DERNIERE MISE A JOUR : vendredi 1er juillet 2016 - 06h:56

Des soldats attaquent des diplomates et les habitants d’un village palestinien démoli

samedi 21 septembre 2013 - 09h:32

Saed Bannoura – Imemc et Agences

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Des personnes âgées, des enfants, et des journalistes agressés par des soldats. Trois Palestiniens sont enlevés.

JPEG - 102.8 ko
Photo : Wafa News




Des soldats israéliens ont attaqué vendredi (20 septembre) des habitants palestiniens et une diplomate française, ils ont aussi empêché des dizaines d’habitants de remonter le village qu’ils avaient détruit. Khirbit Makhoul est un petit village des plaines du nord de la Cisjordanie. Il a été détruit trois fois.

Les soldats ont attaqué les habitants, enfants, personnes âgées, et des journalistes. Ils ont enlevé trois Palestiniens.

L’agence d’information palestinienne WAFA a rapporté que les soldats avaient usé d’une force démesurée contre les habitants qui tentaient de remonter leurs habitations et structures, et ils ont agressé une diplomate française qui était venue sur place en solidarité avec les villageois déplacés.

WAFA a ajouté que les soldats avaient agressé plusieurs habitants, dont des enfants, des personnes âgées, ainsi que des journalistes, avant d’enlever trois habitants et de les emmener vers une destination inconnue. Plusieurs habitants ont subi des coupures et des contusions quand ils ont été frappés avec une grande violence par les soldats de l’occupation.

En outre, l’armée a empêché un certain nombre de représentants internationaux d’entrer sur la zone pour aider les habitants à remonter leurs habitations, tentes et abris, dont plusieurs ont été confisqués par l’occupant.

L’armée a aussi déclaré la zone comme Zone militaire fermée, empêchant ainsi les habitants et internationaux d’y pénétrer.

Khirbit Makhoul est un petit village bédouin qui a été détruit jeudi, et ce, pour la troisième fois consécutive, obligeant des dizaines de familles à se déplacer.

Des déplacements permanents

Israël ne reconnaît pas des dizaines de petits villages de tribus bédouines dans les plaines du nord de la Cisjordanie, ainsi qu’à proximité de Jérusalem-Est, d’Hébron et d’autres secteurs.

Sans aucuns services, sans reconnaissance de la part de l’occupation, ces villages ont été démolis à maintes reprises et retirés, les habitants sont fréquemment déplacés à cause des violations continues par les Israéliens.

Les villages bédouins dans le Néguev sont également soumis à de telles attaques et violations courantes, des dizaines de petits villages ont été déracinés et démolis, certaines tribus ont été déplacées et leurs abris enlevés des centaines de fois.

Des centaines d’attaques similaires ont ciblé les Bédouins dans le Néguev, qui vivent dans ces villages non reconnus par Israël, et sont sujets à de fréquents déplacements et de constantes agressions.

Environ 70 000 Arabes bédouins – dont la présence dans le Néguev date du VIIe siècle – vivent dans 35 villages bien antérieurs à l’implantation de l’État d’Israël dans la Palestine historique en 1948.

Ces villages ne sont pas reconnus par Israël et leurs habitants sont considérés comme des intrus. Leurs services de base ont été supprimés et des milliers d’habitations ont été démolies depuis 2011.

Les Bédouins palestiniens font face à la répression israélienne depuis des décennies, contraints de se déplacés parce que les autorités israéliennes refusent de reconnaître leurs droits légitimes à continuer à vivre sur leur terre ancestrale.



Lire aussi :

- Une diplomate française malmenée par des soldats israéliens en Cisjordanie - RFI



Voir sur le rapport du PCHR le détail des démolitions dans ce village de Makhoul :

Lundi également, 4 h 45, les FOI, avec 10 véhicules et 3 bulldozers, entrent sur la zone de Makhoul, au nord de Tubas, dans le nord de la vallée du Jourdain. Elles commencent immédiatement la démolition de la communauté palestinienne où vivent 10 familles d’agriculteurs et de bergers, comprenant 48 personnes, dont 17 enfants. Dans cette opération, les FOI abattent 12 tentes et des habitations en tôle, un certain nombre de cuisines dépendantes et de salles de bains ambulantes et 28 basses-cours.

Les démolitions dans la zone de Makhoul :

1 – Famille de Mohammed Ali Bisharat : une salle de bains ambulante, une cuisine de 30 m², une tente de 160 m², une étable de 80 m² et une ferme animalière de 170 m de long ; 5 personnes, dont 3 enfants, sont maintenant des sans-abri.

2 – Famille de Younis Mohammed Abu Hilaw (Daraghma) : une salle de bains ambulante, une cuisine de 20 m², une baraque habitable de 72 m², une étable de 80 m² et une ferme animalière de 200 m de long ; 4 personnes sont maintenant des sans-abri.

3 – Famille d’Ahmed Khalaf Bani Ouda : une salle de bain ambulante, une cuisine de 25 m², une baraque habitable de 60 m², une étable de 40 m², une autre de 150 m² et une boutique de 30 m² ; 3 personnes sont maintenant des sans-abri.

4 – Famille de Mohammed Younis Abu Hilwa (Daraghma) : une salle de bains ambulante, une cuisine de 20 m², une habitation de 84 m², une étable de 80 m² et une ferme animalière de 200 m de long ; 4 personnes sont maintenant des sans-abri.

5 – Famille de Burhan Hussein Bisharat : une salle de bains ambulante, une cuisine de 16 m², une baraque habitable de 330 m², une étable de 250 m², une ferme animalière de 300 m de long et un élevage d’oiseaux de 36 m² ; 10 personnes, dont 8 enfants, sont maintenant des sans-abri.

6 – Famille de Mahmoud Ali Bisharat : une salle de bains ambulante, une cuisine de 20 m², une habitation de 60 m², une étable de 60 m², et une ferme animalière de 100 m de long ; 4 personnes sont maintenant des sans-abri.

7 – Famille d’Ahmed Abdullah Bani Ouda : une salle de bains ambulante, une cuisine de 25 m², une habitation de 60 m², une étable de 80 m², une autre de 25 m², et une ferme animalière de 60 m de long ; 5 personnes sont maintenant des sans-abri.

8 – Famille d’Ashraf Hussein Bisharat : une habitation de 36 m², une étable de 110 m² et une ferme animalière de 60 m de long ; 3 personnes sont maintenant des sans-abri.

9 – Famille de Yousef Hussein Bisharat : une salle de bains ambulante, une cuisine de 20 m², une habitation de 60 m², une étable de 150 m², une ferme animalière de 120 m de long, une autre de 200 m² et une tente pour oiseaux de 10 m² ; 7 personnes, dont 5 enfants, sont maintenant des sans-abri.

10 – Famille de Hussein Ahmed Bisharat : une salle de bains ambulante, une cuisine de 30 m², une tente d’habitation de 72 m² et une étable de 250 m² ; 2 personnes sont maintenant des sans-abri.

11 – Khalaf Ahmed Bani Ouda : une voiture Peugeot 305 lui a été confisquée.
Mardi 17 septembre, dans le même contexte, les FOI ont contraint des dizaines de familles palestiniennes dans les zones d’al-Burj et al-Maytah, dans le nord de la vallée du Jourdain, à évacuer la zone, au motif que c’était une zone d’entraînement militaire. Des sources locales ont déclaré que les FOI avaient fermé ces zones et le checkpoint militaire de Tayaseer, après avoir commencé à évacuer ces familles qui vivent sous des tentes. Il faut indiquer que c’est le 10 septembre dernier que les FOI ont notifié à ces familles qu’elles devaient quitter la zone au motif d’entraînement militaire.

Rapport du PCHR (in fine)

21 septembre 2013 - IMEMC et Agences - traduction : Info-Palestine


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.