de Bethléhem, investissent et fouillent la maison de Khattab Mohammed Hamamrah, 22 ans, qui est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

1 h, incursion dans le camp de réfugiés d’al-Araoub, au nord d’Hébron : les soldats de l’occupation patrouillent dans les rues et se postent près de la mosquée Gran dans le centre du camp, se déploient entre les maisons, puis plus tard, se retirent.

2 h 40, dans al-Khader, au sud de Bethléhem : raid sur la maison d’Omar Abdul Salam al-Seir, dont le fils Jihad, 14 ans, est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

3 h, dans al-Moureq, au sud-ouest de Doura.

À environ 06h00, les forces israéliennes ont pénétré à environ 200 mètres dans l’est du village de Khuza’a, à l’est de Khan Yunis. Ils ont nivelé des terres pendant quelques heures avant de se retirer. Aucune victime n’a été signalée.

À environ 07h30, les forces israéliennes accompagnées de 4 bulldozers ont pénétré à environ 200 mètres dans l’est de la vallée de Gaza (Johr al-Deek), dans la bande de Gaza. Ils ont nivelé des terres le long de la frontière pendant 2 heures avant de se retirer.

23 h, incursion dans un lotissement à l’ouest d’al-Daheriya, au sud d’Hébron, les FOI patouillent quelques temps et se retirent.

Vendredi 4 octobre

Minuit, les Israéliens entrent dans Khellet Hadour, dans la vieille ville d’Hébron. Ils patrouillent dans les rues, se postent près de l’immeuble du Comité de réhabilitation d’Hébron, puis envahissent un immeuble de 5 étages appartenant à la famille d’al-Syouri. Ils fouillent l’immeuble et en vandalisent le contenu. En outre, ils fracassent les portes et maintiennent les habitants à l’extérieur pendant cinq heures. Ils arrêtent Isma’il Salim al-Syouri, 34 ans, et Basem Salim al-Syouri, 36 ans.

Déclaration de Hazem al-Syouri, 55 ans, au PCHR :

« J’habite avec ma mère et mes frères dans un immeuble de 5 étages dans le centre de la vieille ville d’Hébron. Vers minuit, le jeudi 3 octobre, j’ai été réveillé par des coups sur la porte d’entrée. J’ai ouvert la porte de mon appartement qui surplombe la cour et j’ai vu un certain nombre de soldats israéliens tenter d’ouvrir la porte de l’intérieur de la cour, alors que d’autres essayaient de l’extérieur. J’ai compris alors que des soldats étaient passés par-dessus le mur. J’ai essayé de leur parler mais ils ne m’ont pas écouté. Pendant ce temps, des forces israéliennes tentaient de pénétrer
dans mon appartement alors que j’essayais d’ouvrir la porte qui s’était coincée à cause des coups portés depuis l’extérieur. Un grand nombre de soldats israéliens ont investi la cour une fois sa porte ouverte. Certains se sont déployés dans mon appartement pendant que d’autres grimpaient les escaliers conduisant aux appartements de mes frères et de ma mère. Les soldats criaient et m’ont ordonné de sortir. Pendant ce temps, des soldats envahissaient l’immeuble tout entier. Ils ont obligé ma mère, mes frères et les enfants qui dormaient, à sortir eux aussi. Ils sont restés à fouiller la maison jusqu’à 4 h 30. Nous avons entendu des bruits de vitres brisées et de portes défoncées. Les enfants pleuraient tout le temps. Quand j’ai essayé de discuter avec les soldats pour avoir l’autorisation d’entrer, un soldat m’a repoussé et m’a empêché de leur parler ; pendant ce temps, deux soldates s’étaient approchées. Les soldats ont ordonné aux femmes et aux enfants d’entrer pour être fouillés avec un détecteur de métaux. En plus, un soldat a fouillé ma nièce Joud, 17 mois, et l’a déshabillée. Ma mère s’est évanouie. Vers 4 h, des soldats ont conduit mes deux frères, Isma’il, 34 ans, et Basem, 36 ans, dans la rue, les ont menottés et les ont embarqués dans un véhicule militaire. Les Israéliens se sont retirés ensuite, je suis rentré dans la maison et j’ai vu qu’elle avait lourdement endommagée. Les soldats ont démoli les portes et les appareils électriques, endommagé les meubles et les placards, mélangé les aliments dans la cuisine et ils se sont emparés de briques de construction sur la terrasse. Les dommages occasionnés dans les appartements de mes frères et le mien montent environ à 100 000 NIS (nouveau shekel israélien - 20 775 € environ).
 »

Minuit trente, les Israéliens entrent dans Seer, au sud de Jénine, patrouillent dans les rues et fouillent deux bureaux appartenant à des sociétés agricoles. Puis, ils interrogent les gardent, et ils se retirent. Il faut indiquer que le 12 septembre dernier, les Israéliens sont venus dans le village et ont arrêté 2 Palestiniens, propriétaires d’une société agricole, et ont confisqué le matériel de la société.

1 h, incursion dans Naplouse et le camp de réfugiés d’ ‘Ein beit al-Ma’, à l’ouest de la ville : invasions et fouilles de plusieurs maisons où les Israéliens arrêtent Zaher al-Shashtari, 47 ans, du quartier Ras al-Ein, et Mohammed Nimer al-Shatawi, 32 ans, membre du comité populaire pour les services dans le camp d’al-Ein. Tous les deux sont membres du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP).

2 h, incursion dans Beit Foreek, à l’est de Naplouse : raids sur plusieurs maisons, arrestation de Yusef Mohammed Abu Ghalama, 33 ans.

Même moment, incursion dans Madama, au sud-est de Naplouse : raids et arrestation de Thabet Ezzat Nassar, 37 ans, qui est conduit vers une destination inconnue.

3 h, incursion dans Beit Luqia, au sud-ouest de Ramallah.

14 h 45, dans Azzoun, à l’est de Qalqilya.

17 h, dans Beit Awwa, au sud-ouest de Doura : des garçons lancent des pierres sur l’occupant qui réplique.

22 h, dans Bani Na’im, à l’est d’Hébron.

Samedi 5 octobre

Minuit quarante, incursion dans Ras ‘Atiya, au sud de Qalqilya.

1 h, dans Jabal Jawhar, au sud d’Hébron : patrouilles, raids, et arrestations de 4 civils, dont un enfant :

  • Nidal Rasmi al-Haddad, 18 ans ;
  • Shaker Rasmi al-Haddad, 17 ans ;
  • Abdul Rahim al-‘Ajlouni, 18 ans, et
  • Qadafi Yehia al-Rajabi, 19 ans.

1 h 30, dans Sa’eer, à l’est d’Hébron ;

dans Halhoul, au nord d’Hébron.

15 h, dans Burin, au sud de Naplouse, pour protéger des colons qui se trouvent en limite du village, et assurer leur retour à la colonie Bracha. Les Israéliens patrouillent dans les rues, lançant des bombes assourdissantes et des grenades lacrymogènes. Ils cognent à la porte d’une maison appartenant à Murad Ma’rouf Najjar, 40 ans, et l’agressent ainsi que son épouse Fatima Qasem Najja alors qu’elle tente de les empêcher d’envahir la maison. En plus, ils s’en prennent à son père âgé Ma’rouf al-Najjar, et lancent une lacrymogène sur toute la famille. Ils attaquent aussi un autre homme âgé, Walid Sa’id ‘Eid, 64 ans, et le poussent dans la rue. Il était en réunion au conseil du village et rentrait chez lui dans le côté est du village. Les Israéliens lui interdisent l’accès à sa domicile, mais quand il arrive à entrer dans sa maison qui a été transformée en site militaire par les Israéliens, ceux-ci l’agressent ainsi que sa fille Khadija, 28 ans, sous le prétexte qu’ils auraient lancé des pierres sur les soldats israéliens. Quand le père voit qu’un soldat agresse Khadija, il agrippe le soldat et commence à se battre avec lui. Les soldats se regroupent, l’agressent et le jettent dans la rue. Dans l’intervalle, son fils Hamdan, 25 ans, arrive et trouve les soldats dans leur maison. Ceux-ci s’en prennent alors à Hamdan. Une grenade lacrymogène est lancée dans la maison voisine, appartenant à Abdullah Ahmed Najjar. La mansarde qui contient les vêtements d’hiver et une partie des meubles brûle avant que la Défense civile n’arrive sur les lieux.

22 h, incursion dans al-Bireh : les soldats patrouillent en lançant des bombes assourdissantes et des fusées éclairantes. Des garçons se regroupent et leur lancent des pierres et des bouteilles vides. Les soldats répliquent. Shadi Mohammed Khalil, 23 ans, est blessé d’une balle dans l’arrière de la tête et de nombreux civils inhalent les lacrymogènes. Les FOI ferment l’entrée de la ville et montent un checkpoint provisoire. Elles interrogent les civils. Il faut noter que ces restrictions sont imposées au motif qu’un civil palestinien a tiré sur la colonie Psagot et blessé une femme de colon à l’intérieur de la colonie qui s’est montée sur les terres d’al-Bireh.

Dimanche 6 octobre

1 h, les FOI entrent dans le camp de réfugiés d’al-Aroub, au nord d’Hébron : elles patrouillent, se postent dans le centre du camp, se déploient entre les maisons, et se retirent.

1 h 10, incursion dans Birzait, au nord de Ramallah.

1 h 30, dans al-Khader, au sud de Bethléhem : patrouilles et raid sur la maison de Wa’el Abdullah Subuh, dont le fils Ziad, 15 ans, est arrêté ; autre raid sur la maison de Ra’ed Amir al-Zayah, dont le fils Amir, 15 ans, est également arrêté.

2 h 55, dans al-Shawawra, à l’est de Bethléhem ; raids sur les maisons de Dawood Khalaf Salem, Isma’il Abed Salem, Islam Khalaf Salem, sur un hangar pour l’élevage appartenant à Abed Mousa Salem.

19 h 30, les FOI, avec des colons de l’avant-poste colonial Havat Ma’oun, à l’est de Yatta, entrent dans al-Tawani : raids sur plusieurs maisons. Les Palestiniens se confrontent aux colons qui sont lourdement armés et les empêchent d’envahir les maisons avec les soldats. Vers 21 h, soldats et colons se retirent. Certaines des maisons visées appartiennent à Salman Jebrin Rab’i, Fadel Ahmee Rab’i, Suleiman Jaber al-‘Emour, Suleiman Salem al-‘Adra, Hafza al-Hreini et Jaber al-Hreini.

Déclaration de Mos’ab Rabi’ au PCHR :

« Nous avons été surpris de voir une quinzaine de colons s’approcher de notre maison, venant de la forêt entre le village et l’avant-poste colonial Havat Ma’oun, à l’ouest du village. Pendant ce temps, des forces israéliennes patrouillaient dans les rues du village. Les colons ont essayé de pénétrer et de fouiller des maisons avec les soldats mais les habitants du secteur les en ont empêchés. Ces habitants avaient peur car des colons s’étaient déployés entre les maisons sans aucune intervention des FOI pour les en empêcher.  »

Lundi 7 octobre

1 h, les FOI entrent dans Ethna, à l’ouest d’Hébron : patrouilles, raid sur la maison d’Isma’il Talab al-Nattah, 38 ans, qui est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

2 h, dans Beit Ummar, au nord d’Hébron : raid sur la maison de Maysara Sadeq Abu Maria, 28 ans, qui est arrêté ; puis des renforts arrivent et envahissent la maison de Mahmoud Mohammed Awad, 26 ans, qui est lui aussi arrêté. L’occupant se retire vers 3 h.

3 h, dans Deir Estia, au nord-ouest de Salfit : raid sur la maison d’Omar Fares Abu Hajla, dont deux fils, Belal, 20 ans, et Ahmed, 24 ans, sont arrêtés et conduits vers une destination inconnue.

3 h 30, dans Ya’bad, au sud-ouest de Jénine : raid sur la maison de Nour al-Din Nayef ‘Atatrah, 22 ans, qui est arrêté.

3 h 55, dans le camp de réfugiés de Deishé, au sud-ouest de Bethléhem : raid sur la maison d’Ibrahim Mohammed al-Khmour, 18 ans, qui est arrêté et conduit vers une destination inconnue.

À environ 06h30, les forces israéliennes soutenues par 4 chars et 3 bulldozers ont pénétré à environ 200 mètres dans Bouret Abu Samra, au nord de Beit Lahia. Ils ont nivelé des terres le long de la frontière couvertes par des tirs sporadiques. En conséquence, les agriculteurs ont quitté leurs terres par crainte d’être blessé. Les forces israéliennes se sont retirées à environ 12h00, le même jour. Ni victimes ni dégâts matériels n’ont été signalés.

8 h 30, incursion dans Kherbatha al-Musbah, au sud-ouest de Ramallah.

11 h 30, dans al-Bireh : l’occupant se poste dans le quartier Marhaba, envahit la maison de Sofyan Adawi. Des jeunes lancent des pierres sur les soldats, qui répliquent. En plus, ils arrêtent des fils d’Adawi : Alaa’, 27 ans, et Majd, 25 ans, et les conduisent au centre de détention d’Ofer, au sud-ouest de Ramallah. Ils sont relâchés vers 16 h 30 le même jour.

Mardi 8 octobre

1 h 15, incursion dans Tulkarem.

1 h 30, dans Beit Ummar : quartier d’al-Mesrara, dans l’est du village ; raid sur deux maisons avec arrestations de deux Palestiniens : Malek Yusef al-Douda, 17 ans, et Nour Riyadh ‘Arrar, 17 ans, qui sont conduits vers une destination inconnue.

2 h, incursion dans le quartier al-Sheikh, dans le centre d’Hébron : raid sur la maison de la famille al-Haymouni, et arrestation de Jihad Hassan al-Haymouni et Wesam Jihad al-Haymouni.

2 h 10, dans Taqou’, au sud-est de Bethléhem : raids sur plusieurs maisons et arrestations de 4 Palestiniens :

  • Amjad Nayef Sabbah, 20 ans ;
  • Mo’ayed Mohammed Hmeid, 18 ans ;
  • Ahmed Ouda al-‘Emour, 20 ans, et
  • Abed ‘Adel al-‘Emour, 19 ans.

Même moment, incursion dans al-Ouja, au nord-est de Jéricho.

6 h, dans Ethna, à l’ouest d’Hébron : les Israéliens patrouillent et se postent aux entrées du village ; ils interdisent aux Palestiniens d’entrer ou sortir du village et empêchent les salariés palestiniens d’arriver jusqu’au checkpoint Tarqoumia, au sud d’Hébron, entre la Cisjordanie et Israël. D’autre part, des FOI distribuent un avertissement signé du commandement militaire à Hébron, qui accuse les Palestiniens de tenter d’endommager le mur d’annexion, à l’ouest du village.

Midi, dans Beit Dajan, à l’est de Naplouse : patrouilles, tirs de fumigènes et de bombes sonores ; les soldats se postent autour du lycée de filles du village et lancent des bombes assourdissantes et des lacrymogènes dans les cours du lycée. Zain Nasser Abu Jaish, 12 ans, reçoit directement une lacrymogène dans une main et d’autres filles inhalent les lacrymogènes.

19 h 30, dans Jénine : les soldats patrouillent, les jeunes se rassemblent et leur lancent des pierres sur les soldats qui répliquent par un feu nourri. Mohammed ‘Ashour Zakarnah, 23 ans, subit des contusions dans la jambe droite, touché par une lacrymogène. En plus, des dizaines de civils inhalent les lacrymogènes.

20 h, incursion dans Jelqamous, au sud-est de Jénine ;

dans Deir Abu Da’if, même secteur ;

dans al-Jiftlek, au nord de Jéricho.

Mercredi 9 octobre

Minuit et quart, incursion dans Tulkarem.

1 h, dans al-Ma’sara, au sud de Bethléhem : raid sur la maison de Hassan Abdul Karim Breijiya, 44 ans, militant contre la colonisation. Les Israéliens lui remettent une convocation devant les Services de renseignements israéliens dans la colonie Gosh Etzion. Quand il s’y rend, il est à nouveau convoqué pour revenir le 14 octobre.

1 h 30, dans Fasayel, au nord-ouest de Jéricho : raids sur deux maisons et arrestations de Alaa’ Hussein ‘Ebayat, 24 ans, et Sultan Nassar Sawarka, 21 ans.

2 h, dans Tal Village, au sud de Naplouse : raids sur plusieurs maisons et arrestations de 5 Palestiniens :

  • Mahmoud Hassan Hindi, 22 ans ;
  • Hamed ‘Awad Ramadan, 23 ans ;
  • Suleiman Na’im Hamad, 24 ans ;
  • Walid Hassan Ramadan, 22 ans, et
  • ‘Asem Issa Ramadan, 25 ans.
  • Même moment, dans Beit Ummar, au nord d’Hébron : raid sur la maison d’Adam Diab Atiya, 21 ans, qui est arrêté.

Même moment, dans Bani Na’im, à l’est d’Hébron : raid sur la maison de Mohammed Ali Tarayra, 22 ans, lui aussi arrêté.

3 h, dans Tafouh, à l’ouest d’Hébron.

11 h 20, dans al-Khader, au sud de Bethléhem : les soldats se postent près de l’école de garçons du village, et lancent des lacrymogènes à l’intérieur de l’école. De nombreux élèves inhalent les gaz et d’autres sont effrayés. Les élèves demandent de rentrer à la maison, de crainte pour leur vie.



Bouclage maintenu des TPO

Israël a maintenu un bouclage serré des TPO, imposant des restrictions graves aux déplacements des civils palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, dont Jérusalem-Est occupée.


Bande de Gaza

(Voir la diffusion chaque semaine de la situation à Gaza : importations et exportations, fermetures des portes, etc. par Jacques Salles : jacques.salles@wanadoo.fr)


Cisjordanie

Les checkpoints ci-dessous sont des checkpoints provisoires.

Ramallah  :

  • samedi 5 octobre, 22 h, les FOI reprennent position au checkpoint d’‘Atara, à l’entrée nord de Birzeit, au nord de Ramallah ; où ils empêchent les gens de passer dans les deux sens à ce checkpoint ;
  • dimanche 6 octobre, 8 h, les FOI posent un checkpoint à l’entrée de Beit Loqaya, au sud-ouest de Ramallah ; 9 h, autre checkpoint à l’entrée de Sanjel, au nord de la ville, et
  • lundi 7 octobre, 9 h 30, pose d’un checkpoint à l’entrée nord de Ni’lin, à l’ouest de Ramallah, et à 16 h, ce même checkpoint est remonté, que les véhicules ont l’interdiction de passer.

Hébron  :

  • jeudi 3 octobre, 15 h, pose d’un checkpoint à l’entrée de Kharsa, au sud de Dura ; et vers 17 h, un autre à l’entrée nord d’Hébron, qui relie à la route de contournement n° 60 ;
  • vendredi 4 octobre, 8 h, pose d’un checkpoint à l’entrée de Sa’ir, à l’est d’Hébron ; dans le même temps, un autre à l’entrée de Wad Abu Rishad Road, à l’ouest d’Ezna, à l’ouest d’Hébron ;
  • lundi 7 octobre, 15 h, autre checkpoint à l’entrée de Beit Ummar, au nord d’Hébron ; à 16 h 30, un autre à l’entrée de Beit ‘Aynoun, à l’est de la ville, et à 19 h, un à l’entrée de Kharsa, au sud ;
  • mardi 8 octobre, 7 h 30, nouveau checkpoint à l’entrée nord d’Ezna, à l’ouest d’Hébron ; un à l’entrée d’al-Koum, à l’ouest de Dura ; à 17 h, un à l’entrée du camp de réfugiés d’al-Fawwar, au sud ; un autre à l’entrée nord d’Hébron, qui relie avec la route n° 60, et
  • mercredi 9 octobre, 7 h, nouveau checkpoint à l’entrée d’Halhoul, au nord d’Hébron, et à 7 h 30, checkpoint à l’entrée de Deir Samit, au sud-ouest de Doura.

Tulkarem  :

  • (?), 7 h, les FOI postées au checkpoint d’Enab, sur la route de Tulkarem à Naplouse, à l’est de la ville, renforcent pendant quelques temps les restrictions aux passages des Palestiniens ;
  • mardi 8 octobre, 8 h, même opération sur Enab.

Qalqilya  :

  • jeudi 3 octobre, 20 h, pose d’un checkpoint à l’entrée d’‘Azoun, à l’est de la ville, et
  • samedi 5 octobre, autre checkpoint près de Sorah, au sud-ouest de Naplouse, où de nombreux civils de Kafr Qadoum, au nord-est de Qalqilya, sont retenus pendant une heure et demie. Des civils de Kafr Qadoum soulignent que les soldats israéliens ont délibérément ciblés les habitants de ce village.


Arrestations sur les checkpoints militaires

- Dimanche 6 octobre, 15 h 20, les FOI arrêtent 4 enfants d’‘Azoun, à l’est de Qalqilya, pendant leurs patrouilles sur la route Qalqilya/Naplouse. Les enfants tentaient de retrouver leurs familles pour cueillir des olives à la sortie de la classe. Des témoins ont affirmé au PCHR que les soldats ont arrêté les 4 enfants et les ont embarqués dans un véhicule de l’armée, alors que les enfants marchaient à environ 200 mètres de la route principale. Vers 22 h 30, les enfants sont libérés après l’intervention et la coordination entre la liaison militaire israélienne et palestinienne. Les enfants sont : ‘Ekremah Mohammed Sweidan, 8 ans, Yazan Khaled Sweidan, 12 ans, Ahmed Mohammed Salim, 11 ans, et Rashad Sa’ad Rashed Salikm, 15 ans.

- Lundi 7 octobre, 15 h, même situation que la veille, sur la même route ; 2 enfants tentent de retrouver leurs familles après la classe pour cueillir des olives. Ils sont arrêtés. Ce sont : Lafi Mo’atasem Mojahed Redwan, 16 ans, et Wael Salim Derar Redwan, 15 ans. Wael Redwan est relâché plus tard mais Lafi est conduit vers une destination inconnue.

- Samedi 5 octobre, les Israéliens sur le checkpont Jelbert, dans le quartier Tal al-Ramidah, dans le centre d’Hébron, insultent ‘Oday ‘Awni Kamel Abu Shamsiyah, 13 ans ; un soldat le frappe avec l’antenne de sa radio en plein visage. L’enfant est blessé légèrement sur la côté gauche de la figure. Il faut indiquer que l’enfant en question a déjà été frappé par des colons le mois dernier et conduit à l’hôpital public d’Hébron.

Déclaration d’‘Awni Abu Shamsiyah, 13 ans, au PCHR :

« Samedi 5 octobre, vers 17 h, je me rendais à l’épicerie d’Ed’eis, qui se trouve au début de la route de Tal Ramidah, et à 100 mètres de notre maison. Un soldat, au checkpoint Jelbert, a attrapé une balle avec laquelle mon frère Mohammed, 12 ans, et d’autres enfants étaient en train de jouer. La balle est entrée dans la guérite du soldat pendant qu’ils jouaient avec. Je suis allé au soldat et lui ai demandé de rendre la balle à mon frère. Le soldat me connaissait et savait que Mohammed est mon frère, le checkpoint étant à quelques mètres de chez nous. Le soldat s’est mis à m’insulter avec des mots méchants, je me suis senti furieux quand il s’est mis à injurier ma mère. Il m’a ordonné alors de partir. J’étais très près du soldat, et je l’ai regardé dans les yeux pour lui montrer ma colère. A ce moment, et alors que je faisais demi-tour pour partir, il m’a frappé avec l’antenne de sa radio en pleine figure. Il m’a blessé à la joue gauche. J’étais très en colère contre le comportement du soldat et j’ai commencé à dire des gros mots contre lui. J’étais à quelques mètres de lui et il a essayé de m’attraper tout en ricanant. Je l’ai laissé et je suis rentré à la maison pour raconter à ma mère ce qui s’était passé. Elle est allée avec moi au checkpoint et a réprimandé le soldat. J’ai entendu le soldat pester contre ma mère et lui demander de rentrer chez elle. Dans l’intervalle, des militants internationaux sont arrivés et une militante m’a décrit puis est allée parler au soldat. Elle a essayé de comprendre pourquoi il m’avait agressé, mais il a prétendu qu’il ne m’avait pas touché et que je m’étais blessé tout seul en jouant avec les autres enfants. Je suis rentré alors à la maison avec ma mère, et 18 minutes plus tard, mon père est sorti par hasard de notre maison. Une voiture de police passait, dans laquelle se trouvaient deux policiers, et mon père leur a dit ce qui était arrivé. Les deux policiers sont allés au soldat et ont discuté avec lui pendant trois minutes. Ils ont dit à mon père que ce que je lui avais dit était vrai et qu’il devait déposer plainte contre le soldat. Il faut indiquer que le soldat, celui qui m’a agressé, est grand, barbu, grassouillet, châtain, et dans la vingtaine d’années, et qu’il est toujours dans le secteur. »

- Dimanche 6 octobre, 15 h, les Israéliens interpellent dix salariés palestiniens sur la route de contournement près d’‘Arab al-Ramadin, village loin au sud d’Hébron. Ratib al-Jbour, coordinateur du Comité populaire contre les colonies, a déclaré au PCHR que les FOI avaient interpellé les dix salariés palestiniens après les avoir poursuivis alors que ces salariés tentaient de se rendre sur leurs lieux de travail en Israël, en passant par un espace dans le mur de séparation. Les salariés en question sont : ‘Ayed Ibrahim Abu ‘Aram, Ahmed Farid Abu ‘Aram, Zidan al-Haroush, Mohammed Jihad Abu ‘Aram, Rashad Samamrah, Ashraf Shwahin, Mohammed Jabbarin, Mohammed ‘Emad Shalaldah, et Ramzi Hourani.


Recommandations du PCHR à la communauté internationale



Document public

Pour plus d’informations, merci de vous rendre sur le site du PCHR, ou de le contacter à son bureau à Gaza ville par courriel : pchr@pchrgaza.org, ou par téléphone : (+972 (0)8 2824776 - 2825893).

Rapport hebdomadaire pour la période du 3 au 9 octobre 2013 : PCHR
sur Info-Palestine.net - traduction : JPP pour la Cisjordanie et Jacques Salles pour la bande de Gaza.


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.