DERNIERE MISE A JOUR : vendredi 29 juillet 2016 - 18h:34

Égypte : Al-Sisi osera-t-il commettre le massacre de l’Aïd ?

jeudi 8 août 2013 - 17h:03

Robert Fisk

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


La Fraternité musulmane refuse de jouer le script mis au point par l’armée.

JPEG - 87 ko
La Confrérie musulmane et ses partisans refusent de reconnaître la moindre légitimité au coup de force militaire, et exigent le rétablissement du Président Morsi dans ses fonctions - Photo : AFP

Aucun général musulman ne voudra entrer dans l’histoire comme l’auteur du massacre de l’Aïd. C’est pourquoi beaucoup d’Égyptiens la nuit dernière soupçonnaient que l’échec autoproclamé de leur soi-disant gouvernement « provisoire » pour mettre fin à la crise avec leurs ennemis des Frères musulmans, pourrait ne pas encore signifier l’effondrement ultime.

Abdul Fatah al-Sisi peut être un générale très satisfait de lui-même, en effet - après tout, il a créé cette merveilleuse administration, avec lui-même comme vice-Premier ministre - mais l’envoi de ses hommes contre des centaines de milliers de fidèles musulmans à la veille de la fête marquant le dernier jour du Ramadan n’est pas susceptible de plaire aux Égyptiens, et encore moins aux Américains qui approvisionnent l’armée avec 1,5 milliard de dollars chaque année.

Bien sûr, cela peut être un peu naïf. Armé - comme il pense l’être - d’un mandat « populaire », le général Al-Sisi pense peut-être pouvoir continuer à répandre les cadavres dans les rues cette semaine. Mais il s’est montré un homme patient, et l’assurance donnée par son gouvernement « provisoire » qu’il était toujours prêt à accueillir une aide internationale pour résoudre le conflit, suggère qu’il n’a pas encore atteint le point de non retour.

Le secrétaire d’État adjoint US, William Burns - un diplomate qui a multiplié les échecs tout le long de sa brève carrière - est peut-être parti, mais les militaires essayent toujours d’absorber la pilule de la description par John McCain de leurs pitreries du 3 juillet, comme un « coup d’État ». Rarement les Frères musulmans avaient obtenu un tel soutien diplomatique américain - et les Qataris sont très frustrés de ne pas avoir été autorisés à rencontrer Mohamed Morsi.

Le problème est que Morsi était le président élu, et quand - apparemment à sa propre grande surprise - il a été renversé par l’armée (ou par la « volonté populaire », selon votre point de vue), ses partisans n’avaient tout simplement aucun plan pour l’avenir, si ce n’est leur exigence que Morsi soit rétabli dans ses fonctions. Donc, ils ont bloqué les rues du Caire. Le général Al-Sisi, après avoir imaginé que la Fraternité se lasserait de cette tactique après quelques jours sous le soleil d’été et quelques mini-massacres, éprouve maintenant l’inquiétude de tous les généraux qui réalisent que leurs ennemis ne veulent pas tenir le rôle qu’ils leur ont attribué.

La Fraternité sait qu’Al-Sisi ne veut pas d’un massacre de masse. Al-Sisi sait que les Américains ne veulent pas d’un massacre de masse. Peut-être une sorte « d’action populaire » peut être organisée - maintenant on y pense - pour chasser la Fraternité au loin et laisser l’armée innocente du sang des Frères musulmans. Après tout, beaucoup des francs-tireurs qui ont abattu les partisans de Morsi ces cinq dernières semaines n’ont pas été identifiés, et il y a aussi de nombreux diplomates étrangers, des ONG et des journalistes qui soupçonnent que cela fonctionne sur une grande échelle.

Donc, qu’est-ce qui est le plus important ? La volonté du « peuple » - ceux qui détestent Morsi - ou la fermeté de la Fraternité pour qui le martyre (souvent dans les prisons égyptiennes) a longtemps été une caractéristique ? Qu’en est-il de la dignité de l’armée égyptienne ? Avant de mettre les voiles à bord de son navire royal - le al-Mahrussa - pour partir en exil en 1952, le roi Farouk se tourna vers les officiers qui l’avait détrôné. « Prenez soin de l’armée », dit-il au général Mohamed Naguib, lequel sera bientôt déposé par le colonel Gamal Abdel Nasser. En Égypte, vous dis-je, tout le monde aime l’armée.

Et l’armée égyptienne s’aime plutôt elle-même. Ses vastes et obscènes investissements dans l’immobilier, la banque et l’industrie en font l’une des plus riches armées arabes dans l’un des pays arabes les plus pauvres. Ce n’est guère dans son intérêt de commencer une mini-guerre dans les rues du Caire. Mais la Fraternité elle-même est pleine d’arrogance, alors que son bilan au pouvoir - avec Morsi comme chef - est peu digne de l’appui du « peuple ».

Il est utile de rappeler à ce moment critique que le gouvernement de Morsi a rejeté le projet d’élections libres pour les syndicats, une des briques de base de toute démocratie. John McCain peut bien parler du coup d’État qui a renversé Morsi, mais il ne pourrait guère prétendre que les Frères sont du côté des travailleurs. Eh bien, tout cela n’est peut-être que de l’eau sous les ponts du Nil ce matin. Mais beaucoup espèrent sans doute que le débat se poursuive et nous verrons bientôt arriver les étrangers pour « sauver » l’Égypte.

JPEG - 4.6 ko

* Robert Fisk est le correspondant du journal The Independent pour le Moyen Orient. Il a écrit de nombreux livres sur cette région dont : La grande guerre pour la civilisation : L’Occident à la conquête du Moyen-Orient.

Du même auteur :

- Pour Abdel-Fatah al-Sisi, les intérêts d’Israël valent bien un coup d’état - 30 juillet 2013
- Égypte : la police et l’armée commettent de nouveaux massacres - 28 juillet 2013
- Quand cela arrive en Égypte, on ne parle pas de putsch... - 9 juillet 2013->http://www.info-palestine.eu/spip.php?article13726] - 21 décembre 2012
- Égypte : le début de la fin pour l’islam politique ? 1er juillet 2013
- Les 3 constantes qui accompagnent toutes les occupations - 24 juin 2013
- Le Hezbollah et le bourbier syrien. - 3 juin 2013
- L’intervention du Hezbollah en Syrie risque d’entraîner tout le Liban dans la guerre - 28 mai 2013
- Liban : Tripoli transformé en champ de bataille - 27 mai 2013
- Syrie : Israël entraîne les US et l’UE dans la guerre - 6 mai 2013
- Les rapports sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie ? Un air de déjà vu... - 28 avril 2013
- Guerre en Syrie : 9000 héros méconnus - 22 avril 2013
- Obama en Palestine - Une farce ? Une tragédie ? Ou du tourisme ? - 21 mars 2013
- Syrie : l’Occident retire ses billes - 1er mars 2013
- Hollande et Fabius ont trouvé leur Ben Laden - 6 février 2013
- Mali - Une intervention indécente - 26 janvier 2013
- Le Mali et à présent l’Algérie... N’escomptez surtout pas une fin heureuse - 16 janvier 2013
- C’est à l’armée, que s’est adressé Bachar al-Assad - 14 janvier 2013

8 août 2013 - The Independent - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.independent.co.uk/voices...
Traduction : Info-palestine.eu - Al-Mukhtar


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.