DERNIERE MISE A JOUR : lundi 29 août 2016 - 16h:35

Al-Qaïda a le vent en poupe

vendredi 13 septembre 2013 - 10h:36

Abdel Bari Atwan

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Mercredi marque l’anniversaire des attentats du 11/9 qui ont changé le cours de l’histoire du monde et ont entraîné les États-Unis dans des guerres au Moyen-Orient qui les ont amenés au bord de la faillite, à la fois financièrement et moralement, et les ont secoués jusque dans leurs fondations.

Le prestigieux British Economist said avait déclaré, dans un éditorial commentant les attaques, que les États-Unis et leurs alliés avaient pour habitude de dominer les pays arabes et islamiques, mais qu’Al-Qaïda avait frappé au cœur de la capitale financière de l’Occident (New York).

Le président américain George W.Bush a exploité les attentats qui ont tué près de 4000 personnes, pour déclarer une « guerre contre le terrorisme » et envoyer les bombardiers géants B-52 sur l’Afghanistan, afin de se venger et de rayer de la carte le régime des Talibans et d’Al-Qaïda.

Cette première réponse, en novembre 2001, a renversé le régime taliban et détruit l’infrastructure militaire d’Al-Qaïda. Aujourd’hui, après avoir dépensé plus de 1000 milliards de dollars dans la guerre contre le terrorisme en Afghanistan et en Irak, et perdu plus de 5000 soldats, les États-Unis se retrouvent maintenant à implorer les Talibans pour qu’ils veulent bien négocier afin de leur permettre de sauver la face et d’organiser un retrait en toute sécurité.

Al-Qaïda avant les attentats du 11 septembre, avait une seule adresse : les grottes de Tora Bora en Afghanistan. Aujourd’hui, il possède plus de dix branches, de plus en plus puissantes et actives, de l’Irak au Yémen en passant par la Syrie, pour ne pas mentionner le Maghreb islamique, le Sahel et la Corne de l’Afrique.

La nouvelle génération d’ Al-Qaïda est plus dangereuse que la première. Elle habite les pays arabes, et plus seulement des endroits lointains comme le pays pachtoune en Afghanistan. La plupart de ses cadres viennent de pays comme le Yémen, l’Irak, la Syrie et le Maroc. En outre, il a attiré des combattants de pays islamiques comme la Tchétchénie et la Bosnie. Il s’agit d’une organisation décentralisée et multinationale, dont les branches indépendantes partagent une cause commune et s’épaulent les unes les autres quand elles ont besoin d’argent ou d’armes.

Al-Qaïda a une grande variété de sources de revenus, selon là où il se trouve - depuis siphonner du pétrole en Libye jusqu’à la prise d’otages au large des côtes de la Somalie et dans le Sahel.

Les interventions militaires américaines en Libye, en Irak, au Yémen et en Afghanistan ont conduit ces États à devenir défaillants, ce qui est l’environnement idéal pour Al-Qaïda et les groupes jihadistes qui épousent son idéologie mais ne partagent pas son étiquette - comme l’État islamique d’Irak et Syrie.

En outre, l’intervention en Libye a fourni les djihadistes en centaines de tonnes d’armes en provenance des entrepôts abandonnés de Kadhafi, et ces armes ont trouvé leur emploi dans le Maghreb, le Sinaï et la bande de Gaza.

Le plus grand dilemme auquel sont confrontés l’Amérique et ses alliés régionaux, est la présence croissante des groupes djihadistes en Syrie, où la plupart des estimations confirment qu’ils représentent environ 30% de l’opposition armée qui combat sur ​​le territoire syrien pour renverser le régime d’Assad.

Le régime syrien, l’Amérique et la Russie s’accordent sur ​​le risque que cela représente pour la stabilité régionale, et sur la nécessité d’éliminer ces groupes avant de parler de toute solution politique ou militaire à la crise.

Les États-Unis craignent avant tout que des armes chimiques tombées entre les mains de groupes djihadistes puissent être utilisées contre Israël, plutôt que contre le peuple syrien .

Dans la littérature de groupes djihadistes en Syrie, on trouve de féroces attaques contre le général en chef Salim Idris, commandant de la FSA, accusé de trahison parce qu’il est en faveur d’une campagne dans le style de ce qui a été fait en Irak sous l’égide des États-Unis pour éliminer ces groupes.

Pourtant, les milices « Fils de l’Irak » fortes de 100 000 combattants payés et encadrés par les États-Unis, n’ont pas réussi à éliminer Al-Qaïda en Irak, même si elles ont réussi à l’affaiblir temporairement et à liquider plusieurs de ses dirigeants . Al-Qaïda est maintenant de retour au sommet de sa puissance, comme le prouve le carnage et le bain de sang en Irak aujourd’hui.

La guerre américaine contre le terrorisme qui a été lancée dans les décombres du centre mondial d’affaires, et les événements horribles qui ont suivi le 11/9, n’ont ni affaibli Al-Qaïda, ni les Talibans. Bien au contraire... L’organisation est devenue encore plus forte après l’assassinat de son chef, Oussama ben Laden, et les Talibans contrôlent toujours les deux tiers de l’Afghanistan et sont certains de revenir au pouvoir dans l’année.

* Abdel Bari Atwan est palestinien et rédacteur en chef du quotidien al-Quds al-Arabi, grand quotidien en langue arabe édité à Londres. Abdel Bari Atwan est considéré comme l’un des analystes les plus pertinents de toute la presse arabe.

Du même auteur :

- Ces « fous de la gâchette » vont-ils déclencher une 3e guerre mondiale ? - 30 août 2013
- Égypte : un retour de 40 ans en arrière... - 26 août 2013
- La cause palestinienne n’a jamais dans le passé subi une telle trahison - 4 août 2013
- Syrie : l’attaque israélienne sur Lattaquié exige une riposte - 20 septembre 2012
- Wadie Maswadeh, 5 ans... Arrêté par les troupes d’occupation - 13 juillet 2013
- Syrie : Mesha’al est tombé dans le piège du sectarisme - 28 juin 2013
- Le meurtre de Woolwich sert de prétexte à une campagne islamophobe - 31 mai 2013
- Abbas et la trahison de « la paix économique » - 29 mai 2013
- Syrie : les mauvais calculs israéliens - 21 mai 2013
- Les bombardements israéliens appellent une réplique syrienne - 17 mai 2013
- Pourquoi je prédis un mois de juin explosif dans le monde arabe - 20 avril 2013
- Un nouveau front va-t-il s’ouvrir sur le Golan occupé ? - 15 avril 2013
- La disparition du Président Hugo Chavez est une perte pour le monde arabe - 11 mars 2013
- Inquiétudes israéliennes - 6 mars 2013
- Mali : l’intervention française vise aussi à favoriser l’expansion israélienne en Afrique - 16 février 2013

11 septembre 2013 - Abdel Bari Atwan - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.bariatwan.com/english/?p=1948
Traduction : Info-Palestine.eu - al-Mukhtar


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.