8 août 2017 - CONNECTEZ-VOUS sur notre nouveau site : CHRONIQUE DE PALESTINE

Bradley Manning, un héros américain

vendredi 7 juin 2013 - 07h:46

Kathy Kelly

Imprimer Imprimer la page

Bookmark and Share


Il y a quelques jours, alors que que le ciel commençait à s’assombrir ici à Kaboul, un petit groupe de volontaires de la paix en Afghanistan, (APV), se sont réunis pour une présentation informelle de WikiLeaks, de son rédacteur en chef Julian Assange et de son collaborateur le plus important, Bradley Manning.

JPEG - 61.6 ko
Bradley Manning lors de son procès qui se déroule ces jours-ci

Basir Bita, un visiteur régulier de la maison APV, a entamé la discussion de la soirée en notant que le 1er juin marquera le début de la quatrième année de prison pour Bradley Manning. Deux jours plus tard, son procès va commencer, un procès qui pourrait malheureusement conduire à une condamnation à la prison à perpétuité. Le 1e juin débute aussi une semaine internationale de soutien et de solidarité avec Bradley Manning : # ThankManning !

Basir estime que la grande majorité des Afghans font partie des myriades de gens dans le monde qui ont à remercier Manning pour leur avoir rendu accessibles les informations dont ils auront besoin dans leur lutte pour la liberté, la sécurité et la paix. Il souhaite que plus de gens trouvent le courage de tenir tête aux militaires et aux forces gouvernementales, et agissent en « dénonciateurs ».

J’entends souvent les individus et les groupes afghans souhaiter un processus beaucoup plus démocratique que ce qui est autorisé dans un pays dominé par les seigneurs de la guerre, les militaires US/OTAN et leurs commandants. Aux États-Unis, un manque d’informations cruciales menace de plus en plus les processus démocratiques. Comment les gens peuvent-ils faire des choix éclairés si leurs dirigeants retiennent délibérément des informations essentielles ? Les révélations de Manning ont apporté une lumière désespérément nécessaire pour les États-Unis et les pays à travers le monde, y compris les pays en difficulté comme l’Afghanistan.

Hakim, qui anime le groupe Les volontaires de la paix en Afghanistan, a rappelé que Bradley Manning a transmis des documents qui enregistrent 91 730 « actions significatives » ou « SIGACTS » menées en Afghanistan par les forces américaines et l’ISAF, dont 70 000 ont été diffusées par WikiLeaks. Ces SIGACTS comprennent des attaques de drones, parfois invisibles, et des raids de nuit.

Notre groupe a commencé à discuter de l’histoire de WikiLeaks, comment il agissait et comment il fonctionne aujourd’hui. Les plus familiers avec les ordinateurs et Internet ont expliqué le processus de divulgation d’informations sous anonymat en suivant une route informatisée jusqu’à une « Dropbox ». En fait, les volontaires de la paix afghans ont eux-mêmes communiqué avec Julian Assange.

L’hiver dernier, la militante prix Nobel de la paix, Mairead Maguire, était restée avec eux peu de temps avant de se rendre à Londres pour une visite à Julian Assange. Grâce à Mairead, ils avaient pu envoyer à Assange une lettre de solidarité.

Les APV ont entendu dire que Manning a été plus isolé que Assange. Ils ont tous secoué leurs têtes quand Basir leur a rappelé que Bradley Manning est d’abord resté en isolement pendant onze mois.

Ghulamai relève combien ironique est la façon dont les gouvernements désignent certains documents comme étant « secrets », et comment on pourrait présumer que la personne qui partage ces secrets serait un« criminel ». Mais Ali explique alors que les gouvernements, en cachant des « secrets » au public, ont pour principale volonté leur maintien au pouvoir. Hakim demande à Abdulhai de s’imaginer à la tête d’un gouvernement ou d’une grande famille. « Si tu agis pour le bien de la famille ou de l’État, aurais-tu besoin de faire des choses en secret ? » questionne-t-il.

« Non, » répond Abdulhai. « Si j’ai le pouvoir, et si je travaille réellement pour les meilleurs intérêts de mon peuple, je n’aurai pas besoin de faire des choses en secret. »

Puis il y eu une vive conversation sur Bradley Manning, qui il était et ce qu’il faisait. Les propres mots de Bradley Manning, que les journalistes ont retranscrits de son audience préliminaire, expliquent comment la détermination de Bradley est née après avoir visionné la vidéo secrète qu’il diffuserait ensuite sous le titre « Assassinat collatéral ».


« Ils ont déshumanisé les personnes sur qui ils tiraient et ils semblaient n’attacher aucune valeur à la vie humaine, traitant leurs victimes de ’bâtards morts’ et se félicitant les uns les autres sur leur capacité de tuer en grand nombre. À un moment dans la vidéo, il y a une personne au sol essayant de ramper vers un abri. L’individu est grièvement blessé. Au lieu d’appeler des secours sur place, l’un des membres de l’équipe dans l’hélicoptère demande verbalement à la personne blessée de ramasser une arme pour qu’il puisse avoir une raison de tirer... Pour moi, cela semble similaire à un enfant torturant des fourmis avec une loupe. »

« Profondément choqué par le manque de préoccupation de la vie humaine de la part de l’équipe [de l’hélicoptère], j’ai été aussi très secoué par la réponse de la découverte d’enfants blessés sur les lieux. Dans la vidéo, vous pouvez voir la camionnette bongo arriver sur place pour aider la personne blessée. En réponse, l’équipe considère que ces gens sont une menace, et ils demandent à plusieurs reprises l’autorisation de faire feu sur le camion. Une fois l’autorisation acquise, ils tirent sur le véhicule au moins six fois. »

Ensemble, les APV ont regardé la vidéo « Collateral Damage », profondément choquante. Ils voulaient vivement savoir ce qu’ils pourraient faire pour soutenir et remercier Bradley Manning. Pourtant, ils sont conscients des risques encourus par les personnes qui organisent des manifestations publiques en Afghanistan.

C’est beaucoup plus facile de se mobiliser pour Bradley là où je vis, de retour aux États-Unis J’espère que beaucoup d’entre nous consacrerons le temps et l’énergie nécessaire pour ce jeune homme qui a tout risqué pour nous éclairer.

Les volontaires de la paix afghans souhaitent ardemment se lier avec d’autres à travers le monde afin de remercier et soutenir un jeune homme de 25 ans remarquablement courageux et conscient, qualités dont nous avons tant besoin en cette sombre période. J’ai pu constater la fière détermination de ces jeunes et, les connaissant, je suis certain que d’autres vont les rejoindre dans les années à venir. Serons-nous prêts à leur répondre ? Nous préparons-nous à prouver à des gens comme eux, et à des gens comme Julian Assange et Bradley Manning, qu’ils ne sont pas seuls ?

* Kathy Kelly (kathy@vcnv.org) est co-coordinatrice de Voices for Creative Nonviolence (www.vcnv.org). Elle a séjournée le mois de mai en Afghanistan, en tant qu’invitée des volontaires de la paix (ourjourneytosmile.com)

Lire également :

- Bradley Manning, un homme d’un courage exceptionnel - 4 mars 2013
- Ce qu’il en coûte d’être dissident en Occident - 21 juin 2012
- Sous Obama, il vaut mieux commettre un crime de guerre que d’en dénoncer un - 13 mars 2011
- Irak : comment les États-Unis ont développé les violences sectaires - 8 novembre 2010
- Afghanistan : l’occupation révélée dans toute sa cruauté - 28 juillet 2010

29 mai 2013 - The Palestine Chronicle - Vous pouvez consulter cet article à :
http://palestinechronicle.com/thank...
Traduction : Info-Palestine.eu - Naguib


Les articles publiés ne reflètent pas obligatoirement les opinions du groupe de publication, qui dénie toute responsabilité dans leurs contenus, lesquels n'engagent que leurs auteurs ou leurs traducteurs. Nous sommes attentifs à toute proposition d'ajouts ou de corrections.
Le contenu de ce site peut être librement diffusé aux seules conditions suivantes, impératives : mentionner clairement l'origine des articles, le nom du site www.info-palestine.net, ainsi que celui des traducteurs.